Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

domaine

Les métiers du transport et de la logistique

Domaines : Commerce - Immobilier, Transport - Logistique
Janvier 2014
Voir le dossier complet

Les cadres du transport et de la logistique

Pour encadrer et optimiser leurs activités de transport et de logistique, les entreprises recherchent surtout des cadres expérimentés et opérationnels. La priorité est donnée aux profils techniques et commerciaux.

Logisticien / Logisticienne

Le logisticien orchestre le transport de marchandises. Il est au coeur de toutes les opérations nécessaires à l'arrivée d'un produit en rayon ou à l'approvisionnement des industries en matières premières pour la production. Son objectif : trouver les moyens les plus efficaces et les plus économiques pour le transit et le stockage.

Soumis aux exigences de rentabilité de l'entreprise, le logisticien doit savoir résister au stress. C'est un négociateur plus qu'un grand décideur. La logistique est un métier technique, qui exige d'être précis et concret. Une erreur à l'un ou l'autre stade du transport ou du stockage peut coûter cher à l'entreprise.

Après obtention d'un bac général, bac STMG (sciences et technologies du management et de la gestion) ou même bac pro (bac pro logistique notamment), vous pouvez envisager plusieurs choix d'études.

Le BTS transport et prestations logistiques et le DUT gestion logistique et transport sont les diplômes de base pour accéder à la profession. Vous pouvez préparer l’un ou l’autre en 2 ans après le bac et suivre ensuite une licence professionnelle (bac + 3) comme la licence pro responsable d’exploitation (Paris Est Créteil Val de Marne), licence pro management de la chaîne logistique (Evry Val d’Essonne), licence pro optimisation de la chaîne logistique (Paris 8), etc.

Toutefois, un niveau bac + 5 est souvent demandé pour un poste d'encadrement.

A l'université, il vous est possible de préparer, en 2 ans après une licence, un master de la filière logistique : master pro spécialité logistique (Panthéon Sorbonne), master pro sciences et techniques du génie logistique : e-logistique et supply chain durable (Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines), master pro logistique et achats internationaux (Paris Est Créteil Val de Marne), etc. ouvrant la voie à des fonctions de responsable logistique.

Les diplômés d'écoles de commerce et d’écoles d'ingénieurs sont de même les bienvenus.

Enfin, des écoles spécialisées comme celles des groupes AFT-IFTIM et Promotrans proposent aussi des formations (gérées par les organismes professionnels du secteur).

Les entreprises de logistique et de transports recrutent des logisticiens débutants.

Dans les grandes entreprises, les débouchés sont à la hausse. Ils se situent principalement dans les secteurs du transport et du commerce, mais aussi dans l'électronique, la construction mécanique et électrique, l'agroalimentaire, la chimie et la pharmacie.

Avec de l'expérience, il est possible de devenir responsable de la logistique, en charge de superviser tous les flux de marchandises, à l'intérieur ou à l'extérieur de l'entreprise.

Voir la fiche détaillée.

Acheteur / Acheteuse

Souvent spécialisé dans un domaine, l'acheteur recherche et achète des produits pour le compte d'entreprises industrielles, de services ou pour la grande distribution, afin qu'ils soient distribués dans l'ensemble des succursales de sa société. Il doit négocier auprès de ses fournisseurs les meilleurs tarifs, en prenant soin de ne pas sacrifier la qualité de la marchandise.

La réussite de sa mission repose sur ses capacités à négocier au plus juste prix. Dans le cadre de ces négociations il est amené à se déplacer fréquemment, notamment à l'étranger. Diplomate, l'acheteur doit mettre toutes les chances de son côté durant les négociations. Il doit faire preuve à la fois de fermeté, de souplesse et d'une bonne résistance au stress.

La maîtrise de l'anglais est indispensable pour effectuer toutes les transactions auprès des fournisseurs étrangers.

Vous pouvez occuper un poste d’assistant acheteur avec un diplôme de niveau bac + 3.

Les licences professionnelles, après un bac + 2 (BTS ou DUT notamment) en commerce et en gestion vous donnent accès, en 1 an, à la licence pro spécialité achats et logistique (Paris Est Marne-la-Vallée) par exemple.

Pour les postes d'acheteur, les diplômés de niveau bac + 5 (université et écoles de commerce) s’avèrent les plus recherchés.

En 2 ans après une licence, il vous est possible de préparer à l'université un des nombreux masters professionnels ou de recherche spécialisés en achats industriels ou internationaux (bac + 5), comme le master pro spécialité achat à l’international (Paris Sud), master pro spécialité achats internationaux et distribution des biens et services (Ery-Val-d’Essonne), etc.

Niveau bac + 5, les diplômes des écoles supérieures de commerce (HEC, ESCP Europe, ESSEC business school, EDHEC, etc.) permettent d’exercer ce métier, de préférence avec une spécialisation en achats. L’entrée vous est ouverte sur concours après le bac ou, la plupart du temps, après une classe préparatoire ou encore en admission parallèle (concours après un bac + 2, + 3, + 4).

De même, les diplômés des écoles d'ingénieurs, avec une spécialisation commerciale, peuvent conduire à la fonction achat.

A bac + 6, une autre alternative consisterait à préparer le mastère spécialisé gestion achats internationaux de l'ESSEC business school, qui s’obtient en 1 an après un bac + 5.

Dans les secteurs de l'industrie et des entreprises de services, les acheteurs doivent aussi participer à la logistique de l'entreprise.

La grande distribution recrute des acheteurs, qui ont souvent le titre de chef de rayon.

Une grande centrale d'achat dépendant des services publics, l'UGAP (Union des groupements d'achats publics), recrute des acheteurs.

Voir la fiche métier.

Chef d'agence dans le transport

Les entreprises de tous secteurs font appel au chef d'agence lorsqu'elles souhaitent transporter des marchandises en camion. Le chef d'agence dans le transport dirige une agence locale ou régionale de transports. Il doit mener de front les fonctions de prospection commerciale, de gestionnaire administratif, technique, financier et humain.

Réactif, le chef d'agence est capable de faire face sans délai à une panne de camion. Persuasif, il sait faire preuve d'autorité pour négocier le transport de marchandises au meilleur prix. Dans la mesure où il dirige une succursale, il sait agir en toute indépendance.

Après un bac général, bac techno STMG ou bac pro transport, un diplôme bac + 2 comme le BTS transport et prestations logistiques ou le DUT gestion logistique et transport est susceptible de vous assurer des débouchés dans le secteur.

A bac + 3, vous pouvez préparer à l’université une licence professionnelle (bac + 3), par exemple la licence pro logistique spécialité transport de voyageurs (Cergy-Pontoise).

La possibilité vous est également offerte de suivre une formation spécialisée (de niveau bac + 3) des écoles des groupes AFT-IFTIM et Promotrans dans le domaine du transport

Cependant, les professionnels préfèrent recruter des candidats à bac + 5.

Les diplômés d’école de gestion ou de commerce ou les titulaires d’un master, par exemple, le master pro économie et gouvernance de l’environnement spécialité sécurité des transports (Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) sont également appréciés par les recruteurs.

Les entreprises de transports de marchandises de toutes tailles assurent le transport de marchandises. Elles ont donc besoin de chefs d'agence pour diriger leurs succursales.

Le poste de responsable d'exploitation, chargé de superviser la partie exploitation d'une agence régionale de transport est un bon tremplin vers celui de chef d'agence.

Voir la fiche détaillée.

Ingénieur du contrôle de la navigation aérienne

Plus souvent appelé aiguilleur du ciel, l'ingénieur contrôle la feuille de route des avions, des horaires de décollage à leur atterrissage, en passant par leur itinéraire. En cas de difficulté technique ou de météo capricieuse, il sert également de guide aux pilotes. Son objectif : assurer la sécurité des passagers et le trafic continu des avions.

Ce métier exige une grande résistance au stress, de la rigueur et de la disponibilité. Responsable de la vie des passagers, le contrôleur doit en effet respecter de très nombreuses procédures et il est susceptible de travailler le dimanche, les vacances ou jours fériés. La moindre erreur ou imprécision peut avoir des conséquences dramatiques !

Un bac + 2 scientifique vous sera nécessaire pour passer le concours d'entrée de l’ENAC (Ecole nationale de l'aviation civile) à Toulouse.

Parmi les candidats reçus, plus de 95 % sont issus de 2e année de classe préparatoire aux concours des grandes écoles scientifiques. Les titulaires (âgés de 26 ans au plus au 1er janvier de l’année du concours) d’un bac + 2 (L2, DUT ou BTS scientifique entre autres) peuvent également candidater. Un très bon niveau d'anglais est requis en vue des épreuves de langues.

Si vous faites partie des admis à ce concours, vos études (d’une durée de 3 ans) seront gratuites. Après un examen médical (afin de satisfaire aux conditions d'aptitude du métier), il vous faudra passer votre brevet de pilote privé d'avion et réaliserez un stage en pays anglophone.

Fonctionnaire rémunéré pendant votre scolarité, vous travaillerez ensuite pendant 7 ans pour l'Etat.

Les tours de contrôle des grands aéroports emploient près de la moitié des aiguilleurs du ciel.

Les 5 grands centres régionaux de contrôle de France comptent 40 % des ingénieurs de contrôle de la navigation aérienne. Ils se trouvent à Athis-Mons, près de Paris, à Aix-en-Provence, à Bordeaux, à Brest et à Reims.

La DGAC (Direction générale de l'aviation civile) est un recruteur potentiel. Environ 20 % des aiguilleurs y occupent des postes d'études ou d'encadrement.

Voir la fiche détaillée.

Pilote de ligne

Appelé aussi navigant technique, le pilote de ligne prépare dans un premier temps le dossier technique de vol (météo, routes, données techniques de l'avion...). Dans un second temps, il assure le pilotage de l'avion en veillant à l'aspect commercial de la compagnie et à la gestion de l'équipage.

Une très bonne condition physique est exigée, non seulement pour le pilotage de l'avion, mais aussi parce que le pilote doit supporter les déplacements fréquents, les nuits blanches, les changements de climat et les décalages horaires inhérents à son métier. Naturellement, piloter un avion exige beaucoup de sang-froid. En matière d'aviation, il en va de la vie des passagers, d'autant que sur de longues distances, les vols sont soumis à des conditions météo changeantes et à des turbulences. Deux fois par an, les pilotes sont contrôlés sur leur maîtrise des manoeuvres d'urgence et sur leur temps de réaction.

Plusieurs filières préparent au difficile métier de pilote : celle de l'Etat, les écoles privées et la voie militaire.

Pour la filière d'Etat, la plus prestigieuse et sélective, qui se déroule à l'Ecole nationale de l'aviation civile (ENAC), vous devrez de préférence être titulaire d’un bac général scientifique.

Elève de maths sup ou titulaires d’un BTS  ou DUT scientifiques ou ayant réussi une 2e année de licence validée (L2), vous devrez suivre une formation, d'une durée de 18 mois, accessible sur concours. Mais, attention, les épreuves étant très sélectives, vous avez intérêt à pousser vos études jusqu'à la licence au minimum.
Le cursus (gratuit) couple enseignements théoriques et pratiques.

Air France propose, par ailleurs, une formation '' pilotes cadets '' (inscription fermée actuellement) destinée aux jeunes de moins de 27 ans. D’une durée de 28 mois, elle est entièrement gratuite.

La licence de pilote professionnel avion, diplôme qui peut se préparer dans les aéroclubs ou écoles privées, permet d’exercer le métier de pilote privé. Il s'agit d'une voie d'accès longue et coûteuse (près de 24 000 euros).

Quant à l'armée de l'air, elle recrute ses pilotes (transport, chasse) sur concours, à condition qu’ils s'engagent pour 10 ans. Si vous êtes admis, à la fin de leur carrière, il vous sera possible (avec un complément de formation) de rejoindre l'aviation civile

A court terme, les compagnies aériennes françaises devraient créer 300 à 350 postes de pilote de ligne chaque année. Mais le recrutement dépend beaucoup du contexte économique.

Voir la fiche détaillée.

Aller à la page précédente
Page :123456