Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

domaine

Les métiers du dessin

Domaines : Art – Culture - Audiovisuel, BTP - Architecture, Information - Communication
Avril 2014
Voir le dossier complet

Les métiers du dessin dans la mode

Les professionnels de la mode dessinent des croquis et des patrons, points de départ indispensables à leurs réalisations et créations. Le dessin de mode conjugue technique et imagination.

Tailleur-couturier / Tailleuse-couturière

Le tailleur-couturier fabrique des vêtements sur mesure et à la commande. Il effectue également des retouches sur des vestes, des pantalons, des robes ou des jupes, neufs ou déjà portés, pour les remettre à la taille de son client.

C'est un métier créatif qui plaira aux amateurs de belles couleurs et de matières somptueuses ! Il exige de la rigueur, de la patience et de la minutie. La moindre erreur peut remettre en cause un travail de plusieurs heures. Le tailleur-couturier doit se montrer très exigeant et porter une grande attention à son ouvrage.
Les travaux de couture à la main sont longs. Ils peuvent prendre plusieurs semaines voire plusieurs mois, notamment en haute couture. Les outils de découpe et de couture sont petits. La manipulation des machines nécessite une grande habileté. Les gestes doivent être précis.

Dispensée en lycée professionnel ou en CFA, la formation au métier de la couture et à ses spécialités vous est accessible après la classe de 3e. Elle s'effectue en 2 ans, dans le cadre d'un CAP métiers de la mode (vêtement flou ou vêtement tailleur).

Vous pouvez utilement compléter ce premier diplôme en préparant une MC essayage-retouche- vente (niveau CAP) ou un BP vêtement sur mesure options couture flou, tailleur homme ou tailleur femme (niveau bac).

Par ailleurs, vous pouvez aussi opter pour un bac pro métiers de la mode-vêtements qui se prépare en 3 ans après la 3e ou en 2 ans après un CAP du secteur.

Enfin, vous pouvez envisager le DMA costumier-réalisateur (bac + 2), diplôme tourné vers l'univers du spectacle, qui  se prépare après un bac pro métiers de la mode, un bac STD2A, ou un bac général avec une mise à niveau en couture, etc.

Les ateliers indépendants embauchent des tailleurs-couturiers pour le compte de maisons de haute couture ou de confection de luxe. Les maisons de haute couture recrutent elles-mêmes quelques tailleurs couturiers. Faire carrière dans de telles entreprises est une chance rare. Les boutiques de retouches et de services créent de plus en plus d'emplois dans le secteur.

Voir la fiche détaillée.

Styliste de mode

Le styliste de mode est un créateur de vêtements et d'accessoires. Il anticipe les courants de mode puis dessine des modèles en tenant compte des contraintes techniques de fabrication et de l'image de marque qu'il représente. Il réalise des pièces qui seront fabriquées en série ou de façon unique pour la haute couture.

Dynamique, le styliste travaille souvent plus de 12 h par jour, notamment au moment des présentations des collections et des salons. Doué pour le travail en équipe, il sait organiser le travail de chacun avec souplesse et fermeté à la fois. Polyvalent, il sait utiliser les logiciels informatiques et prévoir le coût total d'une collection.

Pour réussir dans ce métier, vous devez vous tenir informé des tendances de la mode dans le monde entier.

Le bac pro métiers de la mode - vêtements, qui se prépare en 3 ans après la 3e ou en 2 ans après un CAP, est le diplôme de base de la profession.

Vous pouvez aussi, à partir de la seconde générale et technologique, préparer le bac techno STD2A pour accéder directement (sur dossier) au BTS design de mode, textile et environnement en 2 ans.

A défaut de cette série de bac, vous devrez suivre une année de mise à niveau en arts appliqués (MANAA). La sélection est rigoureuse à l'entrée de cette classe et les places sont rares.

Après le BTS, il est conseillé de poursuivre en école d'art afin de s’insérer plus facilement dans le monde professionnel.

Une poursuite d'études est notamment envisageable vers le DSAA design mention mode (à l'école Duperré, Paris) ou design de mode innovation textile (à l’ENSAAMA - Olivier de Serres à Paris, Lycée La Martinière Diderot à Lyon ou Ecole supérieure arts appliqués et textile à Roubaix). Les DSAA se préparent en 2 ans et donnent un niveau bac + 4.

Par ailleurs, l'ENSAD (Ecole nationale supérieure des arts décoratifs), appelée aussi Arts Déco, dont l’entrée en formation se fait sur concours, prépare en 5 ans au diplôme spécialisation design-vêtement. Cette école forme des créateurs en design textile et design produit (stylisme).

Il existe également de nombreuses écoles de mode privées formant en 2 ou 3 ans des stylistes de mode. L’ESMOD (Ecole supérieure des arts et techniques de la mode), le Studio Berçot, l'Ecole de la chambre syndicale de la couture parisienne et l’ISAA (Institut supérieur des arts appliqués) font partie des écoles les plus fréquemment citées par les recruteurs.

Le métier offre des débouchés limités et la concurrence est très rude. Il est difficile de se faire un nom dans le milieu de la mode. Les maisons de haute couture emploient de nombreux stylistes et d'assistants stylistes. Le secteur du prêt-à-porter est très diversifié : création de vêtements pour hommes, femmes, enfants, sport et poupées ! Les besoins en stylistes se font de plus en plus grands dans les bureaux de stylisme. Les grands magasins et les centrales d'achats emploient également des stylistes pour définir les collections et même participer aux achats.

Voir la fiche détaillée.

Modiste

Le modiste est un créateur de chapeaux. Si le chapelier travaille le plus souvent pour des hommes, le modiste, lui, travaille généralement pour des femmes. Il confectionne les chapeaux, les transforme ou les répare. C'est un artisan qui réalise à la main et sur mesure bibis, capelines, toques ou voilettes.

Ce professionnel doit faire preuve d'un réel goût artistique et sans cesse se renouveler pour créer des modèles uniques. Il connaît parfaitement la mode et sait adapter ses créations aux exigences de ses clients. Précision et attention sont également les maîtres mots de la profession. Une erreur de mesure, de coupe ou de taille est fatale.

Le CAP métiers de la mode : chapelier-modiste, qui se prépare en 2 ans après la classe de 3e, vous offe le premier niveau d’accès à la profession.

En 2 ans après le CAP ou en 3 ans après la 3e, vous pouvez préparer le bac pro métiers de la mode - vêtements.

En vue d’une spécialisation, après un CAP ou un bac pro, vous pouvez suivre en 1 an la FCIL (Formation complémentaire d’initiative locale) mode et accessoires.

Les ateliers de fabrication artisanale sont peu nombreux mais concentrés en Ile-de-France. Ils constituent les principaux recruteurs de modistes. Ces ateliers travaillent pour les grands couturiers, notamment avant la présentation des défilés, deux fois par an. Ils participent également à la création de costumes de spectacles.

Rares sont les modistes à avoir su se faire un nom dans la profession après quelques années d'expérience. Ils possèdent leur propre clientèle et travaillent donc en indépendants.

Voir la fiche détaillée.

Modéliste

Le modéliste donne vie aux vêtements dessinés par un styliste. Il analyse l'ébauche, la découpe en pièces pour ensuite réaliser un patron ou un modèle en tissus avec tous les repères de couture.

Perfectionniste et réactif, le modéliste doit parfois passer beaucoup de temps pour réaliser la forme de vêtement conforme à l'imagination d'un styliste. En plus de son grand savoir-faire technique, il faut une bonne dose d'imagination pour donner vie aux propositions du styliste.

L’obtention du bac pro métiers de la mode - vêtements peut être une première étape pour s'insérer dans le domaine du modélisme. Ce diplôme est accessible en 3 ans après la 3e ou en 2 ans après un CAP du secteur.

Pour trouver un emploi de modéliste, il est cependant préférable de préparer un diplôme de niveau bac + 2 : BTS métiers de la mode - vêtement, BTS design de mode, textile et environnement option mode, etc.

Ils s'obtiennent en 2 ans, généralement après un bac technologique STD2A (sciences et technologies du design et des arts appliqués) ou après un bac général ou technologique complété par une année de mise à niveau en arts appliqués (MANAA).

Enfin, la plupart des écoles privées de mode proposent une double formation en stylisme et modélisme, dont le coût est souvent élevé (entre 5 000 et 7 000 euros par an).

Salarié, le modéliste travaille au sein d'un atelier, qui regroupe stylistes, couturières et mécaniciennes-modèles. Mais il peut aussi être free-lance, travaillant alors chez lui. Surtout présents à Paris, les maisons de haute couture et les créateurs recrutent régulièrement de jeunes modélistes, à condition qu'ils possèdent à la fois le diplôme requis et une certaine expérience.
Les grandes chaînes de textile, qui renouvellent leurs collections plusieurs fois par saison, emploient également des modélistes.

Voir la fiche détaillée.

Patronnier-gradeur / Patronnière-gradeuse

Pour réaliser les patrons ajustés aux différentes tailles, le patronnier-gradeur s'appuie sur le prototype de vêtement réalisé par le modéliste. Il peut travailler aussi bien pour une collection de haute couture que pour du prêt-à-porter fabriqué en série.

Le dessin d'un patron exige rigueur et précision. La moindre erreur de calcul, une boutonnière mal placée sur un patron, et ce sont des centaines ou des milliers de vêtements à refaire. Ce métier exige de la disponibilité et de l'adaptabilité. Deux fois par an, parfois plus, les entreprises textiles présentent leurs nouvelles collections. Les horaires sont alors lourds et imprévisibles et il faut savoir gérer le stress !

Pour accéder au métier, il est possible de commencer votre formation par le CAP métiers de la mode, qui se prépare en 2 ans après une classe de 3e, ou le bac pro métiers de la mode, en 3 ans après la 3e (également possible en 2 ans après le CAP).

De niveau bac, il existe aussi un BP vêtement sur mesure (3 spécialisations : tailleur dame, tailleur homme, couture flou), diplôme plus spécialisé que le bac professionnel.

La FCIL (formation complémentaire d’initiative locale) toiliste-patronnière permet, après un CAP ou un bac pro des métiers de la mode, d’acquérir une spécialisation (coupe, moulage et conception de vêtements) en 1 an. Ce diplôme n’est proposé que dans un seul établissement à Paris (lycée Paul Poiret).

La FCIL modélisme lingerie et homewear  vous offre, en 1 an après le bac, une spécialisation en modélisme, patronage, gradation et métrage dans le domaine particulier de la lingerie. Cette formation unique est dispensée au lycée Marie Laurencin (Paris).

Enfin, le BTS métiers de la mode –vêtement (bac + 2), fort apprécié des recruteurs, constitue une voie privilégiée pour l’insertion professionnelle. Il est accessible après un bac général, technologique (STI2D) ou le bac pro métiers de la mode.

De nombreuses PME du secteur textile recourent aux services du patronnier-gradeur. Il s'agit soit de bureaux de création et de stylisme, soit directement de petites entreprises de confection qui gèrent leur production de A à Z, de la création à la production.

L'industrie textile recrute également des patronniers-gradeurs pour ses bureaux d'études. Il s'agit de très grosses entreprises, souvent à dimension internationale, qui créent et dimensionnent les modèles en Europe.

Voir la fiche détaillée.

Maroquinier / Maroquinière

Le maroquinier reproduit ou crée des sacs à main, des porte-monnaie, des portefeuilles, des bracelets-montres ou encore des ceintures à partir de cuirs, de tissus et de plastiques. Il travaille sur commande et, dans certains cas, vend lui-même ses articles au public

A la fois technique et créatif, le maroquinier se consacre aux formes, aux matières et aux couleurs et crée de nouveaux modèles à chaque saison. Précis et rigoureux, il apporte une attention particulière au choix des matières et aux finitions.

Le CAP maroquinerie, le CAP chaussure, le CAP sellerie générale, le CAP sellier-harnacheur vous permettent d'accéder aux métiers du cuir. Chacune de ces formations dure 2 ans et est dispensée en lycée professionnel ou en centre de formation d'apprentis (CFA).

Suite à la réforme de la voie professionnelle, le BEP métiers de la mode et industries connexes, dominante maroquinerie n'est plus proposé depuis la rentrée 2009.
A la place, il vous est possible de préparer un bac professionnel en 3 ans après la classe de 3e (ou en 2 ans après le CAP) comme le bac pro métiers du cuir, option maroquinerie ou le bac pro métiers de la mode et du vêtement.

Le bac techno STI génie mécanique, option matériaux souplesse prépare en 3 ans après la classe de 3e. La formation peut être poursuivie jusqu'à un niveau bac + 2 avec le BTS industries des matériaux souples, option productique ou option modélisme industriel.

Les entreprises artisanales, dont la taille est variable, de 3 à 50 employés, fabriquent surtout des articles en cuir, de luxe. Le travail s'effectue prioritairement à la main. Il est possible - avec de l'expérience - de s'installer à son compte.

Les entreprises industriellesproduisent des articles en matériaux composites, comme les plastiques. Les machines remplacent le travail à la main.

Voir la fiche détaillée.

Costumier-habilleur / costumière-habilleuse

Le costumier-habilleur crée des vêtements actuels ou d'époque pour les besoins de films, de téléfilms, de publicités, de comédies musicales, ou encore de pièces de théâtre. Il prend soin de garder les costumes propres et en bon état. Dans certains cas, il aide aussi les comédiens à s'habiller.

Ce professionnel est avant tout cultivé, patient, créatif et minutieux. Travaillant avec ses mains, il sait à la fois dessiner, découper et coudre. Les pièces qu'il réalise sont uniques et très souvent dignes d'être exposées dans des musées. Grâce à son grand sens du détail, il sait mettre en valeur le costume et le comédien qui le portera.

Plusieurs voies sont possibles pour accéder au métier de costumier-habilleur. Certains professionnels ne possèdent aucun diplôme et ont appris le métier sur le tas. Mais une formation aux métiers d'art vous permet d'accéder directement à la profession. Le CAP métier s de la mode,  vêtement flou est une première étape vers les diplômes de niveau supérieur.

Suite à la réforme de la voie professionnelle, le BEP métiers de la mode et des industries connexes n'est plus proposé depuis la rentrée 2009. A la place, il vous est possible de préparer un bac professionnel en 3 ans après la classe de 3e (ou en 2 ans après le CAP) comme le bac professionnel métiers de la mode et du vêtement.

Après le CAP, vous pouvez préparer la FCIL (formation complémentaire d'initiative locale) entretien et rénovation des costumes de théâtre (en 1 an).

Au niveau bac, le diplôme de technicien des métiers du spectacle (DTMS) option techniques de l'habillage se prépare en 2 ans. Ce dernier n'est pas proposé en Ile-de-France.
L'acquisition d'un DMA costumier réalisateur en 2 ans, de niveau bac + 2, vous permet de devenir assistant costumier.

Toutefois, les 2 voies royales sont l'ENSATT (Ecole nationale supérieure des arts et techniques du théâtre) de Lyon et l'Ecole supérieure des arts dramatiques du Théâtre national de Strasbourg. Ces 2 formations sont accessibles à bac + 2 et se préparent en 3 ans.

Les entreprises du spectacle comme les compagnies de théâtre, les maisons de production de films ou les associations culturelles embauchent des costumiers-habilleurs.
Chaque chaîne de télévision propose des places aux costumiers-habilleurs débutants. Ils sont alors chargés de choisir les vêtements des présentateurs ainsi que les bijoux et accessoires qu'ils doivent porter.

Les plus expérimentés peuvent aussi entrer au service de grandes maisons comme la Comédie française ou rejoindre des ateliers de réalisation privés.

Voir la fiche détaillée.

Maquilleur / Maquilleuse

maquilleuse-de-cinema_383x209.jpgSur un plateau de cinéma, dans les coulisses d'un théâtre ou d'un défilé de mode, la maquilleuse réalise le maquillage des acteurs et mannequins selon les besoins. Il s'agit aussi bien d'embellir le visage de la jeune première que de grimer un comédien en vieillard ou en monstre ! Dans un institut de beauté ou au service d'une grande marque de cosmétiques, elle maquille les clientes en fonction de leurs goûts.

Appliquer les méthodes de base ne suffit pas, la maquilleuse posséder ou développe un sens artistique personnel et fait preuve d'imagination et de création. Elle doit aussi être minutieuse. Lors des séances photo ou d'un tournage, pas question d'avoir un grain de peau négligemment maquillé ! La maquilleuse doit se concentrer sur sa tâche plusieurs heures d'affilée pour un résultat parfait.

Pour envisager de travailler lors de défilés de mode ou pour tenter sa chance à l'étranger, vous devez être à l'aise en anglais. Pouvoir communiquer avec la personne à maquiller est indispensable ! Aucun diplôme national n'existe pour ce métier. Seules des écoles privées dispensent des formations spécialisées. Le mieux est de profiter des journées portes ouvertes pour découvrir les locaux, se renseigner sur la pédagogie et le coût de la formation.
La fibre artistique étant au coeur du métier de maquilleuse pour le cinéma, le profil des élèves acceptées dans ces formations est très varié : diplômées en couture, en arts plastiques, en coiffure, en esthétique-cosmétique, etc. La majorité des écoles demandent d'avoir au moins 18 ans.
Il est également possible d'exercer ce métier en institut de beauté ou dans un grand magasin, avec une formation en esthétique : CAP, bac pro, BP et BTS esthétique-cosmétique.

La concurrence est rude et les moins expérimentées doivent faire preuve de persévérance pour décrocher des contrats
La première filière de recrutement est la représentation des grandes marques de cosmétiques et des chaînes de magasins qui recherchent de maquilleurs et démonstrateurs afin de développer et faire connaître leur ligne de maquillage auprès de la clientèle.
Ces postes peuvent évoluer vers des emplois à responsabilité, en France ou à l'étranger.

L'autre grande filière est le maquillage artistique exercé la plupart du temps en free-lance dans le spectacle et la mode. Les places, très convoitées, y sont hélas peu nombreuses. Aux périodes de travail (souvent intenses) se succèdent de longs mois d'inactivité. Rémunérées au cachet, les maquilleuses artistiques sont intermittentes du spectacle. Celles qui ont fait leurs preuves et possèdent un bon réseau professionnel peuvent gagner très bien leur vie, tandis que nombreuses sont celles qui n'arrivent pas à vivre de cette seule activité.

Voir la fiche détaillée.

Tatoueur / Tatoueuse

Le tatoueur réalise des tatouages esthétiques (fun, rétro, ethnique...) sur des clients majeurs et en bonne santé. Il injecte de l'encre dans la deuxième couche de la peau, c'est-à-dire le derme. A l'aide d'aiguilles, il fait partir l'épiderme (première couche de peau) en marquant le derme avec des pigments. Tout l'art du tatouage consiste donc à appuyer suffisamment mais pas trop pour parvenir juste à tatouer sous la peau. Il ne faut jamais toucher l'hypoderme !

Il a une très grande maîtrise du dessin et est capable de reproduire sur la peau un modèle choisi par son client. Certains tatouages sont de véritables oeuvres d'art et couvrent tout le corps.

Activité plus méconnue, le tatoueur peut aussi exercer une activité réparatrice en lien avec le milieu hospitalier à destination de patients brûlés, accidentés ou opérés. Le tatouage permet par exemple de reconstituer une aréole mammaire sur un implant, de redessiner des sourcils,etc.
Ce métier exige de l'habileté, de la concentration et un sens artistique développé. Il faut aussi avoir le sens des responsabilités : prévenir le client des risques encourus et respecter strictement les règles d'hygiène.

Pour réussir dans ce métier, vous devez vous-même être passionné par les tatouages et dessiner depuis longtemps. En France, la réglementation impose à toute personne effectuant des actes de tatouage de suivre une formation à l'hygiène. Aucun diplôme officiel aux techniques du tatouage n'est en revanche répertorié, mais une formation pratique vous est indispensable, ainsi que des connaissances en dermatologie. L'apprentissage du métier se fait généralement auprès d'un tatoueur professionnel.

Ce métier s'exerce essentiellement en libéral. Le tatouage est une pratique actuellement en vogue.

Aller à la page précédente
Page :123456789
Aller à la page suivante