Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

domaine

Les métiers de la sécurité

Domaines : Défense publique - Sécurité, Droit
Dernière mise à jour : 18/10/2013

Prévenir, assister, protéger, sécuriser sont au coeur des métiers de la sécurité qui peuvent se décliner sous de nombreuses casquettes.

Replier le dossier

Introduction

Prévenir, assister, protéger, sécuriser sont les missions principales des professionnels de la sécurité, qu'ils travaillent au sein de la Police, de la Gendarmerie, ou de sociétés privées.

Un site à découvrir

Riche en témoignages de terrain, le blog recrutement de la Police nationale permet de découvrir différents métiers policiers connus et moins connus. Portraits, FAQ, reportages vidéo sur les épreuves de sélection, la police scientifique ou encore les premiers pas dans le métier, ce blog est une mine d'informations :
http://www.blog-police-recrutement.com/

La sécurité est au coeur du débat public. En France, la sécurité des biens et des personnes a longtemps été le pré carré de l'Etat, via la Police nationale et la Gendarmerie.

De la police de proximité à la sécurité intérieure, du renseignement à l'enquête criminelle, de la lutte antidrogue aux recherches balistiques, on parle communément des " 100 métiers de la Police nationale ".

Près de 90 % des policiers travaillent sur le terrain assurant, selon leur profil et leur affectation, 3 missions prioritaires : la sécurité publique, les actions de police judiciaire, le renseignement et l'information. La police emploie également 17 500 personnels administratifs, techniques et scientifiques : comptables, gestionnaires, informaticiens, techniciens de laboratoire, démineurs, toxicologues, etc. 

De son côté, la Gendarmerie réunit quelque 100 000  militaires. Actuellement, leurs missions se concentrent sur la sécurité routière, le maintien de l'ordre et le contrôle du respect des dispositions administratives.

Mais, sous la pression conjuguée des restrictions budgétaires, de la montée du sentiment d'insécurité et du développement de la menace terroriste, l'Etat et les collectivités abandonnent certaines de leurs missions au profit de sociétés privées.

Au cours des 10 dernières années, certaines ont vu leur chiffre d'affaires progresser de près de 6 % en moyenne chaque année. L'activité de surveillance arrive en tête et représente les 3/4 du chiffre d'affaires du secteur. Viennent ensuite, loin derrière, l'intervention, la télésurveillance et l'activité de sécurité aérienne et aéroportuaire. 

Avec la crise budgétaire, si le marché de la sécurité privée connaît un certain ralentissement, il reste toujours porteur et emploie 165 000 personnes.

Panorama du secteur

Pour intégrer la Police nationale ou la Gendarmerie, il faut passer un concours. Du diplôme national du brevet (gendarme adjoint volontaire) au master (commissaire de police), tous les niveaux d'entrée sont possibles pour s'enrôler dans une grande famille de métiers. De son côté, le marché de la sécurité privée est en pleine croissance.

Les technologies les plus performantes (investigations techniques et scientifiques pointues, maîtrise des réseaux de communication et de transmission de données, robots d'intervention, drônes, équipements de protection…) sont mises à contribution par les pouvoirs publiques et les entreprises privées dans leurs missions de sécurité des personnes et des biens qui concernent la lutte contre le terrorisme et la cybercriminalité, le contrôle des frontières, la prévention des risques majeurs, les enjeux sécuritaires liés aux nouvelles technologies...

Protéger, prévoir et " sanctionner "

Si policiers et gendarmes ont tous des missions de sécurité, ils interviennent dans des contextes différents et bien définis.

De la police de proximité à la sécurité intérieure, du renseignement à l'enquête criminelle, de la lutte antidrogue aux recherches balistiques, on parle communément des " 100 métiers de la Police nationale ". Cela commence par des niveaux de recrutement : gardien de la paix, lieutenant, commissaire.

Les effectifs de la Police nationale avoisinent 146 000 personnes, dont 1/4 de femmes.

Près de 90 % des policiers travaillent sur le terrain assurant, selon leur profil et leur affectation, 3 missions prioritaires : la sécurité publique, les actions de police judiciaire, le renseignement et l'information. La police emploie également 17 500 personnels administratifs, techniques et scientifiques : comptables, gestionnaires, informaticiens, techniciens de laboratoire, démineurs, toxicologues, etc.

De son côté, la Gendarmerie réunit quelque 100 000 militaires. Actuellement, leurs missions se concentrent sur la sécurité routière, le maintien de l'ordre et le contrôle du respect des dispositions administratives.

Pour intégrer la Police nationale ou la Gendarmerie, il faut passer un concours. Du diplôme national du brevet (gendarme adjoint volontaire) au master (commissaire de police), tous les niveaux d'entrée sont possibles. A chaque niveau correspondent une position hiérarchique et une famille de métiers au sein de la police ou de la Gendarmerie.

Selon le ministère de l'Intérieur, le budget 2010 de la " mission sécurité " a permis de recruter plus  de 10 500 policiers et gendarmes. Avec le non remplacement d'une partie des départs à la retraite, l'effectif global de ces 2 entités devrait toutefois baisser dans les prochaines années (moins 800 postes en 2011).

Porter secours dans l'urgence

Porter secours et sécuriser l'espace public fait aussi partie des attributions des sapeurs-pompiers. En France, 80 % des 249 300 sapeurs-pompiers sont des volontaires, 16% sont des professionnels et 5 % sont des militaires.

Les pompiers militaires exercent principalement en Ile-de-France et à Marseille.

En 2009, les sapeurs-pompiers ont réalisé plus de 4 200 000 d'interventions sur le territoire national, soit presque une intervention toutes les 7 secondes (6 % de plus qu'en 2008) !

Le secours aux victimes, les incendies et les accidents de la route sont les 3 principaux domaines d'intervention des sapeurs-pompiers. Mais ce corps dispose aussi de cellules spécialisées lui permettant d'être immédiatement opérationnel en cas d'accident chimique ou nucléaire, de tremblement de terre, de naufrage, etc.

Qu'ils soient professionnels ou militaires, les pompiers sont recrutés sur concours, avec ou sans condition de diplôme.

Le nombre de postes ouverts chaque année à l'échelle nationale avoisine quelques milliers. La Brigade des sapeurs-pompiers de Paris (BSPP), par exemple, intègre environ 800 nouvelles recrues chaque année, dont 90 % de sapeurs pompiers et 10 % de spécialistes (infirmiers, médecins, etc.).

L'essor de la sécurité privée

Avec le développement des sociétés de sécurité privée, la sécurité devient un produit de consommation courante, facilement accessible aux particuliers et aux entreprises.

Le marché de la sécurité privée emploie actuellement 165 000 personnes (vigiles, maîtres-chiens, gardes du corps, surveillants d’aéroports ou de grands magasins… ) dans plus de 5 000 entreprises.

Le Syndicat national des entreprises de sécurité (SNES) prévoit même la création de 100 000 emplois  d'ici 2015, principalement au sein de petites (moin sde 20 salariés) et moyennes structures (moins de 100 salariés) qui sont majoritaires.

Il s'agit néanmoins d'un secteur concentré, puisqu'une trentaine de grandes sociétés de plus de 500 salariés réalisent à elles-seules 55 % du chiffre d'affaires.

En croissance constante (+ 9 % du CA en moyenne par an) et d’effectifs (+ 9 % également) depuis une douzaine d'années, le secteur peine cependant à recruter un personnel qualifié et souffre d’un taux élevé de turn-over de ses salariés.

L'activité de surveillance arrive en tête et représente les 3/4 du CA du secteur.

Viennent ensuite, loin derrière, l'intervention, la télésurveillance et l'activité de sécurité aérienne et aéroportuaire.

Les créneaux qui connaissement actuellement le plus fort taux de développement sont la protection rapprochée, la lutte anti-terroriste et les enquête privées.

Si la sécurité privée emploie principalement du personnel peu qualifié (près de 9 salariés sur 10 occupent un poste d'agent d'exploitation), les employeurs se montrent de plus en plus exigeants. Des connaissances en vidéosurveillance, secourisme et sécurité incendie sont appréciées, de même que la maîtrise de logiciels du type Word ou Excel (indispensable pour établir des rapports).

Bon à savoir : la sécurité est devenue un métier où l'on manipule des technologies toujours plus sophistiquées faisant la part belle aux télécommunications, à l'informatique et à l'ingénierie.

D'ici une quinzaine d'année, il y aura en  France plus d’agents privés de sécurité que de policiers, de gendarmes, de policiers municipaux, de douaniers...

Les métiers de la sécurité publique

En uniforme et au contact de la population le plus souvent, différentes catégories d'agents de l'Etat et des collectivités territoriales contribuent au maintien de l'ordre et à la sécurité des citoyens.

Adjoint de sécurité / Adjointe de sécurité

L'adjoint de sécurité (ADS) est un agent contractuel de la Police nationale. Sous les ordres et la responsabilité de fonctionnaires de la Police nationale, il assure des missions de prévention, d'assistance et de soutien.

Pour postuler, vous devez être de nationalité française, avoir entre 18 et 26 ans et répondre à des critères précis d'aptitudes physiques. Aucune condition de diplôme n'est exigée.

Après avoir réussi les tests psychologiques, vous aurez un entretien de motivation. Lors du recrutement, un dépistage de l'usage des produits illicites sera également pratiqué. Une fois sélectionné, vous suivrez un module de formation générale de 12 semaines en école de police et un stage d'adaptation au site d'une durée de 2 semaines.

A sa sortie d'école de police, l'adjoint de sécurité est affecté dans un service de police du département dans lequel il a déposé sa candidature. Selon les cas, il intervient dans le cadre de la sécurité publique, les CRS, la Police aux frontières, la Préfecture de Police de Paris.

Le contrat proposé est d'une durée de 5 ans.

Au nombre de 11 000, les ADS représentent plus de 6 % des effectifs totaux de la Police nationale.

Pour aller plus loin

Cadet de la République, option Police nationale

Tout jeune de 18 à 26 ans de nationalité française peut devenir Cadet de la République et viser à terme le concours de gardien de la paix. Pour bénéficier de l'année de formation (rémunérée), il faut réussir les épreuves de sélection (tests psychotechniques, entretien, visite médicale et enquête de moralité).
La formation alterne les cours en lycée professionnel (français, histoire-géographie, maths, anglais, informatique) et en école de police (prépa au concours de gardien de la paix et formation
pro à l'exercice des missions d'adjoint de sécurité) ainsi que des stages au sein d'un commissariat. A l'issue de l'année de formation, que vous réussissiez ou non le concours spécifique de gardien de la paix, vous serez adjoint de sécurité durant 4 ans.

Gardien de la paix / Gardienne de la paix

Le gardien de la paix fait partie du corps de maîtrise et d'application de la Police nationale. Il est garant de l'ordre public et veille à la protection des personnes et des biens. Son emploi du temps peut être très fluctuant : il dépend des urgences de son service.

Le recrutement se fait par la voie, soit des concours nationaux (à affectation nationale ou à affectation régionale Ile-de-France), soit des concours déconcentrés en Outre-Mer.

Pour vous inscrire à l'un de ces concours, vous devez être  de nationalité française, avoir 17 ans au moins et 35 ans au plus, et être titulaire du bac (ou équivalent). Une bonne condition physique est exigée.

Les épreuves d'admissibilité comprennent l'étude d'un texte, un questionnaire portant sur des connaissances générales ou sur le programme du bac pro sécurité prévention, ainsi que des tests psychotechniques.

Pour l'admission, vous devez ensuite passer avec succès des épreuves orales (un entretien de motivation et un autre en langue étrangère) suivies d’épreuves physiques (parcours d'habilité motrice et test d'endurance).

Une fois ces épreuves réussies, vous vous engagez à rester 5 à 8 ans au service de l’Etat, suivent un an de formation rémunérée, alternant périodes dans l'une des écoles de la Police nationale et services actifs.

Votre titularisation interviendra à l'issue du stage.

Avec 104 397 fonctionnaires, le corps des gardiens de la paix (6 grades) représente plus de 70 % des effectifs de la Police nationale.

Voir la fiche détaillée.

Gardien de Police municipale / Gardienne de Police municipale

Sous l'autorité du Maire, le gardien de la police municipale assure des missions de prévention et de surveillance sur le territoire de la municipalité. Il peut dresser des procès verbaux en cas d'infraction mais aussi réaliser des rondes dans les quartiers, etc.

Pour passer le concours de catégorie C de gardien de police municipale, vous devez être âgé d'au moins 18 ans, avoir un casier judiciaire vierge et justifier d'un diplôme de niveau CAP/BEP.

Les épreuves d'admissibilité consistent en la rédaction d'un rapport s'appuyant sur un dossier relatif à un événement survenu dans un lieu public et à des questions de compréhension d'un texte. Vous aurez ensuite des épreuves d'admission (entretien avec un jury, endurance et une autre épreuve physique).

Les postes offerts au concours par les centres de gestion de la fonction publique territoriale varient fortement d'une année sur l'autre et d'un centre à l'autre;

Une fois reçu, vous êtes inscrit à une liste d'aptitude : vous avez ensuite 1 an (renouvelable 1 fois sur demande) pour trouver la Mairie qui vous recrutera.

Vous serez alors nommé gardien de police stagiaire pour une durée d'1 an et suivrez, avant votre titularisation, une période de formation de 6 mois (théorique et de stages pratiques).

La Police Municipale, avec un effectif de 20 000 agents répartis dans plus de 3 300 communes, fait partie des filières de la fonction publique qui ont connu la plus forte progression au cours de la dernière décennie.

Lieutenant de police / Lieutenante de police

lieutenant_de_police_383x209.jpgLa mission principale du lieutenant de police est d'assurer la protection des personnes, des biens et du territoire. De fait, ses fonctions sont des plus diverses et s'orientent soit vers la répression des crimes et des délits, soit vers la prévention.

Dans toutes vos missions, vous devez être vigilant et, surtout, perspicace pour faire des recoupements à partir de menus détails. Il vous arrive de passer des heures à faire des rondes, des planques ou à consigner vos démarches d'enquête dans des procès-verbaux : la patience est de mise !

Un bac + 3 est nécessaire pour se présenter au concours d'officier de la Police nationale menant au métier de lieutenant de police. Toutes les filières sont acceptées mais le concours comporte des épreuves de droit et de procédure pénale. Vous avez donc tout intérêt à privilégier la filière juridique, et même pousser plus loin vos études dans ce domaine car la sélection au concours est sévère.

Les autres épreuves sont des tests psychotechniques, 2 oraux et des épreuves physiques.

Vous devez être âgé de moins de 35 ans et avoir la nationalité française.

Chaque année, ce sont 30 postes externes qui sont ouverts en moyenne, pour environ 1 500 candidats (ayant minimum bac + 3 et souvent bac + 5).

La formation dure 18 mois et se passe en partie à l'ENSOP, Ecole nationale supérieure des officiers de police à Cannes-Ecluses (77). Elle mêle enseignement juridique, pour l'essentiel, et stages.

A la fin de votre scolarité, si vous êtes jugé apte, vous êtes titularisé dans le grade de lieutenant de police. Cette titularisation est subordonnée à la possession du permis de conduire les véhicules automobiles (B).

Les affectations dépendent du rang de classement des jeunes recrues à la sortie de la formation et des postes proposés. Ensuite, ils ont l'obligation de rester durant 5 ans dans cette 1re zone d'affectation.

En 2011, la Police nationale compte 10 866 officiers de police (soit 7,5 % des personnels), du lieutenant au commandant en passant par le grade de capitaine.

Voir la fiche détaillée.

Commissaire de police

commissaire_police_383x209.jpg

Le commissaire de police est garant de l'ordre public. Il assure la sécurité des biens et des lieux publics. En police judiciaire, il est un spécialiste de la recherche criminelle et de la collecte des preuves.

Rigueur, perspicacité, sang-froid et réactivité sont des qualités communes à tous les commissaires de police. Le succès des missions dépend également de la capacité de chacun à bien organiser et manager ses équipes.

Le commissaire est en contact permanent avec le public et un grand nombre de personnalités, notamment des élus. Avoir le sens des relations publiques et être doté d'une bonne culture générale sont des atouts.

Pour vous présenter au concours de commissaire de police, vous devez posséder un diplôme de niveau bac + 5, être âgé de 35 ans au plus, avoir la nationalité française et remplir différentes conditions physiques. Les épreuves du concours font la part belle au droit.

Vous mettrez toutes les chances de votre côté en suivant des études universitaires dans ce domaine. De nombreux masters pro ou recherche mention droit offrent des spécialités en droit pénal.

Il est possible de suivre une préparation au concours dans un institut d'études judiciaires (IEJ).

Une fois admis, vous suivez 2 ans de formation à l'ENSP, Ecole nationale supérieure de la police, près de Lyon.
A l'issue de la 1re année, vous êtes nommé commissaire de police stagiaire pour 1 an et partez sur le terrain dans différents services de police, avant d'être titularisés. A noter : pour être titularisé, il faudra justifier de l'obtention du permis de conduire (catégorie B).

En 2010, la Police nationale compte environ 1 800 commissaires et haut fonctionnaires (soit 1 % des effectifs totaux de la Police nationale).

Voir la fiche détaillée.

Technicien de la police scientifique / Technicienne de la police scientifique

technicienne_de_la_police_scientifique_383x209.jpg

Par ses connaissances pointues en balistique, faux papiers, explosifs, chimie ou encore en recherche génétique, le technicien de la police scientifique apporte une aide technique dans le cadre d'enquêtes de police.

Traquer le moindre indice demande beaucoup d'attention et de minutie. Vous devez être également d'une nature curieuse et avoir l'esprit de synthèse pour être toujours au fait des évolutions technologiques et adapter vos pratiques aux nouveautés.

Pour devenir technicien de la police scientifique et technique (PTS) , il faut réussir un concours de la police nationale (ministère de l'Intérieur). Les candidats doivent être titulaire d'un bac + 2 scientifique (DUT , BTS , L2 , DEUST , prépa).

Ils choisissent l'une des spécialités suivantes : balistique, biologie, chimie, documents - écritures manuscrites, électronique, identité judiciaire, informatique, hygiène et sécurité, mesures physiques, photographie, physique et qualité.

Chaque recrutement prévoit la répartition des postes pour chaque spécialité offerte. Les candidats choisissent une spécialité au moment de l'inscription et ne peuvent plus en changer ensuite.

Toutes les spécialités ne sont pas proposées chaque année au concours. En 2011, sur les 32 postes offerts (dont 16 au concours externe), la répartition est la suivante : 6 en biologie, 8 en informatique, 1 en électronique, 17 en identité judiciaire.

Après réussite au concours, ces techniciens bénéficient d'une formation de 16 semaines, dont 6 semaines à l'Institut national de la formation des personnels administratifs techniques et scientifiques (INFPATS) de Gif-sur-Yvette (91), 5 semaines de gestion d'une scène d'infraction à la sous-direction de police technique et scientifique à Ecully (69), 2 semaines de stage de découverte et environnement professionnel et 3 semaines d'enseignements spécialisés.

Pendant 1 an, les techniciens ont le statut de stagiaires rémunérés. A l'issue de ce stage, ils sont titularisés s'ils ont donné satisfaction.

A noter : il existe également un concours d'agent spécialisé de police technique et scientifique (ASPTS) qui s'adresse à des titulaires de CAP/BEP ou équivalent. L'ASPTS relève les traces et les indices sur les lieux de crimes et délits. En 2001, ce concours national offre 42 places dont la moitié en externe.

Voir la fiche détaillée.

Ingénieur de la police scientifique

L'ingénieur de la police scientifique coordonne les activités d'une équipe d'agents spécialisés et de techniciens dans sa spécialité. Il veille à la mise en oeuvre correcte des procédures en vigueur, gère les plannings¿ mais peut aussi participer à l'analyse technique de certains dossiers très pointus.

Vous devez avoir entre 18 et 35 ans, être de nationalité française et justifier d'un diplôme de niveau bac + 5 (ingénieur ou parcours universitaire, par exemple). Vous devrez ainsi constituer un dossier comportant votre CV, une lettre de motivation et les justificatifs de vos diplômes.

La phase d'admissibilité du concours consiste en l'examen des dossiers des candidats. Si vous êtes retenu, vous devrez satisfaire à l'épreuve d'admission : un entretien de 40' avec un jury sur vos travaux personnels portant sur la spécialité choisie.

Reçu au concours, vous aurez un stage d'1 an avant d'être titularisé.

Bon à savoir : les postes sont très rares (moins d'une dizaine par an) ! Le concours n'est pas ouvert chaque année, et l'ensemble des spécialités (biologie, chimie, mesures physiques, informatique, toxicologie, dactyloscopie, photographie, balistique, documents, qualité) n'est ps proposé à chaque session. Le candidat est obligé de choisir une spécialié dès son inscription au concours.

Gendarme

gendarme_383x209.jpg

Le gendarme a pour mission d'assurer la protection du territoire, des personnes et des biens, comme les bâtiments ou les infrastructures publiques : autoroute, ponts ou encore centrales électriques. Il est également chargé de lutter contre la délinquance.

Pour vous inscrire au concours de recrutement des sous-officiers de gendarmerie, vous devez être de nationalité française, avoir entre 18 ans et 35 ans et être titulaire d’un baccalauréat.

Après réussite au concours, votre formation rémunérée, au sein des écoles de la gendarmerie de Montluçon (Allier), Chaumont (Haute-Marne), Châteaulin (Finistère) ou Tulle (Corrèze), durera 1 an.

Parallèlement, d'autres voies d'accès sont possibles.

Pour devenir gendarme spécialiste (motards, plongeurs...), vous devez posséder un diplôme de niveau CAP à bac + 2 (BTS, DUT) correspondant à la spécialité choisie.

Pour devenir gendarme volontaire (gendarme adjoint volontaire ; agent de police judiciaire adjoint), vous devez avoir entre 17 ans et 26 ans et réussir des épreuves de sélection (tests psychotechniques, de connaissances générales et de compréhension de texte).

Enfin, pour tenter le concours d'officier de gendarmerie, vous devez être titulaire d'un diplôme de niveau bac + 5.

La gendarmerie départementale représente près de 60 % de l'effectif total, réparti dans plus de 4 800 unités. Les élèves gendarmes sont recrutés sur tests de sélection tout au long de l'année.

La gendarmerie mobile est destinée à assurer le maintien et le rétablissement de l'ordre. Elle renforce la gendarmerie départementale. C'est dans cette subdivision que débutent bien souvent les jeunes gendarmes.

Il existe des gendarmeries spécialisées : garde républicaine, gendarmerie de l'air, gendarmerie maritime, gendarmerie des transports aériens, gendarmerie de l'armement, les formations en outre mer.

En 2011, la gendarmerie nationale recrute 10 000 personnes dont 2 500 sous-officiers et  7 000 gendarmes adjoints volontaires. Le concours d'officier de gendarmerie (OG) offre une quarantaine de places.

Voir la fiche détaillée.

Sapeur-Pompier

sapeur_pompier_383x209.jpg

Le sapeur-pompier est en première ligne pour gérer les risques. Sa mission est de protéger et de secourir les personnes et les biens. Ses terrains d'intervention sont multiples : incendies, accidents de la route, noyades, appels d'urgence, catastrophes naturelles ou industrielles.

Sauver des vies, parfois au péril de sa propre vie, exige une bonne dose de courage et une excellente condition physique. De votre capacité à réagir vite et bien dépend la réussite de vos missions.

Pour exercer ce métier, le niveau d'études requis dépend à la fois du concours visé et du mode d'exercice envisagé : civil ou militaire. Ces concours s'adressent à des candidats majeurs, de nationalité française et au casier judiciaire vierge.

Bon à savoir : des initiations aux métiers du feu sont proposées dès 10 ans

Dans le civil :

  • Vous pouvez devenir sapeur-pompier volontaire à partir de 16 ans au moins, après réussite à des épreuves sportives. Pouvoir justifier d'une formation PSC1 (prévention et secours civique de niveau 1) ou PSE1 (premier secours en équipe de niveau 1) constitue un avantage.

    Le candidat reçu, de nationalité française ou non, est affecté et formé dans un centre de secours. Il est engagé pour 5 ans au grade de sapeur-pompier de 2e classe et perçoit des vacations horaires cumulables avec une autre activité.

  • Les sapeurs-pompiers professionnels, fonctionnaires territoriaux, sont recrutés à 2 niveaux : brevet et bac + 3. Les concours sont très sélectifs et comportent des épreuves physiques exigeantes et des épreuves écrites.

    - Le concours départemental de sapeur-pompier 2e classe est ouvert aux titulaires du diplôme national du brevet ou d'un CAP, âgés de moins de 25 ans.

    Il existe un CAP agent de sécurité (en 2 ans après la 3e) ainsi qu'un bac pro sécurité et prévention (2 ans après un CAP, avec un très bon dossier, ou 3 ans après une classe de 3e).

    Après réussite au concours, vous devez vous inscrire sur une liste d'aptitude et trouver un poste. La validité du concours est de 3 ans. Une fois recruté, il faut ensuite suivre un stage de 16 semaines dans une école départementale d'incendie et de secours avant d'être titularisé.

Bon à savoir : après 3 années en tant que pompier volontaire ou jeune sapeur-pompier, vous pouvez passer le concours interne de sapeur-pompier 2e classe.

 - Le concours national d'officier sapeur-pompier professionnel (lieutenant) est ouvert aux titulaires d'une licence ou équivalent, sans limite d’âge. Nommés stagiaires, les recrues suivent une formation de 200 jours à l'ENSOSP, Ecole nationale supérieure des officiers de sapeurs-pompiers, à Aix-en-Provence (13).

 

Dans l'armée :

  • Les sapeurs-pompiers de Paris (BSSP)

    Les candidats, de nationalité française, âgés de moins de 25 ans doivent avoir effectué la journée d'appel de préparation à la défense (JAPD) et justifier d’un diplôme (diplôme national du brevet à bac +2).

    Après réussite des tests physiques, psychotechniques et entretien d’évaluation, les candidats retenus suivent une formation au fort de Villeneuve-Saint-Georges (94).

  • Les marins-pompiers de Marseille sont recrutés à plusieurs niveaux (officiers et non-officiers) par la Marine nationale, sur tests et étude du dossier.

 

 

Voir la fiche détaillée.

Surveillant d'établissement pénitentiaire / Surveillante d'établissement pénitentiaire

surveillant_etabilissement_penitentiaire_383x209.jpgLe surveillant d'établissement pénitentiaire est chargé de la sécurité des prisons et de leur fonctionnement quotidien. Dans les maisons d'arrêt, où les détenus attendent leur jugement, il remplit des missions de contrôle et de garde.

Rigueur et stabilité, sens aigu de la communication et de l'autorité, aptitudes au travail de jour comme de nuit, sont autant de qualités que doivent posséder les personnels de surveillance. Le moindre fait ou geste inhabituel peut être annonciateur d'une situation grave (projet d'évasion, tentative de suicide ou mutinerie) : le surveillant d'établissement pénitentiaire doit aussi avoir le sens de l'observation.

Pour vous présenter au concours de recrutement de surveillant (catégorie C), vous devez posséder le diplôme national de brevet ("brevet des collèges"). De plus, vous devez respecter des conditions physiques, avoir entre 19 et 40 ans, posséder un casier judiciaire vierge et la nationalité française.

Du fait du grand nombre de candidats, la sélectivité est sévère et le niveau scolaire des candidats reçus élevé : 61% des lauréats de la session de mars 2012 possèdent au moins le baccalauréat et 17% un diplôme d'étude universitaire.

Une fois admis, vous bénéficiez d'une formation rémunérée de 8 mois à l'ENAP, Ecole nationale d'administration pénitentiaire d'Agen (47).

L'administration pénitentiaire recrute plus intensément depuis quelques années, suite au programme de rénovation et de modernisation des prisons lancé par le ministère de la Justice.

Au 1er janvier 2012, les effectifs de l'administration pénitentiaire étaient de 26 094 personnels de surveillance. Un ou 2 concours de recrutement sont organisés chaque année : chaque promotion compte environ 500 élèves.

Voir la fiche détaillée.

Contrôleur des douanes / Contrôleuse des douanes

controleur_douanes_383x209.jpg

Le contrôleur des douanes exerce dans 2 branches distinctes. Il contrôle les opérations commerciales et gère l'administration générale, qu'il s'agisse de comptabilité ou d'informatique. Il peut également surveiller des lieux de transport qui accueillent passagers et bagages, comme les aéroports ou les gares.

Le sens de l'observation et un bon esprit de synthèse sont des conditions nécessaires pour appréhender d'éventuels dissimulateurs. Par ailleurs, vous devez être aussi rigoureux que conciencieux car la vérification des documents, droits, taxes et formalités relatifs à la circulation des marchandises et des personnes est une part importante de votre travail. Enfin, vous devez d'être disponible car le contrôleur des douanes est amené à travailler de nuit, ainsi que les week-ends et les jours fériés.

Tout candidat français ou tout ressortissant d'un Etat membre de l'Union européenne, ayant le bac ou équivalent, peut s'inscrire au concours de contrôleur des douanes.

En 2011, 83 places sont offertes au concours externe : 28 en contrôle des opérations commerciales et administration générale et 55 en surveillance. Le concours interne offre le même nombre de places avec une répartition identique.

Une fois admis, vous avez le choix entre 2 écoles nationales suivant leur préférence.
L'Ecole nationale des douanes de Rouen prépare au contrôle des opérations commerciales et d'administration générale, tandis que l'Ecole nationale des brigades des douanes de La Rochelle est tournée vers la surveillance.

Les lauréats du concours sont nommés contrôleurs stagiaires. Leur stage avant titularisation dure un an et se décompose en 2 cycles de 6 mois : l’un d’enseignement professionnel et l’autre de formation pratique dans un service des douanes.

L'unique recruteur de contrôleur des douanes est le ministère de l'Economie, des Finances et de l'Industrie.

Voir la fiche détaillée.

Les métiers de la sécurité privée

La sécurité privée est une profession d’avenir. Face à cet enjeu citoyen majeur, une délégation interministérielle à la sécurité privée a été créée en 2010. Rattachée au ministère de l'Intérieur, son rôle est notamment de contribuer à la professionnalisation des métiers de la sécurité.

Chaque jour, plus de 130 000 agents prennent en charge sur le territoire national la sécurité des biens et des personnes dans les espaces privés, qu'ils soient ouverts ou non au public. Ces professionnels, qui interviennent dans un cadre réglementaire précis, représentent une force complémentaire à la police et à la gendarmerie pour garantir la sécurité des citoyens, des entreprises et du territoire.

Agent de sécurité / Agente de sécurité

L'agent de sécurité assure la surveillance tels que des bureaux, des hangars, des parkings souterrains, des magasins et, suivant sa spécialisation (rondier, agent cynophile, etc.), il peut aussi être en charge de la sécurité du public, du personnel et d'invités prestigieux lors d'événementiels.

Une grande attention, beaucoup de rigueur et une bonne maîtrise de soi sont indispensables pour exercer cette profession. Par ailleurs, vous devez être totalement intégre car vous avez souvent l'entière responsabilité du lieu qui vous est confié.

Pour exercer, vous devez être majeur, avoir un casier judiciaire vierge et justifier de votre aptitude professionnelle. Plusieurs diplômes ou titres vous permettent de répondre à cette dernière obligation :

Le CAP agent de sécurité, qui se prépare en 2 ans après la 3e, est le 1er diplôme de la filière sécurité.

Niveau CAP, il existe également un CQP (certificat de qualification professionnelle) agent de prévention et sécurité, accessible en 70 heures sans condition de diplôme.

En 1 an après le CAP, vous pouvez préparer une MC sûreté des espaces ouverts au public ou une MC sécurité civile et d’entreprise. Ces spécialisations ne sont pas dispensées en Ile-de-France.

Le bac pro sécurité et prévention s'obtient en 2 ans après un CAP et un très bon dossier, ou bien directement après la 3e, en 3 ans. Il vous prépare à l'exercice des différents métiers de la sécurité dans la fonction publique (police nationale, gendarmerie...) ou au sein d'entreprises privées.

Niveau bac, il existe un BP agent technique de prévention et de sécurité, accessible en 2 ans après un CAP.

En complément, les formations qualifiantes SSIAP 1 (service de sécurité incendie et assistance à personnes), SSIAP 2 et SSIAP 3 sont aussi appréciées des employeurs.

Les entreprises de sécurité privée recrutent des agents de sécurité.

Des services de sécurité d'organismes privés ou publics ont aussi vu le jour.

Avec la généralisation du plan Vigipirate et la lutte contre le terrorisme, les effectifs des agents de sécurité ont augmenté de plus de 8 % en une décennie et 60 000 postes sont à pourvoir d'ici à 2015

Bon à savoir

En fonction de la spécificité du poste, l'intitulé du métier varie : agent de sécurité, surveillant de magasins, agent de sécurité incendie, agent de gardiennage (parking, magasins, bureaux).

Voir la fiche détaillée.

Garde du corps

Agent de la sécurité rapprochée de personnalités (politiciens, hommes d'affaires, célébrités¿), le garde du corps assure la sécurité d'une ou plusieurs personnes pour un déplacement ou la durée d'un séjour en France, par exemple.

Deux profils de recruteurs existent : les entreprises privées et la Police nationale.

Au sein du service de protection des hautes personnalités (SPHP), des fonctionnaires de police de tous grades sont recrutés au sein de la Police nationale pour 5 ans après avoir satisfait à des tests sélectifs rigoureux. Il faut notamment être discret, rigoureux, pratiquer les arts martiaux, avoir un sens aigu de l'observation.

Dans le privé, les gardes du corps sont recrutés après une première expérience d'agent de sécurité réussie. Justifier du CAP agent de prévention et de sécurité, du BP agent technique de prévention et de sécurité ou du BP agent technique de sécurité dans les transports peut aussi faciliter votre recrutement.

Une très bonne condition physique est attendue, ce qui demande de se maintenir en forme constamment.

Maître chien

maitre_chien_383x209.jpgLe maître-chien éduque et dresse un chien afin que ce dernier remplisse des fonctions de protection, de gardiennage, de surveillance, d'aide ou de secours. Il est notamment amené à intervenir sur les lieux de catastrophes naturelles comme les avalanches, sur des missions de contrôle, en douane, par exemple, ou sur des opérations de recherche de stupéfiants. Parallèlement, il doit nourrir et apporter les soins nécessaires à son chien.

La relation avec le chien peut être difficile lors du dressage qui dure longtemps : il faut beaucoup de patience pour réussir dans ce métier. Une bonne résistance est également de mise : les interventions sont éprouvantes nerveusement et physiquement.

Il n'existe pas de diplôme d'Etat pour se former au métier de maître-chien.

Les ministères de la Défense nationale et de l'Intérieur reconnaissent cependant le certificat professionnel d'agent cynophile de sécurité.

Neuf établissements proposent une formation menant au certificat professionnel d'agent cynophile de sécurité, diplôme reconnu par les ministères de la Défense et de l'Intérieur: CFPS de Paris (75), CNFA des métiers du chien et de l’animalerie de Saint-Gervais d'Auvergne (63), CFPPA d'Aix-en-Provence (13), la Maison familiale rurale de Mortagne-au-Perche (61), CFPPA de Dax (40), CFA agricole du Lot (46), 17ème groupement d’artillerie de Biscarosse (40), Centre France Formation Sécurité Bourgogne (71), CFPPA des Basses Terres (Guadeloupe).

Pour vous inscrire, vous devez être majeur, avoir un niveau scolaire de fin de 3e, un casier judiciaire vierge et le permis de conduire B. Vous devez aussi posséder son chien dit " d'utilité ".

La gendarmerie nationale propose à ses sous-officiers la formation de maître-chien. L'armée de terre, de l'air, la Marine et la police forment également directement leurs maîtres-chiens.

La gendarmerie recrute ses maîtres de chien parmi les sous-officiers volontaires placés sur liste d'attente et servant déjà dans la gendarmerie. La Fédération nationale des maîtres-chiens sauveteurs aquatiques (FNMCSA) à Bandol (83) forme au brevet de maître-chien sauveteur aquatique.

L'armée forme également des maîtres chiens : l'armée de terre recrute des candidats sans qualification préalable, tandis que l'armée de l'air réserve ce métier aux titulaires du baccalauréat.L'armée emploie des maîtres-chiens pour l'ensemble de ses corps : armée de terre, armée de l'air, marine et gendarmerie. Selon son affectation, le maître-chien possède des capacités physiques et sportives spécifiques. Par exemple, s'il veut faire des recherches en avalanches, il doit être très bon skieur.

La police dispose d'une brigade canine. Cependant, comme pour l'armée, les places sont rares.

Les douanes disposent de quelques maîtres-chiens spécialisés dans la recherche de stupéfiants.

Les entreprises privées de gardiennage ou de sécurité sont par ailleurs nombreuses à recruter des maîtres-chiens pour des missions ponctuelles. 

Depuis le 1er janvier 2011, en plus de la carte professionnelle d’agent privé de sécurité, le maître chien doit être titulaire d’une certification spécifique d’agent cynophile.

Enfin il existe  un CAP agent de prévention et de sécurité qui permet principalement de se former à la surveillance. Plutôt demandé par les sociétés privées de sécurité, il se prépare en 2 ans après la classe de 3e. Au niveau bac, on trouve le BP agent technique de prévention et de sécurité (en 2 ans après le CAP) ou le bac pro sécurité et prévention, qui se prépare en 3 ans après une classe de 3e.

Voir la fiche détaillée.

Agent de la surveillance ferroviaire / Agente de la surveillance ferroviaire

Salarié de la SNCF, l'agent de la surveillance ferroviaire veille à la sécurité des clients, du personnel et des biens de l'entreprise. Au quotidien il surveille les locaux (par exemple, les entrepôts de fret) et assiste les voyageurs sur les quais ou dans les rames de train. Par sa présence, il prévient les actes de malveillance et les agressions dans les trains et les gares. Dans certains cas, il est habilité à accompagner les contrôleurs de la SNCF.

Pour postuler, vous devez avoir un niveau CAP/BEP voire le bac. Vous devez aussi avoir au moins 21 ans pour pouvoir obtenir l'assermentation de port d'arme de la Préfecture (obtention après enquête). Par ailleurs, une première expérience dans un métier de la sécurité serait un plus.

Si vous êtes retenu, vous suivrez une formation de 26 semaines portant sur les différents domaines d'activité de l'entreprise, se déroulant en école et sur le terrain, comportant notamment l'apprentissage des techniques d'intervention, de défense et de tir. Une évaluation professionnelle valide votre formation.

L'esprit d'équipe, une bonne forme physique et de la diplomatie sont attendus sur ce genre de postes.

Pour aller plus loin

à la RATP, l'agent qui a pour mission de protéger, assister, sécuriser les voyageurs et les agents de l'entreprise, secourir et intervenir si besoin est appelé agent de sécurité RATP. Pour postuler, vous devez avoir 21 ans, être titulaire du permis B. Il n'y a pas de condition de diplôme mais des conditions physiques à remplir. Renseignez-vous directement auprès de la RATP. A l'issue des étapes sélectives d'embauche, vous serez accueilli dans le centre de formation pour y suivre un stage rémunéré en alternance de 14 semaines, vous permettant d'acquérir la qualification au métier. Elle ne pourra être obtenue qu'après avoir satisfait aux épreuves de contrôle continu.

Convoyeur de fonds / Convoyeuse de fonds

convoyeur_fonds_383x209.jpg

Le convoyeur de fonds est chargé de sécuriser les transports d'argent ou d'objets confiés par un de ses clients, des banques par exemple. Il peut exercer trois fonctions : garde, conducteur ou messager.

Une grande attention et, plus encore, une totale intégrité, sont indispensables pour être convoyeur de fonds. Ce métier exige aussi d'être patient car il faut parfois attendre de très longues minutes avant de charger ou de décharger les sacs contenant des fonds.

Pour exercer ce métier, vous devez être âgé d'au moins 21 ans et avoir un casier judiciaire vierge. Pour les conducteurs, le permis poids lourd est parfois exigé.

Aucun niveau d'études n'est exigé, et les entreprises proposent leurs propres formations et un entraînement au tir. Mais un CAP agent de prévention et de sécurité (ou agent de prévention et de médiation) est le bienvenu. Il se prépare en 2 ans après une classe de 3e.

Une fois le CAP en poche, vous pouvez poursuivre vos études et préparer un BP agent technique de prévention et de sécurité, après 2 ans d'expérience professionnelle (pas proposé en Ile-de-France). Vous avez alors la possibilité de créer votre propre société de transports de fonds.

Enfin, le bac pro sécurité-prévention vous permet d'acquérir des connaissances et compétences dans le domaine de la sécurité. Il se prépare en 3 ans après la 3e ou en 2 ans après un CAP.

Les entreprises de transports de fonds (BrinK's, Transbank...)recrutent majoritairement les convoyeurs de fonds. Elles emploient 10 000 salariés.

Quelques entreprises publiques disposent d'un service interne spécialisé en transport de fonds, notamment la Banque de France. Le convoyeur de fonds est alors fonctionnaire.

Voir la fiche détaillée.

Agent de sureté aéroportuaire / Agente de sureté aéroportuaire

Ce spécialiste de la sécurité de l’aviation civile veille à ce que toutes les mesures de prévention visant à empêcher l'introduction à bord d’un avion de toute personne ou élément de nature à compromettre la sûreté du vol soient respectées.

Son activité concerne à la fois la sûreté des aéroports (inspection filtrage des passagers, des bagages cabine et soute, et du personnel...) du fret (contrôle des accès aux zones de stockage et de traitement du fret, inspection filtrage des personnels accédant à la zone réservée des aéroports...) et des compagnies aériennes (contrôle passeport, passager, billet, gabarit des bagages cabine, contrôle du, surveillance et accompagnement des bagages, inspection filtrage des personnels au sol et des personnels navigants..).

L'agent de sureté remplit une mission anti-terroriste dans un contexte privé concurrentiel. Il a pour objectif d'éviter l'embarquement d'engins explosifs, d'armes, ou bien de marchandises dangereuses
à bord des avions.

L’exercice de ce métier nécessite d’avoir une bonne capacité de mémorisation et une grande adaptabilité car l’'emploi du temps des agents change chaque mois.

Cette profession s’adresse aux ressortissants des pays de l’Union Européenne. Vous devez  avoir des papiers d’identité en règle et un casier judiciaire vierge. Il faut aussi obtenir de la préfecture un récépissé de carte d'identité professionnelle.

Côté formation, le certificat  de qualification professionnelle d'agent de sureté aéroportuaire (CQP ASA) est indispensable. Il peut être complété par une formation en sûreté aéroportuaire (conventionnée DGAC). Un niveau d'anglais correct est souhaité. Enfin posséder le permis B est un plus, car les aéroports sont situés à distance des villes.

Le secteur de la sécurité aéroportuaire est représenté par de grandes entreprises (Securitas, ICTS, Alysia, Brink's, Prosegur, Astriam, Néo sécurité…). Il compte actuellement 10 000 salariés.

La profession, récente, reste en mal de reconnaissance même si plus de 90 % des personnels sont en CDI. Les personnels de sûreté des aéroports qui ont affaire à la fois aux gestionnaires d'aéroport, aux compagnies aériennes et à l'Etat ont encore du mal à bien définir leur place.

Détective privé

Le détective privé ou enquêteur de droit privé exerce une profession libérale consistant à recueillir dans la discrétion des informations destinées à des tiers, en vue de la défense de leurs intérêts.

Son activité n’a que peu de rapport avec l’image véhiculée dans les films et les romans policiers. En France, un détective ne porte aucune arme.

Auxiliaire des entreprises et des professions juridiques, l’enquêteur privé est au service de la recherche de renseignements légitimes. Il intervient pour rechercher, établir et fixer la preuve de faits dont pourrait dépendre la solution d'un litige ou la réparation d'un préjudice. Il peut, par exemple, rechercher des éléments nouveaux pour permettre la révision d’un procès ou un appel.

Travaillant pour le compte de juristes, d’entreprises, et de particuliers, ce professionnel peut être saisi dans le cadre de très nombreux dossiers ayant trait à des conflits familiaux, des litiges professionnels, économiques, financiers ou d’assurances, à des recherches en vue de procédures...

Observateur, intuitif et doté d’un esprit de déduction, l’enquêteur s’appuie aussi dans son travail sur de solides connaissances juridiques, pratiques et techniques.

Pour exercer ce métier, vous devez justifier d’une qualification professionnelle certifiée et d’un casier judiciaire vierge. Cette activité est placée sous le contrôle des autorités administratives, avec délivrance d'un agrément de l'Etat. En France, le premier diplôme d'Etat a été instauré en 2006. Il s’agit de la licence professionnelle sécurité des biens et des personnes, option enquêtes privées délivrée par l'Université Panthéon-Assas Paris 2 et inscrite au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP). A signaler également la formation d’agent de recherches privées dispensée par l’IFAR accessibles à des bac + 2.

En France, on dénombre environ 1 500 détectives dont 20 % de femmes. Parmi eux, on trouve 20% d’anciens policiers et gendarmes.
Le marché est réparti entre 40 % d’affaires familiales et 60 % d’affaires industrielles.

Responsable de la sécurité de l’information

Le responsable de la sécurité des systèmes d’information(RSSI) a la responsabilité opérationnelle d’appliquer les règles de sécurité à l’ensemble des systèmes informatiques et télécoms d’une entreprise. Rattaché à la direction informatique, il assure un rôle de conseil, d’assistance, d’information, de formation et d’alerte.
Il effectue un travail de veille technologique et réglementaire et propose les évolutions nécessaires au maintien de la sécurité des systèmes d’information.

Les enjeux sécuritaires liés aux nouvelles technologies (réseaux sociaux, mobiles...) sont un défi auquel les entreprises doivent faire face. De plus en plus dépendantes du numérique, elles sont vulnérables. En Europe, elles ne consacrent que 4,3 % de leur budget à leur sécurité informatique. Pourtant l’indisponibilité, même brève, de leurs systèmes d'information pèse lourd financièrement puisque le coût moyen d’un incident de sécurité est évalué à 40.000 euros. Les impacts liés aux incidents de sécurité (pertes financières, vol de données, compromission de l’image...) ont presque triplé au cours des 4 dernières années.

Le RSSI dispose d'un savoir-faire d’architecte technique de la sécurité et d'une parfaite connaissance des processus et des systèmes d'information. Ce poste s’adresse à des profils expérimentés d’ingénieur ou équivalent en informatique.

Les enjeux de ce poste sont importants pour les entreprises. Dans les PME, les RSSI sont encore rares, la fonction sécurité étant exercée par le directeur de l’informatique. Elle peut aussi être externalisée.

Ingénieur cryptologue

Cet ingénieur est un expert en sécurité des systèmes de communication. Il met en place le cryptage (méthode de chiffrement à partir d'algorithmes) permettant de communiquer des informations en toute confidentialité et sécurité, notamment dans le domaine du Secret Défense, du commerce électronique, des cartes à puce, des transactions bancaires et de la téléphonie mobile. Il s'agit aussi d'éprouver la solidité des algorithmes développés en cas de piraterie informatique. La sécurité des systèmes informatiques repose sur des protocoles cryptographiques de plus en plus complexes.

Seul un mathématicien est capable d'inventer ces méthodes de cryptage et de décryptage. Ce métier exige un solide bagage à la fois en informatique et en mathématiques (arithmétique, algèbre, probabilités et statistiques). Les applications de la cryptologie à la sécurisation des échanges informatiques nécessitent aussi des connaissances approfondies en structure des réseaux, en programmation, en électronique.

Le niveau d'études requis pour devenir cryptologue est bac + 5 (université ou école d'ingénieurs). Vous pouvez notamment opter pour les mentions suivantes des masters professionnels : cryptologie, réseaux et protocoles à l'université Paris Diderot ; mathématiques et applications au codage et à la cryptologie à l'université Vincennes Saint-Denis (Paris VIII).

De même, en école d'ingénieurs, vous avez la possibilité de suivre une spécialisation en cryptographie et sécurité des systèmes d'information (ENSIMAG Grenoble, ESIEA Paris-Laval...).

Les besoins en matière de protection de l'information numérique se sont considérablement multipliés. Autrefois réservé aux militaires et aux politiques, les domaines d'application de la cryptographie, avec l'essor des télécommunications, se sont en effet étendus aux secteurs de banque, de la finance, d'Internet et du commerce électronique. La recherche est très active dans ce domaine, en raison des risques constants de piratage.

Contacts utiles

Préfecture de police de Paris

9, bd du Palais
75004 Paris Tel : 01.53.71.53.71

http://www.prefecturedepolice.interieur.gouv.fr/
Bureau de recrutement de la Police nationale

Partout en France Tel : 0 800 22 08 00

Direction de la sécurité Civile

87-95, quai du Docteur Dervaux
92600 Asnières-sur-Seine.
(Adr. postale : Place Beauvau 75800 Paris Cedex 08.) Tel : 01.49.27.49.27 ou 01.40.07.60.60

Direction générale de la Gendarmerie Nationale

35, rue St Didier
75016 PARIS Tel : 01.56.28.89.99

Bureau de recrutement de la Gendarmerie Nationale

Partout en France Tel : 0.820.220.221

Institut national de police scientifique

Service Central des Laboratoires
31 avenue Franklin Roosevelt
BP 30169
69134 Ecully Cedex Tel :

http://www.inps.interieur.gouv.fr/
La Maison des sapeurs-pompiers de France

32 rue Bréguet
75011 PARIS Tel : 01.49.23.18.18

http://www.pompiersdefrance.org/
Sapeur-pompiers de Paris

1, place Jules Renard
75017 PARIS
(Adr. postale : Bureau Ressources Humaines Section Recrutement, BP 31, 75823 PARIS cedex 17) Tel : 0800.112.018

http://www.bspp.fr/
USP, Union des entreprises de sécurité privée

24, rue Firmin Gillot
75015 Paris Tél. : - Fax : 01 53 58 08 18 Tel : 01.53.58.08.17

http://www.securite-privee.org

Liens utiles

Métiers et secteurs
Les métiers de la police nationale

Une fiche décrivant les différents métiers proposés par la police nationale est proposée en téléchargement au sein cette rubrique du site du Ministère de l'intérieur.

http://www.interieur.gouv.fr/sections/a_votre_service/metiers_et_concours/police_nationale
Blog de la police nationale

Ce Blog propose des informations sur les métiers et concours de la Police nationale. Au menu : des témoignages, une FAQ sur le recrutement, et des vidéos sur les épreuves des concours ainsi que les différentes missions de la police.

http://www.blog-police-recrutement.com/
Gendarme, pourquoi pas vous ? (Ministère de la Défense)

Cette rubrique du Ministère de la Défense permet de visionner des témoignages vidéo de différents gendarmes.

http://www.recrutement.gendarmerie.defense.gouv.fr
Cap public

Ce sité entièrement dédié aux candidats des concours de la fonction publique, vous permet d'avoir une sélection de livres pour préparer les concours, de découvrir des forums spécialisés, les annales et le calendrier des concours...

http://www.cap-public.fr/
Syndicat national des entreprises de sécurité

Informations réglementaires et présentation des différentes facettes du métier d'agent de sécurité.

http://www.e-snes.org
Métiers et formations dans le domaine de la justice

Ce site du ministère de la justice propose une sélection d'une trentaine de métiers de la justice. Les fiches métiers sont assorties de documents audio.

http://www.metiers.justice.gouv.fr
Direction générale des douanes et droits indirects

Le site de la Direction générale des douanes et droits indirects propose de nombreuses informations pour connaître la Douane, ses métiers et son actualité. A lire : l'histoire de la douane, les textes d'organisation et la présentation des missions de cette administration. Une entrée métiers présente les fonctions et concours de la douane.La rubrique "connaître la douane" propose la présentation des écoles et des concours.

http://www.douane.gouv.fr
Gabelou, site non officiel sur les métiers des douanes

Présentation des métiers des douanes par des douaniers.

http://www.gabelou.com/
Administration pénitentiaire

Forums dédiés aux concours et métiers de l'administration pénitentiaire. La création (gratuite) d'un compte est un préalable indispensable pour accéder à ces espaces d'échanges.

http://adm-penitentiaire.discutfree.com/
Métiers de la prévention et de la sécurité Dédié aux professionnels de la prévention, de la gestion des risques, de la sûreté et de la sécurité, ce site aborde le scteur sous différents angles : métiers, formations, actualités, offres d'emploi, etc. http://www.metier-securite.fr/
Les sapeurs-pompiers de Paris

Une sélection de vidéos d'actualité pour découvrir le quotidien des sapeurs-pompiers de Paris : interventions, interviews, événements, etc.

http://www.bspp.fr/fr/actualites
Les vidéos de la Police nationale

Chaque mois, une nouvelle vidéo pour mieux connaître la Police nationale, ses métiers et ses missions.

http://www.blog-police-recrutement.com/archives-video/
Syndicat des entreprises de sûreté aéroportuaire

Le syndicat des entreprises de sûreté aérienne et aéroportuaire (SESA) est un syndicat professionnel des entreprises de sécurité œuvrant dans le domaine de sûreté aérienne en France. Son but est la défense des entreprises du secteur de sûreté aérienne et les relations avec les organismes parties prenantes dans ce domaine (DGAC, ADP...)

http://www.sesa-surete.com/
Fédération des entreprises de la sécurité fiduciaire

La Fédération des entreprises de la sécurité fiduciaire (FEDESFI) représente les sociétés de transports et de traitement des valeurs en France (10 000 salariés). Elle rassemble 95% des entreprises du secteur : Brink’s, Corstrans, Esse, Est Valeurs, Keepway, Loomis, Prosegur, Sazias, Temis, Valtis et Transbank.

http://www.fedesfi.com/
Centre d'information sur les détectives

Ce site renseigne sur les détectives privés et conseille pour choisir une agence : statut, formation du détective privé, annuaire de détectives, actualité de la profession....

http://ufedp.online.fr/detectives.htm
Conseil national supérieur professionnel des agents de recherches privées

Pour tout savoir sur la profession libérale de détective privé : formation, déontologie, installation...

http://www.cnsp.org/
Club des directeurs de sécurité des entreprises

Le Club des directeurs de sécurité des entreprises (CDSE) a été créé pour fédérer les expériences des professionnels de la sécurité et de la sûreté au sein des plus grandes entreprises françaises.

https://www.cdse.fr/
Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information

L’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI) est l’autorité nationale en matière de sécurité et de défense des systèmes d’information.

http://www.ssi.gouv.fr/
Choix de formations - orientation
Union nationale des acteurs de formation en sécurité

L'Union nationale des acteurs de formation en sécurité (UNAFOS) est l'organisation professionnelle représentative du secteur des organismes de formation spécialisés en prévention et sécurité, indépendants ou intégrés.

http://www.unafos.org/
Ecoles - organismes de formation
Ecole nationale supérieure de Police

Présentation de l'école et de ses formations.

http://www.ensp.interieur.gouv.fr/
Association de l'Ecole nationale supérieure des officiers de Police

Informations sur l'association, les formations de l'ENSOP et son environnement géographique.

http://ensop.fr
Ecole Nationale des sous-officiers d'Active

Présentation de l'école, de sa philosophie, des voies d'accès, des formations dispensées.

http://www.ensoa.terre.defense.gouv.fr
Institut national de police scientifique

Retrouvez les actualités de l'école, la présentation des spécialités, les textes officiels, etc.

http://www.inps.interieur.gouv.fr
Ecole des officiers de la gendarmerie nationale

Découvrez les objectifs, missions, traditions et formations de cette école.

http://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/eogn
Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice

Créé en 2009, l’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice 'INHESJ) est un établissement public national placé sous la tutelle du Premier ministre. L’INHESJ intervient dans les domaines de la formation, des études,de la recherche, de la veille et de l’analyse stratégique en matière de sécurité intérieure, sanitaire, environnementale et économique ainsi que dans ceux intéressant la justice et les questions juridiques.

http://www.inhesj.fr/
Emploi et recrutement
Pompiersdefrance.org

Tout ce que vous souhaitez savoir sur le monde des hommes du feu ! Notamment un dossier sur les voies d'accès au métier de pompier, ainsi que la liste des postes vacants et le calendrier des examens et concours d'officiers.

http://www.pompiersdefrance.org
Carte professionnelle des agents de sécurité privée

En application du décret n° 2009-137 du 9 février 2009, les salariés exerçant une activité de surveillance et gardiennage, transport de fonds et protection physique des personnes doivent solliciter une carte professionnelle auprès du préfet. Les personnes souhaitant se former à l'une de ces activités doivent demander auprès de la même autorité une autorisation préalable ou provisoire.

http://www.interieur.gouv.fr/sections/a_votre_service/vos_demarches/carte-professionnelle/agents-securite-privee/view
Actualités spécialisées