Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Benjamin Laible

Infographiste et webdesigner freelance, Paris (75)
Date de l'interview : 01/09/2008

La phase de création et la finalisation d'un projet sont les moments les plus forts pour moi.

Autodictate passionné de création web, Benjamin Laible cultive ses talents dans des projets polyvalents.

Quel est votre parcours ?

J'ai plutôt un profil d'autodidacte. Après un bac littéraire option arts plastiques, j'ai commencé très tôt à travailler dans différentes agences web, ce qui m'a permis d'acquérir de l'expérience sur le terrain. J'ai également réalisé de nombreux projets personnels et je me suis formé grâce à la lecture d'ouvrages et de magazines professionnels.

Quand vous êtes-vous passionné pour Internet ?

Dès mon plus jeune âge, j'étais passionné par le graphisme, le dessin et l'art en général. Dans les années 90, j'ai découvert le monde naissant d'Internet. La possibilité de publier mes propres pages en ligne m'a donné envie de bricoler mes 1ers sites web. Depuis, j'ai suivi toute l'évolution du web : l'arrivée de la technologie Flash, l'apparition des feuilles de style, les vidéos en ligne, le web 2.0, etc. Mes intérêts m'ont tout naturellement conduit au métier de webdesigner.

Quel est votre quotidien de webdesigner free-lance ?

Je travaille principalement sur 2 types de projets : la création de sites Internet (graphisme et intégration) et la réalisation d'animations en Flash (présentations, éléments animés, bannières pub, etc). A cela s'ajoute la création de mailings, de visuels, de logos et parfois aussi de documents print.
Ma journée de travail est partagée entre le relationnel avec les clients (emails, téléphone et réunions) et la création elle-même. En ce qui concerne la partie créative, j'essaie de m'adapter au maximum aux contraintes et aux objectifs d'un projet et à l'univers du client, tout en essayant de trouver de nouvelles idées pour sortir des sentiers battus.
Depuis 5 ans, je travaille en free-lance grâce à mon carnet de contacts constitué au fil des années, au bouche-à-oreille, et aussi à mon site Internet www.design216.com, qui est bien référencé et génère de nouveaux contacts. Les demandes sont importantes. La polyvalence que j'ai développée me permet de travailler à différentes étapes d'un même projet. Contrairement à certains directeurs artistiques web, qui se consacrent à 100% à la création graphique, je maîtrise l'intégration en html/css et peux donc travailler sur des créations de sites web complets comportant une 1re étape graphique, puis une 2e étape d'intégration.

Qu'est-ce qui vous plaît le plus dans votre métier ? Quelles qualités requiert-il ?

L'un des aspects positifs de mon métier d'indépendant est la diversité des tâches. La phase de création, et la finalisation d'un projet constituent néanmoins les moments les plus forts pour moi.
Mon activité requiert un certain talent pour la création, un intérêt pour le monde du web et ses évolutions, un sens de l'écoute et de l'adaptation, et surtout beaucoup de motivation et de passion

Comment voyez-vous l'évolution du webdesign ?

Avec l'arrivée de nouvelles technologies, l'augmentation des bandes passantes et la multiplication des sites commerciaux, le métier de webdesigner a déjà beaucoup évolué. Je pense que cela va continuer, car l'engouement pour le web ne faiblit pas. Pour ne pas se retrouver dépassé, il est nécessaire de toujours garder un oeil ouvert sur ce qui se fait et de se former en permanence.

Quelques conseils avisés ?

Créez ! Lancez-vous dans la réalisation de visuels et de sites Internet ! Pour maîtriser les logiciels indispensables et découvrir de nouvelles pistes graphiques, vous devez pratiquer : c'est la seule façon d'apprendre réellement le métier de webdesigner.

Propos recueillis par Annie Poullalié