Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

domaine

La formation et l'emploi au féminin

Domaines : Autres, Autres
Dernière mise à jour : 23/05/2015

Si la femme a désormais pleinement sa place dans le monde professionnel, les inégalités persistent et les stéréotypes en matière de métiers et de formations sont encore bien ancrés dans les mentalités.

Replier le dossier

Introduction

Les femmes ont leur place dans le monde professionnel, mais les inégalités et les stéréotypes persistent : aux filles, les formations littéraires et tertiaires, aux garçons les filières scientifiques ou industrielles... La journée internationale des droits de la femme, célébrée chaque année le 8 mars, est une bonne occasion de s'interroger sur les choix d'orientation et la place des femmes dans le monde du travail.

La Journée internationale de la femme


L'origine de cette journée remonte aux luttes ouvrières et manifestations de femmes réclamant le droit de vote et de meilleures conditions de travail au début du 20e siècle à travers l'Europe. Si l'idée d'une journée des femmes est lancée dès 1910, il faut attendre la grève des ouvrières de Saint-Pétersbourg en 1917 pour que la date soit arrêtée. Ce n'est qu'en 1977 qu'elle sera reconnue par les Nations-Unies et la France ne lui donnera un statut officiel qu'à partir de 1982. Elle se déroule chaque année le 8 mars.

Pour en savoir plus :

www.journeedelafemme.com/
www.internationalwomensday.com/

Les femmes représentent aujourd'hui près de 50 % de la population active. Elles sont le plus souvent salariées du secteur tertiaire.

En dépit de leurs meilleurs résultats scolaires et de leurs études supérieures plus fréquentes, elles rencontrent plus souvent que les hommes des difficultés face à l’emploi.

Les femmes sont davantage confrontées à la précarité (contrats à durée déterminée, temps partiel...) et au chômage. Elles perçoivent des salaires et des pensions de retraite nettement inférieurs à ceux des hommes, en raison aussi de leurs carrières professionnelles moins linéaires.

Selon les chiffres clés 2014 du ministère des Affaire sociales, de la santé et des droits des femmes, le montant moyen brut de la retraite d'une femme est de 932 euros par mois contre 1 603 euros pour un homme. Côté revenus dans le privé, on constate 24 % d’écarts de salaires dans le secteur privé entre femmes et hommes.

Bon à savoir : 67 % des femmes de 20 à 64 ans travaillent... contre 76 % des hommes. Et quand elles ont 2 enfants en bas âge, elles ne sont plus que 66 % à travailler contre 97 % des pères !

Les choix d'orientation

Les filles, quels que soient leur milieu social et degré de réussite scolaire, s'orientent moins vers les filières scientifiques que les garçons. A l'inverse, les filières littéraires et médico-sociales sont massivement féminisées.

Une situation paradoxale

Sur le plan scolaire, les filles réussissent en moyenne mieux que les garçons, redoublant moins et obtenant plus souvent le bac. Mais au moment des choix d'orientation, elles s'engagent dans les filières les moins valorisées professionnellement et socialement.

Selon le Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes, en 2012, tous bacs confondus dans une génération, la proportion de bachelières s'élève à 79,2 %, celle des bacheliers à 74,3 %.

Convention interministérielle 2013-2018 pour l'égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif
Depuis 1989, les écoles, collèges, lycées, centres d'apprenti-es  et établissements d'enseignement supérieur contribuent à favoriser l'égalité et la mixité dans le système éducatif. Leur engagement s'inscrit dans des conventions interministérielles qui définissent les objectifs et priorités pour « l'égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif ». Ce document-cadre est ensuite traduite dans chaque région autour d'engagements spécifiques, tenant compte des partenariats et des spécificités du territoire. (Source : réseau Canopé) http://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html&cid_bo=67018

Si en classe de 3e, choisir entre la seconde générale et technologique et la seconde professionnelle semble dépendre plus des résultats et du milieu social que du genre féminin ou masculin, les choix sont en revanche fortement sexués en fin de seconde, tant professionnelle que générale et technologique.

Il faut dire que les stéréotypes liés aux métiers ont la vie dure. Les secteurs du sanitaire et du social, de l'enseignement, de la bureautique sont désignés comme "féminins ". Par ailleurs, les filles considèrent les métiers dits masculins comme contraires à leur aspiration d'épanouissement. Elles craignent de perdre leur féminité, redoutent le regard des hommes qui les entourent (peur du machisme des employeurs et du milieu professionnel), hésitent à embrasser des carrières qui laisseraient peu de place à la vie familiale.

Résultat, les filles, quels que soient leur milieu social et leur degré de réussite scolaire, s'orientent moins en série scientifique que les garçons. En terminale littéraire, 79 % des effectifs sont des filles alors qu'en terminale scientifique, elles ne représentent que 45,5 % des lycéens (données ministérielles 2014).

Bon à savoir : 52 % des filles de seconde générale et technologique suivent un enseignement scientifique ou technologique en 2012. C'était le cas de 25 % d'entre elles en 2009.

Par ailleurs, l'apprentissage attire toujours plus de garçons que de filles : en 2012, 20 % des filles et 35 % des garçons qui suivent un second cycle professionnel de niveau V ou IV le font dans le cadre de l'apprentissage. 

La loi du 8 juillet 2013 pour la refondation de l'Ecole rappelle que la transmission de la valeur d'égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes, se fait dès l'école primaire. L'apprentissage de l'égalité entre les garçons et les filles est une condition nécessaire pour que, progressivement, les stéréotypes s'estompent et d'autres modèles de comportement se construisent. Basée sur le respect de l'autre sexe, cette politique éducative en faveur de l'égalité implique aussi la prévention des comportements et violences sexistes. Elle a pour finalité la constitution d'une culture de l'égalité et du respect mutuel.

Les sciences délaissées

En fin de collège, les filles s'orientent davantage que les garçons vers la 2de générale et technologique en raison de leurs meilleurs résultats scolaires.

Pourtant, en fin de seconde, les parcours des filles et des garçons divergent nettement : en 2011, 27,6 % des filles s'orientent vers une première scientifique contre 38,1 % des garçons.

Ces choix d'orientation se confirment dans l'enseignement supérieur où les filles intègrent moins souvent que les garçons les filières sélectives. Après le bac, dans les classes préparatoires aux grandes écoles, 74 % des élèves des filières littéraires sont des filles, pour 30 % des filières scientifiques.

Seulement 28 % des diplômes d'ingénieurs sont délivrés à des femmes.

En 2012-2013, alors que l'université accueillait 57 % d'étudiantes, on dénombrait 69,4 % de filles parmi les étudiants en licence lettres et sciences humaines et seulement 39,9 % dans les sections scientifiques. Les filles sont même sous-représentées dans les sciences fondamentales et applications (26,8 %) et dans les sciences et techniques des activités physiques et sportives (28,3 %).

Des choix très sexués

De même que les jeunes ne s'orientent pas vers les mêmes filières d'études selon leur sexe, les femmes et les hommes ne se dirigent pas vers les mêmes familles professionnelles.

Avec un même niveau de formation, les hommes s'insèrent mieux car ils choisissent des spécialités plus porteuses (sciences exactes, production,) qui conduisent à une meilleure insertion professionnelle, tandis que les femmes privilégient les sciences humaines et sociales, et les services.

Les métiers d'ouvriers sont occupés à plus de 80 % par des hommes tandis que plus de 77 % des employés sont des femmes.

La concentration des femmes est particulièrement importante dans certains métiers des services (aides à domicile, aides ménagères, assistantes maternelles), ou de l'éducation et de l'action sanitaire et sociale (professeurs des écoles, assistantes sociales, etc.). Ce sont d'ailleurs les secteurs où les femmes étaient déjà très présentes, qui se sont le plus féminisés ! Ainsi on compte 84 % de femmes dans les écoles paramédicales et sociales contre seulement 27 % dans les formations d'ingénieur.

Bon à savoir : selon l'Observatoire des inégalités, 97 % des aides à domicile et des secrétaires, 90 % des aides-soignants, 73 % des employés administratifs de la fonction publique ou encore 66 % des enseignants sont des femmes en 2012. 

En revanche, elles représentent 2 % des ouvriers du bâtiment, 10 % des chauffeurs, 15 % des policiers, pompiers et militaires.

La concentration des femmes ou des hommes s'est accentuée du côté des emplois moins qualifiés, tandis que la mixité progresse dans certaines professions qualifiées, même si les métiers complètement mixtes sont rares.

Néanmoins la situation des femmes évolue de manière à la fois positive et inéluctable car celles-ci ont la volonté d'entrer sur le marché du travail avec une progression sensible dans les professions qualifiées et supérieures : magistrate, juge, médecin, avocate, policière, etc.

Le sexe des métiers

L'égalité professionnelle étant inscrite dans le droit français, les femmes sont en principe tout autant libres que les hommes d'accéder à l'ensemble des métiers. En dépit des progrès réalisés, la réalité observée est bien différente !

La différence entre les hommes et les femmes est donc plutôt à rechercher du côté des différences d'expériences et d'apprentissages.

Au masculin sont associées des activités socialement valorisées laissant la place au commandement, à l'autonomie et à la création, tandis que les activités de service, de soin, d'assistance et de soutien psychologique sont liées au féminin...

La sociologue Catherine Marry, directrice de recherche au CNRS, consacre ses travaux à l'évolution séculaire de ces inégalités sexuées à l'école et sur le marché du travail. Elle a contribué à la création du réseau de recherche international et pluridisciplinaire "Marché du travail et genre" (MAGE). 

Selon elle, le sexe des métiers est lié aux qualités présupposées biologiques que l'on attend selon le genre : on s'imagine les hommes forts, courageux et résistants ; aux femmes sont attribuées les qualités de la douceur, l'altruisme ou la rigueur.

Une pression normative familiale et sociale a tendance à s'exercer sur l'enfant afin qu'il se conforme à son sexe et des comportements différenciés sont encouragés.

Des recherches universitaires ont mis en évidence les nombreux clichés sexistes (plus de héros que d'héroïnes, personnages masculins actifs représentés en extérieur, personnages féminins passifs en intérieur...) véhiculés dans les livres pour enfants et qui tendent à reproduire très tôt chez eux des stéréotypes liés au sexe.

Avec le soutien de la Commission européenne, l'association européenne « Du Côté des Filles » a réalisé un état des lieux du sexisme dans les albums illustrés et participe à des actions de sensibilisation afin d'éliminer le sexisme dans le matériel éducatif et de promouvoir des représentations anti-sexistes.

Les enfants sont élevés dans une société de genres qui conditionne fortement  leurs représentations des rôles masculins et féminins. En grammaire, le genre n'a rien à voir avec le sexe, mais le mot homme est masculin, et le mot femme est féminin. 

La représentation des hommes et des femmes dans leur activité professionnelle est aussi une question sociolinguistique qui conditionne l'image qu'on se fait des sexes. Initiée par le gouvernement, la 1re réflexion sur la féminisation des noms de métiers ne date que de 1984. Les questions de féminisation des noms et la féminisation des carrières sont très intriquées.

D'après Marie-Sophie Pawlak, ingénieure fondatrice et présidente de l'association « Elles Bougent », les professions les plus en retard en termes de féminisation appartiennent au secteur automobile, énergétique, ferroviaire, aéronautique et au bâtiment. Ce retard, contre lequel son association lutte en encourageant les filles à s'orienter davantage vers les filières scientifiques (28 % de filles seulement dans les écoles d'ingénieurs en 2012), vient de la reproduction des stéréotypes. On offre aux petites filles des poupées et aux petits garçons des voitures. Cela crée des secteurs connotés masculins ou féminins.

Pour démonter les stéréotypes et permettre à chacun-e de trouver la voie de formation qui lui convient, plusieurs associations ont vu le jour pour sensibiliser les jeunes filles à la diversité des parcours possibles, en sciences notamment (cf. Liens utiles).

L'emploi des femmes

Plus diplômées que les hommes, les femmes se voient confier moins de responsabilités qu'eux par les employeurs.

Aujourd'hui, selon le ministère du Travail, les femmes représentent près de la moitié de la population active. Leur taux d'emploi (60,2 %) est encore inférieur à celui des hommes (68,1 %), même si l'écart tend à se réduire.

La majorité des femmes n'arrêtent pas de travailler lorsqu'elles ont des enfants. C'est entre 25 et 49 ans que leur taux d'activité augmente d'ailleurs le plus. A noter : la progression du taux d'emploi féminin s'est faite essentiellement par la croissance des emplois à temps partiel.

Au sein de la fonction publique, 61 % des agents sont des femmes. Ce taux est de 54 % dans la fonction publique d'Etat, 61 % dans la fonction publique territoriale, et 77 % dans la fonction publique hospitalière.

Dans le cadre de leur travail, les femmes sont plus souvent exposées à la précarité, aux bas salaires, au chômage de longue durée, aux risques psychosociaux et aux agressions physiques ou verbales.

Dans le secteur privé (tous secteurs confondus), le temps partiel concerne surtout les femmes : 82 % des salariés à temps partiel sont des femmes et 31 % des femmes salariées sont à temps partiel (contre 7 % des hommes) selon une étude publiée par la Dares en 2013. Les femmes sont particulièrement à temps partiel lorsqu'elles ont des enfants à charge (plus de 45 % des femmes salariées ayant au moins 3 enfants travaillent à temps partiel).

L'intérim et l'apprentissage sont des formes d'emploi salarié très majoritairement masculines.

Début 2015, les femmes affichent un taux de chômage inférieur à celui des hommes, à 9,7 % (un chiffre en hausse de 0,3 point sur un trimestre) contre 10,1 %.

Des salaires moins élevés

Les écarts de salaire entre les femmes et les hommes reflètent particulièrement ces inégalités entre les sexes dans le monde du travail. En dépit de la loi du 23 mars 2006 sur l'égalité salariale, le salaire des hommes reste en effet supérieur en moyenne de 24 % à celui des femmes, selon l'Insee (données 2012).

Quel que soit le secteur d'activité, les écarts de salaires entre les hommes et les femmes sont les plus importants parmi les cadres. Les femmes cadres gagnent ainsi 21,8 % de moins que les hommes dans le secteur privé. Elles représentent 39 % de l'emploi cadre.

En 5 ans, la proportion de femmes a doublé dans les conseils d'administration des entreprises du CAC 40 grâce à la loi Copé-Zimmermann visant 40 % de femmes dirigeantes d'ici 2017. Désormais, elles occupent donc 173 sièges des CA des plus grandes entreprises françaises sur 553. En 2010, elles n'étaient que 94 (étude Spencer Stuart, septembre 2014).

Cette inégalité des chances dans l'accès des femmes aux postes les plus élevés (progression verticale) témoigne de l'existence d'un véritable plafond de verre à la fois invisible, très difficilement franchissable et qui est, selon l'Organisation mondiale du travail (OMT), le fruit des préjugés comportementaux et organisationnels

Moins d'un tiers de femmes sont aujourd'hui créatrices d'entreprises, mais cette proportion tend à augmenter. Lorsqu'elles se lancent, elles le font avec un niveau de diplôme plus élevé que les hommes, mais avec moins d'expérience professionnelle, leur but étant souvent d'assurer leur propre emploi. Ici encore, elles sont très attirées par les activités tertiaires, notamment le commerce et les services aux particuliers.

Bon à savoir : avec son plan de développement de l'Entrepreneuriat féminin (août 2013), le Gouvernement a pour ambition de faire passer de 30 à 40 % la part de femmes créatrices d'entreprises d'ici 2017.

Les femmes dans la vie publique

La vie publique en France reste encore trop uniformément masculine.

Selon la première étude menée sur la présence des femmes dans les émissions d'informations (CSA, 2013), environ 18 % seulement des experts ou témoins interrogés sont des femmes. Les interventions des femmes représentent moins d'un tiers (30 %) du temps de parole des émissions étudiées.

Nombreuses encore sont les conférences où les femmes sont absentes des panels. Et il se constitue encore des "hauts comités" sans une seule femme.

Côté vie associative, 40 % des femmes sont adhérentes d'au moins une association en France, un taux inférieur à celui des hommes qui sont 50 %.

28 % des femmes sont bénévoles dans une association ou un autre type d'organisme, alors que les hommes sont 35 %. Un tiers des présidents d'association sont des femmes. Elles dirigent plus fréquemment des associations culturelles (44 % des présidents y sont des femmes). Elles occupent également 40 % des présidences d'associations des secteurs de l'éducation/formation/insertion et de l'action humanitaire et caritative.

Aux élections, le peuple français est représenté par près de 80 % d'hommes, alors que les femmes représentent 53 % de l'électorat. Même si des progrès considérables ont été accomplis, la parité est donc loin d'être atteinte dans le monde de la politique : seulement 26 % de femmes sont aujourd'hui députées ou sénatrices.

Depuis le 23 juillet 2008, il est pourtant inscrit dans la Constitution française (article 1) que "La loi favorise l'égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives, ainsi qu'aux responsabilités professionnelles et sociales".

Malgré les réformes législatives  (plusieurs textes ont été adoptés pour favoriser la place des femmes dans la vie politique), les femmes restent encore minoritaires parmi les élus. Car si la loi sur la parité a permis de faire élire beaucoup plus de femmes dans les conseils municipaux (40 % des conseillers municipaux élus depuis les élections municipales de 2014) et régionaux (48 % de femmes), les femmes n'ont pas forcément accédé à des fonctions de responsabilité locale (seulement 16 % des maires).

Dans les conseils généraux, les résultats sont pour l'instant décevants (13,9 % des conseillers généraux sont des femmes).

A l'échelon national, malgré une augmentation de la représentation des femmes, on ne compte encore que 27 % de femmes à l'Assemblée nationale et 25 % au Sénat.

Enfin au Parlement européen, on compte 36 % de femmes députées. A noter : avec 43,2 % de femmes, la France fait mieux que la moyenne européenne (36,4 %).

L'insertion professionnelle des femmes en Ile-de-France

L'Ile-de-France offre aux femmes plus d'opportunités de carrière que d'autres régions françaises, grâce notamment à la forte représentation du secteur tertiaire et des services.

Les Franciliennes, qui constituent aujourd'hui 52 % de la population active régionale, ont un taux de chômage moins élevé en Ile-de-France (8,5 %) que dans les autres régions françaises (10,1 %).

Le taux d'activité des femmes atteint 79 % en Ile-de-France contre 87 % pour les hommes. Il atteint 87 % des femmes pour les 25-55 ans (95 % pour les hommes).

Les femmes occupent 2,7 millions d'emplois dans la région : 37 % des femmes travaillent dans l'administration publique, l'enseignement et la santé. Selon les chiffres clés 2013 de l'IAU, 40 % des Franciliennes sont employées. Les femmes cadres sont sur-représentées dans les Hauts-de-Seine et à Paris.

En Ile-de-France, 46 % des femmes sont diplômées du supérieur, avec des disparités selon les départements : + de 60 % de diplômées du supérieur à Paris intra-muros contre 25 % en Seine-et-Marne.

Pour les femmes non diplômées, elles sont en moyenne 13 % sur le territoire francilien, avec un pic de  20 % en Seine-Saint-Denis.

Parmi les apprentis, 39 % sont des femmes en Ile-de-France.

Bon à savoir : la politique familiale permet aux femmes qui travaillent de poursuivre leur activité : 83 % des mères sont actives.

Au-delà de 55 ans, seules 50 % des Franciliennes restent en activité (contre 58 % pour les hommes).

Les emplois salariés précaires concernent autant les femmes que les hommes en Ile-de-France, alors qu’en province les femmes sont un peu plus nombreuses à occuper ce type d’emplois (15 % des femmes, contre 13 % des hommes - Insee 2012).

Les Franciliennes actives travaillent 4 fois plus à temps partiel que les Franciliens actifs (20 % des femmes contre 5 % des hommes). Ce rapport est de 6 (31 % contre 5 %) en province (Insee données 2010).

Côté création d'entreprise, 27 % des entreprises franciliennes ont été créées par des femmes.

A noter : les hommes sont plus nombreux dans le secteur privé que les femmes (82 % des hommes, contre 73 % des femmes) qui sont plus présentes dans le secteur public.

En Ile-de-France comme dans le reste de l'Hexagone, les choix des femmes se concentrent fortement sur certains métiers stéréotypés : assistantes maternelles, secrétaires de direction, enseignantes, employées de maison, etc. Si certains métiers qualifiés - médecin, avocat, journaliste, etc. - s'ouvrent plus largement aux femmes qu'autrefois, cela ne signifie pas pour autant qu'à l'intérieur de ces professions existe une véritable égalité hommes-femmes.

Enfin l’Ile-de-France est la région où les salaires sont les plus élevés, féminins comme masculins, mais les différences genrées sont aussi les plus accentuées. Les femmes ont des revenus inférieurs à ceux des hommes dans toutes les catégories socioprofessionnelles, à l’exception de la catégorie "employé", très féminisée.

Ainsi, les femmes gagnent moins que les hommes avec des écarts de salaires qui persistent (- 26 %) bien que les femmes soient de plus en plus diplômées. Dans les Yvelines, les femmes gagnent en moyenne 35 % de moins que les hommes, - 31 % dans les Hauts-de-Seine. En Seine-Saint-Denis, l'écart est moindre (- 17 %).

Des actions en faveur de l'égalité des chances entre femmes et hommes

Pour permettre une plus grande mixité, donner leur chance aux femmes dans tous les secteurs d'activités de nombreuses actions sont menées au niveau national, régional et local.

Contrat pour la mixité des emplois

Le contrat pour la mixité des emplois et l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes est une mesure gouvernementale permettant aux entreprises qui s'engagent à employer des femmes dans des métiers traditionnellement occupés par des hommes d'obtenir un financement de l'Etat pour assurer leur formation et des aménagements matériels de poste de travail ou de locaux.

Aide à la garde d'enfants pour parents isolés

En tant que parent isolé de jeunes enfants qui reprenez un emploi ou entrez en formation, vous pouvez bénéficier, sous certaines conditions, de la part de Pôle emploi, d'une aide à la garde d'enfants. Cette aide peut également être attribuée aux personnes non inscrites comme demandeur d'emploi qui reprennent une activité dans le cadre d'un emploi d'avenir.

Prix de la vocation scientifique et technique des filles (PVST)

Ce prix de la vocation scientifique et technique des filles (PVST), organisé par le ministère des Solidarités et des Cohésions sociales, est destiné aux lycéennes des classes de terminales scientifique, technologique et professionnelle. Il vise à promouvoir l'égalité des chances entre filles et garçons en encourageant les jeunes filles à s'orienter, après leur bac, vers les formations scientifiques et techniques où elles sont minoritaires (moins de 40 % des effectifs). Ce prix récompense chaque année 650 élèves de terminale d'une dotation de 1 000 euros chacune.

Prix Irène Joliot-Curie

Créé en 2001 par le ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche et soutenu par la Fondation d'entreprise EADS, le prix Irène Joliot-Curie est destiné à récompenser les actions entreprises pour favoriser la présence des jeunes filles dans les études scientifiques et techniques et promouvoir la place des femmes dans le domaine de la recherche en France. Ce prix met en lumière des carrières exemplaires de femmes de sciences qui allient excellence et dynamisme.

En 2011, ce prix qui a fêté ses dix ans, était doté de 70 000 euros répartis entre les 3 catégories : "Femme scientifique de l'année" (40 000 euros),  "Jeune femme scientifique" (15 000 euros) et "Parcours femme entreprise" (15 000 euros).

Fonds de garantie à l'initiative des femmes (FGIF)

Le Fonds de garantie à l'initiative des femmes (FGIF) est destiné à toutes les femmes qui souhaitent créer, reprendre ou développer une entreprise de moins de 5 ans quel que soit, leur statut professionnel ou la forme juridique et le secteur d’activité.  Ce dispositif permet à l’Etat de garantir le prêt bancaire en se portant caution.

Prix d'excellence égalitaire Hubertine Auclert

Le Prix d'excellence égalitaire Hubertine Auclert est destiné à récompenser le caractère égalitaire d'une action ou d'un support, tels les manuels scolaires.
Sur la base d'une étude menée par le Centre Hubertine Auclert selon une méthodologie rigoureuse, un jury d'experts, présidé par une personnalité référente, désigne ainsi les lauréats.

GEES, label européen pour l'égalité professionnelle

Six grands groupes internationaux (BNP Personal Finance, PSA Peugeot Citröen, L'Oréal, Orange, General Electric Energy Europe et Randstad) ont reçu le 1er Label Européen pour l'égalité professionnelle GE-ES (Gender equality european standard) en 2011. Ce label est délivré pour 3 ans. Il permet d'identifier le niveau de performance des pratiques égalitaire au sein d'une entreprise.

L'Association Arborus est à l'initiative de ce prix destiné à récompenser l'engagement des entreprises en faveur de l'égalité hommes-femmes.

Label Egalité Professionnelle femme-homme

Créé en 2005 par les pouvoirs publics, le Label Egalité professionnelle délivré par AFNOR Certification reconnait les bonnes pratiques mises en œuvre efficacement par les organismes privés ou publics pour garantir durablement l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes.

Cet outil aide les employeurs à mettre en place des actions concrètes et performantes, en collaboration avec leurs partenaires sociaux, pour garantir au quotidien l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Il s'agit pour les entreprises d'une démarche volontaire.

"Femmes et Dirigeantes" ESCP Europe

Le parcours " Femmes et Dirigeantes " fait partie d’un programme très riche de formation et sensibilisation, visant également à transformer l’environnement de travail des femmes. Il s'agit notamment d’améliorer les comportements managériaux en environnement mixte et de comprendre le mécanisme des stéréotypes qui entravent l’évaluation du potentiel des femmes, de mieux gérer la richesse de la mixité des équipes et ainsi de gagner en performance.

Plan régional d’égalité d’accès à l’emploi

Le Plan d'actions concertées pour l'égalité d'accès à l'emploi et dans le travail en Ile-de-France a fait l'objet d'une déclaration commune signée par l'Etat, le Défenseur des droits, la Région Ile-de-France et les partenaires sociaux franciliens , sur la promotion d'une politique volontariste en faveur de l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes ; l'accès et le maintien dans l'emploi des travailleurs handicapés ; l'accès, le maintien et l'évolution dans l'emploi des seniors ; l'articulation entre les discriminations liées à l'origine et les territoires. 

Contacts utiles

Centre national d'information et de documentation des femmes et des familles (CNIDFF)

La maison de l'information
7 rue du Jura
75013 Paris
Tel : 01.42.17.12.00

http://www.infofemmes.com

Liens utiles

Métiers et secteurs
Egalité professionnelle

Ce portail recense les pratiques d'égalité professionnelles dans les entreprises.

http://www.egaliteprofessionnelle.org
Femmes-emploi.fr

Soutenue par les pouvoirs publics, ce site est initiative de 2 structures : les éditions Lunes, spécialisées sur la diffusion d'information sur le thème de l'égalité entre les femmes et les hommes et l'Union nationale Retravailler qui est un acteur majeur de la formation et de l'orientation des femmes.

http://femmes-emploi.fr
Retravailler

A travers ses 19 associations territoriales, Retravailler participe à la promotion et au développement des actions favorisant l'égalité professionnelle des femmes et des hommes en Europe.

http://www.retravailler.org
Girls in Tech Paris

La mission du groupe français, lancé en mai 2010 par Mounia Rkha et Roxanne Varza, est notamment de mettre en valeur les femmes et les parcours dans la technologie afin d’encourager la mixité dans un milieu traditionnellement masculin.

http://gitparis.com/
Femmes.gouv.fr

Portail ministériel mettant en avant les actions et études relatives aux femmes : égalité professionnelle, droit à disposer de son corps, parité, etc.

http://femmes.gouv.fr/
Financi'Elles

Financi'Elles,  Fédération sectorielle regroupant plusieurs réseaux internes de femmes cadres du secteur de la banque, de la finance et de l'assurance, vise à promouvoir l’image de marque du secteur financier et notamment des entreprises actives en matière de parité et de mixité.

http://www.financielles.org/
Cyber-Elles, "Les femmes qui font le web"

Cyber-Elles est une association professionnelle d’e-entrepreneuses et dirigeantes qui fédère des femmes ayant la passion d’entreprendre et/ou de développer leur potentiel dans le secteur de l’internet et des nouveaux media.

http://www.cyberelles.com/
Le réseau Femmes Business Angels

Pour favoriser la création d'entreprises, le réseau Femmes Business Angels met en relation des investisseuses à forte expérience managériale avec des porteurs de projets (hommes ou femmes) d'entreprises innovantes à fort potentiel.

http://www.femmesbusinessangels.org/fba
Choix de formations - orientation
Egalité des chances, Ministère de l'Education Nationale

Plusieurs documents sont à télécharger sur le site du ministère de l'Education nationale sur la thématique de l'égalité des chances entre les filles et les garçons dans le système éducatif français et européen.

http://www.education.gouv.fr/cid4006/egalite-des-filles-et-des-garcons.html
Femmes et sciences

Cette association agit pour renforcer la position des femmes exerçant des carrières scientifiques et techniques dans les secteurs publics et privés, promouvoir l'image des sciences chez les femmes et l'image des femmes dans les sciences et inciter les jeunes filles à s'y engager.

http://www.femmesetsciences.fr
Association Pascaline

Depuis 2011, l'association Pasc@line a entamé auprès des prescripteurs d'orientation (parents, enseignants, CIO, presse...) une campagne destinée à lutter contre les stéréotypes qui freinent l'orientation des jeunes filles vers les métiers du numérique, en en soulignant les aspects extrêmement divers.

http://www.assopascaline.fr/
Femmes du numérique

Femmes du numérique est tout d'abord une nouvelle commission au sein du syndicat professionnel qu'est Syntec Numérique. Son site informe sur les actions et initiatives déployées sur le terrain pour donner une place aux femmes dans le numérique.

http://www.femmesdunumerique.fr
Ecoles - organismes de formation
Grandes Ecoles au Féminin

Le Groupe Grandes Ecoles au Féminin (GEF) réunit des représentants des associations d'anciennes élèves de 10 grandes écoles (Centrale Paris, ENA, École des Ponts ParisTech, ESCP Europe, ESSEC, HEC, INSEAD, Mines ParisTech, Polytechnique et Sciences Po) soutient la promotion professionnelle des diplômées des grandes écoles.

http://www.grandesecolesaufeminin.net/
Emploi et recrutement
Femmes chefs d'entreprise France

Interprofessionnelle, apolitique et non gouvernementale, cette association a pour objectif premier la prise de responsabilités des femmes chefs d'entreprises dans la vie économique et le renforcement de leur présence dans les instances décisionnelles au niveau local, régional et national.

http://www.fcefrance.com/
FGIF, Fonds de garantie à l'initiative des femmes

Le FGIF est un dispositif de garantie financière en faveur des femmes. Il peut être attribué à toutes les femmes qui veulent créer, développer ou reprendre une entreprise. 

http://www.franceactive.org/default.asp?id=82&mot=FGIF
IRFED Europe

Cette association a mis en place un dispositif d'aide et d'appui à la création d'entreprise pour des femmes de nationalités, de cultures ou d'origines étrangères, en situation de précarité devant l'emploi, et porteuses d'un projet de création d'activité économique.

http://www.irfed-europe.org
Arborus

Cette association a pour objectif la promotion des femmes dans la prise de décision. Face au constat que les femmes sont freinées dans leurs parcours professionnels, elle propose aux entreprises et d'une façon globale à l'ensemble de la société de ne plus se priver de la compétence des femmes.

http://www.arborus.org/
Les pratiques d'égalité professionnelles dans les entreprises

Ce site, créé par l'ORSE (Observatoire de la responsabilité sociétale des entreprises), avec pour objectif de promouvoir l'égalité professionnelle comme enjeu de responsabilité sociale des entreprises.

http://www.egaliteprofessionnelle.org/
Fédération française business and professional women (BPW France)

La Fédération BPW France vise à promouvoir l'égalité professionnelle femmes-hommes et lutte contre les discriminations dans le monde du travail. 

http://www.bpw.fr/fr/accueil.html
Association française des femmes diplômées de l'université

Cette association se joint à tous les efforts pour l’éducation et la promotion de la femme, favorise l’insertion ou la réinsertion dans la vie professionnelle et l’accès des femmes aux postes de responsabilité, et assure la représentation des femmes diplômées auprès des pouvoirs publics.

http://www.affdu.fr/
Action de femmes

Cette association souhaite promouvoir la présence des femmes dans les conseils d’administration et les hauts lieux de décision.

http://www.actiondefemme.fr/
Accent sur Elles

Le programme Accent sur Elles a pour objectif d'encourager et de faire rayonner les talents féminins et de faire de la mixité un atout pour l’entreprise.

http://www.accenture.com/fr-fr/company/people/women/Pages/evenements-femmes.aspx
Outils pédagogiques
Centre Hubertine Auclert

Organisme associé de la Région Ile-de-France, le centre de ressources Hubertine-Auclert, en hommage à la militante du suffrage des femmes (1848-1914), est un espace d’information et d’expertise dont l’objectif est de promouvoir une culture de l’égalité entre femmes et hommes.

A signaler : l’égalithèque qui est une base de données importante : guides, formations, expositions, ouvrages, affiches, vidéos, spectacles vivants, diaporama, quiz, etc.

http://www.centre-hubertine-auclert.fr/
Préjugés et stéréotypes

Dans un contexte où les inégalités sociales restent une réalité difficilement contournable, les chercheurs en sciences humaines et sociales tentent de comprendre, d'expliquer et de proposer des solutions. Ce site a pour objectif de vous faire mieux comprendre les notions de stéréotypes, préjugés et discrimination.

http://www.prejuges-stereotypes.net/indexFlash.htm#
Outils Egalite filles-garçons

Le réseau Canopé met des outils pédagogiques à disposition pour développer l'égalite filles-garçons à l'école.

http://www.reseau-canope.fr/outils-egalite-filles-garcons.html
Lutter contre les stéréotypes

Cette vidéo réalisée par lesmetiers.net est un support pour lutter contre les stéréotypes de genre.

https://www.youtube.com/watch?v=mu0pJ_4kzas&list=UU_m1cDj42e65MFg6GaeZpkw
Quiz de sensibilisation à l’égalité filles-garçons

Un test de 10 questions est proposé sur lesmetiers.net pour aider les jeunes à mieux comprendre les enjeux de l'égalité filles-garçons.

http://www.lesmetiers.net/orientation/p2_409762/egalite-femmes-hommes-ensemble-contre-les-stereotypes
Mairie de Paris : égalité filles-garçons

Guide des ressources pour l'éducation à l'égalité des filles et des garçons, édité par la Mairie de Paris

http://www.centre-hubertine-auclert.fr/sites/default/files/fichiers/guide-des-ressources-observatoire-mairie-de-paris.pdf
Actualités spécialisées
Les nouvelles news

Un magazine d’information indépendant qui souhaite traiter l’actualité en respectant la parité.

http://www.lesnouvellesnews.fr/
Etudes et statistiques
Agence nationale pour la cohésion sociale et l'égalité des chances

L'Acsé est chargée de la conduite et du financement des actions menées en faveur des habitants des quartiers prioritaires, dans le cadre de la politique de la ville, ainsi que des actions de prévention de la délinquance et des discriminations.

http://www.lacse.fr/
Observatoire de la parité entre les femmes et les hommes

Créé en 1995, cet observatoire officiel a pour missions : l'identification, l'évaluation et l'analyse des inégalités entre les sexes dans les domaines politique, économique et social ; la production et la diffusion de données sur la situation des femmes ; l'élaboration de propositions tendant à promouvoir la mise en oeuvre de la parité entre les femmes et les hommes.

http://www.observatoire-parite.gouv.fr
Observatoire des inégalités

Organisme indépendant, l'observatoire des inégalités dresse un état des lieux par thématique : revenu, éducation, emploi et chômage, hommes et femmes, etc.

http://www.inegalites.fr/spip.php?rubrique114&id_groupe=15
Sénat - Délégation aux droits des femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes

Suivez l'actualité des débats et questions du Sénat sur l'égalité des chances entre les hommes et les femmes.

http://www.senat.fr/commission/femmes/index.html
Convention interministérielle pour l’égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif

Conclue pour la période 2013-2018, cette convention sera régulièrement suivie et évaluée par un comité de pilotage partenarial associant représentant(e)s des ministères, expert(e)s qualifié(e)s et associations, pour décliner les orientations en priorités opérationnelles et en actions concrètes et pour suivre les résultats.

http://cache.media.education.gouv.fr/file/02_Fevrier/17/0/2013_convention_egalite_FG_241170.pdf
Femmes actives dans les territoires d'Ile-de-France - 2013

Chaque année, dans le cadre de la journée internationale des droits des femmes, l’IAU Ile-de-France publie, en partenariat avec la préfecture de la région d’Île-de-France, la préfecture de Paris et le conseil régional d’Île-de-France, une analyse chiffrée sur la situation des femmes en Île-de-France et dans les huit départements. 

http://www.iau-idf.fr/fileadmin/NewEtudes/Etude_985/web_femmesactives_2013.pdf
Chiffres clés de la fonction publique

L’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans la fonction publique (édition 2014).

http://www.fonction-publique.gouv.fr/files/files/publications/rapport_annuel/CC-egalite-2014.pdf
Filles et garçons, sur le chemin de l'égalité

Edition 2014 : pour la 8e année consécutive, le ministère de l’éducation nationale et le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche rendent publique, à l’occasion du 8 mars, journée internationale des droits des femmes, une série de statistiques qui renseignent sur la réussite comparée des filles et des garçons depuis l’école jusqu’à l’entrée dans la vie active.

http://cache.media.education.gouv.fr/file/2014/08/3/FetG_2014_305083.pdf
Filles et garçons sur le chemin de l'égalité, de l'école à l'enseignement supérieur

Cette publication reflète l’engagement du système éducatif dans les objectifs de mixité et d’égalité, objectifs déclinés dans la convention interministérielle pour 2013-2018. Elle constitue un état de situation nationale, que les acteurs locaux peuvent décliner au niveau académique et au niveau des établissements scolaires.

http://www.education.gouv.fr/cid57113/filles-et-garcons-sur-le-chemin-de-l-egalite-de-l-ecole-a-l-enseignement-superieur.html
Rapport relatif à la lutte contre les stéréotypes

Ce rapport publié en octobre 2014 a été réalisé par la Commission « Lutte contre les stéréotypes et la répartition des rôles sociaux » du Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes.

http://www.haut-conseil-egalite.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_hce-2014-1020-ster-013-3.pdf
Rapport relatif à la lutte contre les stéréotypes

Ce rapport publié en octobre 2014 a été réalisé par la Commission « Lutte contre les stéréotypes et la répartition des rôles sociaux » du Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes.

http://www.haut-conseil-egalite.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_hce-2014-1020-ster-013-3.pdf
Les Femmes en Ile-de-France - Regards sur l'égalité entre les femmes et les hommes

Cet ouvrage de 2013 est le fruit d’un partenariat entre le conseil régional d’île-de-France, la préfecture de la région Île-de-France, Préfecture de Paris, l’Union Régionale des contres d’information sur les droits des femmes et des familles, avec l’expertise de l’Institut d’aménagement et d’urbanisme (IAU Île-de-France) et le soutien du Fonds social européen.  Il propose des données statistiques, des constats récents et des éléments d’analyse sur la situation des femmes et des hommes en Île-de-France.

http://www.ile-de-france.gouv.fr/Publications/Rapports-documents/Les-Femmes-en-Ile-de-France-Regards-sur-l-egalite-entre-les-femmes-et-les-hommes
Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes

Un espace de ressources regroupe l'ensemble des études sur la parité, les stéréotypes et l'égalité femmes-hommes. Il est aussi possible d'y suivre l'actualité du Haut Conseil.

http://www.haut-conseil-egalite.gouv.fr/
Rapports et documents : lutter contre les stéréotypes filles-garçons

Rapport d'études réalisé par le Commissariat généralà la stratégie et à la prospective publié en janvier 2014.

http://www.strategie.gouv.fr/sites/strategie.gouv.fr/files/archives/CGSP_Stereotypes_filles_garcons_web.pdf
Filles et garçons sur le chemin de l'égalité de l'école à l'enseignement supérieur

Pour sa 6e édition, la brochure Filles et garçons sur le chemin de l’égalité de l’école à l’enseignement supérieur 2012 compare les principales données statistiques disponibles en matière de parcours et de réussite des jeunes : répartition selon les niveaux d’enseignement, résultats scolaires, choix d’orientation, poursuite d’études après le baccalauréat et insertion professionnelle.

http://media.education.gouv.fr/file/2012/66/0/DEPP-filles-garcons-2012_209660.pdf
Infos juridiques
Défenseur des droits

Le Défenseur des droits est une autorité constitutionnelle indépendante, chargée de veiller à la protection des droits et des libertés des citoyens et de promouvoir leur égalité.
Depuis mars 2011, cette institution présidée par dominique Baudis regroupe les missions du Médiateur de la République,  du Défenseur des enfants, de la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (HALDE) et de la Commission nationale de déontologie de la sécurité (CNDS). 

http://www.defenseurdesdroits.fr/
Autres
Ministère du Travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social

Le site officiel du Ministère du Travail vous informe sur les actions menées. A consulter notamment : les "grands dossiers" sur l'égalité professionnelle ou sur l'éducation à l'égalité.

http://travail-emploi.gouv.fr/espaces,770/travail,771/dossiers,156/gestion-des-ressources-humaines,474/egalite-professionnelle,506/
CNIDFF, Centre national d'information sur les droits des femmes et des familles

La vocation des différents centres d'information sur les droits des femmes est de valoriser la place de la femme dans la société, favoriser son autonomie dans les domaines juridique, professionnel, économique, social et familial.

http://www.infofemmes.com
Plan d’actions pour l’égalité d’accès à l’emploi en Ile-de-France

Le Plan d’actions concertées pour l’égalité d’accès à l’emploi et dans le travail en Ile-de-France a fait l’objet d’une déclaration commune signée par l’Etat, le Conseil régional d’Ile-de-France et les partenaires sociaux franciliens, sur la promotion d’une politique volontariste en faveur notamment de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes.

http://www.egaliteeniledefrance.fr/
Institut Emilie du Châtelet

L'Institut Emilie du Châtelet (IEC) est né en 2006, à l'initiative du Conseil régional d'Ile-de-France. Sa création s'inscrit parmi différentes initiatives visant à combler le retard de la France en matière de recherches sur les relations hommes-femmes et sur la contrainte de genre.

http://www.institutemilieduchatelet.org/
Femmes 3000

La fédération Femmes 3000 est membre du comité français ONG/ONU. Elle a pour mission de donner de la visibilité aux femmes et à leurs projets. Elle rassemble les femmes pour augmenter leur participation dans la vie publique, économique et sociale, développer des projets qui les rendent visibles, faire reconnaître leurs compétences, encourager la prise de risque, travailler sur l'égalité des chances dans tous les domaines.

http://www.femmes3000.fr/index.php?id=29
Observatoire de l'égalité de la Mairie de paris

Engagée pour l'égalité entre les femmes et les hommes, la Ville de Paris a créé un Observatoire de l'égalité qui s'est fixé comme triple objectifs d'amplifier la lutte contre toutes les violences faites aux femmes, de promouvoir l'égalité professionnelle, et enfin de renforcer la diffusion de ces valeurs d'égalité auprès des jeunes.

http://www.paris.fr/politiques/citoyennete/egalite-femmes-hommes/p4990
La barbe

Groupe d’action féministe qui investit les lieux de pouvoir, traditionnellement dominés par les hommes, en portant des barbes.

http://www.labarbelabarbe.org/La_Barbe/Accueil.html