Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Katia Hamzaoui

Apprentie au CFA propreté INHNI, Villejuif (94)
Date de l'interview : 01/10/2007

Il ne faut pas se laisser influencer par l'image souvent négative ou peu attractive du secteur de la propreté.

Après une année décevante à la fac, Katia Hamzaoui a choisi de se former dans le secteur de la propreté en préparant un BTS puis un titre certifié de responsable de service hygiène et propreté.

Quel est votre parcours de formation ?

Après un bac S profil SVT, je me suis inscrite à l'université en sciences de la vie, mais très vite je m'y suis sentie anonyme et sans projet. Afin de me réorienter efficacement, je me suis documentée de manière approfondie sur les formations et l'emploi. J'ai arrêté mon choix sur le BTS hygiène propreté et environnement car ce diplôme me permettait d'entrer rapidement dans la vie active dans un secteur diversifié et porteur. Je pouvais aussi continuer à me former.

Pourquoi avoir opté pour l'alternance ?

Par rapport au flou dont j'avais souffert à la fac, ce choix est apparu comme une évidence avec la possibilité d'acquérir d'emblée 2 précieuses années d'expérience. Bien sûr, le rythme est soutenu. La première année est la plus difficile : il faut faire de gros efforts d'adaptation pour passer, toutes les 2 semaines, d'un univers à un autre. Le monde professionnel est très éloigné de celui de l'école. Cela suppose une certaine maturité.

Vous a-t-il été difficile de trouver une entreprise d'accueil ?

J'ai d'abord bénéficié de l'appui logistique du CFA (aide à la rédaction de CV, techniques de recherche d'emploi, libre accès à Internet et au téléphone, mise à disposition d'un listing de 50 entreprises partenaires), puis de la mise en relation directe avec 3 DRH, ce qui a beaucoup facilité la signature de mon contrat d'apprentissage.

Pouvez-vous nous parler de ce premier poste ?

J'ai signé avec une entreprise de nettoyage industriel spécialisée dans le secteur de la santé (hôpitaux, cliniques, maisons de retraite, foyers pour handicapés...). Ici le mot hygiène prend tout son sens. Mon rôle consistait à organiser, voire à réorganiser le travail du personnel sur les différents sites d'exploitation (quantification du travail, recrutement, rééquilibrage des postes, établissement des fiches de postes...). Il me fallait manager des personnes plus âgées que moi, ayant parfois 30 ans de pratique ! Il n'est pas toujours facile de leur dire comment travailler vite et mieux.

Après le BTS, vous avez finalement opté pour une poursuite d'études ?

Oui, je n'étais pas saturée et puis le titre certifié niveau II de responsable de service hygiène et propreté, pour lequel j'ai opté, s'inscrit dans la suite logique du BTS. Très opérationnel, il est très demandé par les entreprises.
Je suis restée dans la même entreprise mais au service chiffrage (devis, appels d'offre). Ce travail plus en amont me permet d'approcher une autre facette du secteur. Pour pouvoir chiffrer un devis, il faut, de toute façon, connaître le terrain.

Pouvez-vous nous raconter une journée-type en entreprise ?

Je reçois les appels d'offres, j'analyse leur faisabilité, je visite les sites pour faire une proposition chiffrée qui réponde aux exigences réelles du client puis j'établis les devis. Le service commercial prend ensuite le relais pour vendre les propositions qui sont mises en concurrence avec celles d'autres entreprises.

Quelles sont les qualités requises pour réussir ?

Je pense qu'il faut être autonome, disponible, sérieux et organisé pour réussir dans ce secteur à des postes d'encadrement. Avoir le sens du relationnel avec les clients et les salariés est, par ailleurs, indispensable.

Comment voyez-vous votre avenir professionnel ?

Apprentie depuis 3 ans dans la même entreprise, j'y suis à l'aise et souhaite y rester. J'ai encore à apprendre. J'ai eu la chance de me voir confier rapidement des responsabilités par le maître d'apprentissage. Idéalement le poste que je vise inclurait la recherche qualité sur le terrain et un travail en agence sur les procédures qualité, les techniques de travail (formalisation, recherche de nouveaux produits).

Qu'aimez-vous dans ce travail ?

Ce travail donne la possibilité d'exercer dans des milieux très différents : hôtels de luxe, aéroports, hôpitaux, industries...) et n'est jamais répétitif. Il comprend des aspects multiples : gestion humaine mais aussi budgétaire.

Quels conseils donneriez-vous à d'autres jeunes ?

Je les inviterais à ne pas se laisser influencer par l'image souvent négative ou peu attractive du secteur de la propreté et de se faire leur propre opinion en se documentant. Je considère que c'est un secteur diversifié (santé, agroalimentaire, nucléaire...), porteur d'emplois (commerce, gestion, sécurité, qualité...), très évolutif (de nouvelles techniques et matériels voient le jour), exigeant (de réelles compétences sont requises) et incontournable (car indispensable à la vie des entreprises). En tant qu'apprentis, ils devront veiller à se voir confier des tâches en rapport avec la formation suivie. Le CFA reste de tout façon vigilant en visitant les entreprises 2 fois par an.