Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Gérard Duval

Président de l'UNAT Ile-de-France, Paris (75)
Date de l'interview : 01/03/2008

Dans le domaine des vacances enfants, les animateurs et les organisateurs de colonies sont très demandés.

Président de l'Union nationale des associations de tourisme d'Ile-de-France, Gérard Duval nous présente les missions de cette union qui représente 60 associations de tourisme au niveau francilien.

Quel est le rôle de l'UNAT et plus particulièrement de l'UNAT Ile-de-France ?

L'UNAT est l'Union nationale des associations de tourisme, association créée en 1920 et reconnue d'utilité publique. Elle regroupe les professionnels associatifs du tourisme et a pour vocation principale d'oeuvrer pour le droit aux vacances pour tous.
En tant que représentation dans la Région parisienne de l'UNAT nationale, nous assurons 4 missions principales : la représentation du secteur du tourisme associatif à vocation sociale auprès des pouvoirs publics ; la promotion des produits de ses membres ; la proposition d'actions de formation pour les associations et la contribution à leur mise en réseau dynamique ; enfin la mise en oeuvre ou la participation à des dispositifs d'aides au départ en vacances.
Par exemple, nous travaillons en relation avec les collectivités territoriales. Notre association est d'une part un relais d'information sur l'activité et l'offre des associations, et d'autre part force de propositions pour la mise en oeuvre de partenariats ou opérations.

Quelles activités touristiques proposent les membres de l'UNAT Ile-de-France ?

En Ile-de-France, l'UNAT regroupe 60 associations qui proposent soit du tourisme dit « émetteur » avec des vacances pour les franciliens en France ou à l'étranger, soit du tourisme dit « réceptif » pour l'accueil des touristes en Ile-de-France ou les loisirs des franciliens.
Six principaux domaines d'activités sont ainsi identifiés : les vacances familiales (villages de vacances), les vacances d'enfants (séjours de vacances et classes de découverte), les vacances de jeunes (centres d'accueil en région parisienne), les vacances adaptées (séjours adaptés ou en intégration pour les personnes handicapées), les voyages et enfin les nouvelles formes de tourisme (dont le tourisme dit « participatif » qui s'appuie sur les habitants des quartiers pour faire découvrir la ville).

Qu'entendez-vous par "politique sociale du tourisme et des vacances" ?

La politique sociale du tourisme vise à n'exclure aucun public des vacances et s'appuie sur une démarche de mixité sociale. L'accès aux vacances est un droit depuis 1936, l'affirmation du « droit aux vacances pour tous » revient de manière récurrente et notamment dans la loi du 29 juillet 1998 relative à la lutte contre l'exclusion. Mais la réalité n'est pas toujours en adéquation avec les dires théoriques.

Quel est le poids économique des associations de tourisme ?

Au niveau national, l'UNAT regroupe 57 membres nationaux et près de 550 membres régionaux (associations, unions, fédérations), acteurs de tourisme social et associatif en 2008. Le chiffre d'affaires cumulé des membres nationaux de l'UNAT, s'élevait en 2005 à 1 467 milliards d'euros et totalisait 12 070 emplois équivalents temps plein annuels, 6 000 saisonniers, 942 équipements (hors centres de vacances et de loisirs), 174 900 lits (hors centres de vacances et de loisirs) et près de 5 millions de personnes accueillies !

Comment développez-vous une telle politique notamment au sein de la Région Ile-de-France ?

La Région Ile-de-France est la première destination touristique française. Elle est aussi le territoire le plus peuplé avec plus de 11 millions d'habitants. Sur la base de la moyenne nationale (40 % de non partants), ce sont près des 4,5 millions de personnes qui ne partent pas en vacances. L'UNAT Ile-de-France a donc attiré l'attention des pouvoirs publics sur cette réalité et contribué à la réalisation d'un état des lieux régional de l'ensemble des aides et dispositifs existants, visant à faciliter le départ en vacances, auprès des acteurs concernés que sont les caisses d'allocations familiales, conseils généraux, collectivités, professionnels du tourisme, etc. Suite à ces préconisations, la Région Ile-de-France a proposé un dispositif de départ en vacances pour les familles démunies. Nous avons assuré sa mise en place pour l'année 2007 : ce sont ainsi plus de 600 familles, soit plus de 2 000 personnes, qui ont pu partir en vacances.
Pour l'accueil des jeunes touristes, nous avons réalisé pour le compte notamment du Comité régional du tourisme d'Ile-de-France et du Conseil régional, une étude sur le parc des hébergements accueillant les jeunes (18-25 ans) et sur les besoins de création et de réhabilitation de ces structures associatives. Ces jeunes touristes sont un des segments de clientèle qui partent le moins, faute de moyens financiers.

Quels sont les métiers les plus représentés au sein des 60 associations composant votre association ?

Les métiers les plus représentés, parmi ces associations, sont dans le domaine du tourisme réceptif (villages vacances, centres d'accueil de jeunes) : les fonctions de directeur de structure d'accueil, de responsable d'hébergement, de responsable d'animation et d'agent d'accueil. Dans les associations gestionnaires de villages vacances, les agents de réservation et les commerciaux sont particulièrement représentés.
Concernant les vacances enfants, les animateurs et des organisateurs de colonies sont très demandés. Enfin certaines associations forment au BAFA (brevet d'aptitude aux fonctions d'animateur de centre de vacances et de loisirs) et au BAFD (brevet d'aptitude aux fonctions de directeur d'accueils collectif de mineurs).