Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

26/04/2006 à 17h00 - Les métiers d'art

Le domaine des métiers d’art regroupe quelque 200 professions. Pour découvrir ses nombreuses spécialités, connaître les principales formations et les différents statuts professionnels, retrouvez les échanges qui ont eu lieu entre les internautes et nos deux invités.

Les invités

Pierre Chevalier - Président de la Société d'encouragement aux métiers d'art

Corinne Séjournée - Créatrice d'artisanat en céramique

Question :

Le doc : C'est quoi la SEMA ? A quoi ça sert ?

Réponse :

Pierre Chevalier : C'est une question intéressante. C'est une association d'utilité publique, sous tutelle du ministère des PME, qui a pour charge de valoriser et de développer tous les métiers d'Art en France. Pour en savoir plus, je vous conseille d'aller sur le site de la Sema, www.metiersdart-artisanat.com. Celui-ci vous donnera tous les renseignements utiles sur la SEMA.

Question :

Tifou : Comment peut-on faire de la joaillerie quand on n'a pas du tout la formation pour cela ?

Réponse :

Pierre Chevalier : Ce n'est pas évident. Cela dépend de votre âge, afin de pouvoir commencer un apprentissage. SI vous n'avez aucune formation et que vous êtes dans les limites d'âge, vous pouvez suivre un CAP, par exemple dans l'Ecole de la rue du Louvre à Paris.

Question :

Paolo : Je voudrais devenir restaurateur de tableau, comment on fait ?

Réponse :

Pierre Chevalier : Restaurateur de tableau, c'est un grand métier. Pour les particuliers, il existe plusieurs écoles. Au départ, mieux vaut avoir fait une école d'arts appliqués. Vous pouvez vous adresser à la SEMA pour connaître toutes les écoles publiques et privées, pour toute la France. Visitez le site www.metiersdart-artisanat.com ou envoyez un mail : info@eurosema.com

Question :

Juliette : Faut-il être nécessairement bon en dessin pour envisager d'être céramiste ?

Réponse :

Corinne Séjourné : Non, heureusement ! Ce n'est pas nécessaire car il y a beaucoup de styles différents. On peut travailler plus sur les formes que sur le décor. Pierre Chevalier : Je pense que malgré tout, des bases de dessin, si elles ne sont pas indispensables, sont quand même les bienvenues. Corinne Séjourné : Bien sûr ! Mais on évolue au fur et à mesure dans son métier, en fonction de ce qu'on aime. C'était mon cas au départ. Je n'ai pas fait d'école de dessin ni d'art, je suis autodidacte. On peut encore se former seul sur certains métiers d'art. Pierre Chevalier : Certains métiers demandent moins de technicité que d'autres, où la création est plus importante.

Question :

Ghassen : Qu'est-ce qui vous a donné l'envie de faire ce métier ?

Réponse :

Corinne Séjourné : Depuis longtemps, j'avais envie de faire un métier manuel, et pendant des années, je n'ai pas su dans quelle direction aller. J'ai commencé à travailler le verre... Puis je suis partie m'installer en Suisse où j'ai rencontré un potier. J'ai essayé, j'ai fait un stage et c'est venu naturellement : ça a été une vraie révélation pour moi. J'ai eu envie de travailler la terre. Pierre Chevalier : Je confirme que très souvent, c'est la rencontre avec un artisan d'art qui donne envie à une personne de faire ce métier. Très souvent, les artisans ont la passion de faire partager leurs métiers. C'est pourquoi le ministère de la Culture a mis en place les journées des métiers d'art, pendant lesquelles vous pouvez visiter les ateliers et les écoles, et faire des rencontres avec des artisans de grand talent. Ces journées ont lieu au mois d'octobre.

Question :

Koko : Combien existe-t-il de métiers d'art ?

Réponse :

Pierre Chevalier : C'est simple, il y a 217 métiers d'art référencés en France. C'est le ministre Renaud Dutreil qui a décidé de recenser ces métiers. Nous sommes le pays le plus riche au monde dans ce domaine. La liste est visible sur le site de la SEMA : www.metiersdart-artisanat.com

Question :

Audrey : Est-ce que ce secteur embauche ?

Réponse :

Corinne Séjourné : On peut trouver du travail dans des entreprises industrielles de céramique, mais c'est un peu bouché. La plupart des gens qui font de la céramique sont dans des ateliers seuls. Ils se regroupent d'ailleurs, car c'est assez difficile de vendre. Les entreprises industrielles disparaissent de plus en plus, la concurrence avec les pays étrangers n'arrange pas les choses. Pierre Chevalier : Je confirme, effectivement, que ce métier est d'abord un métier d'entrepreneurs individuels. Corinne Séjourné : Pour encourager les jeunes qui ont envie de faire des métiers d'art, je pense quand même qu'on peut réussir à gagner sa vie si on a vraiment l'envie et qu'on se démarque des autres. Si on crée son entreprise individuelle. Pierre Chevalier : D'une manière générale, c'est un secteur qui embauche normalement. Ces métiers subissent le contexte économique comme les autres entreprises, il est en proie aux difficultés de la concurrence, par exemple des Pays de l'Est. Les meilleures possibilités résident dans les petites entreprises, dans la création de son entreprise. Ce sont des métiers épanouissants personnellement, c'est la raison pour laquelle beaucoup d'artisans se lancent en individuel. Corinne Séjourné : L'entreprise individuelle, c'est aussi une qualité de vie. Ce n'est pas donné à tout le monde de s'épanouir dans son travail. Je n'échangerais ma place pour rien au monde ! Pierre Chevalier : Vous avez tout à fait raison ! Corinne Séjourné : J'adore ce que je fais. J'ai monté mon atelier il y a 3 ans et demi. C'était difficile de vendre ce que je faisais au début (je faisais surtout de la vaisselle et des objets décoratifs) mais j'ai cherché une idée innovante, et j'ai trouvé l'idée des urnes funéraires pour les animaux.

Question :

Lisa : Quel est le salaire moyen d'un céramiste ?

Réponse :

Corinne Séjourné : On vit souvent au SMIC. Mais ça dépend de ce qu'on vend, du prix auquel on le vend... Pierre Chevalier : Dans ces métiers, le salaire commence souvent au SMIC. Pour les professionnels confirmés, cela peut aller jusqu'au double du SMIC.

Question :

Stupeflip : Comment faites-vous la différence en métiers d'art et métiers artistiques ?

Réponse :

Pierre Chevalier : Bonne question. Un métier d'art, c'est un métier artistique. Mais nos métiers impliquent la transformation de la matière, par exemple du verre qu'on transforme, du tissu qu'on transforme... Un peintre, lui, ne transforme pas de la peinture. C'est pourquoi nous sommes très attachés à la composante métier, qui implique une formation. Il est possible de commencer en autodidacte, mais il existe de très nombreuses écoles, particulièrement en Ile-de-France, qui délivrent d'excellentes formations. Quelqu'un qui suit une formation aux métiers d'art ne sera pas forcément un artiste, mais un bon professionnel. Je dis souvent qu'il y a 10 % seulement d'artistes dans nos métiers. Corinne Séjourné : J'approuve tout à fait !

Question :

Titi : La restauration des bâtiments nationaux est-elle une source de travail pour les artisans d'art ?

Réponse :

P. Chevalier : Absolument. Au niveau de la restauration du bâtiment, il y a un créneau très porteur avec des possibilités d'embauche conséquentes.

Question :

LuluCacahouete : Prenez-vous des apprentis ?

Réponse :

Corinne Séjourné : Moi je n'en prends pas. Je prends parfois des stagiaires qui viennent des écoles, mais pas d'apprentis. Ce sont d'ailleurs toujours des belles expériences. Pierre Chevalier : Je suis président de la SEMA, mais je suis aussi un homme de l'art. J'ai une entreprise de restauration de tapisseries et de tapis, Chevalier Conservation (www.chevalier-conservation.com) et je recherche 4 apprentis pour la rentrée de septembre. La tranche d'âge d'après guerre, les baby-boomers, vont bientôt partir en retraite. Il va y avoir de la place pour les jeunes dans nos professions.

Question :

Cagole : Je voulais savoir si pour devenir verrier, il vaut mieux passer par l'apprentissage ?

Réponse :

Pierre Chevalier : Oui, je confirme. Vous avez tout intérêt à passer par l'apprentissage. Vous pouvez faire un brevet des métiers d'art, et éventuellement devenir un des meilleurs ouvriers de France.

Question :

Barbok : Corinne, qu'est-ce que vous conseillez aux gens qui veulent faire comme vous, de suivre une formation ou de se former sur le tas ?

Réponse :

Corinne Séjourné : Tout dépend de la personnalité de chacun. Je suis partie de peu au départ, je me suis formée toute seule, mais j'ai été confrontée à toute la problématique technique du métier... On perd moins de temps en suivant une formation dans une école. Même si, sur la céramique, il y a tellement de disciplines (modelage, tournage, décor, émaillage...) que c'est difficile. Pierre Chevalier : Il y a la possibilité aussi de se rapprocher d'un artisan et d'apprendre auprès de lui, c'est une formation également adéquate. Corinne Séjourné : En autodidacte, il faut trouver des gens disponibles pour vous former, ce n'est pas toujours évident. Les céramistes n'ont pas toujours le temps ou l'envie de partager leur savoir-faire. Mais j'ai un projet avec deux jeunes filles : se regrouper dans un atelier pour partager les frais, développer de nouvelles idées, tout en gardant chacune notre autonomie et notre créativité. Pierre Chevalier : Sur le site de la SEMA, vous trouverez une bourse à l'emploi, point de rencontre entre jeunes et professionnels, qui permet aux jeunes de trouver un artisan. Consultez la rubrique Petites annonces du site.

Question :

Yololo : Comment on entre à l'école du Louvre ?

Réponse :

Pierre Chevalier : On y rentre après le bac. Il faut s'inscrire. Le nombre de places est limité, attention.

Question :

Eric : Les débouchés sont surtout à Paris ou partout en France ?

Réponse :

Pierre Chevalier : Les débouchés sont partout en France. Des régions sont un peu spécialisées : la région Est est réputée pour la lutherie et la verrerie. Le Sud pour la poterie ou la faïence. Mais il existe des métiers d'art dans toutes les régions.

Question :

Lisa : Les métiers d'art offrent-ils des possibilités de travailler à l'étranger ?

Réponse :

Pierre Chevalier : Comme nos métiers sont très reconnus dans le monde entier, avec une bonne formation, il est tout à fait possible de travailler à l'étranger. Je connais, par exemple, de nombreux restaurateurs qui travaillent aux Etats-Unis, ou qui travaillent en direction des Etats-Unis. Nos métiers y sont particulièrement reconnus.

Question :

Mic93 : C'est quoi les études pour devenir céramiste ?

Réponse :

Corinne Séjourné : Il y a un CAP, et un BMA. Pierre Chevalier : Nous avons un centre de ressources à la SEMA sur la plupart des métiers, qui vous permet de connaître toutes les possibilités d'études, en France et même en Europe. Vous pouvez venir à la SEMA pour vous renseigner et vous informer sur les formations auprès de conseillers spécialisés. Vous pourrez aussi consulter des fiches métiers, ainsi que 400 films qui vous montreront ces métiers avec beaucoup de détails. Nous sommes au 23 avenue Daumesnil, à Paris dans le 12e arrondissement. Corinne Séjourné : Mes stagiaires viennent du Lycée L'Initiative, et du CNIFOP (école de céramique qui enseigne le tournage, le décor... à Saint-Amand-en-Puisaye) pour l'instant. Au CNIFOP, ils font de la formation professionnelle pour adultes autant que pour les jeunes. Le lycée L'Initiative prépare aussi aussi au CAP et au BMA.

Question :

Fabien : Une question pour Corinne... Comment se passe une journée entre vente et création ?

Réponse :

Corinne Séjourné : Je fabrique à l'atelier, mais je vends à l'extérieur. Donc ça ne se déroule pas vraiment sur une journée... Pierre Chevalier : Difficile de répondre à cette question. Un artisan d'Art ne compte pas son temps déjà. C'est très variable, la plupart des artisans d'Art vendent dans des salons spécialisés, il faut souvent se déplacer pour vendre, sortir de son atelier. Ou même pourquoi pas participer à des salons à l'étranger.

Question :

Corinne : Y a-t-il une retraite pour les artisans d'art ?

Réponse :

Corinne Séjourné : Il faut cotiser pour ça ! Tout simplement. Pierre Chevalier : On peut cotiser soit auprès de la Maison des Artistes, soit à la Chambre des Métiers. Pour toucher une retraite, il faut d'abord cotiser !

Question :

Victor-hugo : Je voudrais devenir taxidermiste et je voudrais savoir où me renseigner. Je ne pense pas, je n'en suis pas sûr, qu'il y ait des écoles de taxidermie.

Réponse :

Pierre Chevalier : Il existe encore des taxidermistes. Venez vous renseigner à la SEMA, ou sur notre site, sur ce métier peu courant...
Page :12
Aller à la page suivante

Lettre d'info

Inscrivez-vous à la lettre d’info lesmetiers.net

titre-portlet-push chat-video

chat video les formations qui recrutent

Alerte Actualité du site!

Inscrivez-vous gratuitement à notre service d’alerte pour être prévenu par SMS des actualités du site lesmetiers.net (nouveau dossier, nouveau guide pratique…)