Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

17/12/2008 à 17h00 - Réussir sans diplôme

S’insérer durablement dans le monde du travail sans diplôme, c’est possible, à condition de développer des stratégies adaptées. Pour connaître les dispositifs mis en place à l’intention de ceux qui ont arrêté l’école prématurément, retrouvez les échanges qui ont eu lieu entre les internautes et nos deux invités.

Les invités

Véronique Dao - Chargée de projet en mission locale

Jean Serror - Coordinateur pédagogique de l'Ecole de la deuxième chance de Paris

Question :

JOHN : Pouvez-vous respectivement vous présenter ?

Réponse :

Véronique Dao : Je suis chargée de projet à la mission locale Belliard, en charge plus particulièrement du CIVIS. Jean Serror : Je suis coordinateur pédagogique de l'Ecole de la 2e chance de Paris. Je suis aussi formateur en connaissances du monde contemporain. Ma fonction consiste à assurer la coordination et la mise en oeuvre du projet pédagogique de l'école.

Question :

Mort de rire : Qu'est-ce que le CIVIS et à qui est-il accessible ?

Réponse :

Véronique Dao : Le CIVIS, c'est un Contrat d'insertion dans la vie sociale. C'est un programme d'accompagnement pour les jeunes de 16 à 25 ans, qui ont maximum un niveau bac + 2. L'objectif est de les accompagner jusqu'à ce qu'ils puissent accéder à un emploi durable. Ce contrat est d'une durée d'un an renouvelable. Il permet aux jeunes d'être suivis par un conseiller référent, et de bénéficier d'actions spécifiques (fond pour l'insertion professionnelle des jeunes) : formations, aides financières, actions de préparation à un emploi, etc.

Question :

sina : Jean, à quoi sert l'école de la 2e chance ? ça s'adresse à qui ?

Réponse :

Jean Serror : Elle s'adresse à des jeunes parisiens âgés entre 18 et 25 ans qui ont quitté le système scolaire sans diplôme ou qualification depuis au moins un an, et qui sont motivés pour reprendre un apprentissage en vue de construire un projet professionnel.

Question :

Mort de rire : Où peut-on aller pour bénéficier d'un CIVIS ?

Réponse :

Véronique Dao : Pour bénéficier d'un CIVIS, il faut se rendre à la mission locale la plus proche de son domicile. A Paris, il y a 5 missions locales, qui se répartissent les arrondissements. En Ile-de-France, il y a généralement une mission locale par ville. Vous pouvez vous renseigner à votre mairie pour les trouver.

Question :

Kévin : Quels sont les secteurs qui recrutent encore des gens sans diplôme ?

Réponse :

Jean Serror : Il y a un certain nombre de secteurs qui sont sur des métiers en tension, qui recrutent et parfois même sur des gros volumes : les métiers du bâtiment, les métiers de l'hôtellerie-restauration ou de la vente... où ce sont les savoir-être, la motivation qui sont les choses essentielles à mettre en valeur. Il y a aussi les métiers de l'aide à la personne, à la petite enfance... certains sont accessibles sans qualification. Pour tous ces métiers, une autre voie d'accès, c'est aussi l'apprentissage ou les contrats de professionnalisation, qui permettent d'allier l'accès à l'emploi et à la qualification.

Question :

zin : Combien de personnes sortent sans diplôme chaque année du système scolaire ?

Réponse :

Véronique Dao : En 2001, 60 000 personnes sont sorties du système scolaire sans diplôme. Je n'ai pas de chiffres plus récents malheureusement.

Question :

JOHN : C'est que pour les Parisiens, l'école de la 2e chance ? Y a-t-il un équivalent en province ?

Réponse :

Jean Serror : L'école de la 2e chance, il en existe une vingtaine dans toute la France. Tous les départements et toutes les régions ne sont pas couverts, mais pour vous renseigner, allez sur le site de l'Ecole de Paris, wwww.e2c-paris.fr, où vous trouverez la liste de toutes les écoles. Jean Serror : Elles sont regroupées au sein d'un réseau.

Question :

JOHN : Combien de temps dure un CIVIS ?

Réponse :

Véronique Dao : L'accompagnement CIVIS dure un an. Il est renouvelable jusqu'à 26 ans pour les jeunes d'un niveau inférieur au niveau CAP/BEP. Et renouvelable une fois pour les jeunes d'un niveau bac à bac + 2. Le CIVIS s'arrête bien sûr dès lors que le jeune accède à un emploi durable.

Question :

biboons : ça veut dire quoi "sans diplôme" ? ça veut dire qu'on a arrêté l'école en 3e ?

Réponse :

Jean Serror : ça peut être arrêté après la 3e, mais ça veut simplement dire qu'on a arrêté l'école sans avoir un premier diplôme, ça peut être avant d'avoir obtenu le bac ou le BEP ou le CAP. Cela peut donc être des niveaux très différents. Sachant que le brevet des collèges n'est pas considéré comme un diplôme sur le marché du travail.

Question :

JOHN : Quels sont les contrats d'insertion existants, sont-ils rémunérés ?

Réponse :

Véronique Dao : On peut parler de contrats de travail aidés, qui sont rémunérés. Par exemple, le Contrat Initiative emploi-jeune, le Contrat d'accompagnement dans l'emploi. Il n'existe pas à proprement parler de "Contrat d'insertion". Le CIVIS est un contrat d'accompagnement, qui peut donner droit à une allocation et non à une rémunération.

Question :

JOHN : L'apprentissage est-il rémunéré ?

Réponse :

Jean Serror : Oui, pour être en apprentissage, il faut avoir signé un contrat avec un employeur et être inscrit dans un centre de formation, un CFA. C'est rémunéré en pourcentage du SMIC, en fonction de l'âge. La rémunération est croissante avec l'âge, ce qui veut dire que dans certains métiers on trouve plus facilement un contrat d'apprentissage si on a 18-19 ans que 23-24 ans.

Question :

Julie : Le CIVIS peut-il nous permettre de faire des stages ?

Réponse :

Véronique Dao : Oui. Le CIVIS permet de faire un stage pratique en entreprise, d'une durée de 2 semaines. Il permet aussi de bénéficier de formations (élaboration de projet professionnel, formation qualifiante).

Question :

JOHN : Y a-t-il une sélection pour rentrer à l'école de la 2e chance ?

Réponse :

Jean Serror : On entre à l'école de la 2e chance à l'issue d'un processus de recrutement qui comporte 2 étapes : une réunion d'information collective, qui permet de se renseigner sur le contenu de la formation. Puis un entretien avec 2 formateurs, et la décision finale est prise par l'ensemble de l'équipe des formateurs de l'école.

Question :

JOHN : Qui sont les conseillers référents, à quelle fréquence les voit-on ?

Réponse :

Véronique Dao : Les conseillers référents sont des conseillers en insertion socio-professionnelle. Les 3 premiers mois du CIVIS, un entretien a lieu toutes les semaines avec le conseiller référent. Puis, le jeune voit son conseiller en fonction de ses besoins. Un entretien tous les 15 jours est souhaitable.

Question :

Biloyt : Quelles qualités faut-il avoir pour rentrer à l'école de la 2e chance ?

Réponse :

Jean Serror : Il y a les critères administratifs dont j'ai déjà parlé : avoir entre 18 et 25 ans, être sorti du système scolaire depuis plus d'un an sans qualification, habiter Paris pour l'école de la 2e chance de Paris. Mais le 2e critère, c'est une motivation forte, pour reprendre les apprentissages de base et pour aller vers le monde de l'entreprise. Car c'est une formation en alternance, dont la moitié du temps est consacrée à l'entreprise.

Question :

Biloyt : Quel type de stage ?

Réponse :

Véronique Dao : D'abord des stages en entreprise, dans tout type de structure (d'une durée de 2 semaines). Il existe aussi des modules d'orientation professionnelle, des formations qualifiantes, des ateliers d'aide à la recherche d'emploi, des préparations au Contrat de professionnalisation...

Question :

vero : Les gens qui passent par l'école de la 2e chance sont-ils bien intégrés ensuite dans le monde du travail ? Vous avez des chiffres ?

Réponse :

Jean Serror : Le résultat de cette école, depuis 10 ans, c'est que 2/3 des stagiaires passés par ces écoles, à l'issue de leur parcours, ont trouvé soit un emploi soit une formation qualifiante. Cette formation qui dure en moyenne 8 à 10 mois leur permet non seulement de reprendre des apprentissages, mais aussi de faire un choix de métier en connaissance de cause, et d'arriver sur le marché du travail dans de meilleures conditions.

Question :

Biloyt : Les gens sont-ils intégrés à l'entreprise après les stages ?

Réponse :

Véronique Dao : C'est l'objectif, mais malheureusement ce n'est pas toujours le cas. Plus de la moitié des jeunes bénéficiant d'une convention de stage pratique ont pu ensuite travailler dans l'entreprise où ils avaient effectué leurs stages. Le conseiller référent accompagne le jeune dans sa recherche de stage en entreprise et vérifie que le stagiaire ne représente pas "de la main d'oeuvre gratuite" pour l'entreprise. Cela explique ces bons chiffres. Ce stage pratique peut permettre de négocier avec l'entreprise un contrat aidé, de type contrat de professionnalisation, CIE Jeune.

Question :

Mort de rire : Comment passe-t-on de journaliste à formateur bénévole ?

Réponse :

Jean Serror : Je ne suis pas formateur bénévole, à l'école de la 2e chance je suis salarié ! On passe de l'un à l'autre par le hasard des rencontres, et l'envie à un moment de sa carrière de faire autre chose. Une partie de mon expérience personnelle était liée à ce milieu de l'insertion et de la formation. De fait, c'est toujours possible de changer de métier ! Il y a toujours des compétences qu'on peut transférer d'un métier à un autre, quels que soient notre expérience ou nos diplômes.

Question :

Biloyt : Votre école et la mission locale semblent surtout accessibles à des personnes jeunes et pour les plus âgés sans diplôme que conseillez-vous ?

Réponse :

Véronique Dao : Rapprochez-vous des maisons de l'emploi et de l'ANPE, qui peuvent proposer des actions et un accompagnement spécifiques au public de plus de 25 ans. Jean Serror : Effectivement, ces écoles sont accessibles à des jeunes de moins de 26 ans. Au-delà, il existe d'autres dispositifs d'insertion, très dépendants du statut de la personne. Si on a déjà travaillé, la formation continue peut permettre d'accéder à des diplômes. Pour ceux qui sont au chômage, il y a tous les dispositifs d'aide au retour qui permettent d'accéder à des formations qualifiantes dispensées dans les AFPA, les GRETA et autres organismes de formation. Il y a aussi des dispositifs propres au RMI.
Page :12
Aller à la page suivante

Lettre d'info

Inscrivez-vous à la lettre d’info lesmetiers.net

titre-portlet-push chat-video

chat video les formations qui recrutent

Alerte Actualité du site!

Inscrivez-vous gratuitement à notre service d’alerte pour être prévenu par SMS des actualités du site lesmetiers.net (nouveau dossier, nouveau guide pratique…)