Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Marie Mériaud-Brischoux

Directrice de l'ISIT, Paris (75)
Date de l'interview : 01/03/2009

Les entreprises ont de plus en plus besoin de profils polyvalents capables d'aller chercher des marchés à l'étranger.

Marie Mériaud-Brischoux, directrice de l'Institut de management et de communication interculturels (ISIT), nous explique le tout récent repositionnement de cette école privée associative renommée, accréditée au niveau international.

Pourquoi ce repositionnement ?

Suite à un audit sur les métiers et la situation de l'emploi dans notre secteur d'activités, la décision de repositionner notre offre de formation s'est imposée. Elle s'appuie sur l'évolution des métiers de la traduction et sur l'émergence de nouveaux besoins dans le domaine de l'interculturel, sachant que nous avions, par ailleurs, constaté que 70 % de nos diplômés exercent un métier dans la communication internationale.

A quels nouveaux métiers forme l'ISIT

L'ISIT a pour objectif de répondre aux besoins nouveaux des entreprises confrontées à l'internationalisation de leurs échanges. Elles ont de plus en plus besoins de managers, de responsables de la communication interne et externe, de responsables marketing, de négociateurs, opérationnels capables de répondre aux nouveaux enjeux de la mondialisation en facilitant les échanges, la communication et le travail en équipe multiculturelle dans les entreprises et les organisations internationales.

A qui s'adressent les formations de l'ISIT ?

Nous recrutons à la fois des bacheliers pour un cursus en 5 ans et des candidats, en admission parallèle, de niveau bac + 2 et plus. L'ISIT ne propose pas une formation en langues : elles ne sont qu'un outil. Le niveau en langues souhaité diffère selon le niveau d'études des candidats.
Si tous les bacheliers généraux (L, ES ou S) ont la possibilité d'intégrer l'ISIT (100 places offertes), à condition qu'ils affectionnent les langues et les cultures étrangères, les étudiants du supérieur (90 places) doivent avoir développé de solides compétences linguistiques : les langues de travail sont le français, l'anglais obligatoires, l'allemand, l'espagnol, l'italien et le chinois. Toute autre langue parfaitement maîtrisée peut être diplômée sur examen en fin de parcours.
En interprétation, les exigences sont plus fortes et ils doivent avoir séjourné une longue période à l'étranger. Toutes les combinaisons linguistiques dans cette filière sont acceptées, mais le français et l'anglais sont obligatoires. Enfin, nous avons environ 18 % d'étudiants étrangers.

Quels sont les diplômes préparés ?

Toutes nos formations débouchent sur un master professionnalisé (bac + 5).
Nous proposons un master en interprétation de conférence à des titulaires de bac + 3 minimum (45 étudiants au total). Cette formation hautement qualifiante dure 2 ans et s'adresse à des candidats possédant déjà un solide bagage culturel et linguistique (moyenne d'âge : 25 ans). Nous diplômons une dizaine d'étudiants par an seulement. Le jury professionnel se décide en fonction de l'employabilité immédiate ou non des candidats. Ceux-ci peuvent redoubler, partir 1 an à l'étranger pour se perfectionner, et se représenter 2 fois à l'examen.
Nous proposons également, dans le cadre de la filière management, communication et traduction, 3 spécialisations permettant l'acquisition d'un socle de savoirs dans 4 langues de travail et de construire les bases du multilinguisme et de l'interculturel. Au choix : un master management interculturel, un master communication interculturelle et traduction et enfin un master européen de traduction spécialisée (diplôme visé cosigné par un consortium de 11 universités et écoles européennes de traduction et d'interprétation associées).
Les frais de scolarité par an sont compris entre 5 600 et 6 000 euros.

Quelle est la qualité de l'insertion professionnelle des diplômés ?

Tous nos diplômés de master interprétation de conférence et de master européen de traduction spécialisée s'insèrent au moment même de leur réussite au diplôme, principalement dans des organisations internationales.
90 % des diplômés de master management interculturel et de master communication interculturelle et traduction trouvent du travail en moins de 3 mois après leur sortie de l'école, dans de grandes entreprises internationales à des postes qui nécessitent à la fois une grande maîtrise de la communication, des langues et de la culture des pays.

Comment voyez-vous l'avenir ?

Les organisations internationales ont à faire face au départ à la retraite d'un grand nombre de traducteurs et d'interprètes. Les entreprises ont de plus en plus besoin de profils polyvalents capables d'aller chercher des marchés à l'étranger. Or elles ont du mal à recruter des professionnels possédant à la fois un très haut niveau dans 2 langues vivantes, une bonne expression écrite, notamment en français, et dotés d'une culture générale ouverte et très contemporaine...

Propos recueillis par Annie Poullalié