Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Ludovic Broquier

Apprenti gouvernant à l'EPMTTH, Paris (75)
Date de l'interview : 01/12/2007

Dans le secteur hôtelier haut de gamme, on peut prendre le temps d'offrir de la qualité et un service plus personnalisé.

Ludovic Broquier entame sa 7e année de formation en apprentissage à l'Ecole de Paris des métiers de la table, du tourisme et de l'hôtellerie (EPMTTH) ! Zoom sur son parcours...

Vous avez décidé, très jeune, de vous former en hôtellerie-restauration ?

En effet, après la classe de 4e, j'ai suivi une année de préapprentissage à l'EPMTTH afin de découvrir la diversité des métiers de l'hôtellerie-restauration, de préciser la formation qui me conviendrait et, aussi d'attendre d'avoir 16 ans pour entrer en apprentissage. Depuis 3 générations, ma famille travaille dans ce secteur, et je n'échappe pas à la règle ! Je me suis vite aperçu que je n'avais pas d'aptitude pour la cuisine et que j'aimais prendre mon temps pour réaliser un travail soigné.

Quels diplômes avez-vous préparé ?

J'ai commencé par un CAP services hôteliers. Je travaillais en tant qu'apprenti valet de chambre dans un hôtel Ibis (300 chambres). Je m'occupais du service d'étage, préparais les petits déjeuners et faisais les chambres. Au bout des 2 ans de formation, je remplaçais même le gouvernant général pendant ses congés !
Je suis resté dans la même entreprise pour préparer en 1 an le BEP métiers de la restauration et de l'hôtellerie (option production de services) en tant qu'apprenti serveur au restaurant de l'hôtel. Là aussi je me suis beaucoup impliqué et j'ai rapidement occupé les fonctions d'apprenti chef de rang. J'ai ensuite travaillé dans ce restaurant. Mais au bout d'un an, j'ai eu envie de reprendre mes études. Je me suis préparé au bac techno hôtelier tout en étant apprenti dans un hôtel château 4 étoiles à un poste de serveur au restaurant. J'ai malheureusement échoué au bac dans les matières générales et me suis inscrit au BP gouvernant qui donne aussi un niveau IV (bac). J'ai en effet eu envie, à nouveau, de travailler au service d'étage d'un hôtel. Le haut de gamme convient, de plus, très bien à mon côté perfectionniste.

Quelles sont vos activités au quotidien ?

Je travaille sous la responsabilité d'un unique 1er gouvernant, car l'hôtel ne compte que 95 chambres. Le matin, je prends la liste de chambres à la réception et procède au "dispaching" (répartition) du travail auprès des 8 femmes de chambres. Après quelques consignes, je leur remets leur feuille de route pour la journée. J'effectue de nombreuses tâches administratives (feuilles de présence du personnel, déclaration à l'URSAFF des extras, récapitulatif de l'occupation des chambres à destination du service d'étage, récapitulatif des factures pour la comptabilité). Je transmets des informations au service technique (électricité, plomberie). Je participe aux réunions des chefs de service. Le travail d'équipe est ici très présent. Je contrôle les chambres dans les étages et cette activité représente 80 % de mon temps. Je dois veiller à ce que le nettoyage et la préparation des chambres soient conformes au standard de l'hôtel. Nous avons des meubles en bois, du marbre et de la faïence qui sont très délicats à nettoyer. Un client ne doit jamais sentir la présence de celui qui l'a précédé ! J'ai aussi un contact direct avec la clientèle, avec le service pressing.

Quelles qualités exige le métier de gouvernant ?

Ce métier exige une grande rigueur, le respect de la clientèle, et d'avoir le sens de la propreté. Il faut être maître de maison. Notre contact avec la clientèle est indirect mais néanmoins très important. Il faut aussi être disponible car on ne sait jamais à quelle heure on finit.

Quelles sont vos projets ?

Après mon BP, je souhaite travailler. J'aimerais continuer à exercer dans le secteur hôtelier haut de gamme, qui exige davantage de rigueur et que je trouve moins stressant : on peut prendre le temps d'offrir de la qualité et un service plus personnalisé. J'aimerais, par exemple, travailler dans un 5 étoiles à l'étranger. Pour cela, j'ai misé sur l'anglais au CFA.

Auriez-vous des conseils à donner à des jeunes intéressés par le métier de gouvernant ?

C'est un métier d'action. Il ne faut pas y aller à reculons mais au contraire se donner à fond. Cette profession offre beaucoup de contacts avec les autres car un hôtel est un lieu de vie. Mais il faut savoir que le métier de gouvernant est un métier de l'ombre et l'accepter.