Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

domaine

Les métiers de l'immobilier

Domaines : BTP - Architecture, Commerce - Immobilier, Droit
Juillet 2014
Voir le dossier complet

Les métiers de la transaction de biens immobiliers

Un trio incontournable : le négociateur immobilier recherche des terrains et des biens que l'agent immobilier proposera à la vente ou à la location, enfin, le notaire gère les actes de vente.

Négociateur immobilier / Négociatrice immobilière

Egalement appelé courtier en immobilier ou prospecteur foncier, le négociateur immobilier recherche des terrains et des biens (maisons, appartements, bureaux, etc.) à vendre ou à louer. Il en estime le coût, les fait visiter aux éventuels acquéreurs et joue un rôle de conseil. Intermédiaire privilégié entre vendeurs et acheteurs ou entre propriétaires et locataires, le négociateur accompagne ses clients jusqu'à la conclusion de l'affaire. Enfin, il gère les dossiers sur le plan administratif et financier (promesse de vente, documents officiels nécessaires à l'achat ou la location du bien).

Les horaires de travail du négociateur sont irréguliers et décalés, avec des soirées et week-ends consacrés aux rendez-vous clients. Une grande disponibilité est donc souhaitée. Persuasif, le négociateur doit convaincre non seulement l'acheteur, mais aussi le vendeur, de la justesse du prix qu'il a estimé. Enfin, ce métier nécessite d'être organisé car il faut gérer plusieurs dossiers en même temps.

Avec une expérience du terrain, le bac peut suffire pour être embauché par une agence immobilière. Mais un complément de formation (minimum un bac + 2) conditionne l'évolution professionnelle.

Après le bac, vous pouvez préparer un BP professions immobilières, en 2 ans en alternance. Ce diplôme est proposé uniquement à Nice ou à Cannes.

Pour devenir gestionnaire immobilier, le BTS professions immobilières donne un niveau bac + 2.

Accessible après un bac + 2, les licences professionnelles permettent de se spécialiser. On peut citer la licence pro management du patrimoine immobilier et mobilier (IUT d’Evry, site Brétigny) ou la licence pro management et droit des affaires immobilières (IUT de Marne-la-Vallée, site Meaux).

A l'université, les cursus de droit ou gestion permettent d'accéder aux masters du secteur (bac + 5). On peut citer les masters droit immobilier et de la construction (Université Panthéon-Assas) ou management de l'immobilier (Paris-Dauphine).

Un diplôme bac + 5 permet ainsi vous permettre d'évoluer vers un poste d'agent immobilier.

Des écoles spécialisées et privées préparent également à des diplômes dans le domaine de l'immobilier.

L'EFFICOM, propose, par exemple, un 3e cycle de Manager des actifs immobiliers  (niveau bac + 5) en 2 ans après un bac + 3.

L'ESPI, Ecole supérieure des professions immobilières délivre plusieurs masters en management de l’immobilier. L'accès à cette formation se fait après le bac ou bac + 2 ou bac + 3.

L'ICH, Institut d'études économiques et juridiques appliquées à la construction et à l'habitation délivre un certificat de spécialiste des techniques juridiques et économiques de l’immobilier de niveau bac + 4 / bac + 5. L'admission se fait après le bac.

A bac + 6, il est envisageable de préparer un mastère spécialisé, comme par exemple, le MS maîtrise d'ouvrage et gestion immobilière (ESTP).

Les agences immobilières recrutent des négociateurs immobiliers. Les directions immobilières des entreprises possédant des biens immobiliers, notamment les grands groupes d'assurances, font également appel aux services des négociateurs.

Les promoteurs constructeurs embauchent eux aussi des négociateurs immobiliers. Ces derniers se chargent de trouver des acquéreurs " sur plan ", dès le début de la construction de maisons ou d'immeubles.

Pour aller plus loin

Négociateur immobilier, agent immobilier : quelle différence ?

L'agent immobilier emploie souvent un ou plusieurs négociateurs immobiliers dans son agence.
Le négociateur n'a donc pas forcément besoin de la carte professionnelle d'agent immobilier, mais d'une simple habilitation délivrée par l'agent immobilier et validée par la Préfecture. Selon son statut (indépendant, VRP ou salarié), le négociateur a des droits et des obligations qui diffèrent : permanence ou non à l'agence, rédaction ou non d'actes, taux de commission variables, etc.
De son côté l'agent immobilier, officiellement mandaté pour effectuer des transactions par ses clients, est obligatoirement détenteur de la carte professionnelle "transactions".

Voir la fiche détaillée.

Agent immobilier / Agente immobilière

Lors d'une transaction immobilière, l'agent immobilier intervient en tant qu'intermédiaire entre un vendeur et un acheteur ou un propriétaire et un locataire. Il n'achète ni ne vend pour son compte personnel. Il prospecte sans cesse de nouveaux biens (appartements, immeubles, fonds de commerce, terrains, maisons individuelles, bureaux) à vendre ou louer, les estime, conseille ses clients, les informe sur les lois et règlements en vigueur en matière d'immobilier.

Une grande disponibilité et une organisation sans faille sont indispensables car l'agent immobilier doit sans cesse jongler avec un agenda chargé et des rendez-vous dans tout son secteur de prospection. Sa mission étant avant tout commerciale, elle implique le sens de la diplomatie et de la négociation. Enfin, pour bien comprendre ce que recherchent vraiment les clients, l'agent immobilier doit être à leur écoute et attentif à leurs besoins.

Pour exercer en tant qu'agent immobilier, vous devez posséder la carte professionnelle « transactions sur immeubles et fonds de commerce ». Elle est délivrée par la Préfecture de police sous certaines conditions de diplômes (bac + 3 dans le domaine juridique, économique ou commercial ; bac + 2 dans l'immobilier, etc.) ou d’expérience professionnelle.

Après un premier diplôme dans les secteurs de l'assurance, de la banque, du commerce ou du secrétariat, vous pouvez préparer un BP professions immobilières, en 2 ans, à Nice et Cannes. Ce diplôme donne un niveau bac.

Plus généralement, ce sont les diplômés à bac + 2 qui sont recherchés : BTS professions immobilières ; BTS négociation et relation client (NRC) ; BTS management des unités commerciales (MUC) ; DUT carrières juridiques ; diplôme supérieur d'administrateur de biens (Lyon 3) ; etc.

Accessible après un bac + 2, les licences professionnelles vous permettent de vous spécialiser. On peut citer, entre autres, la licence pro management et droit des affaires immobilières (Paris Est Marne-la-Vallée), management et gestion du patrimoine immobilier et mobilier (Evry-Val-d’Essonne).

Pour des postes avec des fonctions commerciales à responsabilité, un diplôme bac + 5 est souhaitable.

A l'université, de nombreux masters professionnels dans le domaine du droit et de la gestion immobilière sont principalement accessibles à partir d'une licence mention droit, par exemple le master pro spécialité droit immobilier et de la construction (Panthéon Assas) ; spécialité droit du financement et des investissements immobiliers (Cergy-Pontoise) ; spécialité ingénierie immobilière (Paris Est Créteil Val-de-Marne) ; etc.

Par ailleurs, des écoles spécialisées et privées préparent à des diplômes dans le domaine de l'immobilier.

Enfin, il faut aussi noter que les grands noms de l'immobilier possèdent leurs propres écoles pour former leurs collaborateurs.

Les réseaux d'agences immobilières proposent des postes aux agents immobiliers débutants.

Les petites agences indépendantes peuvent également offrir des opportunités.

Un agent immobilier peut se spécialiser dans une catégorie de transactions, par exemple la vente de fonds de commerce (pharmacies, boulangeries, restaurants).

Pour aller plus loin

Comment ouvrir une agence immobilière ?

En tant que personne physique, il faut d'abord remplir un dossier de demande d'immatriculation au greffe du Tribunal de commerce ou y déposer les statuts de sa société.

Ensuite, il faut obligatoirement souscrire une garantie financière et une assurance responsabilité civile professionnelle (RCP).
La garantie financière assure aux clients la restitution des fonds déposés dans l'agence. Fixée en fonction de l'exercice civil précédent, cette garantie financière s'élève à 110 000 euros minimum pour les professionnels encaissant des fonds (30 000 euros seulement pour ceux qui n'en encaissent pas). Cette garantie augmente ensuite par tranche de 20 000 euros, selon le chiffre d'affaires de l'entreprise.
De son côté, l'assurance RCP couvre les risques liés à l'exercice de la profession (dommages corporels, matériels, immatériels, incorporels, vol, abus de confiance).

Enfin, il faut obtenir la carte professionnelle portant la mention des activités exercées (transactions sur immeubles et fonds de commerce, gestion immobilière, marchand de listes) auprès de la Préfecture du département où est situé le siège de la société.

Voir la fiche détaillée.

Notaire

La négociation immobilière tient une place très importante dans le quotidien du notaire : elle représente près de la moitié de son activité. En matière d'immobilier, le notaire conseille les futurs acquéreurs, examine la meilleure façon d'acheter compte tenu de la situation familiale, matrimoniale et professionnelle de ces derniers, prépare le dossier et rédige les actes indispensables à la vente.

De grandes qualités d'écoute, de la psychologie et une extrême rigueur sont indispensables pour exercer ce métier. Le notaire doit également faire preuve d'une parfaite discrétion (il est d'ailleurs tenu au secret professionnel) et savoir négocier pour arriver à accorder les intérêts des différentes parties.

Pour préparer le diplôme de notaire, ivous devez déjà avoir validé un master 1 en droit (bac + 4).

Deux voies vous permettent alors d'accéder en 3 ans au diplôme de notaire : la voie universitaire et la voie professionnelle (bac + 7). Elles sont coordonnées par le Centre national de l'enseignement professionnel notarial (CNEPN).

A l'université, la 1re année est consacrée au M2, c'est-à-dire à un master professionnel (bac + 5) en droit notarial, qui constitue la première étape vers l'obtention du diplôme supérieur du notariat et l'accès aux fonctions de notaire. On peut citer les masters pro spécialité droit notarial proposés dans un grand nombre d’universités franciliennes : Dauphine, Panthéon-Sorbonne, Panthéon Assas, Paris-Descartes, Paris Ouest Nanterre La Défense, Paris Sud, Paris-Est Créteil Val-de-Marne).

Les 2e et 3e années consistent en un stage professionnel rémunéré complété d'un enseignement, dispensé par un centre régional de formation professionnelle notariale et par une université (ayant passé convention avec le CNEPN).
A la fin du stage, la soutenance d'un mémoire permet d'obtenir le diplôme supérieur de notariat (DSN).

De son côté, la voie professionnelle vous permet - toujours après un master 1 en droit - d'entrer sur concours dans un centre régional de formation professionnelle notariale.

La 1re année, on prépare le DAFN, diplôme d'aptitude aux fonctions de notaire.

Les 2e et 3e années, il faut suivre un stage professionnel rémunéré dans un office notarial.

Seuls le DSN ou le DAFN obligatoirement complété par le certificat de stage, autorisent à présenter une requête à la Chancellerie pour une nomination.

Les jeunes diplômés sont le plus souvent recrutés à l'issue du stage qu'ils doivent effectuer dans une étude pendant leur formation.

La France compte aujourd'hui près de 8 400 notaires en exercice. Chaque année 400 jeunes diplômés sortent de formation pour renouveler la profession.

Toute vente en France passant par le notaire, le marché potentiel est donc large et les débouchés sont assurés.

Voir la fiche détaillée.

Aller à la page précédente
Page :123456
Aller à la page suivante