Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

domaine

Les métiers du développement durable

Domaines : Agriculture -Agroalimentaire, BTP - Architecture, Environnement - Aménagement - Propreté
Août 2012
Voir le dossier complet

Les métiers de l'éco-construction et des énergies renouvelables

Plus de 200 000 nouveaux emplois diversifiés seront créés d'ici 2020 toutes filières ENR confondues. Dans ce contexte, les métiers du bâtiment évoluent. Des techniciens qualifiés sont recherchés. Des formations adaptées à ces nouveaux besoins se développent.

Technicien conseil en énergies renouvelables / Technicienne conseil en énergies renouvelables

Le technicien conseil en énergies renouvelables allie compétences techniques et commerciales. Ce technico-commercial spécialisé analyse les besoins des clients et leur présente des solutions techniques adaptées.

Il étudie les dossiers, chiffre le coût d'un équipement et établit les devis. Il installe du matériel de type énergies renouvelables (éoliennes, panneaux solaires, des chauffe-eau solaires, systèmes utilisant la biomasse, etc.) chez les particuliers et dans les entreprises.

Ce métier implique d'aimer le contact avec les clients et d'être pédagogue pour leur expliquer l'intérêt et le fonctionnement des équipements proposés. Mieux vaut être disponible car les déplacements ont souvent lieu le soir, après 19 heures, lorsque les particuliers sont chez eux. Organisé, ce technicien planifie lui-même ses journées et ses rendez-vous.

Pour exercer ce métier, vous devez avoir des compétences dans le domaine du bâtiment, de la plomberie et du froid et connaître les caractéristiques techniques des produits ENR.

Plusieurs bacs constituent une première étape vers cette profession : le bac pro technicien du bâtiment : études et économie, le bac pro technicien en installation des systèmes énergétiques et climatiques, le bac STI2D spécialité énergies et environnement, le bac STI2D spécialité innovation technologique et éco-conception, etc.

Niveau bac toujours, une mention complémentaire technicien en énergies renouvelables (option A énergie électrique, option B énergie thermique) a récemment été créée. Elle se prépare en 1 an après  bac pro installations et équipements électriques ou un bac pro monteur en installation de génie climatique.

Après un bac pro industriel ou un bac STI2D, vous pouvez également préparer en contrat de professionnalisation un certificat de technicien-conseil en énergies renouvelables.

Les agences de conseil en énergies renouvelables recherchent ce type de profils.

Le secteur est en plein développement.

Repère

Le bâtiment peut être un lieu de production d'énergie décentralisée utilisant les énergies renouvelables (ENR) : le vent, le soleil, la géothermie superficielle, la biomasse (valorisation des produits biodégradables, déchets et résidus), etc. Les ENR représentent actuellement près de 7 % de la consommation énergétique nationale.

Econome de flux

A la fois technicien, gestionnaire et éducateur, l'économe de flux, également appelé diagnostiqueur en énergie, est un spécialiste de la prévention des gaspillages en matière d'énergie auprès des collectivités, des entreprises et même des particuliers.

Il intervient sur tous les flux : chauffage, électricité, eau, froid, déchets... ll réalise des audits et des diagnostics techniques (thermique des bâtiments, installations de chauffage, éclairage...) et promeut le recours à des énergies renouvelables.

Ses compétences techniques lui permettent de proposer des solutions plus économiques pour optimiser les installations. Souvent sur le terrain, il joue le rôle d'interface entre le constructeur et l'utilisateur.

Pour défendre ses propositions et sensibiliser le public, ce professionnel doit savoir argumenter et convaincre. Doté d'un bon sens du relationnel, il est aussi pédagogue.

Pour réussir dans ce métier, vous devez posséder un talent pour la gestion comptable, une bonne connaissance des réglementations sur l'eau et l'énergie, de solides compétences techniques dans les domaines thermique et énergétique.

Côté formation, vous pouvez envisager un BTS fluides, énergies, environnements (options génie sanitaire et thermique ; génie climatique ; génie frigorifique ; maintenance et gestion des systèmes fluidiques et énergétiques) ou un DUT génie thermique et énergie.

Ces diplômes de niveau bac + 2 peuvent être complétés par une licence pro orientée vers la gestion de l'eau, des ressources et de la valorisation des énergies renouvelables.

Enfin, à bac + 5, un master pro sur l'économie de l'environnement et de l'énergie, un diplôme d'ingénieur généraliste complété par des stages dans les énergies renouvelables ou d'ingénieur spécialisé dans les domaines de la thermique ou de l'environnement, est également très apprécié.

L'économe de flux travaille dans les collectivités territoriales, les offices publics d'HLM, à EDF-GDF, dans l'industrie, chez les bailleurs sociaux et privés et les syndics de copropriété.

Des débouchés existent également dans les agences de l'énergie, les associations spécialisées dans l'amélioration de l'habitat ou de l'urbanisme.

Ce nouveau métier devrait se développer, même si actuellement le nombre de postes reste limité.

Pour aller plus loin

Connaissez vous le métier de Praticien en Feng-Shui / Praticienne en Feng-Shui
?
Le praticien en Feng-Shui, art chinois millénaire, étudie l'environnement naturel ou aménagé par l'homme. Il examine les interactions entre cet environnement et les êtres qui y vivent, puis établit des recommandations permettant d'améliorer la qualité de vie des occupants du lieu. Il conseille le client afin que le bâtiment occupé soit en accord avec son projet de vie : habitation, commerce ou bureaux. Dans sa méthode d'analyse, il procède à un inventaire précis : relevé des orientations, étude détaillée de l'environnement naturel et construit, chronologie des dates importantes (construction, emménagement, rénovation, agrandissement, etc.), recueil des informations propres aux habitants. Il intègre les données géographiques locales, les aménagements extérieurs et intérieurs du bâtiment et les associe aux informations temporelles.

Intuition, réflexion, qualités d'analyse et d'observation sont indispensables à ce métier; nouvellement implanté en Occident.

La formation professionnalisante à cette pratique se fait auprès d'un maître Feng-Shui. Elle est toujours privée.

Le monde des affaires consulte les praticiens en Feng Shui pour décider de l'implantation de ses bureaux. Les architectes, les architectes d'intérieur, les urbanistes et les paysagistes intègrent de plus en plus le Feng Shui dans leur activité.

Chef de projet dans l'éolien

Le chef de projet dans l'éolien est un ingénieur spécialisé en énergie chargé de l'installation de parcs éoliens.

Impliqué dans toutes les étapes préliminaires nécessaires au développement d'un projet éolien, il réalise en amont un travail d'étude (faisabilité technique et économique, impact sur l'environnement en terme de bruits, d'interférences électromagnétiques et de perturbations de la faune et de la flore, etc.), de prospection et de concertation. Il doit sélectionner les sites d'implantation, identifier les obstacles et proposer des solutions. Il analyse le contexte topographique et le type de sol. Il fait réaliser des études de vent, par le biais de mâts de mesure. Il mesure les impacts sur l'environnement, analyse les contraintes réglementaires, étudie les possibilités de raccordement au réseau électrique.

A la tête d'une petite équipe, il travaille en bureau d'études et se déplace aussi beaucoup sur le terrain. Il se concerte avec les propriétaires, les élus des communes, les administrations. Enfin Il se charge du dépôt de dossiers pour obtenir un permis de construire.

Dynamique et organisé, cet expert a le sens de l'initiative. C'est aussi un homme de dialogue et de concertation, qui sait être pédagogue et persuasif, afin de convaincre du bien-fondé de son projet.

Pour réussir dans ce métier, vous devez posséder des connaissances scientifiques générales en écologie, météorologie, géologie, modélisation, ainsi que des compétences techniques, réglementaires et économiques spécifiques à l'éolien.

Vous devez également maîtriser les logiciels de gestion de projet, de simulation et de cartographie.

Côté formation, un diplôme d'école d'ingénieurs généraliste ou spécialisée en environnement et génie énergétique (bac + 5) s'impose. Vous pouvez le compléter par un mastère spécialisé dans le domaine de l'énergie.

Repère

En Ile-de-France, l'Agence régionale de l'environnement et des énergies renouvelables (ARENE) a identifié 16 zones d'implantation (8 dans les Yvelines, 2 dans l'Essonne, 4 en Seine-et-Marne et 2 dans le Val-d'Oise). A terme, une cinquantaine d'éoliennes pourraient subvenir à la consommation annuelle d'électricité (hors chauffage) de 90 000 foyers franciliens !

Le chef de projet dans l'éolien exerce ses activités pour le compte d'entreprises possédant un service dédié à l'éolien (EDF Energies nouvelles...) ou pour des entreprises spécialisées.

Le secteur de l'énergie éolienne, encore très expérimental, offre peu d'emplois, mais des créations de postes sont à prévoir avec le triplement annoncé de la puissance éolienne en Europe.

Plombier / Plombière

Le plombier installe, répare et entretient les canalisations d'eau, de gaz et d'air comprimé. Il alimente ainsi bureaux, immeubles, maisons particulières ou lieux publics en eau, en air climatisé ou en chauffage.

Pour devenir plombier, il est préférable d'être habile de ses mains et très autonome. Les positions de travail sont inconfortables et les éléments sont lourds à déplacer : une bonne forme physique est indispensable également.

Dispensée en lycée professionnel ou en CFA , la formation au métier de plombier est accessible après la 3e, en 2 ans, via le CAP installateur sanitaire.
Les titulaires du CAP peuvent préparer en 1 an une MC zinguerie ou une MC maintenance en équipement thermique individuel. Cela leur apporte une double spécialisation.

Le BP équipements sanitaires, le BP métiers de la piscine et le BP monteur en installation de génie climatique complètent également le CAP. Ils vous permettent de vous spécialiser et d'apprendre la gestion d'entreprises.

Niveau bac, deux séries peuvent vous conduire à exercer le métier de plombier : le bac pro technicien en installation des systèmes énergétiques et climatiques et le bac pro technicien en maintenance des systèmes énergétiques et climatiques. Ces bacs sont accessibles en 3 ans après la 3e ou en 2 ans après le CAP.

Enfin, les titulaires d'un bac pro ou du bac techno STI2D spécialité énergies et environnement peuvent poursuivre leurs études en BTS fluides, énergies environnements, option génie sanitaire et thermique. Le diplôme s'obtient en 2 ans et vous donne accès à des fonctions à responsabilité.

De plus en plus, les entreprises de plomberie se spécialisent dans les systèmes de génie climatique, qu'elles installent aussi bien chez les particuliers que dans les grandes entreprises.

Les bureaux d'études des architectes ont parfois besoin des connaissances des plombiers pour leurs études de faisabilité.

Voir la fiche détaillée.

Electricien d'équipement / Electricienne d'équipement

L'électricien d'équipement est un ouvrier spécialisé dans les installations électriques des logements, des bureaux, des commerces, des hôpitaux ou encore des entreprises industrielles. De plus en plus, il installe des réseaux de communication et des équipements à commande automatique de domotique.

Le Grenelle de l’Environnement a un impact fort sur le travail de l'électricien. Un fort volume de travaux est à prévoir dans les prochaines années dans le domaine de la mise aux nouvelles normes environnementales des bâtiments, ainsi que dans le développement de la domotique.

Le CAP préparation et réalisation d'ouvrages électriques est le diplôme de base de cette profession. Il se prépare en 2 ans après la 3e.

Après le CAP, vous pouvez préparer, en 2 ans, un BP installations et équipements électriques (niveau bac).

Par ailleurs, 2 bacs vous permettront de développer vos compétences en électricité : le bac pro électrotechnique, énergie, équipements communicants et le bac pro maintenance des équipements industriels. Ils se préparent en 3 ans après la 3e ou en 2 ans après le CAP préparation et réalisation d'ouvrages électriques.

A bac + 2, le BTS électrotechnique vous permet d'accéder rapidement à des fonctions d'encadrement.

Les entreprises de type artisanal sont une source importante d'emplois pour les monteurs-électriciens.

Les PME prenant en charge des chantiers de bureaux et de logements collectifs offrent aussi du travail aux électriciens d'équipement.

Pour réaliser des projets d'ampleur importante, des entreprises mettent en place leurs propres équipes d'électriciens.

Voir la fiche détaillée.

Monteur en installations thermiques / Monteuse en installations thermiques

Le monteur en installations thermiques est un ouvrier qualifié qui installe les systèmes de chauffage et de climatisation. Il effectue également la maintenance de ces installations.

Le Grenelle de l’Environnement a un impact fort sur le travail du monteur en installations thermiques : rénovation énergétique réglementaire des bâtiments, gestion intelligente des systèmes de chauffage ou de climatisation (domotique)... ce professionnel aura fort à faire dans les prochaines années !

Le CAP installateur thermique est le 1er niveau d'accès à la profession.

Ce diplôme en poche, vous pouvez vous spécialiser en 1 an en préparant la MC maintenance en équipement thermique individuel.

Par ailleurs, deux baccalauréats peuvent vous conduire au métier de monteur en installations thermiques : le bac pro technicien en installation des systèmes énergétiques et climatiques et le bac pro technicien de maintenance des systèmes énergétiques et climatiques. Tous deux se préparent en 3 ans après la 3e ou en 2 ans après un CAP du domaine.

Au niveau du bac toujours, il existe également un BP monteur en installations de génie climatique, qui se prépare en 2 ans après le CAP.

Les débouchés, pour le monteur en installations thermiques, se trouvent principalement dans les PME d'installation en génie climatique ou de maintenance.

Les grandes entreprises du BTP font parfois appel au monteur en installations thermiques.

Voir la fiche détaillée.

Technicien thermicien / Technicienne thermicienne

Le technicien thermicien participe à la conception et à l'entretien de diverses installations, comme les fours industriels, les chaudières, les brûleurs, les chaufferies d'immeuble, les centrales nucléaires, etc.

Rigoureux et créatif, ce professionnel est de plus en plus souvent considéré comme un excellent diagnostiqueur dans la chasse au gaspillage d’énergie et pour une meilleure efficacité énergétique dans le bâtiment.

Pour accéder à ce métier, qui nécessite des connaissances pointues dans le domaine de l'énergie et des équipements techniques, vous devez, en premier lieu, préparer un bac pro technicien en installation des systèmes énergétiques et climatiques ou d'un bac pro technicien de maintenance des systèmes énergétiques et climatiques.

Vous compléterez ce premier diplôme par un BTS fluides, énergies, environnements, un DUT génie thermique et énergie ou encore un DUT génie civil orientation maîtrise énergétique et environnementale.

Les fabricants de matériels et d'installations thermiques recrutent des techniciens thermiciens pour leurs bureaux d'études, mais aussi pour leurs équipes de technico-commerciaux chargés de vendre les produits aux clients.

Les sites de " cogénération ", qui combinent la production d'énergie et de chaleur, comme les centrales EDF ou les centrales de chauffage urbain, sont en plein essor et embauchent de nombreux techniciens.

Enfin les entreprises d'installation, d'exploitation et de maintenance de systèmes thermiques font appel au technicien thermicien.

Voir la fiche détaillée.

Technicien en génie climatique / Technicienne en génie climatique

Le technicien en génie climatique est chargé d'installer, de régler et de réparer les systèmes de chauffage et de climatisation dans les immeubles ou les bureaux.

Le Grenelle de l’Environnement a un impact fort sur les compétences attendues de ce professionnel : rénovation énergétique réglementaire des bâtiments, gestion intelligente des systèmes de chauffage ou de climatisation... ce professionnel aura fort à faire dans les prochaines années !

Deux bacs pro constituent un premier niveau d'accès à cette profession : le bac pro technicien en installation des systèmes énergétiques et climatiques et bac pro technicien de maintenance des systèmes énergétiques et climatiques. Ils se préparent en 3 ans après la 3e ou en 2 ans après un CAP du domaine.

Niveau bac toujours, vous pouvez vous tourner vers le BP monteur en installations de génie climatique qui se prépare notamment à l'issue d'un CAP.

Après le bac pro ou le BP, vous pouvez élargir vos compétences et obtenir en 1 an une MC maintenance en équipement thermique individuel.

A noter
Il est possible de préparer la certification de technicien de maintenance en génie climatique uniquement au CFA Andresy (78) en 2 ans. Elle donne le niveau bac.

Les titulaires d'un bac pro ou d'un bac technologique STI2D peuvent poursuivre en préparant, en 2 ans, un BTS fluide énergies environnements. Enfin, sachez qu'il existe également un DUT génie civil orientation maîtrise énergétique et environnementale.

La plupart des techniciens en génie climatique exercent dans le secteur du BTP (bâtiment et travaux publics). Ils travaillent pour le compte d'entreprises d'installation ou de maintenance en génie climatique.

Les bureaux d'études embauchent des techniciens pour réaliser des études de faisabilité et les dessins des plans techniques.

Voir la fiche détaillée.

Aller à la page précédente
Page :123456789
Aller à la page suivante