Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

20/12/2006 à 17h00 - Les métiers du spectacle

Théâtre, danse, musique, cirque... Si le spectacle vivant regroupe de nombreuses disciplines, les perspectives d’emploi sont limitées. Pour découvrir les meilleures formations, les différents statuts professionnels et les conditions d’exercice, retrouvez les échanges qui ont eu lieu entre les internautes et nos deux invitées.

Les invités

Virginie Charbonnier - Jongleuse, danseuse, clown

Lise Coatanéa - Documentaliste à l'AFDAS (fonds d'assurance formation des secteurs de la culture, de la communication et des loisirs)

Question :

Touman : Est-ce qu'il y a des métiers du spectacle auxquels on ne pense pas forcément ? Cela regroupe quoi, en fait, ce secteur ?

Réponse :

Lise Coatanéa : Le spectacle vivant, c'est l'ensemble des arts de la scène. Cela comprend les domaines de l'art dramatique, de la danse, de la musique, du chant, du cirque... Il y a aussi les domaines techniques : la régie, l'éclairage, le son, le décor... Et les activités administratives : direction, production...

Question :

Billou : Virginie, comment vous est venue votre passion pour le monde du cirque ? Et comment vous êtes entrée dans ce milieu ?

Réponse :

Virginie Charbonnier : Au départ je travaillais autour de la peinture. Des amis étaient dans le cirque. Ils faisaient un spectacle où il y avait la danse, le mouvement. J'ai commencé à les peindre, avant de rejoindre la compagnie qui m'a formée.

Question :

Calimero : Pour travailler dans l'audiovisuel, dans les métiers plutôt techniques, quelle formation faut-il ?

Réponse :

Lise Coatanéa : Les grandes écoles, ce sont la Femis et Louis Lumière. Parmi les formations diplômantes, on peut citer les BTS métiers de l'audiovisuel... Il y a aussi le CAP opérateur projectionniste, et différentes formations audiovisuelles proposées par des organismes privés.

Question :

Didine : C'est quoi l'académie Fratellini ? Comment ça marche, tout le monde peut y aller ?

Réponse :

Virginie Charbonnier : L'académie Fratellini a été récemment réouverte. Ce n'est plus Annie Fratelleni. Aujourd'hui, l'âge entre en compte. Il ne faut pas être trop fort, pas trop faible, être motivé dans l'enseignement proposé et avoir une certaine connaissance du cirque. Il y a aussi des cours pour les enfants et des cours du soir ouverts, eux, à tous.

Question :

Rita : Est-ce que c'est difficile de trouver du boulot dans le secteur ? Y a-t-il des spécialités qui marchent mieux que d'autres ?

Réponse :

Lise Coatanéa : C'est un secteur où il y a plus d'appelés que d'élus. Pour avoir spécifiquement les secteurs qui recrutent ou ne recrutent pas, il faut regarder sur le site de l'ANPE Spectacles. On y trouve des statistiques sur le marché de l'emploi du spectacle.

Question :

Karl : J'ai 21 ans, un BTS audiovisuel, auprès de qui vous me conseillez de démarcher pour trouver du boulot ?

Réponse :

Lise Coatanéa : L'école dont vous sortez a sans doute un bureau des anciens élèves... Le bouche à oreilles compte beaucoup dans le secteur. C'est important de se créer un réseau.

Question :

Vero : Bonjour Virginie, quel conseil pourrais-tu donner aux jongleurs qui ont du mal à percer dans le métier ?

Réponse :

Virginie Charbonnier : De venir me voir ! J'essaye de créer un pont entre autodidactes et professionnels. Je souhaite aider les gens à entrer dans le métier car il n'y a pas vraiment d'école. Je rencontre les gens pour leur donner une certaine lecture du métier. Ensuite, j'essaye de faire entrer les gens qui le souhaitent dans le métier. Le conseil que j'ai reçu il y 15 ans : si tu veux jongler, ne fais que ça. Si tu dois manger, ce doit être par le jonglage.

Question :

Hugo : Le spectacle vivant n'est-il pas en voie de disparition ?

Réponse :

Lise Coatanéa : Le secteur du spectacle vivant est certes un petit secteur en termes d'effectifs, mais il emploie 130 000 personnes environ, et ce chiffre croît.

Question :

Bruno : Comment définiriez-vous le monde du spectacle au niveau professionnel ?

Réponse :

Virginie Charbonnier : C'est un métier de plus en plus difficile car on oublie parfois que c'est du spectacle vivant. Il y a de moins en moins d'aide. On veut aujourd'hui du packaging ! Les gens sont dans une attente du produit fini alors qu'on est dans le vivant. Le spectacle vivant doit avoir une architecture créée et ensuite vivre, progresser avec le public.

Question :

Doowie : Comment on entre dans les écoles de théâtre les plus connues, comme le cours Florent ?

Réponse :

Lise Coatanéa : La sélection se fait sur audition et/ou sur dossier, et sur l'expérience qu'on a dans le domaine. Le fait d'avoir déjà participé à des spectacles amateurs par exemple. Le mieux est de prendre contact directement avec les organismes de formation. Outre les écoles privées, il existe des grandes écoles supérieures d'art dramatique, comme le conservatoire national supérieur d'art dramatique de Paris, l'ENSATT de Lyon, l'ESAD à Strasbourg, et différents conservatoires régionaux...

Question :

Gilda : Où on peut se renseigner sur les différents castings qui existent, pour de la figuration ou des petits rôles dans des films, ou pour des pubs... ?

Réponse :

Virginie Charbonnier : Cela fait un moment que je ne suis plus dessus. Aujourd'hui, l'ANPE devrait faire ce travail, elle ne le fait pas. Je ne peux pas vous en dire davantage. Sinon, dans le journal "Hors les Murs", on peut trouver des pistes...
Lise Coatanéa : Il y a des revues et des sites professionnels, comme "Le Film" français.

Question :

Clown : Virginie, le jonglage suffit-il pour vivre ? Au niveau de l'argent..

Réponse :

Virginie Charbonnier : Moi j'en vis ! Ce n'est pas le jonglage en lui-même qui me fait vivre. C'est un ensemble, car on nous demande la polyvalence. Je travaille aussi en danse, en échasses. Il ne faut pas se défendre de manière individuelle mais collectivement. C'est de plus en dur mais il ne faut pas baisser les bras

Question :

Hugo : Les musiciens sont-ils des intermittents ?

Réponse :

Lise Coatanéa : Ils peuvent être intermittents, ou salariés permanents d'un conservatoire ou d'un orchestre, par exemple.

Question :

Boule : Faut-il forcement suivre une formation pour devenir artiste de cirque ?

Réponse :

Virginie Charbonnier : Il n'y a pas une mais des formations. Mais il y a forcément une formation quelque part. On n'attaque pas une scène comme ça. La rue est une formation, une excellente formation d'ailleurs, car on est tout seul, il faut aller chercher les gens, les sensibiliser, se planter et recommencer !

Question :

Roooool : J'écris des scénarios depuis 2-3 ans, j'en ai présenté à des concours, on m'a dit qu'ils étaient bons, un agent m'a même contacté, mais pour l'instant ça ne débouche sur rien... Est-ce qu'on peut espérer quelque chose sans contacts dans le milieu ?

Réponse :

Lise Coatanéa : Se former peut être un moyen d'avancer dans votre projet. Il y a la Femis, et des écoles privées. Sinon, envoyez vos scénarios aux sociétés de production.

Question :

Noémie : Le métier de mannequin, c'est un métier du spectacle, pour vous ?

Réponse :

Lise Coatanéa : Oui, mais plutôt dans le cadre des comédies musicales ou du music hall. Sinon, le mannequinat relève plus du domaine de la mode.

Question :

Yux : Combien de temps passes-tu à t'entraîner chaque jour pour ton spectacle actuel ?

Réponse :

Virginie Charbonnier : En ce moment je ne m'entraîne plus du tout. Pour le spectacle, on a travaillé pendant 3 ans et au moment de la production, tous les jours on ne faisait que ça, 8h/jour. Pour s'entretenir, il faut au moins travailler 1h/jour mais on peut aussi s'arrêter si nécessaire et reprendre ensuite et se rendre compte que l'on a progressé.

Question :

Titine : J'aimerais devenir chanteuse, que faut-il faire ?

Réponse :

Lise Coatanéa : Il faut prendre des cours de chant ! Parmi les grandes écoles, il y a le conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris. Il existe aussi des écoles de chant privées. Ou la possibilité de faire un bac technologique musique et danse. Ou prendre des cours dans des conservatoires.

Question :

Circassien : Y a-t-il beaucoup de femmes jongleuses ? Et combien dans la troupe de Jérome Thomas ?

Réponse :

Virginie Charbonnier : Il y a 5 femmes jongleuses sur 10 jongleurs ! L'équilibre est parfait. Sinon, en France, on doit compter une quinzaine de jongleuses professionnelles.

Question :

Lucien : Les métiers du spectacle, c'est aussi des métiers techniques... N'est-ce pas d'ailleurs ces métiers qui offrent de meilleures perspectives ?

Réponse :

Lise Coatanéa : En proportion, il y a autant d'artistes que de techniciens. Ceci dit, les métiers artistiques nécessitent de commencer tôt à se former. Pour les métiers techniques, il est possible de se former sur le tas, ou de suivre des formations continues.
Page :12
Aller à la page suivante

Lettre d'info

Inscrivez-vous à la lettre d’info lesmetiers.net

titre-portlet-push chat-video

chat video les formations qui recrutent

Alerte Actualité du site!

Inscrivez-vous gratuitement à notre service d’alerte pour être prévenu par SMS des actualités du site lesmetiers.net (nouveau dossier, nouveau guide pratique…)