Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Kinga Pottier

Apprentie en 1re année de bac pro maintenance auto, Saint-Maurice (94)
Date de l'interview : 01/03/2007

Pour moi, il n'y a pas de différence homme-femme dans le travail : le but est la satisfaction du client et la qualité de la réparation.

Après trois années en pâtisserie, Kinga Pottier n'a pas hésité à se réorienter avec succès vers la mécanique automobile qui l'attire depuis l'enfance.

Quel a été votre parcours avant de vous tourner vers la mécanique ?

Après le collège, je souhaitais me former en pâtisserie dans un lycée hôtelier. Comme j'étais sur liste d'attente, je me suis tournée vers l'apprentissage. J'ai eu beaucoup de mal à trouver un patron, car le milieu de la pâtisserie est masculin. Les entreprises, le plus souvent de petite taille, ne sont pas équipées, pour respecter la législation du travail en vigueur, qui prévoit notamment des vestiaires distincts pour les filles et les garçons.
J'ai fini par valider un BEP pâtisserie puis seulement la 1re année de bac pro métier de l'alimentation, car le programme trop généraliste m'a beaucoup déçue.

Comment s'est faite votre réorientation ?

J'ai mis deux ans avant de trouver un garage où me former en apprentissage, mais je suis persévérante et je ne me suis pas découragée.
En attendant j'ai travaillé (emplois en intérim et dans des supermarchés). J'étais très motivée pour retourner à l'école et faire, enfin, quelque chose qui me plaise. J'adore les voitures depuis toute petite.
Grâce au voisin de ma soeur, j'ai pu trouver un garage où je travaille avec plaisir depuis maintenant trois ans en tant qu'apprentie. Il s'agit d'un grand garage Peugeot, à Juvisy-sur-Orge, qui emploie 100 personnes (dont quelques femmes). J'étais dans cette contrainte de taille d'entreprise pour être sûre qu'il y est bien des vestiaires femmes !
J'ai donc préparé un BEP puis actuellement un bac pro maintenance automobile. J'alterne deux semaines au CFA AFORPA de Saint-Maurice et deux semaines au garage. Très motivée, j'ai toujours été en tête de classe.

Pourquoi avez-vous souhaité continuer en bac pro maintenance automobile après le BEP ?

La formation en bac pro est beaucoup plus poussée et théorique. Le moteur y est abordé de manière très approfondie et le lien avec les maths et la physique (force, vitesse) devient plus évident. En bac pro, les aspects de gestion de la clientèle sont aussi davantage abordés.

Comment se passe votre journée au garage ?

Je travaille de 8 h à 12 h puis de 13 h 30 à 17 h, du lundi au vendredi.
Je me change au vestiaire pour me mettre en bleu de travail puis je prends ma caisse à outils.
Le chef d'atelier distribue les dossiers. Il s'agit, pour chaque véhicule, d'établir un diagnostic des pannes, si possible avant 10 h, afin de pouvoir commander les pièces de rechange nécessaires chez Peugeot, si le magasinier ne les pas en stock.
Le reste de la journée, une fois les pièces réceptionnées, on peut procéder aux remplacements des pièces et aux réparations, puis aux essais routiers du véhicule.

Comment s'est passée votre intégration en tant que fille ?

J'ai tout de suite été très bien acceptée car nous partageons la même passion pour la mécanique automobile. Je suis épaulée par toute l'équipe. Je n'ai pas de maître d'apprentissage attitré. J'apprends de tous ; c'est beaucoup plus complet comme ça. Comme je suis la seule fille à l'atelier, les mécaniciens ont une relation paternelle avec moi, et dans leur univers masculin, j'apporte un peu de fraîcheur. Dans ma vie professionnelle, je sais que je devrais faire deux fois plus mes preuves en tant que femme.
Pour moi, il n'y a pas de différence homme-femme dans le travail : le but commun est la satisfaction du client et la qualité de la réparation.
Au CFA aussi, j'ai toujours été la seule fille en BEP puis en bac pro.

Quelles sont les perspectives professionnelles à l'issue du bac pro ?

On peut directement occuper un poste de mécanicien : réception du client, hypothèse de pannes pour guider celui qui récupère le véhicule. On peut aussi suivre une formation de technicien expert en électronique en interne chez Peugeot. Pour ma part, je souhaite poursuivre mes études en BTS pour avoir une spécialisation plus grande en électricité et manager une équipe.
Avec un BTS, on peut devenir adjoint d'atelier (mécanique, carrosserie, entretien rapide) ou chef après-vente.

Quelles sont les qualités requises pour réussir dans votre domaine ?

Il faut avant tout être passionné. Cela permet de vaincre les difficultés.
Il faut également être patient car il faut du temps pour acquérir les techniques professionnelles. Il faut aussi être volontaire, ordonné et ne pas avoir peur de "mettre les mains dedans". Enfin mieux vaut être sociable car il faut s'intégrer à une équipe.

Quels conseils donneriez-vous à des jeunes filles souhaitant s'orienter vers la mécanique ?

Il ne faut surtout pas se décourager à la première porte qui se ferme et plutôt faire preuve de persévérance, de détermination et même d'ambition.

Trouver une formation en Ile-de-France