Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

domaine

Réussir sans diplôme

Domaines : Collège, CAP / BEP ou équivalent, Formations, Seconde, Première, Bac ou équivalent, Autres formations
Octobre 2013
Voir le dossier complet

Quels métiers sans diplôme ?

Vendeur, manutentionnaire, gardien d'immeuble, standardiste, conducteur de bus, convoyeur de fonds, facteur, caissier, employé de libre-service, téléconseiller, serveur, manager dans la restauration rapide, aide à domicile - autant de métiers qui peuvent être accessibles sans diplôme.

En France, en 2010, les emplois non qualifiés d'ouvriers ou d'employés représentent un emploi sur cinq. Mais ils ne sont pas uniquement occupés par des salariés sans diplômes ou certifications : plus de la moitié sont titulaires d'un CAP ou plus, et un sur cinq a au moins le baccalauréat.

En 20 ans, même si leur proportion a baissé, les emplois non qualifiés se sont beaucoup dégradés, faisant place à une plus grande précarité, qui affecte en premier lieu les personnes sans diplômes. Les salariés non-qualifiés sont ainsi davantage confrontés à l'instabilité de l'emploi : 22 % d'entre eux occupent un emploi sous CDD ou sont intérimaires ou apprentis. Ceux -ci travaillent aussi plus souvent à temps partiel

Si la population des emplois non qualifiés était auparavant majoritairement ouvrière, masculine et industrielle, aujourd'hui elle est en grande partie employée, féminine et tertiaire : 79 % des employés non qualifiés sont des femmes (mais elles ne représentent que 32 % des ouvriers non qualifiés). Si le nombre d'emplois non qualifiés semble important, il n'en demeure pas moins que près de 20 % des non-qualifiés sont au chômage, en période de crise les employeurs ayant davantage le choix et pouvant leur préférer des candidats diplômés.

Il existe actuellement une forte concentration de l'emploi non qualifié dans les secteurs de l'hôtellerie-restauration du commerce, et des services personnels et domestiques.

Selon l'INSEE, "Les professions exercées en grande proportion par des personnes possédant un diplôme de la même spécialité que leur profession sont considérées comme des professions qualifiées. Les autres sont des professions non qualifiées". Celles-ci incluent les ouvriers non qualifiés de type artisanal ou industriel dont les manoeuvres et les ouvriers agricoles et les employés.

Parmi les professions d'employés non qualifiés, on distingue principalement les :

- agents d'entretien ;

- employés et agents de maîtrise de l'hôtellerie et de la restauration ;

- agents de gardiennage et de sécurité ;

- assistantes maternelles ;

- caissiers, employés de libre-service ;

- aides à domicile et aides ménagères ;

- employés et opérateurs de l'informatique.

Parmi les professions d'ouvriers non qualifiés, les :

- manutentionnaires ;

- ouvriers non qualifiés du bâtiment et des travaux publics (gros œuvre et second œuvre) ;

- ouvriers non qualifiés de la mécanique ;

- artisans et ouvriers artisanaux ;

- ouvriers non qualifiés des industries de process, de l'électricité et de l'électronique, du textile, du métal et du bois.

En 2013 selon l'enquête Besoins en main d'œuvre (BMO) de Pôle emploi, les métiers les plus recherchés concernent majoritairement des emplois peu ou pas qualifiés. Les profils les plus demandés sont les agents d'entretiens, suivis des aides à domiciles et des aides ménagères. De même les employés de la restauration (aides, employés polyvalents de cuisine, serveurs), les aides soignants (auxiliaires de  puériculture, assistants médicaux), les agents de sécurité, les employés de l'hôtellerie, les employés de libre-service, font partie des métiers recherchés par les entreprises et pour lesquels des difficultés de recrutement existent.

L'hôtellerie-restauration

Dans le secteur de l'hôtellerie et plus encore de la restauration, il est possible de décrocher un emploi sans diplôme. Dans les cafés-restaurants, le niveau de qualification est souvent bas, tandis que dans l'hôtellerie, le niveau de qualification a tendance à s'élever avec le prestige de l'établissement.

L'essor de la restauration, notamment rapide, a fortement bénéficié aux emplois de serveurs, aides cuisiniers ou plongeurs, dont les effectifs ont augmenté de plus d'un quart. L'allongement des distances entre domicile et lieu de travail et la hausse de l'activité féminine ont en effet multiplié le nombre de repas pris en dehors du domicile.

Repère
L'hôtellerie-restauration en Ile-de-France

Selon l'enquête Besoins en main d'œuvre (BMO) de Pôle emploi, le secteur de l'hôtellerie-restauration prévoit de réaliser plus de 25 000 recrutements en Ile-de-France en 2013, dont 13,5 % d'emplois saisonniers. Première destination du tourisme de loisirs et d'affaires avec Paris et la petite couronne, la région abrite un grand nombre d'infrastructures d'hébergement et de restauration.

Les projets de recrutements s'y concentrent autour de quelques métiers, en premier lieu dans la restauration : aides apprentis et employés de cuisine (10 651 projets de recrutement), serveurs de cafés, de restaurants et commis (6742 projets de recrutement), cuisiniers (3650 projets de recrutement), employés de l'hôtellerie (2233 projets de recrutement).

Afin de professionnaliser ses métiers et de sécuriser ses recrutements, la commission paritaire nationale de l'emploi de l'industrie hôtelière (CPNE/IH) a mis en place un nombre important de certificats de qualification professionnelle (CQP). On en compte pas moins de 32, dont 19 sont enregistrés au RNCP (par exemple les CQP Employé(e) d'étage, Gouvernant(e) d'hôtel, Agent de restauration, Serveur en restauration, ou Pizzaiolo).

Les jeunes non diplômés peuvent notamment envisager les métiers de commis de cuisine, cuisinier, de garçon de café, d'employé de restaurant, d'employé polyvalent de restauration rapide, employé de restauration collective, de barman, de réceptionniste, de bagagiste, ou de femme de chambre. Des perspectives d'évolution existent ensuite vers les métiers de chef de rang, maître d'hôtel, de manager dans la restauration rapide, de gouvernante ou de chef d'étage. Les grandes enseignes de restauration rapide recrutent régulièrement, en raison il est vrai, d'un taux de turn-over élevé.

Les métiers de l'hôtellerie-restauration demandent d'avoir une bonne présentation, du dynamisme, de la disponibilité (travail en soirée et le week-end) et une certaine résistance physique (vous passerez de longues heures debout). L'esprit d'équipe est essentiel dans ce secteur. L'anglais est souhaité pour les postes où il existe une relation avec la clientèle.

Pour une meilleure connaissance des nombreux métiers du secteur de l'hôtellerie-restauration, nous vous invitons également à vous reporter sur notre site aux fiches métiers et au dossier concernés ainsi qu'à la rubrique "liens utiles" de ce dossier.

Le commerce

Le commerce de proximité rassemble 2 millions de travailleurs. En 10 ans, il a crée plus de 230 000 emplois. Cette croissance est principalement due à l'essor de la grande distribution, un secteur d'activité qui fait appel à un grand nombre de métiers non qualifiés. Un nombre important de projets de recrutement concernent régulièrement ces fonctions commerciales.

En 2013, selon Pôle emploi, les entreprises françaises prévoient par exemple de recruter plus de 27 000 employés de libre-service, plus de 20 000 caissiers et plus de 30 000 vendeurs en habillement, accessoires et articles de luxe, sport, loisirs et culture.

Bon à savoir
Parmi les employés de libre-service et les caissiers, on trouve une très grande majorité de femmes (plus de 90 %) et 25 % de jeunes. Dans la grande distribution, une formation interne est généralement dispensée aux nouveaux employés pour leur transmettre les méthodes de la chaîne de magasins.

Etant au contact permanent de la clientèle, ces métiers nécessitent d'être aimable et souriant en toute circonstance. La rapidité, la concentration et savoir compter sont par ailleurs des qualités indispensables à tout caissier. Ce travail nécessite une bonne résistance physique et nerveuse. Il faut en effet travailler dans le bruit et la répétition des mêmes gestes et de la manipulation de certains articles lourds peuvent sur le long terme engendrer des maux de dos et des tendinites aux bras.
Dans la vente, il est nécessaire d'avoir un bon relationnel, le sens de l'accueil et de la négociation et de bien connaître les produits proposés à la clientèle.

Sur notre site, vous pouvez consulter les fiches métiers suivantes : hôte de caisse, vendeur en magasin, vendeur en animalerie.

La propreté et l'hygiène

Dynamique et créateur d'emploi, le secteur de la propreté et de l'hygiène compte en 2010 62,7 % de salariés sans diplôme. Les effectifs des employés de nettoyage de bureaux ou de locaux industriels ont considérablement augmenté en 20 ans.

Ce secteur emploie majoritairement des agents de service qui représentent 90 % des effectifs salariés.

Dans le nettoyage classique, il est possible de se faire embaucher sans qualification en justifiant de qualités de présentation (tenue et coiffure irréprochables), d'organisation (savoir dans quel ordre réaliser les tâches), de ponctualité et d'autonomie.

Pour les missions les plus spécialisées, une formation préalable (CAP, bac pro) dans le secteur de la propreté est en revanche préférable. Les entreprises du secteur qui ont un fort besoin de main d'œuvre peuvent aussi choisir de recruter sans diplôme et de former leur personnel.

Face à ses difficultés de recrutement actuelles et à venir (44 % des salariés du secteur ont actuellement plus de 45 ans), la branche professionnelle met en place une politique de formation structurée, notamment en direction des jeunes.

Pour aller plus loin
La FEP (Fédération des entreprises de propreté), indique que le secteur de la propreté a accueilli dans ses 7 CFA plus de 1240 apprentis en 2011 (33 % préparant un CAP). La même année, près de 1000 jeunes ont été recruté par la branche en contrat de professionnalisation.

Au niveau V (CAP), il est possible de préparer un CAP maintenance et hygiène des locaux. L'INHNI, organisme de formation de la branche propreté, s'implique par ailleurs fortement dans le développement de CQP (certificat de qualification professionnelle).

Sur notre site un dossier complet a été consacré aux métiers de l'hygiène et de la propreté, nous vous proposons de vous y reporter ainsi qu'aux fiches métiers correspondantes.

La sécurité

Le secteur de la sécurité privée est véritablement en tension avec de forts besoins en personnel, notamment d'agents de gardiennage, de sécurité et de surveillance. Ce secteur compte actuellement 150 000 salariés, et la prospective prévoit plus de 27 000 créations nettes d'emploi d'ici 2020!

De nombreuses embauches sont encore prévues pour soutenir la croissance des entreprises de sécurité privée et faire face à l'émergence de nouveaux besoins. A l'avenir, des délégations de plus en plus importantes de missions de sécurité, de prévention et de surveillance devraient en effet être confiées au secteur privé.

Mais en raison de conditions de travail jugés difficiles (station debout, horaires décalés) et d'une majorité de postes de nuit souvent isolés, le secteur souffre d'une mauvaise image. Il a ainsi du mal à recruter et à fidéliser son personnel.

Les métiers de la sécurité privée sont des métiers d'avenir, dans lesquels il est possible de trouver un emploi en CDI. Ils sont accessibles aux jeunes non diplômés, à condition d'être rigoureux, d'avoir un casier judiciaire vierge, d'être en bonne condition physique et sportive. Chez un agent de sécurité, les qualités recherchées sont l'honnêteté sans faille et une totale intégrité. Il doit aussi être très vigilant et savoir garder son sang-froid en cas de vol, incendie ou attaque.

Le niveau actuel moyen de qualification du secteur est faible (les 2/3 des salariés n'ont pas le baccalauréat). Depuis le 1er janvier 2008 pour exercer, les salariés doivent obligatoirement justifier d'une aptitude professionnelle préalable à l'emploi d'agent de prévention et sécurité (APS). Pour répondre à ce besoin accru de formation, notamment des nouveaux entrants, la branche professionnelle a créé un certificat de qualification professionnelle (CQP) d'APS. Il s'agit d'une formation de 70 h minimum réalisée dans un organisme agréé par la branche professionnelle. Il est également possible de préparer le CAP agent de prévention et de sécurité, la mention complémentaire (MC) sûreté des espaces ouverts au public, ou le titre professionnel agent de sûreté et de sécurité privée.

Enfin en raison d'importants besoins en encadrement intermédiaire (chef de poste, responsable de site ou chef d'équipe de sécurité), le secteur laisse entrevoir aux débutants motivés des perspectives d'évolution et de progression de carrière car la sécurité, c'est d'abord de la présence humaine à gérer 24 h sur 24.

Pour approfondir votre connaissance des métiers de ce secteur, n'hésitez pas à vous reporter à notre dossier consacré aux métiers de la sécurité.

Les services à la personne

Depuis une vingtaine d'années, le secteur des services à la personne est en plein essor. En 2011, il employait près de 1,4 million de salariés (dont 1 millions de salariés employés par des particuliers), parmi lesquels une très grande majorité de femmes. L'allongement de la durée de la vie, le vieillissement de la population mais aussi des modes de vie qui évoluent (se libérer des contraintes matérielles...), la mise en place de chèques emploi service universel, contribuent au développement de ces activités, qui se professionnalisent et sortent de la sphère du "travail au noir".

L'explosion des métiers de services s'est accompagnée d'un développement important de postes de bas niveau de qualification.

Si l'on s'en réfère aux données des organismes du secteur, les activités représentant les plus d'heures salariées concernent l'assistance aux personnes âgées, le ménage / repassage et la garde d'enfants; ainsi que, dans un moindre mesure, le soutien scolaire, l'assistance aux personnes handicapées et le petit jardinage.

Repère
Pour répondre à la demande croissante des mères qui travaillent, le nombre d'assistantes maternelles et de gardiennes d'enfants s'est multiplié par 3 en 20 ans !

Ces activités sont accessibles lorsque l'on est pas ou peu qualifié. Leurs professions ont pour point commun de nécessiter le sens du service. Concernant les publics plus spécifiques (enfants, personnes âgées ou handicapées), des qualités humaines, de la patience, du dynamisme et de la disponibilité sont requises.

Pour en savoir plus, reportez-vous sur notre site au dossier sur les métiers des services à la personne.

Le transport et la logistique

Manutentionnaire, magasinier, ouvrier du tri, de l'emballage, de l'expédition, livreur, préparateur de commande, déménageur... Autant de métiers qui peuvent s'exercer sans diplôme.

Dans le domaine de la logistique, le nombre d'ouvriers manutentionnaires, d'empaqueteurs, d'étiqueteurs ou de préparateurs de commandes a augmenté d'un tiers en moins de 20 ans et cette croissance se poursuit avec l'essor du e-commerce.

En 2013, selon Pôle emploi, les professionnels du secteurs prévoient de recruter plus de 26 000 ouvriers non qualifiés de l'emballage et manutentionnaires et plus de 15 000 ouvriers qualifiés du magasinage et de la manutention (caristes, préparateurs de commande, magasiniers, etc.).

Depuis une dizaine d'années, les caristes sont tenus de décrocher le certificat d'aptitude à la conduite d'engins en sécurité (CACES) pour pouvoir exercer. Devenu indispensable, ce certificat les initie aux règles relatives aux pratiques de conduite, à la connaissance technique des chariots élévateurs et aux conditions générales de sécurité dans l'entrepôt. Le CACES s'obtient au cours d'un stage d'une semaine. Sa préparation est assurée par des organismes spécialisés (AFT-IFTIM, Promotrans) ou par l'AFPA. Les demandeurs d'emploi peuvent bénéficier de cette formation.

Les conducteurs routiers sont également des professionnels très recherchés (10 000 recrutements prévus en 2013, dont 52 % jugés difficiles).

Ces métiers nécessitent d'avoir une bonne résistance physique et de l'attention. Pour en savoir plus, reportez-vous sur notre site au dossier consacré aux métiers du transport et de la logistique.

Le BTP

Dans le secteur du BTP, des difficultés de recrutement sont constantes pour une grand part des professions, notamment celles de maçon, de peintre, de plombier, de couvreur, etc.

Les 2/3 des ouvriers faiblement qualifiés du bâtiment travaillent dans le gros œuvre (la maçonnerie) et un tiers dans les travaux publics. La mécanisation croissante dans le BTP a cependant fortement diminué ces besoins en personnel non qualifié. Les équipements de manutention mécanisée dans le bâtiment, de même que les équipements mécaniques dans les travaux publics ont ainsi largement supplantés les "manœuvres" d'autrefois.

Par ailleurs le secteur du BTP mise sur l'alternance pour répondre à ses importants besoins en personnel qualifié. Vous avez donc tout intérêt à vous former afin de bénéficier des perspectives d'évolution existantes dans le BTP.

Au niveau V (CAP, CQP, titres professionnels), les profils les plus recherchés concernent notamment les ouvriers qualifiés du gros œuvre, de la finition, de la couverture, des installations sanitaires, du génie climatique et de l'électricité.

De nombreuses opportunités de carrière sont donc à saisir dans le secteur du bâtiment qui commence tout juste à se féminiser, les femmes représentant à peine 11 % des effectifs.

Plus de la moitié des salariés faiblement qualifiés sont embauchés dans des petites structures. Le travail se fait en extérieur, sur les chantiers. Il demande une bonne condition et résistance physique.

N'hésitez pas à prendre contact avec la Fédération française du bâtiment qui se décline au niveau régional.

Sur notre site, vous avez la possibilité de découvrir la diversité des métiers du bâtiment au travers de nombreuses fiches descriptives, de témoignages vidéo de professionnels et d'un dossier thématique.

Aller à la page précédente
Page :12345