Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

10/03/2004 à 17h00 - Les métiers du livre

Le secteur du livre est ouvert aux jeunes diplômés issus de filières variées. Pour connaître les formations les plus adaptées et les perspectives d’emploi, retrouvez les échanges qui ont eu lieu entre les internautes et nos deux invitées.

Les invités

Sylvie Decaux - Responsable de formations Métiers du livre (IUT Paris V)

Annie Guinery - Responsable du réseau de bibliothèques de Choisy-le-Roi

Question :

Sylvie : Faut-il nécessairement posséder une formation supérieure pour débuter au poste d'aide bibliothécaire dans les bibliothèques de la mairie de Paris ? Ces postes sont-ils uniquement accessibles sur concours ?

Réponse :

Annick Guinery : Pour la mairie de Paris, c'est comme pour la fonction publique territoriale. Les recrutements se font sur concours, que ce soit pour la catégorie A (les cadres), la catégorie B (techniciens, bibliothécaires adjoints...) et la catégorie C.

Sylvie Decaux : Sur ce sujet, vous trouverez une fiche très bien faite dans les Centres d'Information et de Documentation Jeunesse (CIDJ). Pour postuler aux concours de catégorie C, le bac est nécessaire. Il faut un diplôme bac +2 pour la catégorie B et une licence pour la catégorie A.

Annick Guinery : Pour la catégorie B, il faut préciser qu'il y a deux types de catégories. La catégorie B+ concerne le poste d'assistant qualifié du patrimoine. C'est le seul concours pour lequel on exige un diplôme professionnel (DUT métiers du livre ou DEUST métiers du livre). Pour les autres concours de la catégorie B, une licence est requise mais peu importe la matière. Reste que la nature des épreuves favorise les candidats qui ont une formation littéraire, car les concours reposent sur des épreuves littéraires (dissertation, résumé...).

Sylvie Decaux : Je dirais tout de même que pour trouver du travail, une formation scientifique peut aider.

Question :

Susie : Si je suis passionnée par l'écriture, quelles formations me conseillez-vous ?

Réponse :

Annick Guinery : Il n'existe pas à proprement parler de formation à l'écriture. Je conseillerais aux apprentis écrivains de s'abonner à la revue " Ecrire aujourd'hui ".

Sylvie Decaux : La seule formation qui existe est celle d'écrivain public, dispensée par l'université Paris III.

Question :

Susie : En devenant bibliothécaire ou documentaliste, on écrit ou pas du tout ?

Réponse :

Annick Guinery : Le métier de bibliothécaire nous amène à écrire des projets, pas des romans. Vous rédigerez beaucoup de documents administratifs, des appels à projet... Tout ce qui peut susciter le partenariat. Ceci dit, dans le cadre de l'animation et de l'action culturelle, nous sommes en rapport avec beaucoup de métiers liés à l'écriture et à la lecture. Nous organisons des rencontres avec des écrivains, des ateliers d'écriture, que vous pouvez d'ailleurs animer vous-même, des présentations de romans, etc. Il me paraît donc plus sage d'exercer un métier parallèle si vous voulez vraiment écrire. Un métier de préférence lié au livre. Un certain nombre de bibliothécaires utilisent leur temps libre pour écrire des romans, notamment en littérature jeunesse.

Sylvie Decaux : Si vous êtes passionnée par l'écriture, ce n'est pas dans une bibliothèque que vous allez assouvir votre passion, car on est loin de l'écriture de fiction. Notre travail, c'est plutôt de mettre à la disposition des lecteurs des documents sur des ouvrages, des genres, des auteurs.

Question :

Fab93 : Faut-il obligatoirement avoir fait un bac littéraire pour travailler dans une bibliothèque ?

Réponse :

Annick Guinery : Non. Nous sommes même à la recherche d'autres types de formation, notamment en sciences humaines, en sciences et techniques, car des profils dans ces domaines font souvent défaut.

Sylvie Decaux : On manque de candidats de ce type. D'autant que les bibliothèques sont de plus en plus des médiathèques. Elles proposent au public des supports variés (CD, DVD...). Une connaissance de la musique et du cinéma sera appréciée, en plus d'une culture livresque.

Question :

Zoé : Quelle différence entre un documentaliste et un bibliothécaire ?

Réponse :

Annick Guinery : Alors là, c'est la grande question ! Le documentaliste est peut-être plus spécialisé dans un domaine et il travaille en entreprise ou dans les écoles... Le documentaliste réunit des documents sur une matière bien précise. Le bibliothécaire a une mission plus large que le documentaliste. Il travaille en général dans une bibliothèque municipale ou universitaire. Le public ciblé est plus vaste et les documents plus variés.

Sylvie Decaux : Dans une bibliothèque, il y a une fonction de conservation du livre, ce qui n'est pas le cas pour la documentation. Les documentalistes travaillent presque uniquement avec des documents numériques : bases de données, recherche documentaire sur Internet...

Question :

(...)

Réponse :

Annick Guinery : Cette distinction entre les deux métiers est typiquement française. Les Anglo-saxons ne font, eux, aucune différence entre les deux métiers. La France fait donc figure d'exception, mais actuellement, on peut dire que les métiers se rapprochent.

Sylvie Decaux : En Angleterre, les associations de bibliothécaires et de documentalistes ont fusionnées, et les formations sont les mêmes.

Question :

Gilou : Quels sont les métiers du livre qui recrutent le plus ?

Réponse :

Sylvie Decaux : Les librairies recrutent, mais à des salaires assez bas. Mais quand on est passionné... On prévoit également un appel d'air important dans les bibliothèques, suite à la multiplication du nombre de médiathèques ces vingt dernières années, et aux nombreux départs à la retraite attendus. Les fonctions de veille informative sont aussi très prisées.

Annick Guinery : De nombreux postes de responsables de bibliothèques restent non pourvus. Certaines spécialités, comme animateur multimédia, sont également très recherchées.

Question :

Roro le ouf : J'ai une amie qui a une formation de documentaliste et qui occupe un poste de responsable éditoriale sur un site web. Ayant moi-même suivi une formation à l'INTD l'année dernière et souhaitant travailler pour un site Internet, quelles démarches me conseillez-vous ? Quelles sont les chances de postuler sans expérience en tant que cyber-doc ? Merci.

Réponse :

Annick Guinery : Ce secteur est en pleine évolution, avec des métiers en réel devenir. Maintenant, la technique ne fait pas tout. Il faut savoir concilier la technologie, l'intérêt pour l'écrit et la recherche documentaire.

Sylvie Decaux : La fonction documentaire reste en effet essentielle dans ces métiers. Et même sans expérience, on a toujours ses chances.

Question :

Robun : Même question que Susie et même passion pour l'écrit. J'ambitionne d'écrire un jour un livre sur un sujet qui me tient à coeur, mais je ne me sens pas mûr pour cela. Je pense qu'il existe un certain nombre de métiers qui permettent de travailler avec la langue tout en gagnant sa vie. Ecrire dans un journal ou rédiger des attendus sont un moyen d'aborder les métiers de l'écrit par le petit bout de la lorgnette. En voyez-vous d'autres ?

Réponse :

Sylvie Decaux : Vous pouvez écrire des fiches de lecture pour les éditeurs. Ce n'est pas très rémunérateur, mais ça permet d'entrer en contact avec le milieu. Et puis il y a toujours le travail de libraire. D'autant que pour écrire, il faut lire beaucoup.

Annick Guinery : Etre bibliothécaire peut aussi être une bonne approche. Vous serez en contact avec l'écrit, à condition de ne pas être responsable d'un service.

Question :

Hugo : Est-ce que la filière du livre est embouteillée ?

Réponse :

Sylvie Decaux : Le marché du livre est stable depuis de nombreuses années. Le monde du livre est très varié et ne se limite pas à la littérature. Il y a aussi le livre pratique, les guides de voyage, la cuisine, les livres scolaires, la littérature jeunesse... Ce sont autant de viviers d'embauche.

Annick Guinery : La filière du livre est un secteur porteur, qui conserve tout son prestige et dont l'économie est stable.

Sylvie Decaux : Il n'y a qu'à voir l'intérêt que portent les grands groupes pour racheter certains secteurs de l'édition, comme Larousse et Nathan.

Question :

Nif : J'ai une maîtrise en info-com et on me propose un stage non rémunéré dans l'édition. Dois-je en passer par là pour espérer être embauchée ?

Réponse :

Annick Guinery : Quatre fois oui !

Sylvie Decaux : Les métiers du livre constituent un réseau où la personnalité compte plus que les diplômes. On y trouve un travail stable après avoir fait des stages non rémunérés, rencontré du monde, acquis des expériences. Un stage peut déboucher tout de suite sur une embauche quand il y a un besoin. On peut aussi faire des stages pendant des années avant que cela ne débouche sur un recrutement.

Annick Guinery : Le relationnel compte beaucoup, l'expérience préalable également. Plus on a affaire à un candidat curieux et ayant accumulé des expériences autour de l'écrit - même non rémunérées - plus on sera attentif à sa candidature.

Question :

Zoé : J'ai l'impression qu'il y a plus de femmes que d'hommes dans les métiers de la bibliothèque. Est-ce la réalité ? Les hommes ne sont-ils pas intéressés par les livres ?

Réponse :

Sylvie Decaux : Si, mais ils veulent gagner de l'argent ! Il est vrai aussi que les femmes lisent plus que les hommes. Toutes les études le montrent. Quand les hommes lisent, ils ont plus tendance à lire la presse plutôt que des livres.

Annick Guinery : Les métiers de la bibliothèque sont traditionnellement féminins car ils sont moyennement rémunérés. Ils recrutent des personnes ayant effectuées des études plutôt littéraires, un domaine souvent choisi par les femmes. Mais aujourd'hui, la situation de l'emploi étant ce qu'elle est, les jeunes hommes recherchent aussi une certaine qualité de travail plutôt que l'appât du gain. Ils commencent à apprécier ce type de métiers.

Sylvie Decaux : Les hommes s'y mettent quand même. A l'IUT, on recrute des garçons.

Annick Guinery : La société est mixte. Aujourd'hui, quand on sélectionne des candidats, on cherche à transposer cette mixité dans le milieu professionnel.

Sylvie Decaux : Il s'agit de discrimination positive !

Question :

c-nous : Combien gagne une documentaliste débutante ?

Réponse :

Sylvie Decaux : Environ 1 000 euros net.

Question :

Coicoin8838 : J'ai écrit une méthode d'apprentissage de l'alphabet pour les enfants, " Hugo et la casserole ". A qui dois-je m'adresser pour la faire éditer ? Quelles sont les étapes ?

Réponse :

Sylvie Decaux : Vous devez déjà aller voir les librairies spécialisées jeunesse, afin de vous renseigner sur les éditeurs qui font des abécédaires et déterminer quels sont les éditeurs appropriés pour éditer cette méthode. Il faut ensuite leur écrire, en envoyant un descriptif détaillé du projet et s'armer de patience. On peut aussi regarder sur les sites Internet des éditeurs, pour déterminer le nom du responsable éditorial et ainsi mettre le bon nom sur l'enveloppe. On peut également aller au salon du livre, fin mars, et démarcher directement les éditeurs, ou du moins récupérer le nom des responsables à qui envoyer le projet.

Annick Guinery : Soit il s'agit d'un ouvrage didactique, et alors il faut s'adresser à un éditeur parascolaire (par exemple : Larousse, Didier Jeunesse, Hatier...), soit il s'agit d'une création fantaisiste, sans objectif pédagogique direct, et dans ce cas on peut s'adresser à n'importe quel éditeur de jeunesse de qualité, comme par exemple l'Ecole des loisirs, Seuil Jeunesse, Albin Michel... Ceux-ci s'adressent à un très jeune public, les moins de six ans.

Sylvie Decaux : Il est important d'avoir fait une étude de concurrence, pour bien marquer l'originalité du projet par rapport à ce qui existe.

Annick Guinery : Dans le cas d'un ouvrage d'imagination, on peut contacter la maison des illustrateurs à Paris.

Question :

Jeannot : Certains métiers du livre sont-ils accessibles sans le bac ?

Réponse :

Sylvie Decaux : On peut citer la profession de magasinier par exemple.

Annick Guinery : Certains métiers de la catégorie C sont accessibles sans le bac dans la fonction publique territoriale.

Sylvie Decaux : Dans la librairie, si on a beaucoup de culture, les diplômes ne sont pas nécessaires.

Annick Guinery : On peut être recruté comme agent territorial sans concours, en adressant des candidatures spontanées dans les mairies. Pour le grade d'agent qualifié, il faut nécessairement passer un concours.

Question :

Mickael : Pour Sylvie : Trouve-t-on facilement du travail en sortant de votre IUT ?

Réponse :

Sylvie Decaux : En librairie, oui. En bibliothèque, cela dépend de la réussite au concours. Les étudiants réussissent facilement les concours de catégorie C, et progressent par les concours internes. En édition, ils trouvent parfois du travail dans les services d'attachées de presse et de promotion du livre, et aussi dans tout ce qui est scientifique. Et tout de suite !

Question :

Nelson : Pour Annie : En quoi consiste exactement votre métier ?

Réponse :

Annick Guinery : C'est un métier très polyvalent, bien loin de l'image poussiéreuse que l'on pourrait encore avoir. Le bibliothécaire fait un peu de tout. Il prête bien sûr des livres, des disques, des vidéos. Il accueille de nombreux groupes et de nombreuses collectivités - écoles, collèges, personnes âgées ou handicapées, mères de jeunes enfants, crèches... Bref, il a vocation à s'adresser à tous les publics. La bibliothèque est aussi un lieu refuge pour les jeunes qui font leurs devoirs, qui rencontrent leurs copains, qui lisent éventuellement... Les mères de familles bavardent pendant que leurs petits sortent les livres des rayons. C'est aussi un lieu où l'on peut se documenter pour passer un concours ou trouver n'importe quelle information. Nous sommes aussi comptables, gestionnaires de personnel, animateurs multimédia. Bref, c'est très varié !

Question :

Hugo : Les grandes librairies comme la Fnac embauchent-elles beaucoup ?

Réponse :

Sylvie Decaux : Elles embauchent. La Fnac est très soucieuse de recruter des libraires qui connaissent les fonds de librairie, qui s'attachent à la culture générale dans des fonds particuliers tels que voyage, économie, sciences humaines, BD... Là où il y a beaucoup de demande. Si on connaît bien un domaine, c'est un atout, puisqu'il s'agit de bien renseigner les clients. Les équipes de la Fnac sont très soudées et accueillent bien les débutants.

Question :

Coicoin8838 : Un libraire peut-il à la fois conseiller une oeuvre littéraire, un livre sur les casseroles, un roman historique ? Ses compétences lui permettent-elles de gérer la diversité des genres existants ? Il ne peut pas tout savoir ! Ne vaut-il pas mieux qu'il se spécialise ?

Réponse :

Sylvie Decaux : Cela dépend des librairies. Mais il faut tout lire et pratiquer la lecture rapide et professionnelle. Et également se tenir au courant de tout ce qui paraît, pour pouvoir conseiller utilement les clients. La force du libraire, c'est d'établir le dialogue avec le client pour comprendre ce qu'il recherche.

Annick Guinery : En tant qu'usager de la librairie, ce que je demande à un libraire, ce n'est pas forcément de tout savoir, mais de savoir m'orienter dans les domaines qui m'intéressent. Je lui demande également de savoir transmettre sa passion pour tel ou tel livre. Et d'être rapide.

Question :

Cédric : Je suis actuellement en formation en ingénierie informatique, y a-t-il des passerelles pour être cyber-doc ?

Réponse :

Sylvie Decaux : Il existe des licences professionnelles de documentation qui recrutent des étudiants d'horizons variés.

Annick Guinery : On retrouve dans les offres d'emploi quelques postes intitulés "biblio-informaticien" par exemple, mais nous n'en sommes qu'aux prémices. Certaines grandes villes peuvent recruter pour leurs médiathèques des ingénieurs en informatique qui seront particulièrement chargés de veiller sur ce secteur. Cependant il existe encore peu de postes à temps plein. A noter également que la documentation numérique est beaucoup plus développée en bibliothèque universitaire qu'en bibliothèque publique.

Sylvie Decaux : Vous pouvez aussi vous renseigner à l'INTD.

Page :12
Aller à la page suivante

Lettre d'info

Inscrivez-vous à la lettre d’info lesmetiers.net

titre-portlet-push chat-video

chat video les formations qui recrutent

Alerte Actualité du site!

Inscrivez-vous gratuitement à notre service d’alerte pour être prévenu par SMS des actualités du site lesmetiers.net (nouveau dossier, nouveau guide pratique…)