Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

domaine

Les métiers du développement durable

Domaines : Agriculture -Agroalimentaire, BTP - Architecture, Environnement - Aménagement - Propreté
Octobre 2012
Voir le dossier complet

Les métiers de l'aménagement du territoire et de l'amélioration du cadre de vie

Des professionnels participent à la préservation et l'amélioration de notre cadre de vie en permettant un aménagement et un développement harmonieux des milieux et des paysages. Ils contribuent aussi à développer de manière durable les réseaux de transports urbains.

Pour aller plus loin

En France, le secteur des transports constitue la 1ère source d'émissions de gaz à effet de serre, en raison de la mobilité grandissante des personnes et des marchandises. Des plans nationaux de transports durables visent à réduire ces émissions. Ils portent à la fois sur les technologies et sur l'organisation des modes de déplacement : développement des transports collectifs, amélioration technique des véhicules, utilisation renforcée des biocarburants, prise en compte des coûts environnementaux du transport aérien, etc.

Urbaniste

L'urbaniste élabore des programmes d'amélioration du cadre de vie : développement ou de rénovation de quartiers d'une ville, études d'impact sur l'environnement, etc.

Il travaille en étroite collaboration avec des sociologues, des géographes, des architectes, des conseillers en environnement et des juristes. Il peut aménager des routes, des zones de stationnement, faire installer des éclairages, des signalétiques urbaines ou encore construire des protections contre les nuisances sonores ou la pollution.

Quelle que soit sa mission, il étudie tous les aspects du projet : analyse de l'état du quartier, faisabilité, problèmes d'environnement, données économiques, sociologiques, financières et juridiques. Il rédige une note précisant les possibilités techniques d'intégration des nouveaux projets et les moyens d'améliorer la qualité de vie des occupants. Puis il conseille les élus, qui prennent les décisions finales. Il participe enfin à la présentation des projets au public. Les réunions de présentation au public et aux élus sont nombreuses.

Si vous souhaitez vous lancer dans cette voie, vous devrez être à l'aise à l'oral et savoir communiquer vos idées clairement à tous. Des dispositions pour l'animation et la coordination d'équipe sont nécessaires tout comme une grande capacité d'adaptation, d'analyse et de synthèse.

Plusieurs voies peuvent vous conduire au métier d'urbaniste.

A l'université, la spécialisation en urbanisme se fait à partir du master : master urbanisme et aménagement, spécialité recherche Urbanisme, aménagement et développement local (Paris I), master pro mention cité et mobilité : aménagement, urbanisme et transports (institut français d'urbanisme (Paris VIII, Institut d'urbanisme de Paris XII, université de Marne-la-Vallée), master recherche urbanisme et aménagement (Institut français d'urbanisme de Paris VIII), etc.

Des formations en urbanisme sont également proposées par certaines écoles d'architecture telle l'Ecole nationale supérieure d'architecture Paris-Malaquais (master urbanisme et territoires) ou l'Ecole d'architecture de la ville et des Territoires de Marne-la-Vallée (DSA d'architecture-urbanisme).

Par ailleurs, des écoles d'ingénieurs comme AgroParisTech-Engref ou PontsParisTech vous proposent des mastères spécialisés en aménagement pouvant donner accès à la profession d'urbaniste (bac + 6).

Même si la palette des employeurs possibles est large (directions départementales de l'équipement, directions d'architecture et d'urbanisme des services techniques des communes, bureaux d'études, cabinets d'architecture, etc.), l'insertion des jeunes diplômés reste difficile.

Voir la fiche détaillée.

Ingénieur du génie civil / Ingénieure du génie civil

L'ingénieur du génie civil a pour mission de développer les infrastructures d'une région ou d'un pays. Il conçoit des ponts, des barrages, des bâtiments, des routes, des tunnels, etc. Il réalise également des aménagements liés à l'eau ou à l'énergie.

L'ingénieur du génie civil doit être vigilant et rigoureux lorsqu'il prend la décision de bâtir ou de transformer une infrastructure, surtout s'il s'agit un barrage ou d'un tunnel ! Cultivé, il est capable de prendre en compte toutes les données géographiques d'un site, mais aussi les spécificités économiques, humaines, sociales, politiques... et bien sûr environnementales.

L'ingénieur du génie civil est un diplômé de niveau bac + 5 au minimun.

Après un bac scientifique (S, STI2A spécialité architecture et construction), le DUT en génie civil vous propose 3 orientations : bâtiment ; maîtrise énergétique et environnementale ; travaux publics et aménagement. Il se prépare en 2 ans. Vous pouvez également préparer, toujours en 2 ans, un BTS bâtiment ou un BTS travaux publics.

Les poursuites d'études peuvent ensuite se faire à l'université ou en école d'ingénieurs via les admissions parallèles.

Une fois la licence domaine sciences et technologies mention sciences de l'ingénieur (bac + 3) en poche, vous pouvez vous diriger vers un master pro en 2 ans, par exemple le master mécanique et génie civil proposé par l'université de Marne-la-Vallée.

Toutefois, les employeurs apprécient particulièrement les profils issus d'écoles d'ingénieurs en génie civil en 5 ans après le bac, telles l'Ecole Polytechnique, l'Ecole des Ponts Paris Tech ou encore les INSA de Lyon et Toulouse.

Les grandes entreprises générales du BTP (bâtiment et travaux publics) sont les premières à recruter des ingénieurs en génie civil. Elles répondent le plus souvent à des appels d'offres publiques.

Les bureaux d'études en génie civil embauchent des ingénieurs civils pour réaliser des études de faisabilité ou pour mettre en place des plans d'entretien pour des infrastructures existantes.

Les administrations chargées des infrastructures civiles ont besoin d'ingénieurs civils, mais leur nombre reste limité.

Voir la fiche détaillée.

Paysagiste

Le paysagiste conçoit l'aménagement des jardins publics, des espaces urbains et des jardins privés. Puis il suit la réalisation des chantiers de très près et effectue parfois lui-même les travaux. Il intervient en amont dans un projet d'aménagement ou de transformation du paysage.

Pour réussir dans cette voie, vous devrez avoir une bonne culture scientifique, des connaissances techniques mais aussi des qualités artistiques et un esprit de synthèse. La patience doit aussi être de mise car il faut parfois attendre des mois avant de voir les résultats de ses travaux.

Plusieurs formations vous conduisent vers le métier de paysagiste, mais 4 années d'études minimum après le bac sont indispensables.

La voie la plus connue est celle qui mène en 4 ans au diplôme de paysagiste DPLG, reconnu par le Gouvernement.
Trois écoles délivrent ce titre : l'Ecole nationale supérieure du paysage à Versailles et Marseille (ENSP), les Ecoles nationales supérieures d'architecture et de paysage de Bordeaux (ENSAPBx) et de Lille (ENSAPL).
L'admission se fait sur concours commun ouvert à bac + 2. Une centaine de places seulement sont proposées chaque année.

Le titre de paysagiste DPLG n'étant pas obligatoire pour exercer, vous pouvez également vous former dans des écoles délivrant un titre d'ingénieur-paysagiste (bac + 5) reconnu par la Fédération Française du Paysage, mais non DPLG. Trois établissements sont concernés  : l'ENSNP à Blois, AgroCampusOuest à Angers, l'ESAJ à Paris.

Enfin, l'Ecole d'architecture de Versailles vous propose en partenariat avec Paris I un master professionnel mention histoire de l'art spécialité jardins historiques, patrimoine, paysage.

Actuellement, la plupart des jeunes diplômés trouvent rapidement un emploi : les agences privées de paysagisme représentent une grande partie de l'activité de cette profession.

Les collectivités locales et les bureaux d'étude font appel aux paysagistes pour superviser et réaliser de grands projets urbains ou la restauration de jardins de bâtiments classés monuments historiques.

D'autres préfèrent travailler en libéral dès la sortie de l'école ou un an après la formation.

Exercer à son compte permet d'entreprendre des chantiers principalement pour des particuliers.

En France, on estime à 2 000 le nombre de paysagistes (employeurs et salariés), dont une minorité (environ 300) est paysagiste DPLG.

Voir la fiche détaillée.

Architecte

Sur la demande d'un client ou d'une entreprise, l'architecte dessine les plans qui permettront de bâtir des immeubles, des maisons particulières, des bâtiments publics... Il suit de près la réalisation du chantier, jusqu'à sa livraison au client.

Pour exercer la profession d'architecte, il faut être créatif, minutieux et très réactif.

Le concept de développement durable s'impose dans le secteur du bâtiment. Les objectifs d'économie d'énergie et de réduction des gaz à effet de serre peuvent notamment être atteints grâce à l'utilisation de l'architecture bio-climatique.

Les formations menant au métier d'architecte sont dispensées au sein des 20 écoles nationales supérieures d'architecture. Vous pouvez également vous former à l'INSA, Institut national des sciences appliquées, à Strasbourg, et à l'ESA, Ecole spéciale d'architecture, à Paris.

Le 1er cycle des études d'architecture conduit au diplôme d'études en architecture (bac + 3).

Le 2e cycle des études d'architecture conduit au diplôme d'Etat d'architecte (bac + 5).

Le diplôme d'Etat d'architecte ne peut être délivré qu'après validation de l'aptitude à maîtriser au moins une langue vivante étrangère.

L'architecte diplômé d'Etat (ADE) qui souhaite ouvrir son propre cabinet et assumer les responsabilités personnelles liées à l'exercice de la maîtrise d'oeuvre doit obtenir une HMONP, habilitation à exercer la maîtrise d'oeuvre en son nom propre, délivrée exclusivement par les écoles nationales supérieures d'architecture.

Après le diplôme d'Etat, vous avez la possibilité de compléter vos études par un master spécialisé ou un doctorat.

L'Ecole d'architecture de la ville et des territoires, à Marne-la-Vallée, propose notamment aux titulaires du diplôme d'Etat, la préparation d'un diplôme de spécialisation et d'approfondissement en architecture (DSA) architecte-urbaniste.

Les agences du domaine privé emploient près de 70 % des architectes, et principalement les jeunes diplômés. Ils sont alors salariés, associés ou indépendants.

La fonction publique ne recrute que très peu, par le biais de concours accessibles à tous les niveaux.

Les syndics de copropriété confient parfois la gérance d'immeubles à des architectes spécialisés en maintenance d'immeubles d'habitation.

Voir la fiche détaillée.

Acousticien / Acousticienne

L'acousticien conçoit des techniques pour prévenir les problèmes de nuisances sonores, les vibrations, les bruits et leur propagation, que ce soit dans les logements, les salles de spectacle ou l'environnement extérieur. Les réponses qu'il apporte doivent tenir compte de la législation.

Vous devrez faire preuve d'une grande élasticité horaire pour analyser les bruits à différents moments de la journée ! Vous réaliserez de nombreux calculs mathématiques et savants avant de répondre efficacement aux demandes. Vous ferez aussi preuve d'un sens développé de l'innovation et d'une capacité à gérer la complexité des situations acoustiques.

Pour devenir acousticien, vous devez de préférence décrocher un diplôme de niveau bac + 5.

Plusieurs masters recherche ou professionnels vous permettent une spécialisation en 2 ans après un bac + 3. Ils sont proposés à l'université (Paris XI, Versailles, etc.), dans les établissements d'enseignement supérieur (ENS Cachan, CNAM, etc.) et dans les écoles d'ingénieurs (ENSIETA, ENSEEIHT, Ecole centrale de Nantes, etc.). Ces masters concernent tous les domaines de l'acoustique : moteurs, transports, architecture, urbanisme, environnement.
On peut citer le master pro ingénierie mécanique et acoustique spécialité acoustique des transports (au Mans), le master professionnel sciences de l'environnement qualité de l'air et lutte contre le bruit (Versailles).

Un diplôme d'ingénieur spécialisé ou la filière acoustique et vibrations industrielles (AVI) de l'université de Compiègne constituent une alternative pour ceux qui visent la profession d'acousticien.

Enfin, une formation d'architecte, complétée par un certificat d'études approfondies, peut vous conduire vers ce métier.

Les entreprises du BTP ont de grands besoins en acousticiens pour l'isolation des habitations, des bureaux ou des salles de spectacle.

Les entreprises de l'automobile et de l'aéronautique recrutent des acousticiens pour réaliser des tests et trouver des solutions pour rendre les voitures et les avions moins bruyants, à l'intérieur comme à l'extérieur.

Les collectivités locales embauchent des acousticiens pour atténuer les nuisances sonores dans les villes, aux abords des autoroutes ou des lignes de chemin de fer.

Voir la fiche détaillée.

Aller à la page précédente
Page :123456789
Aller à la page suivante