Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

domaine

Les métiers du web

Domaines : Art – Culture - Audiovisuel, Information - Communication, Informatique - Télécoms - Internet, Métiers
Dernière mise à jour : 30/07/2015

Pour réussir dans le web, il faut miser sur une formation supérieure et acquérir des compétences de plus en plus spécialisées.

Replier le dossier

Introduction

Certains métiers du web existaient déjà sur d'autres supports ; d'autres sont nés avec Internet puis avec le développement des mobiles et tablettes. Tous permettent d'allier passion pour les nouvelles technologies et informatique, création, écriture ou marketing... Pour réussir dans ce secteur en perpétuel mouvement, il faut miser sur une formation supérieure et acquérir des compétences de plus en plus spécialisées.

Syntec numérique

Afin de valoriser le potentiel de recrutement de ses adhérents et de présenter la diversité des métiers du secteur du numérique en France, Syntec numérique se mobilise auprès des nouvelles générations et lance tout au long de l'année des actions de sensibilisation : S'Nums, Les talents du numérique, une appli mobile, etc. 

Incontournable, Internet est désormais une industrie à part entière. Exit les starts'up créées sur un coin de table et affichant des progressions fulgurantes. Internet est aujourd'hui régi par les mêmes règles que l'économie traditionnelle.

En 2013, selon Médiamétrie, la France comptait 43,2 millions d'internautes, soit près de 8 français sur 10 de plus de 11 ans connectés. On dénombre également 27 millions de mobinautes et 11,2 millions de « tablonautes » en 2013.

Le web est ainsi devenu indispensable au quotidien : il permet de communiquer, s'informer, faire des achats, jouer, etc. Internet est plus que jamais au cœur du quotidien des Français et l'arrivée des objets connectés pourrait ouvrir la voie à de nouveaux usages pour s'informer, communiquer ou encore consommer.

Dans le même temps, c'est un outil professionnel incontournable.

Selon le site officiel metiers.internet.gouv.fr, le web compte une quarantaine de métiers phares, répartis en 7 grandes familles de fonctions

  • communication et marketing ;
  • conception et gestion de projet ;
  • formation et assistance ;
  • infrastructures et réseaux ;
  • interfaces et créations numériques ;
  • production et gestion de contenu ;
  • programmation et développement.



Panorama du secteur

Internet est partout dans les entreprises : sites institutionnels, sites vitrines, sites marchands. Des spécialistes diplômés tant techniques qu'artistiques sont vivement sollicités.

Il est difficile d'évaluer précisément le nombre de personnes en France exerçant un "métier du web". Ce qui est certain, c'est qu'Internet est devenu omniprésent dans le monde de l'entreprise. Internet a entraîné des changements d'organisation importants, notamment dans le secteur des services et du commerce : développement de la vente multicanal, sécurisation des données en ligne, etc.

Zoom : www.lafrenchtech.com
Impulsée par la ministre Fleur Pellerin, cette communauté des acteurs du numérique a l'ambition de construire un grand mouvement de mobilisation collective pour la croissance et le rayonnement des start-ups numériques françaises. L'objectif, c'est de tout faire pour que les "prochains Google naissent et se développent ici, en France et en Europe ! "

Des employeurs aux profils variés

La presque totalité des sociétés françaises de plus de 10 salariés possèdent au moins un site web. Il s'agit le plus souvent d'un site institutionnel, géré en interne ou en externe. Les actions de communication ou de présence sur les réseaux sociaux se multiplient à titre professionnel.

On parle désormais de "SoLoMo" pour désigner le développement du "social, local et mobile" en ligne, l’usage des tablettes et smartphones tendant à supplanter celui des ordinateurs.

Selon la Fevad, Fédération des entreprises de vente à distance, on dénombrait, plus de 144 000 sites marchands en France au 1er trimestre 2014. A lui seul, le e-commerce générait l'équivalent de 87 000 emplois directs en 2013. Cela représente une hausse de 21 % par rapport à 2012. On estime à plus de 12 000 les nouveaux emplois créés en 2013.

A l'inverse, le marché de l'accès à Internet est très concentré. Une demi-douzaine de fournisseurs d'accès se partagent le marché français (Orange, Free, SFR, Prixtel, B and You, BBox).

Moins médiatisées, mais aussi génératrices d'emplois, les agences web ("web agencies") sont des agences plurimédia spécialisées dans la conception et l'animation de sites, le référencement des sites ou encore la communication digitale.

Très hétérogène, ce secteur mêle professionnels indépendants, petites structures et filiales de grands groupes de communication.

Ingénieurs, commerciaux, communicants, créatifs, etc., Internet recrute tous azimuts. Mais ce sont les spécialistes du marketing on-line et les développeurs informatiques qui sont les plus recherchés.

De leur côté, les créatifs, trop nombreux par rapport aux besoins réels, connaissent des conditions d'emploi souvent précaires.

Beaucoup de professionnels du web exercent en free-lance, pour une agence web ou directement pour un client. Traffic manager, chargé de référencement, community manager.... le web compte ainsi de nombreuses fonctions spécifiques, nées avec Internet et présentes uniquement en ligne.

Si les femmes ont plutôt investi les domaines du rédactionnel et de la création, elles sont encore sous-représentées dans les métiers techniques. Malgré les campagnes de sensibilisation des écoles d'ingénieurs ou d'associations impliquées pour l'égalité professionnelle, les femmes occupent moins de 30% des emplois du numérique.

Un renouveau permanent

Outil en perpétuelle évolution, Internet sera le creuset de nouveaux métiers dans les prochaines années. Ces métiers devraient permettre d'offrir aux internautes plus d'interactivité, de mobilité, de sécurité et de réactivité.

A l'avenir, les tablettes et le mobile, qui ne représentaient que 7 % du trafic en France en 2012, seront des leviers incontournables et feront appel à une nouvelle génération de professionnels qualifiés. Selon une enquête de la Fevad, 19 % des internautes envisagent en effet d'utiliser leur tablette et 15 % leur mobile pour commander sur Internet en 2014.

Par ailleurs, une étude du cabinet Altaïde montre que les métiers qui ont le vent en poupe en 2013 sont ceux de l'innovation (veille concurrentielle, recherche et développement, détection des tendances, etc.) et du marketing relationnel. Les profils de développeurs et de "data scientifics" (analystes de données) sont particulièrement appréciés.

Secteur mouvant et évolutif, Internet nécessite de très grandes capacités d'adaptation. Une veille est indispensable sur la concurrence, les nouveautés, les outils utilisés, les méthodes développées. Pour faire carrière dans le secteur du numérique, il faut également être capable d'anticiper les changements, de les intégrer et de s'autoformer en permanence. En d'autres termes, il faut être passionné !

Selon la dernière enquête de l'Apec menée en 2012, les  problématiques du Cloud  et, à  terme, celle de l'internet des objets, nécessiteront de nouveaux  spécialistes dans d'autres secteurs, comme la logistique par exemple.

Zoom francilien

Première région européenne en termes d'emplois dans le numérique, l'Ile-de-France compte 20 000 entreprises spécialisées dans les technologies de l’information et de la communication et 136 000 chercheurs et techniciens, soit près de 8 % des emplois de R&D en Europe (source : Cap Digital).

Bon à savoir : la région parisienne est particulièrement dynamique dans les TIC et le numérique du fait de la forte offre de formations dans le secteur du numérique : 70 écoles et universités franciliennes dispensent des formations informatiques et Télécoms de haut niveau à plus de 20 200 étudiants chaque année.

Des salaires meilleurs à Paris !

Les salaires des professionnels du web en province sont inférieurs de 20 à 25 % à ceux proposés en région francilienne. A Paris, , un développeur mobile à partir de 35 000 euros bruts, un développeur PHP5 débutant ou un référenceur peut négocier un salaire annuel à partir de 30 000 euros, un infographiste à partir de 24 000 euros.

Bon à savoir : pour vous lancer en indépendant ou en créant votre société, vous pouvez faire acte de candidature auprès de "Paris Incubateurs" qui pourra vous proposer une offre globale d'accompagnement lors du lancement de votre projet innovant (technologies numériques, nouveaux médias, etc.).

Les métiers techniques

Développeur web, intégrateur, hébergeur, responsable sécurité, hotliner... Autant de métiers techniques nés de l'univers Internet.

Près de 90 % des Français souhaitent que l’enseignement du codage et de la programmation informatique soit intégré aux cursus scolaires, révèle le dernier baromètre Syntec Numérique - BVA 2014. C'est dire si l'informatique s'est largement installée dans le quotidien des Français.

Ainsi, les métiers du numérique ne connaissent pas la crise ! Le "Contrat d’études prospectives" du secteur professionnel du numérique de 2013 (Syntec Numérique) prévoit la création de 36 700 emplois d'ici à 2018. Des profils pluridisciplinaires - à la fois technique et ayant le sens de la gestion de projet - seront particulièrement recherchés.

Les femmes représentent moins de 30 % des effectifs dans le numérique contre 48 % dans la population active globale. Cependant moins de 20 % des postes d’ingénieurs ou de techniciens du numérique sont pourvus par des femmes.

Les spécialistes de la sécurisation des données, les chefs de projets expérimentés, les architectes capables de maîtriser la complexité grandissante des réseaux seront notamment particulièrement appréciés dans les années à venir. Actuellement les développeurs sont une denrée rare !

Sur le marché de l'emploi informatique, la demande en développeurs d'applications mobiles est ainsi l'une de celle qui a le plus augmentée. Selon le cabinet de recrutement Hays, les langages de développement les plus recherchés par ordre décroissant sont : Java J2EE, Java C++, PHP, Java Script, Java Swing, .Net, C++ et C#"."Les technologies liées aux mobiles Androïd et IOS et la maîtrise des frameworks associés restent également très demandées.

Dernier secteur en vogue : le Cloud computing. Les entreprises vont de plus en plus faire appel à des plateformes numériques de stockage pour accéder à leurs données sur internet. Et pour analyser ces données, ce sont des experts du Big Data qui seront prisés. Aujourd'hui en France, on estime qu'ils sont peu nombreux à maîtriser les collectes et analyses complexes des bases de données. Une niche qui demande des compétences en informatique et en statistiques très pointues !

Le Cloud et Big Data figurent d'ailleurs parmi les 34 plans de reconquête de la nouvelle France industrielle.

Selon le cabinet de recrutement Robert Half Technologie, en Ile-de-France, la quantité d’offres d’emploi relatives aux métiers nouveaux du Big Data dépasse largement le nombre restreint d’experts français ou même de jeunes diplômés spécialisés dans le domaine.

A noter : en février 2013, un dispositif "2 000 emplois d'avenir dans les espaces publics numériques" a été lancé. Les jeunes professionnels recrutés en Emplois d’Avenir ont pour mission d’assister les animateurs multimédia et les médiateurs numériques déjà en poste dans les Espaces Publics Numériques.

Développeur web / Développeuse web

DéveloppeuseLe développeur web imagine et développe des sites ou des services Internet, à partir des cahiers des charges établis par les chefs de projet.

Voir la fiche détaillée

Architecte en système d'information

architecte_reseaux_383x209.jpgL'architecte en systèmes d'information conçoit et fait évoluer des systèmes d'information, comme des matériels informatiques, des systèmes d'exploitation, des logiciels ou des réseaux. Il choisit les outils et les technologies qui vont être utilisés et supervise leur mise en place.

 

 

 

 

Voir la fiche détaillée

Hot liner

hotliner_383x209.jpgLe hot liner résout, le plus souvent par téléphone, tous les incidents techniques qui se produisent sur du matériel informatique ou une connexion Internet, par exemple. En entreprise, il peut gérer le parc informatique et aider les salariés dans leur utilisation courante de l'informatique. Il peut aussi être employé par une ESN (entreprise du secteur numérique, ex-SSII) spécialisée dans la hot line, par un fabricant de matériel, etc.

 

 

 

Voir la fiche détaillée

Administrateur de bases de données / Administratrice de bases de données

Administrateur de bases de donnéesL'administrateur de bases de données est responsable du bon fonctionnement des logiciels dont il a la charge, comme les systèmes de gestion de bases de données. Il tient compte des avancées technologiques pour les faire évoluer et les enrichir. Il procède aussi à des adaptations régulières en tenant compte des demandes des utilisateurs.

 

 

 

 

Voir la fiche détaillée

Intégrateur web / Intégratrice web

Travaillant aux côtés de développeurs web, l'intégrateur réunit et met en ligne les textes, les images, les animations, les vidéos et les sons qui vont constituer un site Internet.

Selon la taille du projet web, les fonctions de l'intégrateur peuvent être différentes allant de la simple exécution jusqu'à des interventions plus complexes touchant l'ergonomie ou le design du site.

L'intégrateur, tout en ayant le goût du travail en équipe, doit faire preuve d'autonomie. Sa fonction exige aussi de la rigueur et une grande rapidité d'exécution. Enfin les outils évoluant sans cesse, ce professionnel doit s'intéresser aux innovations.

Pour accéder à ce métier, vous devez suivre une formation en informatique au minimum de niveau bac + 2 (BTS, DUT), qui vous permettra d'acquérir la connaissance des principaux langages de développement (HTML), ainsi que les technologies de publication du web (Flash, DHTML, XML, ASP, Java, Javascript, PHP).

Les poursuites d'études pourront se faire vers une licence professionnelle spécialisée dans les nouvelles technologies de l'information et de la communication en 1 an, ou vers une école d'ingénieurs en 3 ans en passant par la voie des admissions parallèles.

Les agences web et les ESN (Entreprises du secteur numérique, ex-SSII) sont les principaux recruteurs des intégrateurs.

Responsable sécurité web

Véritable expert de la sécurité informatique, le responsable de la sécurité web conçoit et supervise l'architecture et les éléments du système de sécurité des réseaux informatiques et de télécommunications destinés à la communication d'une entreprise, en interne comme en externe.

Méthodique et rigoureux, cet expert doit être capable de prendre du recul, d'analyser le réseau existant et les besoins des utilisateurs pour préconiser les bonnes solutions. De sa capacité à écouter et à comprendre les utilisateurs dépend la pertinence des choix en matière de réseaux. Les technologies des réseaux se renouvelant en permanence, une réactualisation très régulière des connaissances et compétences est nécessaire également.

Les recruteurs donnent souvent la priorité aux diplômés d'écoles d'ingénieurs, et en particulier celles qui proposent une spécialisation en télécommunications.

Pour obtenir un titre d'ingénieur, vous devez étudier 5 années après le bac. Les écoles vous sont accessibles après un bac scientifique, 2 ans de classe prépa scientifique ou par le biais des admissions parallèles (à bac + 2 ou plus).

La voie royale demeure le passage par les classes préparatoires scientifiques (CPGE).

Vous pouvez aussi passer par la voie universitaire à condition de valider un diplôme de niveau bac + 5, tels que les masters dans les domaines de l'informatique et de l'électronique avec une spécialisation réseaux ou contrôle, signaux et communication.

A l'université, vous avez le choix parmi de très nombreux masters notamment professionnels : Sciences, technologies, santé mention informatique spécialité Sécurité des Contenus, des Réseaux, des Télécommunications et des Systèmes (SeCReTS -Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) ; Sciences, technologies, santé mention information, systèmes et technologie spécialité réseaux et télécommunications (Paris Sud) ; Sciences et technologies mention informatique spécialité réseaux (UPMC).

Enfin, à bac + 6, vous pouvez préparer un mastère spécialisé technologies du web : systèmes, services et sécurité (Télécom Bretagne), Architecte réseaux et sécurité (Télécom Paris Tech) et technologie du web systèmes, services et sécurité (Télécom Bretagne).

La progression du commerce électronique a entraîné des besoins accrus de sécurité. La sécurité des réseaux constituant un élément stratégique de leur développement, les grandes entreprises utilisatrices recrutent ce type de profil.

Hébergeur Internet / Hébergeuse Internet

L'hébergeur Internet met à la disposition des internautes des sites web conçus et gérés par des tiers. Grâce à une infrastructure technique importante, il assure l'accessibilité de ces sites 24 h sur 24 et traite toutes les pannes, notamment les coupures de connexion d'un fournisseur.

Un hébergeur est soumis à des astreintes le soir et le week-end afin d'assurer une surveillance humaine permanente : c'est un métier qui exige une grande disponibilité.

Pour accéder à cette fonction, vous devez envisager au minimum un bac + 2 (BTS, DUT) en informatique.

Les sociétés d'hébergement recrutent des hébergeurs. Les entreprises fournisseurs d'accès à Internet (FAI) peuvent aussi offrir des solutions d'hébergement et avoir besoin de ces professionnels.

FabManager

Appelé aussi coordinateur de laboratoire de fabrication numérique, le FabManager a pour objectif de faire découvrir à tous et d’organiser le partage des connaissances et des pratiques liées à la fabrication numérique. Il a pour mission de coordonner un laboratoire de fabrication numérique (ou FabLab).

A côté de la gestion administrative du FabLab, il contribue à la médiation auprès de différents publics (jeunes, seniors, étudiants, entrepreneurs, associations, etc.). Il propose et conduit des projets de création numérique et des partenariats avec différents types d’acteurs (entreprises, services publics, écoles, associations,...) utiles au développement économique et social.

Ce métier très récent nécessite une formation de niveau bac + 5. Il peut s'agir d'un diplôme d'ingénieur ou d'un master en génie électronique, informatique et/ou mécanique.

Il existe également un diplôme universitaire "FabManager" dispensé à l'université de Cergy-Pontoise.

Le saviez-vous ?
Le FabLab est un lieu public dédié à l’apprentissage des technologies de la fabrication numérique et de leurs usages ou qui propose ce service en liaison avec une autre activité principale.

Les métiers de la production de contenus

L'animation de sites web et la gestion des contenus sont confiées au responsable éditorial chapeautant une équipe rédactionnelle constitué de journalistes online, de community managers et de bloggeurs.

Si les grands groupes ont très tôt compris la nécessité de recruter des personnes capables d’assurer la responsabilité des contenus en ligne de leurs marques, de plus en plus d’entreprises (sites de e-commerce, agences de communication,  grandes  entreprises  du  secteur  privé  et public, collectivités territoriales, associations…) intègrent ce type de compétences dans leurs équipes.

Aujourd'hui l'importance d'être présent en ligne, d'animer des espaces fédérateurs et la nécessité d'être bien référencé par les moteurs de recherche placent les contenus au coeur des stratégies digitales des entreprises.

La fonction de community manager a le vent en poupe et fait le lien entre l'éditorial et le marketing. Essentiel : le rôle du responsable éditorial qui orchestre au quotidien la production de tout type de contenus (textes, photos, infographies, vidéos, jeux, etc.), réalisés en interne ou par des prestataires.

L'éditorial doit désormais être pensé multicanal avec des stratégies "web in store" qui se développent de plus en plus dans le e-commerce. Ainsi à côté des canaux classiques (sites institutionnels, boutique en ligne, appli mobile, etc.), les  consommateurs se voient proposer de nouvelles expériences au coeur de la boutique physique avec des objets connectés : démonstrations sur écran, scan de promotions, bornes interactives.

La stratégie éditoriale se complexifie ainsi : elle demande de plus en plus de contenus spécifiques et un renouvellement accru de ces derniers... pour susciter intérêt, adhésion et envie d'acheter/de s'informer.

Community manager

Community managerAppelé également chargé de communication web, le community manager crée des comptes/pages sur les réseaux sociaux puis les anime en vue du développement de la présence en ligne d'une marque, d'une association, d'une entreprise, etc.

Le community manager assure chaque jour une veille sur une ou plusieurs thématiques en fonction des réseaux sociaux sur lesquels il intervient. Cela lui permet ensuite de contribuer sur les différentes plateformes, de réagir aux commentaires des internautes et de rédiger des billets de blog.

Il analyse l'impact de ses différentes actions en termes de fidélisation, de notoriété et d'image de la société pour laquelle il assure l'animation : analyse statistique des pages vues (google analytics), point téléphonique, rapport mensuel, etc.

Quand il travaille directement pour une marque ou une entreprise, il anime des espaces (facebook, pinterest, viadeo, twitter, etc.) en fonction de la ligne éditoriale fixée par le service marketing ou le service communication.

Quand il est employé dans une agence web, il gère l'animation des réseaux de plusieurs clients. Il doit suivre pour chacun les recommandations et objectifs fixés avec chaque client.

Le développement des sites communautaires, mais aussi du e-commerce, a favorisé l'essor de ce métier.

Le community manager doit être en empathie avec les membres de la communauté. Il possède des qualités d'expression écrite et orale.

Les agences web recrutent des community managers pour le compte de leurs différents clients.

Les annonceurs proposent de plus en plus de postes en interne de community managers, au sein de leur service Marketing ou Communication. Ils coordonnent ainsi l'ensemble des actions de communication transmédia. 

De plus en plus de pros se lancent également en free-lance proposant leurs compétences aussi bien aux agences web (en sous-traitance) ou directement aux sociétés (le plus souvent PME) pour des missions ponctuelles ou à long terme.

 

Voir la fiche détaillée.

Blogueur / Blogueuse

Le blogueur crée des contenus, parfois quotidiennement, pour attirer et fidéliser des internautes. Il est le plus souvent spécialisé dans une thématique qui le passionne (technologies, jeux vidéos, réseaux sociaux, mode, voyages, arts, etc).

Certains blogueurs français, dont le site capte une forte audience, réussissent à gagner leur vie avec cette activité grâce aux revenus publicitaires ainsi générés. Mais on est encore loin de la réussite de certains bloggeurs anglo-saxons (dont l'audience potentielle est évidemment plus importante) !

Le blogueur free-lance met régulièrement à jour le contenu de son blog et le développe (design, développement, rédaction). Il gère aussi les commentaires des visiteurs.

Il référence son blog afin de le faire connaître : le trafic généré par les moteurs de recherche est un élément important dans sa stratégie financière ! Il en assure la maintenance technique et mène une veille technologique concernant l'outil de blog (nouveaux modules ou fonctions).

Proche d'un travail journalistique (pour le contenu), le blogueur est à l'aise avec l'écrit dans un style souvent direct et concis.

Les blogueurs sont, dans leur majorité, des travailleurs indépendants qui, pour beaucoup, exercent une autre profession en parallèle.

Toutefois, on constate une professionnalisation de cette fonction. Les multinationales, les boutiques en ligne font désormais appel à des agences web ou de communication pour assurer le community management de leurs réseaux sociaux. Quelques entreprises, dans le domaine des médias par exemple, possèdent des blogs animés en interne par des journalistes. 

Responsable éditorial web

Le responsable éditorial gère l'animation éditoriale d'un site internet et de ses déclinaisons (mobile, bornes interactives, etc.) : programmation éditoriale, gestion d'une équipe de rédacteurs, mise à jour et évolution du contenu existant, création de nouveaux contenus, production de newsletters.

Dans le respect du planning et du budget, il a la responsabilité d'organiser la production éditoriale en commandant des articles, des interviews et des produits web (animations, vidéos, infographies) auprès des rédacteurs de son équipe, d'agences web ou de free-lance. Il veille à ce que tous les contenus proposés sur le site respectent la ligne éditoriale et stratégique du projet ou de l'entreprise.

Ce métier exige des qualités rédactionnelles et une bonne culture générale, ainsi que des compétences spécifiques à la rédaction et la mise en ligne de contenu web. Il faut également un sens de l'organisation et une grande rigueur dans la gestion des contenus. Enfin le responsable éditorial a le souci de proposer des données fiables aux internautes et mène une veille active sur les sujets qu'il couvre.

Pour accéder à cette fonction, vous devez maîtriser, en dehors des outils bureautiques classiques, au moins un outil de gestion de contenu (appelés CMS - content management system) et avoir acquis vous-même une expérience en tant que rédacteur.

Selon la nature des projets et le type d'entreprises, vous pouvez envisager des études universitaires dans le domaine du web éditorial, une école de journalisme ou bien une école de commerce offrant une dominante marketing et complétée par une spécialisation en multimédia.

Les groupes de presse (écrite, radio, TV), les agences de presse, les agences éditoriales interactives, les agence de communication, les sites des grandes entreprises (sites marchands ou institutionnels) sont tous des employeurs potentiels de responsables éditoriaux pour leurs projets.

Pour des postes dans des équipes web réduites où les fonctions sont multiples, connaître les langages de base du web (HTML, XML) ainsi que les éditeurs web (comme Dreamweaver) vous permettra de gérer l'aspect graphique et de webmastering.

Webrédacteur / Webrédactrice

Egalement appelé cyberjournaliste ou rédacteur online, le webrédacteur a pour mission d'informer, dans d'innombrables domaines (politique, social, actualité mondiale ou locale, culture, économie), un public large ou spécialisé.

Lorsqu'il écrit pour un site de e-commerce ou un portail, son activité se situe aux confins du journalisme, du marketing et de la communication.

Le webrédacteur doit être très réactif et coller aux sujets dans l'air du temps. Réactif et polyvalent, il sait s'adapter aux formats et contraintes des différents supports en ligne : longueur des textes, structuration de l'information, recours aux images, etc.

Si les autodidactes ont pu trouver des postes de rédacteurs online dans les années 2 000, les recruteurs misent désormais sur un diplôme reconnu par la profession. Quatorze écoles sont ainsi reconnues par la convention collective des journalistes. On y entre sur concours après un bac, bac + 2 ou bac + 3. Des études de lettres, d'histoire, de sciences économiques ou de sciences politiques peuvent constituer une bonne préparation.

Les diplômes de référence de la profession restent ceux du CFJ (Centre de formation des journalistes) à Paris, et de l'ESJ (Ecole supérieure de journalisme) à Lille.

Ces 2 écoles privées proposent un diplôme en 2 ans après un bac + 3 validé. Le concours d'entrée est très sélectif. Les frais de scolarité s'élèvent à 3 900 euros/an à l'ESJ et de 4 960 euros pour le CFJ.

Dans le public, les IUT de Tours, de Lannion, de Nice-Côte d'Azur proposent le DUT information-communication option journalisme (bac + 2), accessible sur dossier et entretien.

L'IJBA (Institut de journalisme Bordeaux Aquitaine) propose un master ouvert sur concours à des titulaires de bac + 3 (licence, IEP).

A l'université, les formations reconnues sont des masters s'adressant également à des diplômés bac + 3. Ils sont délivrés par les structures suivantes : l'IFP (Institut français de presse, Panthéon-Assas), le CELSA (Paris-Sorbonne), le CUEJ (Centre universitaire d'enseignement du journalisme, Strasbourg) et l'EJCAM (Ecole de journalisme et de communication de l'université Aix-Marseille).

Les autres écoles privées reconnues sont : l'EJT (Ecole de journalisme de Toulouse) et l'IPJ (Institut pratique de journalisme, Paris-Dauphine), l'EJDG (Ecole de journalisme de Grenoble). Ces écoles recrutent respectivement des bac + 2 / bac + 3 et mènent à un diplôme bac + 5. Enfin, le master de journalisme de Sciences po a également obtenu la reconnaissance de la profession.

Les IEP de province proposent par ailleurs un cursus permettant de réussir les concours des écoles de journalisme reconnues.

Enfin, vous pouvez vous former au métier de journaliste en préparant un DUT information-communication option journalisme, une licence pro de journalisme, un master spécialisé après une licence, par exemple mention information-communication, etc.

Pigiste ou salarié, le webrédacteur peut travailler pour toute entreprise, association ou administration réalisant des contenus en ligne voire un webmag. 

Les métiers de la création web

Un site web ne se limite pas à sa création technique : son aspect graphique est déterminant. De nombreux métiers existent dans le domaine : directeur artistique, webdesigner, concepteur réalisateur, graphiste multimédia.

En dehors de Google qui a misé sur une mise en page minimaliste, aucun site institutionnel ou commercial ne se passe des talents d'un graphiste ! Si les réalisations modestes demandent de faire appel au binôme "concepteur-réalisateur" et "graphiste", les sites d'e-commerce ou de grandes entreprises s'appuient sur l'expertise d'une équipe plus large.

Une interface réussie doit être pratique, intuitive et attrayante. C'est à l'équipe créative de relever ce défi ! Il peut s'agir d'une équipe dédiée en interne ou d'une prestation réalisée par une agence web, une agence de communication, etc.

Si les métiers de DA, webdesigner et graphiste multimédia font rêver de nombreux étudiants, l'offre est plus forte que la demande. La concurrence est donc rude pour "se faire une place" dans le monde de la création en ligne.

Responsive design, charte graphique, optimisation des images, feuilles de style sont les mots-clés de ces professionnels.

Parmi les débouchés, le secteur des jeux (sur mobile, en ligne, en réseau, etc.) ne connait pas la crise. Selon Capital games, la région francilienne est très dynamique dans l'industrie du jeu, moteur en France et en Europe. On estime à près de 200 les entreprises dans la région, et 3 000 emplois.

Game Paris Talent 
Cet événement  annuel gratuit, organisé par Capital games en partenariat avec la Cité des sciences et de l'industrie, permet aux futurs talents du jeu vidéo de rencontrer les professionnels et les meilleures écoles de ce secteur venus partager leur expérience. http://www.game-paris.com/

Concepteur-réalisateur / Conceptrice-réalisatrice

concepteur_multimedia_383x209.jpgVéritable ergonome, le concepteur-réalisateur accompagne la naissance d'un site Internet. Il en détermine l'architecture générale, c'est-à-dire qu'il organise et met en scène les différents contenus pour les rendre attractifs. Puis il définit l'architecture de l'information et conçoit les moyens de navigation qui permettent d'accéder aux informations.

 

 

 

 

Voir la fiche détaillée

Directeur artistique web / Directrice artistique web

directeur_artistique_383x209.jpgVéritable oeil du site, le directeur artistique, également appelé DA, lui donne son identité graphique et artistique. Il doit aussi convaincre les clients des orientations choisies. Au sein d'une agence web ou d'une entreprise utilisatrice, il détermine l'ergonomie et la charte graphique du site, les animations, les illustrations sonores, etc. Il a aussi une fonction d'encadrement et d'animation d'une équipe de graphistes et de web designers. Enfin, il gère délais et budgets.

 

 

 

Voir la fiche détaillée

Graphiste multimédia

graphiste_383x209.jpgLe graphiste multimédia participe à la conception et à la mise en page de sites Internet ou Intranet et à leur habillage. Il est amené à travailler sur différentes catégories de supports électroniques : pages Internet, animations, vidéos...

 

 

 

 

 

Voir la fiche détaillée

Webdesigner

webdesigner_383x209.jpg

Responsable de l'aspect graphique d'un site web, le webdesigner conçoit aussi bien la charte graphique que tous les éléments d'illustration : logos, pictogrammes, choix des couleurs, etc.

 

 

 

 

 

Voir la fiche détaillée

Les métiers du webmarketing

Etre visible, accroître sa notoriété, gagner des parts de marché, augmenter son "panier moyen"... Chaque site a de bonnes raisons de vouloir faire appel aux compétences des pros du webmarketing.

Comprendre et évaluer les tendances actuelles, les nouveaux besoins des utilisateurs, et notamment les liens avec les réseaux sociaux sont des activités menées au quotidien par les équipes de marketing dans les entreprises marchandes. Avec l'essor du e-commerce, la problématique du webmarketing s'est développée progressivement depuis l'an 2000 pour être aujourd'hui un levier incontournable des ventes en ligne.

L’essor des technologies digitales et des usages qui en découlent (web collaboratif, médias sociaux, TV interactive, applications mobiles)  ainsi que les nouvelles pratiques d’acquisition de trafic (buzz marketing, publicité online) contribuent à développer cette activité.

En collaboration avec les différentes équipes (marketing, publicitaire, communication, commerciale), le responsable webmarketing fixe les objectifs à atteindre et les moyens à mettre en place, après analyse et évaluation des différentes composantes du marché.

Pour y parvenir, il s'appuie sur les compétences de chargé de webmarketing, de responsable d'acquisition et de traffic manager assurant le déploiement et le suivi quotidien des outils/actions marketing.

Acquisition de trafic, ROI (retour sur investissement), affiliation, web analytics, référencement naturel et payant (SEO et SEM) n'ont aucun secret pour les pros du webmarketing !

Ils exercent directement pour des boutiques en ligne ou travaillent au sein d'agences spécialisées. Avec des années d'expérience et un bon carnet d'adresses, certaines pratiquent leur activité en free-lance.

Responsable webmarketing

Responsable webmarketingLe responsable webmarketing, également appelé webmarketeur, participe à l'élaboration de la stratégie commerciale et marketing d'une entreprise via le support Internet. Il élabore et gère un budget marketing et travaille en étroite collaboration avec l'équipe marketing. Il vise à faire connaître le site web de l'entreprise, à augmenter ses ventes en ligne, à accroître son trafic et à fidéliser les internautes.

Ce métier demande un goût de la communication et des chiffres car il s'agit de minimiser les risques commerciaux en s'appuyant sur des études quantitatives. De la réactivité, de la rigueur et une curiosité pour les innovations sont également demandées.

Pour devenir responsable de webmarketing, vous devez maîtriser les méthodes et les outils statistiques (google adwords), être à l'aise avec l'informatique et internet et posséder un profil commercial de haut niveau.

Il vous est donc conseillé de viser un diplôme d'école de commerce ou un master professionnel spécialisé en e-marketing et e-business.

A bac + 6, vous pouvez envisager un mastère spécialisé en e-marketing et e-business.

Voir la fiche détaillée

Responsable e-commerce

Le responsable e-commerce conçoit la stratégie de commercialisation en ligne de produits ou de services d'une entreprise auprès de clients professionnels ou particuliers. Il établit les modalités de la vente électronique, choisit les outils (Magento, PrestaShop, etc.) et les fournisseurs. Il fixe les objectifs à atteindre en termes de chiffre d'affaires. Il définit les moyens humains, financiers, techniques, logistiques et de communication nécessaires.

Le responsable de e-commerce doit faire preuve de créativité marketing, de pugnacité et posséder des qualités de manager.

Il ne s'agit pas d'une fonction de débutant. Elle nécessite d'avoir exercé au préalable des responsabilités commerciales.

Pour y accéder, vous devez posséder une bonne culture Internet et prévoir une formation commerciale de niveau bac + 5 : école de commerce ou master professionnel, proposant une spécialisation en e-commerce.

A bac + 6, vous pouvez envisager un mastère spécialisé en e-marketing et e-business. Les entreprises ayant un département e-commerce et les cyberboutiques recrutent des spécialistes du commerce électronique.

Chef de projet e-CRM

Métier d'interface entre les équipes informatique, marketing et vente, le chef de projet e-CRM (customer relationship management) gère la relation client sur internet : analyse de la connaissance client, fidélisation et satisfaction, optimisation des actions.

En relation avec une multitude de services (clients, DRH, informatique...), il met en place une organisation et des processus centrés sur le client, offrant des promesses de qualité de service et de délais de réponse. Il choisit les outils et technologies reliant la plateforme web et le système d'information de l'entreprise. Objectif : satisfaire le client internaute au moindre coût pour l'entreprise.

Issu d'une école de commerce ou d'ingénieurs avec une spécialisation gestion/marketing, le chef de projet e-CRM possède des connaissances techniques autour d'outils spécifiques. Il a aussi acquis une expérience dans les systèmes d'information. Il doit maîtriser l'anglais, la plupart des solutions e-CRM provenant de l'étranger.

Trafic manager

Egalement appelé responsable de trafic internet ou chargé d'acquisition web, le responsable de trafic Internet met en place et gère des campagnes publicitaires en ligne, assure leur suivi statistique, ainsi que leur optimisation. Il planifie l'occupation des espaces publicitaires d'un site, assure la mise en ligne ou le retrait des bannières et bandeaux. Il analyse également les mesures d'audience (nombre de pages vues, nombre de clics).

Organisé et rigoureux, le responsable de trafic possède de grandes qualités de communication et le goût du travail en équipe. Réactif et sachant s'adapter, il est toujours en veille afin de proposer des solutions évolutives.

Pour devenir traffic manager, vous devez posséder une excellente connaissance du marché du web. Il est donc conseillé d'avoir une formation commerciale tournée vers le marketing et la publicité.

Les profils recherchés varient de bac + 2 (BTS, DUT) à bac + 5 (école de commerce ou master pro en management des nouvelles technologies, marketing ou communication) selon l'importance des sites à gérer.

Les éditeurs de site, les agences web, les agences de communication et de publicité, les régies publicitaires, les agences de référencement, mais aussi les grandes entreprises souhaitant développer leur site web recherchent des traffic managers, une fonction en hausse grâce au développement de la publicité en ligne.

Chargé de référencement web / Chargée de référencement web

Le chargé de référencement web, ou référenceur, est chargé de faire connaître un site Internet auprès des annuaires et des moteurs de recherche. En augmentant la visibilité d'un site et en optimisant son positionnement sur les moteurs, il facilite son accès auprès des internautes et accroît son audience.

Ce métier comporte des aspects à la fois techniques, commerciaux et marketing. Il demande des capacités d'observation, de la curiosité, de la rigueur et de la réactivité. Le chargé de référencement doit aussi faire preuve d'un bon sens relationnel.

Il n'existe pas de profil type, ni de formation spécifique pour ce métier. Vous devez néanmoins posséder une bonne connaissance d'Internet et la maîtrise des outils de recherche et de référencement, ainsi que des connaissances en bases de données et en marketing.

S’il existe de nombreuses licences pro une formation de niveau bac + 5 (école de commerce ou master pro) est vivement conseillée.

Les agences web, les sociétés spécialisées en référencement ou directement les grandes entreprises recherchent ces profils assez rares.

Webplanner

Le webplanner programme des campagnes de publicité sur Internet sous forme de bandeaux, fenêtres (pop-up), vignettes, logos, images flottantes, publi-reportages, jeux-concours. Ses tâches sont multiples : il définit la campagne répondant aux attentes de l'annonceur, choisit les sites les plus adaptés, négocie les tarifs des emplacements publicitaires, veille au bon déroulement de la campagne, etc.

Pour exercer ce métier, vous devez avoir le sens de la négociation, un intérêt pour l'innovation, le goût du travail en équipe, ainsi que de l'intuition et de la créativité.

Le métier de webplanner nécessite une bonne connaissance du e-commerce et de l'e-business.

Vous devez viser au minimum un diplôme de niveau bac + 2. Vous avez le choix entre le BTS communication des entreprises et le DUT information-communication option publicité qui constituent des tremplins vers cette fonction. Vous pouvez ensuite vous spécialiser en optant pour une licence professionnelle (bac + 3) : par exemple, la licence pro marketing et commerce sur Internet : les métiers du e-business option marketing (université d'Evry Val d'Essonne).

A bac + 5, vous pouvez envisager un des nombreux masters pro dans le domaine de la communication et du marketing. On peut notamment citer le master marketing et stratégie (Paris Dauphine), le master marketing et études (Sciences Po Paris), le master marketing, publicité et communication (Celsa).

Ces diplômés sont particulièrement recherchés par les recruteurs.

Les diplômes des grandes écoles de commerce (HEC Paris, ESSEC Business School, ESCP Europe Business School, etc.) constituent également un très bon atout.

Après un bac + 5, vous pouvez envisager une poursuite d'études en 1 an vers un mastère spécialisé, notamment marketing and digital media à l'ESCP Europe Business School.

Il existe, par ailleurs, dans le domaine de la communication de nombreuses écoles privées.

Le webplanner travaille en agence de publicité, agence web ou directement chez l'annonceur.

Les métiers de la gestion de projet

Deux partenaires indispensables pour concevoir des sites Internet ou Intranet, coordonner des équipes : le chef de projet web et le webmestre. Bien souvent, le recours à un ou plusieurs consultants est de mise.

Faire de la gestion de projet, c'est piloter l'ensemble du projet, s'assurer que toutes les personnes de l'équipe travaillent ensemble, autour de l'objectif fixé, dans le respect du budget et des délais de réalisation prévus.

Cette fonction est de plus en plus présente dans les services informatiques et web dans la mesure où les projets se complexifient. Il faut impérativement un chef d'orchestre pour qu'un projet aboutisse ! La satisfaction de l'utilisateur final est au coeur de la problématique de la gestion de projet.

Globalement la gestion de projet web demande :

  • de comprendre et évaluer les tendances actuelles, les nouveaux besoins des utilisateurs, et notamment ceux en lien avec les réseaux sociaux ;
  • d'analyser les services offerts par les sites concurrents ;
  • de mettre en place les équipes nécessaires pour le développement des projets web et mobile.

Le chef de projet peut être "fonctionnel" ou "technique" en fonction de sa spécialité. C'est un profil recherché par les grandes entreprises, les agences web ou de communication, les PME du web, les ESN (Entreprises du secteur numérique, ex-SSII).

Dans des PME ou boutique en ligne d'envergure moyenne, c'est souvent le webmaster qui assure la gestion de projet. Dans des grandes entreprises ou institutions, un chef de projet dédié assure le pilotage d'une équipe en interne ou en externe.

Pour créer leurs sites ou en réaliser une nouvelle version, les entreprises font souvent appel à des consultants Internet ainsi qu'à des consultants spécialisés dans la stratégie e-business dans le cadre de sites marchands.

Selon l'ampleur du projet numérique à mener - pour une PME ou une multinationale, les profils recherchés sont différents. Pour un projet local ou national, un profil junior peut tout à faire convenir. Par contre, il faudra plusieurs années d'expérience et de nombreuses références en ligne pour prétendre à des chantiers de plus grande envergure. Etre bilingue sera un préalable indispensable pour un projet à développer dans différents pays.

De même, une société misera sur un consultant indépendant et polyvalent (web, marketing, gestion de projet, etc.) pour un projet de quelques mois tandis que pour un développement multisupports et multilingues à l'international, c'est l'expertise et l'émulation d'une équipe qui sera recherchée : les agences web, les cabinets de conseil et les ESN (Entreprises du secteur numérique, ex-SSII) seront alors les mieux placés pour remporter le marché.

Webmestre

Webmestre

Le webmestre conçoit et développe, sur un plan technique, des sites internet ou intranet pour une entreprise, une association, une fédération professionnelle, etc.

 

 

 

 

 

Voir la fiche détaillée

Chef de projet multimédia

chef-de-projet-multimedia_383x209.jpgJeux vidéo, sites internet, appli mobile... Le chef de projet multimédia chapeaute la création de ces produits online. Il anime une équipe de rédacteurs, d'infographistes, de réalisateurs vidéo, d'ingénieurs du son, de scénaristes, etc. Il contrôle aussi le budget de l'opération ainsi que le planning de réalisation.

 

 

 

 

 

Voir la fiche détaillée

Consultant internet

consultant_internet_383x209.jpgEgalement appelé e-consultant, le consultant Internet intervient auprès d'entreprises souhaitant créer un site Internet ou réaliser une nouvelle version. Il étudie, en fonction du budget et des installations existantes, la faisabilité du projet. Il propose ensuite des solutions à mettre en oeuvre.

 

 

 

 

Voir la fiche détaillée

Consultant e-business / Consultante e-business

Le consultant e-business accompagne la stratégie e-business (e-commerce en particulier) de ses clients : identification des besoins, conseils marketing, réalisation d'un business plan, mise en oeuvre de solutions organisationnelles et techniques (création de sites vitrines, procédures de commandes en ligne, etc. Il s'agit aussi de penser à la stratégie commerciale et marketing, puis de faire des recommandations d'ajustements en fonction des performances du site. Il peut intervenir sur le design, la communication, l'optimisation des ventes.

Ce métier nécessite une bonne communication écrite et orale, des qualités relationnelles et une grande force de conviction.

Pour devenir consultant e-business, vous devez miser sur un diplôme de niveau bac + 4 ou + 5 : école d'ingénieur, école de commerce ou master universitaire en gestion, commerce ou marketing avec une spécialisation en e-business et en commerce électronique.

S'appuyant sur une bonne connaissance du fonctionnement des entreprises, ce métier nécessite une 1re expérience et ne s'adresse pas aux débutants : vous devrez au préalable acquérir des compétences en matière de vente, de marketing et de stratégie commerciale.

Le consultant e-business travaille au sein d'une ESN (Entreprises du secteur numérique, ex-SSII) ou d'une agence web pour le compte d'entreprises clientes.

Les formations du web

Les compétences recherchées dans le web sont variées à l'image de la diversité de ses métiers. Le secteur se professionnalise et les formations fleurissent. Misez sur une formation proposant des stages et une immersion en entreprise pour une bonne insertion.

Priorité aux diplômés du supérieur

Symbole de l'innovation technologique, Internet s'appuie sur une main d'oeuvre jeune et qualifiée.

L'édition 2012 de l'enquête sur les métiers et parcours du web, réalisée par La Tribu du web (France et Belgique), montre que plus d'un actif sur 2 évoluant sur le web possède un diplôme supérieur à bac + 2 . A l'inverse, les autodidactes ne représentent que 4 % des effectifs.

Un tiers des pros interrogés viennent de formation du marketing, de la communication et du management et 30 % sont issus de filières spécialisées dans les TIC (Technologies de l’information et de la communication).

Pour coller au mieux aux besoins de recrutement, les écoles de commerce et les écoles d'ingénieurs développement des modules de formation autour du web et du numérique en général. A bac + 5 et bac + 6, des spécialités e-business sont proposées dans le cadre de masters et de mastères spécialisés. On peut citer le master industries de  réseau et économie numérique (IREN) Télécom ParisTech.

Pour des postes liés à la communication en ligne ou le rédactionnel, les écoles de commerce, les filières supérieures avec un volet web éditorial et les écoles de journalisme sont prisées. Une expérience personnelle d'animation de blog ou de réseaux sociaux est un plus pour se distinguer lors d'un recrutement.

... mais des profils bac + 2 recherchés

Dans le domaine des infrastructures et réseaux, il est possible de s'insérer avec un BTS.

Les BTS informatique et réseaux, les DUT  Statistique et informatique décisionnelle (STID) et Réseaux et télécommunications affichent des taux d'insertion professionnelle proche des 90 %, six mois après l'obtention du diplôme.

Avec la crise, les entreprises misent sur des bac + 2 pour les postes de développeurs plutôt que sur des profils bac + 5.

Un secteur en cours de professionnalisation

Depuis 2005, une dizaine d'écoles spécialisées dans les métiers de l'Internet et du e-commerce ont vu le jour mais il est encore trop tôt pour évaluer le taux d'insertion de leurs diplômés. Ces écoles privées payantes, dont certaines ont mis en place des cursus en apprentissage, complètent l'offre des IUT, écoles de commerce et universités qui proposent, elles-aussi, de plus en plus de modules ou de spécialisations dans le commerce en ligne.

Ces écoles dispensent des formations durant de 2 à 5 ans, développant les compétences techniques et managériales de leurs étudiants. Il s'agit de Hetic, Web School Factory, IESA multimédia, Digital Campus, Ecole 42, Sup' Internet, WIS (Web international school) ou encore la Web Académie, IIM Pôle Léonard de Vinci, EEMI, etc. L'ESCEN (Ecole supérieure de commerce et d'économie numérique) est la première école de commerce 100 % axée sur le numérique. De son côté, l'ECITV forme ses étudiants à la double problématique web et télé.

En raison de frais de scolarité d'environ 6 000 euros par an, ces écoles spécialisées restent d'un accès plus difficile que l'université. A la fac, des formations pointues et professionnalisantes sont proposées comme le master culture et métiers du web à l'université Paris-Est Marne-la-Vallée ou le master information et communication spécialité web éditorial (à Poitiers uniquement).

Bon à savoir : deux écoles privées sont gratuites...

A la Web Académie, la formation s'adresse à des jeunes de 18 à 25 ans, quel que soit leur niveau de qualification. Durant les 2 ans de formation, une année est réalisée en contrat de professionnalisation.

A Simplon, dernière école ouverte à l'automne 2013 à Montreuil, une formation intensive de 6 mois est ouverte à tous les développeurs en herbe, sans pré-requis de niveau scolaire... si ce n'est un bon niveau en anglais. 

 

Contacts utiles

La Fonderie, agence numérique d'Ile-de-France

11 rue de Cambrai
Bâtiment 28
75019 Paris

Tel : -

http://www.lafonderie-idf.fr/
French Tech

Ministère de l'Economie, du Redressement productif et du Numérique
Télédoc 151
139, rue de Bercy
75572 Paris cedex 12

Tel : -

http://www.lafrenchtech.com/
OTEN, Observatoire des territoires numériques

1 bis rue de l'Europe
31130 Balma
Tel : 09.53.56.79.39

http://www.oten.fr/
FING, Fondation Internet nouvelle génération

8, passage Brulon
75012 Paris

Tel : 01 83 62 98 28

http://www.fing.org
ASIC, Association des services Internet communautaires

Dailymotion
49-51 rue Ganneron
75018 Paris" Tel : -

http://www.lasic.fr/
AFA, Association des fournisseurs d'accès et de services Internet

5, rue de Charonne
75011 Paris
Tel : 01.44.54.86.60

http://www.afa-france.com/
ACSEL, Association de l'économie numérique

15 rue de la Banque
75002 Paris
Tel : 01.49.26.03.04

http://www.associationeconomienumerique.fr/
FEVAD, Fédération du e-commerce et de la vente à distance

60 rue La Boétie
75008 Paris
Tel : 01.42.56.38.86

http://www.fevad.com/
Videadoc, Centre de documentation sur la création cinématographique, audiovisuelle et multimédia

8 rue des Trois Couronnes
75011 Paris
Tel : 01.48.06.58.66

http://www.videadoc.com/
Femmes du numérique

3, rue Léon Bonnat
75016 Paris

Tel : -

http://www.femmesdunumerique.com/
Paris Région Lab

24 rue de l'Est
75020 Paris

Tel : -

http://www.parisincubateurs.com/
Apte, association d'éducation à l'image et aux médias

9 avenue George Pompidou
86000 Poitiers
Tel : -

http://www.apte.asso.fr/
Paris Incubateurs

24 rue de l'Est
75020 Paris
Tel : -

http://www.parisincubateurs.com/
Syntec numérique

148 Boulevard Haussmann
75008 Paris

Tel : 01 44 30 49 00

http://www.syntec-numerique.fr/

Liens utiles

Métiers et secteurs
Portail du gouvernement sur les métiers de l'internet

Le portail des métiers de l'Internet, qui dépend du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (Délégation aux usages de l'Internet), vous informe sur les nouveaux métiers, les formations et les compétences recherchées dans le domaine du web.

http://www.metiers.internet.gouv.fr
Passinformatique

A l'inititiative du Syntec numérique, un portail incontournable pour connaître les métiers de l'informatique et des télécommunications. Il offre un panorama complet des métiers, des études et du secteur de l'informatique. Avec des fiches métiers détaillées et un annuaire des formations du secteur informatique et télécoms, classées par diplômes, par villes ou par établissements. Pour tester ses connaissances, une série de quiz thématiques.

http://www.passinformatique.com
Les fiches wiki-métiers de l'APEC

Une vingtaine de fiches métiers Internet créées de manière interactive avec les internautes.

http://wiki-metiers.cadres.apec.fr/
Les métiers du numérique

Un dossier très complet réalisé par l'école Supinfocom avec, en outre, des zooms sur plusieurs professions : développeur, chef de projet, commercial, etc.

http://www.metiers-du-numerique.fr/
Pascaline

Cette association a pour mission de promouvoir les formations et les métiers du numérique auprès des jeunes générations.

http://www.assopascaline.fr/
Abondance.com

Toute l'actualité et l'information sur le référencement et les moteurs de recherche : description des moteurs, actualité, FAQ, outils d'audit, méthodologie de référencement, etc.

http://www.abondance.com/
Syntech numérique

Ce site de la chambre syndicale Syntec numérique informe sur ses missions, ses adhérents et leurs métiers. Elle propose notamment des fiches métiers et des vidéos de pros dans leur environnement de travail.

http://www.syntec-numerique.fr/
Le guide des métiers du web

Cet ebook s’adresse à tous ceux qui s’intéressent au web et à ses débouchés professionnels : étudiants professionnels, recruteurs, freelances… Pour la rédaction de ce guide,  de nombreux professionnels du secteur (recruteurs, freelances, employés en agence ou chez l’annonceur ou directeurs de formations) ont été consultés. Vous y découvrirez de nombreux aspects de l’emploi dans le web : les salaires, la formation, le recrutement, les débouchés et les perspectives offertes.

http://www.blogdumoderateur.com/ebook-guide-des-metiers-web/
Référentiels métiers de la branche du numérique, de l'ingénierie, des études et du conseil, et de l'événement

L'Observatoire des métiers du numérique, de l'ingénierie, des études et du conseil et de l'évènement (Opiiec) a ouvert un site Internet qui propose le référentiel de compétences des quelques 38 métiers spécifiques au secteur.

http://referentiels-metiers.opiiec.fr/accueil
Choix de formations - orientation
Femmes du numérique

Femmes du numérique est tout d'abord une nouvelle commission au sein du syndicat professionnel qu'est Syntec Numérique. Son site informe sur les actions et initiatives déployées sur le terrain pour donner une place aux femmes dans le numérique.

http://www.femmesdunumerique.fr
Ecoles - organismes de formation
Syntec apprentissage

La fédération Syntec, Organisme de collecte de la taxe d'apprentissage, informe sur la collecte, propose un guide sur l'apprentissage et recense les textes de loi.

http://www.syntec-apprentissage.fr/
Ecole d'ingénieur IMAC, Image Multimédia Audiovisuel Communication

Cette école d'ingénieur publique, unique en France, associe un esprit créatif à une formation scientifique et technique dans les domaines de l'informatique, du multimédia et de l'audiovisuel. 

http://imac.alwaysdata.net
Gobelins, L'école de l'image

Cette école consulaire renommée possède un département multimédia, dans lequel elle propose toute une palette de formations supérieures spécialisées (licence pro, mastère spécialisé...).

http://www.gobelins.fr
IIM, Institut international du multimédia

Cette école privée, rattachée au pôle Léonard de Vinci, forme en 4 ans des chefs de projet multimédia. Découvrez les cursus possibles, les modalités d'admission et les métiers visés.

http://www.iim.fr
L'Ecole Multimedia

Cette école propose notamment des formations en alternance aux 16-25 ans vers les métiers suivants : chef de projet multimédia, développeur web, graphiste multimédia et webmestre.

http://www.ecole-multimedia.com
Sup' de web

Le blog de l'école permet de suivre les concours et Master class auxquels participent les étudiants. Le site présente en détail les cursus proposés à Sup' de web.

http://www.supdeweb.com/ecole-internet/
Web international school

L’EPSI, l’IDRAC, l’IFAG et Sup' de Com ont associé leurs compétences afin de créer une école couvrant 4 champs d’expertises complémentaires : Développement Web, E-commerce, Start-up et Communication. Découvrez en ligne le panorama des études possibles à bac + 3 et bac + 5.

http://www.wis-ecoles.com/
Apte, association d'éductation à l'image et aux médias

Apte correspond à un mouvement d'éducation à l'image et aux médias. C'est aussi un organisme de formation spécialisée dans les questions visuelles et l'Internet.

http://www.apte.asso.fr/
Web school factory

La Web School Factory est une école post-bac en 5 ans, basée à Paris, qui forme les futurs managers du numérique. Elle délivre un titre d'école certifié de niveau I reconnu par l'Etat et s'appuie sur ses 3 écoles fondatrices : Strate Ecole de Design, Pôle ESG, HETIC. En ligne, prenez connaissance de ses cursus en Design, E-Business, Technologies numériques.

http://www.webschoolfactory.fr/
ECITV

Cette école prépare aux métiers de l'internet et de l'audiovisuel.

http://www.ecitv.fr/
ESCEN

L'Ecole supérieure de commerce et d'économie numérique propose un bachelor, des MBA et master. Si elle présente sa philosophie et ses programmes, elle fait la part belle à son ouverture à l'international.

http://www.escen.fr/
Simplon

A côté de la présentation de sa formation intensive de 6 mois, cette école basée à Montreuil met en avant ses actualités.

http://www.simplon.co
Sup'Internet

Créée en 2011 par le Groupe Ionis, Sup'Internet forme des professionnels dans les métiers du web. Le site permet de découvrir les 3 bachelors Webdesign, E-marketing & Technologies d’Internet.

http://www.supinternet.fr/
HETIC

Créée il y a 10 ans, cette école propose de découvrir sur son site sa formation à bac + 2 reconnue par l'Etat. Elle met aussi en ligne des actualités et valorise son réseau d'anciens.

http://www.hetic.net/
EEMI

Lancée par les fondateurs des sites Meetic, Free et ventes-privées.com, cette école privée propose  une formation inédite en 3 ans ou 5 ans aux métiers de l'Internet (e-business, e-commerce). Son site présente ses formations et les métiers.

http://www.eemi.com/
IIM, Institut international du multimédia

Cette école privée, rattachée au pôle Léonard de Vinci, forme en 4 ans des chefs de projet multimédia. Découvrez les cursus possibles, les modalités d'admission et les métiers visés.

http://www.iim.fr
Ecole d'ingénieur IMAC, Image Multimédia Audiovisuel Communication

Cette école d'ingénieur publique, unique en France, associe un esprit créatif à une formation scientifique et technique dans les domaines de l'informatique, du multimédia et de l'audiovisuel. 

http://imac.alwaysdata.net
Ecole 42

42 est une école française d'informatique privée créée et financée par Xavier Niel (fondateur d'Iliad-Free) avec plusieurs associés. Ambition de l'école, pédagogie et formations sont mis en avant sur le site.

http://www.42.fr/
Emploi et recrutement
AME, Association multimedia emploi

Ce site diffuse des offres d'emploi, consultables uniquement sur inscriptions.

http://www.multimedia-jobs.info
Les salaires du web 2014-2015

Le cabinet de recrutement Robert Half publie une étude complète sur les salaires en France des métiers du digital.
Les rémunérations sont exprimées en milliers d’euros brut annuels. Il y a évidemment des disparités Paris / Province, mais les fourchettes annoncées semblent assez proches de la réalité du terrain.

http://www.blogdumoderateur.com/salaires-metiers-web-2014-2015/
Outils pédagogiques
Test : êtes-vous fait pour travailler dans le digital ?

Pour vous aider à répondre à cette question, un petit "test" de compatibilité : 6 questions qui vous aideront à savoir où vous en êtes par rapport au monde du digital et si oui ou non vous êtes fait pour travailler dans cet univers !

http://www.digischool.fr/metiers-numerique/test-metiers-du-digital-20318.php
Actualités spécialisées
OTEN, Observatoire des territoires numériques

L'Observatoire des territoires numériques a pour mission de favoriser le développement numérique des territoires, du quartier à la région. C'est un lieu d'échange et d'information sur les technologies et usages du numérique et sur les enjeux de la société de l'information pour les territoires.

http://www.oten.fr
Centre de documentation sur la création audiovisuelle et multimédia

Vous y trouverez des informations sur l'écriture des projets, les mécanismes de financement français et européens, les festivals et les manifestations, les formations, etc.

http://www.videadoc.com
Frenchweb

Suivez l'actualité des professionnels du numérique avec notamment des interviews en vidéo. Les domaines couverts sont : innovation, business, marketing, e-commerce, tech, design et management. Offres d'emploi et de stage sont aussi mis en avant sur le site.

http://frenchweb.fr/
Presse Citron

Presse Citron décrypte l'actualité et les nouveautés du numérique : facebook, google, internet mobile, Apple, twitter, etc. Il recense également des offres d'emploi dans le web.

http://www.presse-citron.net/
L'économie numérique

Le site de la DGIS, direction générale de la compétitivité, de l'industrie et des services met en avant la stratégie numérique du Gouvernement et les actualités du secteur.

http://www.dgcis.gouv.fr/secteurs-professionnels/economie-numerique
Strategies.fr

Un site de référence pour suivre l'actualité du marketing, de la communication, des médias, des marques, et de la publicité, etc.

http://www.strategies.fr
JournalDuNet

La rubrique Web et tech du Journaldunet permet de se tenir informé des dernières tendances et nouveautés dans le numérique.

http://www.journaldunet.com/web-tech/
01Net pro

Technologies, produits, tests... Toute l'actualité du secteur par le mensuel 01 Informatique. Des offres d'emploi et des stages sont proposés chaque jour. Egalement à consulter, les salaires de l'informatique, le calendrier des salons et les fiches métiers.

http://pro.01net.com/
Etudes et statistiques
Rapport : les développeurs, un atout pour la France

Téléchargez ce rapport de la mission sur les professionnels du numérique en France. Il a été publié en mars 2014.

http://www.redressement-productif.gouv.fr/files/20140306_rapport_tariq_krim.pdf
Enquête 2012 : métiers du web

Cette enquête franco-belge permet d'avoir un panorama des parcours de formation, métiers, rémunérations des pros du web.

http://fr.slideshare.net/PierreLelong/enqute-2012-mtiers-du-web
Diffusion et utilisation des TIC en France et en Europe Cette étude qui date de 2008 a été commandée par le ministère de la Culture http://www2.culture.gouv.fr/deps/fr/Deps-CC-2008-2-TIC-site.pdf
Les chiffres clés du numérique et du multimédia Une sélection d'études réalisées par l'Agence régionale des technologies et de la société de l'information (ARTESI IDF). http://www.artesi-idf.com/srubri.php?rubri=1&srubri=1
FEVAD, Fédération du e-commerce et de la vente à distance

La FEVAD représente l'ensemble des acteurs du e-commerce et de la vente à distance et accompagne leur développement. Sur son site, elle diffuse des informations sur l'actualité du secteur et de son environnement technique, économique et juridique : études, chiffres clés, emploi, etc. 

http://www.fevad.com
Les TIC en Ile-de-France Réalisée par l'Obsevatoire des territoires numériques (OTEN), une analyse détaillée de la politique francilienne en matière de technologies de l'information et de la communication. http://www.oten.fr/spip.php?article3639
L'emploi dans la VAD et le e-commerce

Cette étude réalisée par Benchmark Group pour le compte de la FEVAD permet de dresser un bilan complet sur l'emploi dans le e-commerce.

http://www.fevad.com/index.php?option=com_content&task=view&id=186&Itemid=462
Référentiel des métiers en émergence (Apec)

Dans ce guide de 2013 , l'Apec a recensé une soixantaine de nouveaux métiers en développement ou en transformation qui présentent de réelles opportunités de recrutement pour les cadres et les jeunes diplômés.

http://annuaire-metiers.cadres.apec.fr/article.php?news_id=44