Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Clare Donovan

Directrice de la section Interprétation de l'ESIT, Paris (75)
Date de l'interview : 01/03/2009

Notre formation d’interprètes est avant tout internationale. Ce bain cosmopolite prépare les étudiants à leur vie professionnelle future.

Clare Donovan dirige la section Interprétation de l'Ecole supérieure d'interprètes et de traducteurs, rattachée à l'université Paris III. Elle nous présente le master professionnel interprétation de conférence.

Quel profil recherchez-vous ?

Nous recherchons des candidats ayant de bonnes compétences linguistiques, ainsi qu'une forte curiosité intellectuelle et une ouverture sur le monde. Les étudiants doivent posséder à fond 2, 3, ou 4 langues, y compris la langue maternelle. Il existe un classement professionnel international A, B et C : la langue A correspond à la langue maternelle, la B à une langue étrangère pratiquée avec aisance, et la C à une langue bien bonne comprise. A l'ESIT, l'anglais et le français sont obligatoires en A, B ou C. Ensuite toutes les combinaisons linguistiques sont possibles.
Nous accueillons des étudiants titulaires d'une licence LLCE ou LEA, mais ils ne sont pas majoritaires. Le point commun à tous nos étudiants est d'avoir séjourné au moins une année à l'étranger.

Comment se déroule la sélection ?

Nous organisons une épreuve d'admissibilité écrite de compréhension logique et linguistique de 2 textes en français et en anglais sous la forme de QCM. Pour l'oral d'admission, nous proposons un exercice de reformulation de la langue C vers la langue A, de la langue A vers la langue B et de la B vers la A.

Quelles sont les langues les plus recherchées ?

Si une langue rare peut effectivement offrir certaines opportunités, on observe à nouveau une demande accrue pour des combinaisons "classiques" (français/anglais/allemand ou français/anglais/espagnol), notamment au sein des institutions de la communauté européenne en raison des nombreux départs à la retraite qui se profilent. Enfin, il est toujours possible d'ajouter une langue C au cours de sa vie professionnelle.

Combien d'étudiants accueillez-vous ?

Tous ceux qui répondent à nos attentes sont admis (aucune limite de places). Les qualités requises pour l'exercer ne se détectent pas facilement. Certains étudiants redoublent leur 1re année, d'autres se rendent compte par eux-mêmes qu'ils ne possèdent pas les aptitudes linguistiques ou personnelles pour ce métier (manque de résistance au stress, difficultés à travailler en permanence dans la rapidité). L'année passée à l'ESIT leur apporte néanmoins une aisance à l'oral qu'ils mettent souvent à profit en se dirigeant, avec succès, vers des métiers de la communication à l'international.

Formez-vous beaucoup d'étudiants étrangers ?

Seulement 1/4 de nos étudiants sont français, les autres viennent du monde entier. Notre formation est avant tout internationale, ce qui est, à mon sens, un atout majeur. Ce bain cosmopolite prépare les étudiants à leur vie professionnelle future. Un interprète de conférence travaille dans un milieu multilingue, voyage beaucoup et peut occuper un poste partout dans le monde.

Quelle est la pédagogie dispensée à l'ESIT ?

En 1re année, nous mettons en place les bases du processus d'interprétation en nous appuyant sur l'interprétation consécutive. La 2e année conduit les étudiants à un niveau professionnel avec la pratique de l'interprétation simultanée. Les stages d'observation en cabine muette sont nombreux, notamment au sein des institutions européennes. Nos étudiants ont également la possibilité de travailler bénévolement pour certaines associations.

Quelles sont les qualités requises pour réussir dans ce métier ?

L'interprète évolue dans le milieu international des conférences, des colloques, des rencontres au sommet, là où l'actualité se fait et où les décisions se prennent. Les problématiques et les thématiques à interpréter évoluent constamment. L'interprète doit donc se tenir au courant de tout ce qui se passe dans le monde. Son métier exige une grande ouverture et curiosité d'esprit et une importante capacité d'adaptation, sans parler de la résistance au stress qu'il implique. L'interprète doit être capable de travailler avec une grande rapidité.

Les diplômés s'insèrent-ils facilement ?

Tous ceux qui choisissent de rester dans la profession réussissent leur insertion professionnelle dans les 6 mois. Ils débutent généralement comme interprètes indépendants. Des postes vont se libérer au sein des institutions européennes. Le métier d'interprète permet également des carrières au sein de nombreuses organisations internationales (ONU). Les interprètes de conférence exercent un métier pointu mais porteur. Si l'Association internationale des interprètes de conférence (AIIC), dont je fais partie, ne compte que 3 000 membres à travers le monde, il existe une vraie demande qui tend à s'accroître en raison de besoins nouveaux et de nombreux départs à la retraite.