Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

domaine

Les métiers des mathématiques

Domaines : Commerce - Immobilier, Economie – Gestion - Finance, Enseignement - Recherche, Industries, Informatique - Télécoms - Internet
Janvier 2011
Voir le dossier complet

Panorama du secteur

Les études de mathématiques ne mènent pas seulement à l'enseignement et à la recherche. Elles débouchent aussi sur une large variété de métiers présents dans de nombreux secteurs d'activité.

Comment vont les maths ? « Elles ne se sont jamais aussi bien portées ! » répond Cédric Villani, l’un des deux mathématiciens français lauréats de la médaille Field 2010, dans un entretien accordé au Journal du CNRS en juin 2010. Pour ce chercheur curieux de tout, pas de doute, les mathématiques sont partout et servent à tout : « à écrire les lois de la nature, à concevoir des inventions, à comprendre ce qui se passe chaque fois qu’on utilise son portable ou qu’on fait bouillir de l’eau ».

Les maths au service des autres sciences

Dans ces conditions, il n’est pas surprenant que les études de mathématiques débouchent sur une grande palette de métiers présents dans pratiquement tous les secteurs d'activité.

Selon une étude publiée en 2010 par l’APEC (Agence pour l’emploi des cadres), 4 diplômés en mathématiques et mathématiques appliquées sur 5 travaillent en entreprise.

On pense, en premier lieu, au secteur de la finance, où les outils mathématiques sont devenus déterminants. Ils contribuent activement au développement des marchés financiers et à l'élaboration des stratégies économiques des organismes financiers.

Les mathématiques sont omniprésentes également dans l'industrie, l'aérospatiale, l'imagerie médicale, la géologie, etc. Elles fournissent des outils et un langage efficace, permettent d'élaborer des modèles pour mieux comprendre les phénomènes complexes qui nous entourent. Elles jouent aussi un rôle important dans la conception et le développement des nouveaux objets et services qui facilitent notre vie : ordinateur, téléphone mobile, prévisions météorologiques, cartes à puces, GPS, etc.

Les maths s'invitent même dans des secteurs où on ne les attend pas, comme par exemple le sport, où elles aident à optimiser les performances des athlètes de haut niveau.

Si les mathématiques sont au coeur même de certains métiers, de nombreuses autres professions - des techniciens aux cadres – s’appuient sur des compétences mathématiques. Le métier d'ingénieur, par exemple, nécessite un bon niveau en maths pour maîtriser les concepts scientifiques et techniques. Les mathématiques jouent aussi un rôle clé dans l'analyse de données statistiques et l'interprétation des graphiques, et plus encore dans les modélisations (qui s'appuient sur l'analyse des probabilités et aussi sur des méthodes algébriques ou géométriques).

En plus de connaissances théoriques et techniques, les études de mathématiques permettent aux étudiants d'acquérir de la rigueur, une capacité d'abstraction et de l'autonomie, qui sont autant de compétences recherchées par les recruteurs.

Une insertion facile

Globalement, les jeunes diplômés en mathématiques s'insèrent facilement dans le monde du travail. 95 % des étudiants de niveau bac + 5 trouvent un emploi dans la première année suivant l’obtention de leur diplôme de mathématiques, contre seulement 80 % de ceux ayant suivi des études universitaires dans une autre discipline.

Les domaines de la R & D (recherche et développement) et de l'informatique au sein des entreprises industrielles et des services sont particulièrement porteurs. Les industries de haute technologie (énergie, recherche pétrolière, chimie, etc.) ont également des besoins importants dans le domaine des mathématiques.

De même, le secteur du conseil et de l'ingénierie (instituts de sondage, sociétés de conseil, SSII…), où la mobilité est importante, offre aujourd'hui de grandes possibilités d'embauche aux ingénieurs en mathématiques appliquées, qui sont chargés de concevoir et d'exploiter des bases de données.

De manière générale, de nombreuses entreprises embauchent des spécialistes des mathématiques ayant une bonne connaissance de l'informatique (génie logiciel).

En raison des départs à la retraite, importants chez les ingénieurs, les besoins en mathématiciens iront croissants dans les prochaines années. La crise de vocation pour les filières scientifiques n'épargnant pas les mathématiques, certains secteurs pourraient même rencontrer des difficultés à trouver les profils dont ils ont besoin.

La voie de l’enseignement et la recherche

L’entreprise n’est cependant pas le seul terrain d’expression des forts en maths. La fonction publique, enseignement et recherche en tête, garantissent également de belles carrières aux mordus d’intégrations et de théorèmes.

Les métiers d'enseignant-chercheur et de chercheur au CNRS offrent toutefois très peu de postes, comparés à l'enseignement des mathématiques dans le secondaire : on dénombre en effet 3 240 enseignants-chercheurs en maths et 355 chercheurs au sein des laboratoires de mathématiques du CNRS, contre 45 400 profs de maths de collège ou de lycée (source : Education nationale, année scolaire 2009-2010).

De toutes les disciplines, ce sont les mathématiques qui offrent le plus grand nombre de postes aux concours de l’Education nationale : pour la session 2011, 950 postes au CAPES et 288 postes à l’agrégation !

Repère 
46 % des profs de maths du secondaire sont des femmes. En revanche, le taux de féminisation des autres métiers des mathématiques est beaucoup moins élevé. C'est de ce constat et de la volonté d'y remédier qu'est née, en 1987, l'association Femmes et mathématiques. Réunissant près de 200 mathématiciennes, elle mène des réflexions, organise des rencontres, publie des documents pour promouvoir les femmes dans le milieu mathématique et encourager la présence des filles dans cette filière.


En dehors de l’enseignement, la fonction publique recrute régulièrement des diplômés en mathématiques. Parmi les structures les plus ouvertes, on peut citer l’INSEE (Institut national de la statistique et des études économiques), les ministères des Transports, de la Santé ou encore de l’Economie, les collectivités territoriales, etc. Statistiques et modélisation mathématique sont en effet de précieux outils d’aide à la décision pour l’élaboration des politiques publiques.

Aller à la page précédente
Page :1234567
Aller à la page suivante