Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Adeline Marion de Procé

Conseillère en immobilier, Paris (75)
Date de l'interview : 01/04/2008

L'apprentissage du métier en lui-même s'est fait relativement aisément, grâce à une formation suivie "sur le tas".

Diplômée en droit et en histoire de l'art, Adeline Marion de Procé nous dévoile ses débuts prometteurs dans l'immobilier.

Quel est votre parcours de formation ?

Après un bac ES, je me suis inscrite à la faculté de droit. N'ayant pas d'idée précise de ce que je voulais faire, il me semblait plus prudent d'opter pour une voie généraliste. Au cours de mon année de master de droit privé, j'ai également tenté une licence d'histoire de l'art, le métier de commissaire priseur m'ayant un moment intéressé. C'est finalement le secteur de l'immobilier qui a emporté mon adhésion. Mon double cursus universitaire ne me prédisposait pas à devenir commerciale. Pourtant, mes connaissances en droit de l'urbanisme et en droit des contrats, notamment, sont un plus dans ma profession - comme celles, d'ailleurs, des techniques architecturales.

Quelles ont été vos motivations pour vous diriger vers le secteur de l'immobilier ?

Les métiers du droit m'ont paru terriblement figés et laborieux. Mes divers stages m'ont persuadée que je ne m'épanouirais pas dans ce domaine. L'immobilier m'a séduite par son dynamisme et ses multiples facettes. J'envisage à plus ou moins long terme de travailler à mon compte. L'idée de créer ma propre structure avec des amis a récemment germé.

Quels ont été vos débuts professionnels ?

Les jobs étudiants et les stages ont jalonné mon parcours. J'ai eu mon premier "vrai" travail l'année dernière, à l'issu de mon master. J'ai passé des entretiens essentiellement dans l'immobilier pour des postes de gestionnaire de copropriété, gestionnaire locatif... pour finir mandataire en transactions (achat/vente de biens d'habitation et de locaux commerciaux) pour le compte d'un groupe parisien.
Si décrocher un 1er job après ses études est effectivement difficile, j'ai eu la chance de trouver assez rapidement, l'immobilier étant dans une période de recrutement massif. L'apprentissage du métier en lui-même s'est fait relativement aisément, grâce à une formation suivie "sur le tas" et qui m'a permis de découvrir rapidement l'ensemble des aspects de la négociation.

Quel poste occupez-vous actuellement ?

Je viens d'être embauchée dans un groupe en tant que conseil en immobilier. Mes fonctions sont, à peu de choses près, les mêmes que précédemment. Il s'agit, principalement, d'entrer en contact avec propriétaires, acquéreurs ou locataires potentiels et de constituer un portefeuille d'immeubles. En un mot, je sers d'intermédiaire entre les propriétaires et les acquéreurs. Le négociateur peut être également amené à estimer la valeur d'un bien.

Pouvez-vous nous décrire vos activités au quotidien ?

L'agent commercial est libre d'organiser se journée comme il l'entend. Il est toutefois tenu, dans certains cas, d'assurer des permanences sur le lieu de travail pour recevoir les éventuels visiteurs. Lorsqu'il n'est pas à l'agence, il se rend chez ses clients, assure des visites sur les biens dont il a la charge. C'est un métier polyvalent dans lequel l'ennui n'existe pas.

Qu'est-ce qui vous plaît le plus dans ce travail ?

L'aspect relationnel donne toute sa dimension à l'activité de conseil au sens large. Rentrer en contact avec la clientèle est véritablement ce qui me séduit le plus. Nouer une relation de confiance est primordial pour mener à bien sa mission et aboutir, le cas échéant, à une transaction.

Quelles sont les qualités et les compétences requises ?

Si le sens commercial est avant tout requis, d'autres qualités ne sont pas à négliger, comme le sens de la diplomatie, de l'organisation et de l'initiative, ainsi qu'une certaine rigueur. Le moindre laisser-aller peut être pénalisant. Quant aux compétences techniques, elles ne sont pas drastiques : maîtrise de logiciels informatiques et d'outils purement juridiques (mandats, actes de vente...).

Comment voyez-vous votre évolution professionnelle ?

Je souhaiterais poursuivre ma spécialisation dans le conseil, la vente et la gestion de biens afin d'être suffisamment armée pour monter ma propre entreprise.

Quels conseils auriez-vous envie de donner à des jeunes attirés par ce secteur ?

Le secteur de l'immobilier a la réputation d'être assez ''coriace''. Il est vrai que la concurrence est rude. Il faut faire preuve de volonté et de détermination. Le manque d'ambition peut desservir. Par ailleurs, il faut savoir s'investir pleinement dans son métier, du moins dans un premier temps. Tout en ne se laissant pas bercer par l'appât du gain !