Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

  • Actu
  • Chat
  • Les métiers de l'auto et les femmes

07/03/2007 à 17h00 - Les métiers de l'auto et les femmes

Découvrez la place faite aux femmes dans les métiers de l'automobile à travers les échanges qui ont eu lieu entre les internautes et nos deux invités, à l'occasion de la journée internationale de la femme qui se déroule chaque année en mars.

Les invités

Sabrina Kockenpoo - Chargée de mission à l'ANFA IDF

Armelle Messager - Responsable Compétences chez Citroën

Question :

fred78 : Qu'est-ce qui vous a attiré dans ce secteur ?

Réponse :

Armelle Messager : J'ai commencé à travailler au service marketing et promotion, chez Citroën. C'est la richesse du produit en lui-même, et des métiers qui concourent à ce produit, qui m'ont attirée.

Question :

Winnie : Bonjour, qu'est-ce qui vous plait le plus dans ce secteur automobile ?

Réponse :

Armelle Messager : A la base, j'ai une formation dans la communication. J'ai travaillé à la fois dans la grande distribution et l'automobile, dans une agence de communication, et ce secteur m'a plu parce que c'est un produit riche : on s'adresse à une cible très variée, d'un point de vue marketing c'est très intéressant. Ensuite, je suis arrivée chez l'annonceur, c'est-à-dire Citroën, à la promotion.

Question :

gaelle : C'est un secteur qui embauche ? On entend partout que l'automobile française est en crise...

Réponse :

Armelle Messager : Les concessionnaires continuent à embaucher, à la fois des vendeurs et des "productifs" pour les ateliers, la réception... A Paris notamment, on est confronté à un problème de turn over des vendeurs.

Question :

jiji : Les femmes sont-elles bien intégrées ou il y a comme une sorte de discrimination ?

Réponse :

Armelle Messager : Oui elles sont bien intégrées. Parfois, elles font même peur aux vendeurs déjà établis, car elles travaillent dur, elles connaissent parfaitement leurs produits, les produits annexes (financements)... Elles s'intéressent bien au client et sont à leur écoute.

Question :

klotilde : Sabrina, ça consiste en quoi exactement votre métier ?

Réponse :

Sabrina Kockenpoo : Mon métier, c'est d'accompagner à la fois les établissements de formation, par le biais d'équipements des ateliers, des stages de formation pour les enseignants, des projets pédagogiques et de représenter les professionnels de l'automobile pour répondre à leurs besoins liés à la formation.

Question :

aston : Pourquoi l'automobile cherche-t-elle à recruter des femmes ? C'est une question d'image ?

Réponse :

Armelle Messager : Les femmes étaient sous-représentées, et aujourd'hui il y a véritable changement de mentalité chez les chefs d'entreprise, comme dans la société en général. Ce n'est pas une révolution de voir arriver les femmes, c'est quelque chose de naturel. Sabrina Kockenpoo : Dans le contexte démographique actuel il y a de nombreux départs à la retraite, moins de jeunes sur le marché et seulement 1 % de jeunes filles aujourd'hui qui occupent un poste dans l'atelier ! Ça laisse une porte ouverte pour des gens motivés. La motivation n'est pas une question de sexe, tout le monde est bienvenu.

Question :

Samantha : Je n'y connais rien en voiture, y a-t-il une formation produit en interne ?

Réponse :

Armelle Messager : Oui, quand on rentre en tant que vendeur confirmé, par exemple, on est formé aux produits en général et à la gamme, au financement.

Question :

Nuts : Est-ce que c'est un secteur macho ?

Réponse :

Sabrina Kockenpoo : L'arrivée des femmes dans les ateliers fait évoluer les mentalités. Il y a de plus en plus de jeunes filles qui s'inscrivent dans les formations techniques, c'est-à-dire mécanique et carrosserie/peinture. Armelle Messager : Elles n'allaient pas forcément dans les formations aux métiers de l'auto avant, et ça change aujourd'hui. Par exemple, dans une école de vente Citroën à Lyon, sur 15 personnes, j'ai 4 filles.

Question :

Thuthu : C'est quoi l'ANFA exactement ? Ça sert à quoi ?

Réponse :

Sabrina Kockenpoo : L'ANFA est l'association nationale pour la formation automobile. Elle dispose des moyens techniques et financiers pour représenter les professionnels de l'automobile. Elle met en application la politique de formation définie par ceux-ci, c'est-à-dire renouvellement de la population, puisque départs à la retraite, et adaptation des qualifications des salariés par le biais du financement de stages de formation.

Question :

Fouduvolant : Je suis informaticienne, j'aimerais bien travailler dans le secteur de l'automobile, quelles sont les possibilités ?

Réponse :

Sabrina Kockenpoo : Une informaticienne peut travailler sur de la programmation robotique par exemple. Les métiers de l'informatique se trouvent partout.

Question :

TTB : A part secrétaire, dans un garage on peut faire quoi ?

Réponse :

Armelle Messager : Si on est attirée par le marketing, on peut rejoindre un concessionnaire qui aurait plusieurs établissements, afin de venir travailler sur son potentiel de clients. Si on est attirée par la vente, on peut devenir vendeuse secteur, vendeuse hall... Si on est attirée par la mécanique, on peut devenir technicien junior Citroën et faire son bac pro en alternance (apprentissage ou lycée) et travailler en garage. On peut travailler aussi à la réception mécanique. Et dans le management aussi, on a beaucoup de femmes ! A des postes de chef de vente par exemple.

Question :

Sweb : Comment incitez-vous les femmes à venir dans ces métiers ?

Réponse :

Sabrina Kockenpoo : L'objectif de l'ANFA n'est pas de recruter en masse des jeunes filles, mais de dire que ces métiers sont accessibles aux femmes. Nous trouvons de plus en plus de femmes occupant des postes de réceptionnaires et de vendeuses. Nous souhaitons leur faciliter l'intégration dans nos métiers.

Question :

Pipo : En tant que femme, et travaillant dans le monde de l'auto, pensez-vous qu'il faut faire ses preuves au quotidien pour se faire une place ?

Réponse :

Armelle Messager : Pas plus dans l'automobile qu'ailleurs, je pense.

Question :

Samantha : Combien gagne un vendeur chez Citroën ? fixe moyen ? prime ?

Réponse :

Sabrina Kockenpoo : De façon générale, un vendeur automobile confirmé est positionné à l'échelon 20 de la Convention collective des services de l'automobile. La rémunération comprend un fixe et des primes en fonction des ventes de véhicules. Pour plus d'infos, je vous invite à aller sur www.metiersdelauto.com

Question :

rayanoudu945 : Bonsoir, je voulais savoir en quoi consiste votre métier et le niveau d'études dont on a besoin pour exercer cette profession, ainsi que le salaire de base, merci beaucoup.

Réponse :

Armelle Messager : Je suis responsable régionale compétences. Je m'occupe de façon transversale de 3 métiers : la vente automobile, la vente de pièces et l'après-vente. D'un point de vue opérationnel, je m'occupe de 2 directions régionales : Lyon et Paris. Très clairement, je m'occupe également des écoles de vente de ces 2 directions régionales, ainsi que de l'évaluation des compétences de ces réseaux. J'ai un bac + 5 ; pour exercer ce métier il faut un bac + 4 au moins.

Question :

Aziza : J'ai un BTS force de vente, est-ce que mon profil peut intéresser les entreprises du secteur auto ?

Réponse :

Sabrina Kockenpoo : Tout à fait ! Les employeurs recrutent souvent des vendeurs titulaires du BTS. De plus, il existe des formations complémentaires : titre vendeur automobile ou CQP (certificat de qualification professionnelle) attaché commercial de l'automobile, qui permettent de se spécialiser dans les techniques de vente automobile. Pour exemple, Citroën propose en partenariat avec l'ISVA (institut supérieur de ventes automobiles) des formations de ventes automobiles.

Question :

Anaelle : Armelle, vous pensez que les marques françaises ont encore de l'avenir ? La concurrence asiatique est rude...

Réponse :

Armelle Messager : J'espère bien qu'on a encore de l'avenir ! Regardez les lancements depuis 5 ans chez Citroën, avec une gamme très étoffée. Cela montre le dynamisme d'une marque. La concurrence est présente, notre secteur ressent fortement la mondialisation, mais on se bat, nos vendeurs se battent.

Question :

Oulahop : Quelles sont les entreprises du secteur qui embauchent ?

Réponse :

Sabrina Kockenpoo : Toutes ! Aussi bien le secteur du véhicule particulier que celui du poids lourd, de la moto, du cycle... En mécanique, en carrosserie/peinture et commerce.

Question :

Béatrice : Vous pensez que c'est important que des femmes participent à la conception des voitures de demain ? Si oui pourquoi ?

Réponse :

Armelle Messager : Oui, dans les équipes de designers, il y a des femmes. Et lors des études en amont, pour la conception, on consulte des femmes.

Question :

ferrari : C'est un secteur qui délocalise beaucoup ? Quels sont les emplois qui resteront en France ?

Réponse :

Sabrina Kockenpoo : Les activités de la branche des services automobiles sont des activités de services et par conséquent, il faudra toujours des mécaniciens, des carrossiers, des vendeurs... sur le territoire français. Il est difficile d'aller faire réparer son véhicule en Chine.
Page :12
Aller à la page suivante