Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Carole Duverger

Responsable de la formation en alternance à l'ADEFIM RP, Neuilly-sur-Seine (92)
Date de l'interview : 01/03/2009

Je conseille aux jeunes de moins de 26 ans en quête dune formation diplômante sur 2 ans de s'orienter vers un contrat d'apprentissage.

Chargée de communication et responsable de la formation en alternance de l'Association de développement des formations des industries de la métallurgie région parisienne, Carole Duverger nous présente les actions de formation à destination des jeunes.

Quelles sont les principales missions de l'ADEFIM RP ?

Créée par le GIM, chambre syndicale territoriale de la métallurgie pour la région parisienne, l'ADEFIM RP a pour mission d'informer et d'accompagner les entreprises du secteur de la métallurgie dans leur projet de formation. Nous collectons et nous mutualisons les contributions formation des entreprises de la métallurgie pour le compte de l'OPCAIM (organisme paritaires collecteur agréé des industries de la métallurgie) afin de financer les actions de formation des salariés au titre de plan de formation (plan de formation, CDD et droit individuel à la formation) et les actions de formation au titre des périodes et des contrats et de professionnalisation, notamment ceux destinés aux moins de 26 ans.

Quelles sont les caractéristiques des entreprises franciliennes ?

L'ADEFIM RP compte 6 815 entreprises cotisantes dont 65 % d'entreprises de moins de 10 salariés, 23% d'entreprises de 10 à 49 salariés, 11% entre 50 et 499 salariés et 2% de plus de 500 salariés.

Quelles sont les principaux besoins en formation des entreprises de la métallurgie en Ile-de-France ?

Même si la crise actuelle rend les embauches difficiles dans certains secteurs comme l'automobile, des besoins de recrutement restent d'actualité du fait de la pyramide des âges. Certains métiers sont en tension permanente : les métiers de la chaudronnerie, du soudage, de la mécanique et de l'usinage, de la maintenance. Ces emplois sont, bien entendu, accessibles aux femmes quel que soit le secteur. Les jeunes peuvent s'inscrire sur le site emploi des industries de la métallurgie (www.industrie-recrute.com) et consulter les offres d'emploi en ligne.

Quels sont les principaux diplômes préparés en alternance ?

Nous finançons diverses formations en alternance dans le domaine tertiaire comme dans le technique, prioritairement les formations conduisant à des CQPM (certificats de qualification paritaire de la métallurgie), des titres ou diplômes inscrits sur le répertoire national des certifications professionnelles (RNCP) et des parcours validés par notre commission paritaire nationale de l'emploi.
Les principaux CQPM préparés en région parisienne sont : Ajusteur monteur de structures aéronefs, Agent qualifié de maintenance en ascenseurs, Agent de maintenance en porte automatique, Assembleur monteur de systèmes mécanisés, Agent d'entretien d'appareil à gaz, Agent logistique, Inspecteur en vérification périodique d'installations électriques, Technicien de maintenance réseaux.

Combien de contrats de professionnalisation sont mis en place chaque année ?

En 2008, au niveau national, 9 076 contrats de professionnalisation ont fait l'objet d'un financement par l'OPCAIM dont 1 123 en région parisienne.
Les jeunes de moins de 26 ans sortant de scolarité et souhaitant suivre une formation diplômante sur 2 ans (type BTS...) ont plus intérêt à s'orienter vers un contrat d'apprentissage. En effet, ce contrat est plus approprié s'ils décident de s'orienter vers une formation initiale de longue durée et leur permettra de poursuivre leurs études en alternance dans la même entreprise le cas échéant pour l'accès à des diplômes supérieurs.

Que deviennent les jeunes à la fin de leur contrat de professionnalisation ?

Une part importante (environ 39 %) est embauchée en CDI dans l'entreprise d'accueil principalement ou ailleurs. 14% sont embauchés en CDD ou reprennent leurs études.

Propos recueillis par Annie Poullalié