Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Philippe Souweine

Chargé des relations écoles/entreprises à l'UIC d'Ile-de-France, Puteaux (92)
Date de l'interview : 01/11/2008

Connues et appréciées des entreprises de la chimie, les licences professionnelles sont une très bonne clé d'entrée dans le secteur.

Philippe Souweine travaille pour le compte de l'Union des industries chimiques d'Ile-de-France. Grâce à son rôle actif d'interface entre écoles et entreprises, il contribue à faire se rencontrer et se rapprocher le monde éducatif et les entreprises de la chimie.

En quoi consiste votre mission ?

Pour mieux faire connaître les métiers de la chimie et motiver les jeunes à s'orienter vers les filières scientifiques, nous organisons chaque année le Village de la chimie, dont je suis l'un des artisans. Ce salon, qui présente de manière pédagogique la diversité des métiers et des formations dans le domaine de la chimie, a pour objectif prioritaire d'éveiller ou de confirmer de jeunes vocations scientifiques et techniques.
Des démonstrations (avec le Palais de la découverte...), des conférences sur les métiers de la chimie sont au programme de cette manifestation, qui permet aux jeunes de rencontrer des professionnels et des formateurs. Le bilan qualitatif de ces échanges est très positif.
En amont, nous créons des documents pédagogiques à destination des enseignants et nous organisons dans les établissements scolaires franciliens près de 200 séances annuelles d'information sur les métiers de la chimie animées par des professionnels.

Quel est votre objectif ?

Je concoure à une meilleure connaissance des entreprises de la chimie, de ses besoins et de ses attentes, auprès des acteurs (enseignants, COP, etc.) et des usagers (collégiens, lycéens...) de l'Education nationale. De même, je m'emploie du côté des entreprises à ce qu'elles définissent avec le monde académique, des formations adaptées. Je représente ainsi la branche professionnelle de l'Union des industries chimiques (UIC) au sein des commissions de rénovation et d'habilitation des diplômes de la chimie (DUT, licences pro, masters, etc.). Je participe également à des Conseils de perfectionnement de l'apprentissage qui est très actif dans le secteur de la chimie, avec le CFA hors murs l'Afi 24.
Enfin, je fais parti du comité d'organisation des Olympiades de la chimie Ile-de-France.

Quels sont les besoins du secteur de la chimie ?

Globalement le secteur de la chimie a vécu de nombreuses concentrations et fusions qui ont ralenti le renouvellement de son personnel. Les industries de la chimie, où la pyramide des âges est devenue élevée, vont être touchées par des départs massifs à la retraite. Dans un contexte où les filières scientifiques sont boudées, les besoins en renouvellement de compétences vont être importants à tous les niveaux : des opérateurs de fabrication (niveau BEP ou bac pro industries des procédés), des techniciens commerciaux, de production, de contrôle et de laboratoire, des ingénieurs commerciaux, de production, de recherche et développement, des spécialistes en hygiène/sécurité/environnement (produits et installations). En Ile-de-France, si les laboratoires de recherche sont nombreux, il existe en revanche peu d'unités de production chimique importantes. Il faut donc être mobile. Les emplois potentiels sont néanmoins nombreux et variés, car la chimie est présente partout. C'est la raison de la présence au Village de la chimie d'entreprises dont les besoins en chimistes sont encore largement ignorés : caoutchouc, plasturgie, cosmétiques, médicaments, électronique, automobile, agroalimentaire, etc.

Quels conseils pourriez-vous donner aux jeunes ?

L'idée est de se professionnaliser le plus tôt possible, notamment en multipliant les stages en entreprise. Connues et appréciées des entreprises de la chimie, les licences professionnelles sont notamment une très bonne clé d'entrée. Les bi-diplômes et les formations en apprentissage représentent également des voies porteuses.
Avant de se fixer sur un devenir, il importe de s'informer avec un regard neuf et de se forger son propre jugement, sans se cantonner à des appréciations extérieures. Participer au Village de la chimie est un excellent moyen de découvrir la grande diversité des métiers de la chimie et les multiples développements professionnels offerts. Il est indispensable que les jeunes puissent échanger avec des débutants en exercice, afin de percevoir les entreprises de façon plus réaliste grâce à des témoignages vécus qui leur donnent envie d'aller voir par eux-mêmes, de visiter, de discuter, d'expérimenter.

Propos recueillis par Annie Poullalié