Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

domaine

Les métiers de la propreté et de l'hygiène

Domaine : Environnement - Aménagement - Propreté
Dernière mise à jour : 03/10/2012

Méconnu et souvent jugé peu attractif, le secteur de la propreté se situe pourtant en tête des métiers du service.

Replier le dossier

Introduction

Le secteur de la propreté offre de réelles opportunités d'emplois évolutifs à des jeunes, du niveau CAP à bac + 5 : de l'agent qualifié en ultrapropreté au poste de manager chargé du développement commercial. De même, les activités de gestion des déchets et des eaux usées recrutent en permanence.

Un site à découvrir

Les métiers de la propreté et des services associés disposent d'un site sur lequel vous pouvez y découvrir un panorama des métiers, la présentation des formations, des interviews de professionnels, des dossiers thématiques :

http://www.itineraire-proprete.com

Le secteur de la propreté et de l'hygiène, pris dans son ensemble, emploie plus de 600 000 personnes en France dans 2 grandes familles d’activité : le nettoyage d’une part, la gestion des déchets et des eaux usées de l’autre.

En dépit du contexte économique difficile, les entreprises continuent à recruter. Si les agents sans qualification restent les plus nombreux, la filière se professionnalise et constitue une opportunité pour les jeunes diplômés.

Panorama du secteur

La Propreté est une activité de service aux entreprises et aux collectivités. Les entreprises de propreté interviennent dans des environnements très diversifiés : bureaux, immeubles d’habitation, commerces, hôpitaux, usines, établissements scolaires, hôtels, etc.

Les entreprises de propreté assurent 3 catégories d’activité : le nettoyage classique, le nettoyage spécialisé et les services associés :

  • Le nettoyage classique (nettoyage de bureaux, de commerce, d'immeubles d'habitation), qui constitue le métier de base. Cette activité représente 70 à 80 % des activités des sociétés de propreté ;

  • Le nettoyage spécialisé (nettoyage dans le secteur de la santé, de l'agroalimentaire, de la restauration, du nucléaire), qui représente 10 à 15 % des activités des entreprises ;

  • Depuis plusieurs années, les entreprises de propreté élargissent leur offre commerciale en proposant des services associés. Elles prennent en charge notamment la gestion du courrier, la gestion des stocks déménagements internes, la  préparation des salles de réunion, l’entretien technique du bâtiment et des espaces verts, etc.

Les missions sur les sites industriels, tout comme sur les sites hospitaliers, demandent, en outre, de suivre des protocoles très stricts pour le nettoyage et la désinfection. On parle alors d'ultrapropreté et de bionettoyage.

Selon la FEP, Fédération des entreprises de propreté et services associés, on dénombre en France 19 600 entreprises de propreté, employant environ 428 400 salariés.

Entre 2000 et 2009, le secteur a connu une croissance constante et ses effectifs ont pratiquement doublé. Mais il est aujourd’hui  touché de plein fouet par la crise et depuis 2009 et la tendance s’inverse. Les entreprises qui ont su miser sur le développement de services associés semblent mieux armées contre la crise.

Des missions chez le client

Agent de propreté, laveur de vitre spécialisé en travaux en hauteur, agent de propreté hospitalier, agent qualifié en ultra-propreté, chef de site, chef d'agence... Au total, 13 métiers sont classifiés au sein du secteur de la propreté.

Ces professions, quel que soit leur niveau de qualification, ont toutes pour point commun de se dérouler principalement chez le client, ce qui suppose de l'autonomie, de la mobilité et un bon relationnel de la part de l'ensemble des intervenants.

74 % des employés travaillent à temps partiel (22 h en moyenne). Pour joindre les 2 bouts, de nombreux salariés sont contraints de cumuler plusieurs employeurs.

Si le secteur emploie une majorité de personnes sans qualification (61 % des salariés n'ont pas de diplôme), il tend à se professionnaliser. Une filière diplômante, du CAP à bac + 5, a été créée, permettant aux agents de posséder une expertise adaptée aux normes liées à l'hygiène et à l'environnement.

Repère

Plus d’un tiers des salariés du secteur de la Propreté exercent en Ile-de-France. La Région concentre à elle sur 25 % des entreprises de la branche (3 000 établissements environ). Les femmes représentent un peu plus de la moitié des effectifs. Près de 9 salariés sur 10 sont des ouvriers non qualifiés.

Traitement des déchets : les collectivités locales principaux employeurs

Rendre un endroit propre, c'est aussi assurer la prise en charge des déchets (ordures ménagères, eaux usées, etc.), de leur ramassage jusqu'à leur recyclage, leur incinération ou leur traitement.

La gestion des déchets représente, selon le ministère du Développement durable, environ 200  000 emplois en France, presque également répartis entre déchets et eaux.

Les collectivités territoriales (municipalités, communautés de commune, etc.) sont les principaux employeurs de secteur. Elles embauchent des profils très variés, allant du technicien de station d'épuration aux ingénieurs responsables des politiques d'environnement.

Longtemps caractérisée par une forte proportion de postes pas ou peu qualifiés, la filière déchets s’est en effet professionnalisé. L’industrialisation récente du secteur a permis le développement d’emplois hautement qualifiés, tant sur le plan de l’organisation que sur des missions d’ingénierie ou de recherche de nouvelles solutions industrielles.

En dépit des débouchés qu'il offre, le secteur du traitement des déchets, comme celui de la Propreté, attire encore peu les jeunes. Les entreprises rencontrent des difficultés à recruter, notamment pour les postes à responsabilité.

Repère

Les éco-activités en Ile-de-France représentent déjà plus de 18,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires (soit près de la moitié du CA en France) et 128 000 emplois1. L'Ile-de-France concentre à elle seule 23 % des emplois liés à la gestion et au traitement de l'eau et de déchets.

(1) Source Agence régionale de développement, 2010.

Nettoyer, laver, entretenir

Les besoins en personnel de nettoyage, parfois hautement qualifié, intéressent tous les secteurs de l'économie, cette activité de service ne pouvant être ni délocalisée, ni totalement automatisée.

Agent d'entretien et de rénovation / Agente d'entretien et de rénovation

L'agent d'entretien et de rénovation en propreté intervient ponctuellement pour remettre en état les sols de certains lieux : bureaux, parkings, écoles, logements, etc.

Il utilise pour cela tout du matériel industriel adapté (monobrosse ou un injecteur-extracteur) et applique les méthodes de remise en état : détachage, décapage, injection-extraction...

Si aucun diplôme n'est exigé, il vous est recommandé d'être titulaire d'un CAP maintenance et hygiène des locaux, qui s'obtient en 2 ans après la 3e.

La profession a également créé un CQP (certificat de qualification professionnelle) agent d'entretien et de rénovation en propreté, qui facilitera votre insertion.

Agent de nettoyage avion / Agente de nettoyage avion

L'agent de nettoyage avion assure au sein d'une équipe le nettoyage complet d'un avion. Il s'occupe de l'"armement" (savons, papier toilette, etc.), du nettoyage des cabines et des postes de pilotage. Il se charge de l'entretien et du reconditionnement des produits de confort tels que les couvertures, les oreillers, les casques et les trousses d'agrément pour les enfants ou les classes affaires.

Aucune formation spécifique n'est demandée pour ce métier. Une formation interne est assurée, elle porte sur les bonnes pratiques, les règles d'hygiène et de sécurité à appliquer.

Cependant, vous devez être en bonne condition physique, être soigneux et rigoureux et savoir respecter les procédures mises en place. Vous devrez être autonome dans les activités qui vous sont confiées, tout en sachant travailler en équipe.

Le travail s'effectue dans la cabine des avions sur les aires de stationnement sous douane, dans des sociétés d'assistance spécialisées dans le nettoyage avion.

Le permis B peut s'avérer utile compte-tenu des horaires décalés.

Par ailleurs, le travail en zone réservée nécessite l'obtention d'un titre d'accès obtenu par le Préfet. Votre casier judiciaire doit être vierge.

Agent de propreté / Agente de propreté

Il est chargé d'exécuter des activités de nettoyage et d'entretien courant dans le respect de consignes d'hygiène et de sécurité. Selon les lieux (bureaux, galeries, centres commerciaux, etc.), il utilise des machines (monobrosses, autolaveuses, shampouineuses), des matériels et produits de nettoyage (détergents, désinfectants) variés, qui diffèrent de ceux utilisés pour le ménage domestique.

Ce travail nécessite une certaine autonomie et peut être accessible à des personnes sans qualification qui bénéficieront d'une formation de la part de l'entreprise d'accueil. Le CAP maintenance et hygiène des locaux est cependant la formation la plus adaptée pour occuper ce poste de travail et envisager une évolution professionnelle.

Les postes sont majoritairement en CDI, mais à temps partiel. Vous pouvez avoir plusieurs employeurs pour arriver à l'équivalent d'un temps plein.

Avec de l'expérience et une formation complémentaire, un agent pourra accéder à des postes soit plus techniques (ultrapropreté), ou offrant de plus grandes responsabilités (chef d'équipe, chef de site).

Agent de propreté en service hospitalier / Agente de propreté en service hospitalier

agent_de_service_hospitalier_383x209.jpgL'agent hospitalier participe au bien-être et au confort des patients. Il nettoie les chambres, les couloirs, les bureaux dans un hôpital, une maison de retraite ou de cure. Il assure la désinfection, la décontamination, le bionettoyage des blocs opératoires (destruction des virus et bactéries). Dans le milieu médical, la propreté et l'hygiène sont vitales puisque la réduction des infections nosocomiales (c'est-à-dire contractées à l'hôpital) dépend largement de leur respect.

Le métier d'agent de service hospitalier demande rigueur et précision dans chaque geste. Polyvalent et autonome également, ce professionnel doit travailler chaque jour en fonction d'un planning défini, qui l'amène à accomplir des missions variées (nettoyage, mais aussi préparation des lits, distributions des repas, etc.).

Agent de service hospitalier est un métier que vous pouvez exercer sans diplôme.

Cependant, le CAP maintenance et hygiène des locaux vous prépare aux métiers d'agent de service hospitalier ou d'agent qualifié en désinfection et bio-nettoyage.

Avec un bon dossier, vous pouvez préparer le bac pro hygiène et environnement en 3 ans après la 3e ou en 2 ans après le CAP. Le bac pro vous permet d'exercer rapidement des fonctions d'encadrement.

Toujours avec un très bon dossier ou une mention au bac, une poursuite d’études est envisageable en BTS hygiène propreté environnement. Etre titulaire de ce diplôme permet d’accéder directement à une fonction de responsable de secteur.

Les hôpitaux publics et les cliniques privées sont les principaux employeurs.

Les maisons de retraite et les instituts de cure recrutent également des agents de service hospitaliers.

Voir la fiche détaillée.

Agent qualifié en ultrapropreté / Agente qualifiée en ultrapropreté

Ce professionnel qualifié s'occupe plus particulièrement de l'entretien des établissements "à empoussièrement contrôlé" (micro-électronique, mécanique, spatial, optique, recherche, etc.), ainsi que des laboratoires (notamment dans l'industrie pharmaceutique et l'agroalimentaire).

Il assure une propreté absolue grâce à des techniques particulières. Son travail consiste à effectuer des opérations de décontamination biologique et chimique, de désinfection et de bionettoyage, avec des protocoles adaptés aux niveaux des zones à risque. Il note tout ce qu'il fait afin de respecter la traçabilité.

Il porte un équipement spécial (charlotte, blouse, lunettes, masque, gants) et travaille selon des procédures établies par le technicien qualité : il faut, par exemple, toujours nettoyer du plus propre au plus sale pour éviter de contaminer un endroit moins exposé par des salissures.

Cet agent doit faire preuve d'un réel sens des responsabilités et d'une grande autonomie dans la réalisation de ses interventions. Sa rigueur dans l'application des consignes est, en effet, primordiale à la sécurité.

Le bac pro hygiène et environnement est un bon passeport d'entrée dans la profession. Il se prépare en 3 ans après la 3e. Complété par une formation en interne aux processus de l'ultrapropreté (comportements à adopter, habillage, respect des protocoles, bonne utilisation des produits et des matériels), ce diplôme est bien adapté.

Avec de l'expérience, vous pourrez évoluer vers davantage de responsabilités, notamment vers celles de chef d'équipe.

Biohygiéniste

Ce technicien spécialisé a en charge la prévention et la surveillance des infections liées aux soins. Il sait appréhender les mécanismes de l'infection et utiliser les outils de surveillance adaptés (identification des agents pathogènes responsables d'infections nosocomiales, surveillance des bactéries multirésistantes, etc.).

Il réalise des prélèvements et des contrôles d'environnement (eau, air, surface), contrôle la qualité de matériels et de produits désinfectants, rédige des protocoles et réalise des audits de pratiques. Il travaille en lien avec les équipes opérationnelles d'hygiène et peut animer des actions de formation. Enfin il participe aux enquêtes épidémiologiques. A l'hôpital, il effectue ces tâches sous la responsabilité des médecins.

La licence professionnelle biohygiène, prévention et surveillance des infections (CFA UPMC) a été spécialement créée pour former des professionnels dotés de compétences techniques de qualité pour lutter contre les infections dans les collectivités sensibles. Elle se prépare en 1 an après un bac +2 (BTS, DUT ou autre) scientifique dans le domaine de la biologie médicale ou appliquée.

Cette fonction nouvelle a vu le jour au sein des établissements de soins afin de faire diminuer le nombre d'infections acquises dans le milieu hospitalier. Mais cette préoccupation sanitaire existe aussi dans d'autres secteurs comme les grandes entreprises du secteur hôtelier ou industriel, les crèches, les sociétés de restauration, les établissements scolaires, les maisons de retraite, les centres de réadaptation et de post-cure.

Femme de chambre / Valet de chambre

La femme de chambre, tout comme son homologue masculin, le valet de chambre, veille à la propreté des chambres de l'hôtel. Elle change les draps et les serviettes de toilette, puis remet de l'ordre dans les chambres et les couloirs après le départ des clients.

Comme tous les professionnels de l'hôtellerie, la femme de chambre doit avoir le sens du service et travailler avec application. Ses activités demandent également une certaine résistance physique, le niveau d'efficacité demandé étant de plus en plus élevé.

Vous pouvez vous former à cette profession en 2 ans après une classe de 3e, la plupart du temps par le biais de l'apprentissage.

Le diplôme le plus adapté est le CAP services hôteliers. Les CAP assistant technique en milieux familial et collectif et CAP maintenance et hygiène des locaux constituent une autre voie possible. Moins spécialisés, ils offrent la possibilité de travailler également dans d'autres catégories d'établissements collectifs (hôpitaux, crèches, etc.).

Les grands hôtels constituent les recruteurs traditionnels des jeunes femmes de chambre.

Il est aussi possible de postuler auprès de sociétés spécialisées dans le nettoyage.

Les établissements collectifs comme les hôpitaux, les maisons de retraite ou les maisons d'enfants proposent également des postes de femme de chambre.

Voir la fiche détaillée.

Laveur de vitres spécialisé travaux en hauteur / Laveuse de vitres spécialisée travaux en hauteur

cordiste_383x209.jpgLe laveur de vitres spécialisé « travaux en hauteur » intervient sur des bâtiments dont les vitres et glaces sont difficiles d'accès. Il atteint les zones à nettoyer à l'aide de moyens d'élévation spécifiques : plateformes élévatrices, nacelles, harnais, cordes, etc. Il travaille toujours en binôme avec un co-équipier.

Ce métier exige une bonne résistance physique ainsi qu'une grande rigueur car il faut respecter les consignes de sécurité à la lettre. Autonomie et capacité à travailler en équipe sont également requis.

Si aucun diplôme n'est exigé, il est recommandé d'être titulaire d'un CAP maintenance et hygiène des locaux, qui s'obtient en 2 ans après la 3e.

La profession a également créé un CQP laveur de vitres avec moyens spécifiques. Ce certificat de qualification professionnelle (niveau CAP), qui s'obtient à l'issue d'une formation dont la durée varie de 4 à 10 mois (apprentissage possible), facilite l'insertion.

L'ITFH, Institut Technique de Formation en Hauteur, à Nanterre (92), propose de son côté différentes formations dans le domaine du travail en hauteur, notamment la préparation au CQP cordiste.

Voir la fiche détaillée.

Lingère / Linger

La lingère assure le blanchissage, l'entretien et le rangement du linge. Elle effectue le nettoyage des vêtements confiés à la blanchisserie, par les clients d'un hôtel par exemple.

Pour exercer cette profession, il faut être particulièrement soigneux et réactif. Une bonne résistance est indispensable également car la lingère doit déplacer des paquets de linge très lourds et travaille le plus souvent debout.

Différents diplômes, préparés en 2 ans après la classe de 3e, vous permettent de devenir lingère. Il s'agit en premier lieu du CAP services hôteliers et du CAP métiers de la blanchisserie. Le CAP métiers de la mode vêtement tailleur et le CAP métiers de la mode vêtement flou sont également envisageables.

Accessible en 2 ans après un CAP, le plus souvent dans le cadre de la formation continue ou d'un contrat d'apprentissage, le BP maintenance des articles textiles option pressing (niveau bac) vous apporte une qualification supérieure très appréciée.

Il existe par ailleurs un bac pro métiers du pressing et de la blanchisserie qui vous permettra, à terme, d'encadrer et animer une équipe.

Les débouchés, pour la lingère, se situent d'abord dans l'hôtellerie.

De plus en plus d'établissements sous-traitent la blanchisserie à des sociétés spécialisées qui, par conséquent, recrutent des lingères.

Mais il est aussi possible de trouver des emplois de lingères dans les hôpitaux ou les maisons de retraite.

Voir la fiche détaillée.

Teinturier blanchisseur / Teinturière blanchisseuse

teinturier_blanchisseur_383x209.jpgLe teinturier blanchisseur est le spécialiste de l'entretien et du nettoyage des textiles et des cuirs, qu'il s'agisse de vêtements, rideaux, tissus d'ameublement, dessus-de-lit, tapis, couettes, etc. Le teinturier peut assurer des fonctions de repasseur, détacheur nettoyeur, blanchisseur, etc. ou bien  exercer toutes ces fonctions à la fois. Certains se spécialisent dans la teinture.

Le soin et la minutie sont les qualités premières du teinturier. Plus l'entreprise est petite, plus le teinturier-blanchisseur doit être polyvalent. Une bonne résistance est indispensable car le teinturier est debout toute la journée, soulevant des kilos de linge dans une atmosphère confinée et humide.

Le CAP, qui se prépare en 2 ans après la classe de 3e, est le premier niveau de formation menant à ce métier. Deux CAP sont adaptés : le CAP métier du pressing et le CAP métiers de la blanchisserie. Le premier est tourné vers le service aux particuliers, le second vers la blanchisserie industrielle.

Accessibles en 2 ans après le CAP, le BP maintenance des articles textiles option pressing et le BP blanchisserie (niveau bac) vous apportera une qualification supérieure appréciée des recruteurs.

Le bac pro métiers du pressing et de la blanchisserie, accessible en 3 ans après la 3e ou en 2 ans après un CAP, vous permettra, à terme, d'animer et d'encadrer une équipe.

Le marché du pressing artisanal est en déclin. Les teinturiers-blanchisseurs indépendants disparaissent au profit de chaînes (réseaux, franchises). Celles-ci recrutent régulièrement.

Le développement des chaînes industrielles de nettoyage a créé de nombreux postes, notamment en Ile-de-France. Les teinturiers industriels lavent et repassent des tonnes de linge pour le compte d'hôpitaux, de maisons de retraite, d'hôtels, de restaurants. Ces chaînes peuvent sous-traiter pour le compte de petites blanchisseries.

Les entreprises de location de linge fleurissent dans les grandes villes et les lieux de vacances. Elles font appel aux services du teinturier.

Certains services publics ainsi que de grands hôtels ou restaurants possèdent leur blanchisserie interne.

Responsable de secteur propreté

Le responsable de secteur propreté a la responsabilité des équipes en place chez ses différents clients. Il coordonne et gère les missions des équipes. Il est aussi responsable de la relation auprès des fournisseurs et des clients.

Une bonne organisation est indispensable pour superviser plusieurs sites, clients et équipes en même temps : le responsable de secteur propreté doit être à l'aise avec la gestion de plannings ! Il doit être en mesure d'entendre les besoins de ses clients, tout en prenant en compte les intérêts de l'entreprise de propreté qui l'emploie. Savoir manager ses équipes est aussi essentiel.

Le BTS hygiène propreté environnement (bac + 2) est un bon passeport pour accéder à cette profession. En 2 ans après le bac, cette formation développera vos connaissances techniques et vos aptitudes à organiser et gérer.

Après le BTS, vous pouvez préparer en 1 an, par la voie de l'apprentissage, la certification de responsable de service hygiène (bac + 3) qui vous permettra d'occuper des fonctions de responsable dans des domaines variés : propreté et hygiène des locaux, propreté urbaine, assainissement, etc.

Par ailleurs, quelques licences professionnelles, accessibles en 1 an après un bac + 2, vous offrent la possibilité de vous spécialiser. En Ile-de-France, on peut citer la licence pro biohygiène, prévention et surveillance des infections (UPMC).

Les entreprises de propreté sont les principaux employeurs de responsables de secteur propreté.

Voir la fiche détaillée.

Collecter, traiter et recycler les déchets

La collecte et l'élimination des déchets constituent un marché en plein développement : les déchets sont des facteurs de risques pour les sols, les eaux, l'air et la santé, il convient donc de les éliminer correctement.

Agent de déchetterie / Agente de déchetterie

Ce professionnel est chargé de la surveillance et de la gestion des équipements de la déchetterie. Il en assure la sécurité, la propreté, l'ouverture et la fermeture (il est donc soumis à des astreintes). Il doit aussi maintenir les différents équipements en bon état de fonctionnement. Il est également chargé d'accueillir, d'informer, de conseiller et d'orienter le public.

Le diplôme le plus adapté à ce métier est le CAP gestion des déchets et propreté urbaine, que vous pouvez préparer en 2 ans après la classe de 3e.

Les employeurs sont les collectivités locales, les sociétés de services, les associations ou les entreprises d'insertion.

Collecteur de déchets toxiques / Collectrice de déchets toxiques

Son rôle est de procéder à la collecte et au transport des déchets toxiques ou à risque, vers un centre de traitement agréé. Deux grandes catégories de déchets sont concernées : les DASRI (déchets d'activités de soins qui présentent des risques infectieux) et les DTQD (déchets toxiques en quantité dispersée). Le collecteur tient un registre des déchets collectés afin d'en assurer la traçabilité.

Ce travail exige de l'autonomie et la connaissance des produits, de la réglementation et des consignes de sécurité (utilisation d'emballages homologués¿).

Deux diplômes sont particulièrement bien adaptés à ce métier : le CAP agent d'assainissement et de collecte des déchets liquides spéciaux et le CAP gestion des déchets et propreté urbaine.

L'obtention du permis de conduire B est exigée, celle du C souhaitée. L'attestation professionnelle des transports des hydrocarbures (APTH) est indispensable pour travailler. La formation sur 3 jours peut être proposée par l'employeur.

La réglementation actuelle sur la collecte et le traitement des déchets autorise les entreprises privées à développer cette activité, d'où des besoins réels de personnel qualifié.

Les services municipaux de la propreté collectent gratuitement les DTQD des particuliers, tandis que les professionnels sont responsables de l'élimination de leurs déchets. Ils peuvent donc faire appel à une entreprise privée ou éventuellement aux services payants de la ville.

Eboueur / Eboueuse

Aussi appelé agent de déchets urbains et industriels ou ripeur, l'éboueur ramasse les ordures ménagères des particuliers, des collectivités et des entreprises.

Station debout prolongée, multiples manutentions à réaliser... Le métier demande une bonne santé et une grande résistance physique. Par ailleurs, l'agent de déchets urbains et industriels ne doit jamais relâcher son attention, faute de quoi un accident du travail peut vite arriver (se couper avec de la ferraille voire même se blesser avec le broyeur à ordures).

Le métier d'agent de déchets urbains et industriels est accessible sans diplôme. Vous pouvez toutefois préparer un CAP gestion des déchets et propreté urbaine en 2 ans après la classe de 3e.

Il vous est possible de compléter ce CAP par un bac pro hygiène et environnement (2 ans études après le CAP) ou de préparer directement ce bac en 3 ans après la 3e.

Pour accéder au poste de la fonction publique territoriale, vous devrez le plus souvent réussir le concours d'agent de collecte (catégorie C). Cependant, certaines municipalités comme la Ville de Paris recrutent leurs éboueurs sans concours, après réussite à des épreuves (épreuves écrites, orales et/ou pratiques à caractère professionnel).

Avec une formation complémentaire (FIMO, formation initiale minimum obligatoire), vous avez la possibilité de devenir conducteur de bennes à ordures.

Employé par les municipalités, l'agent des déchets urbains et industriels a le statut d'agent des collectivités territoriales.

Les entreprises privées de nettoyage recrutent également des agents des déchets quand les mairies sous-traitent le ramassage, par exemple.

Voir la fiche détaillée.

Technicien de traitement des déchets / Technicienne de traitement des déchets

Chargé de l'analyse des déchets, ce technicien surveille le parcours de traitement de ces derniers, de leur collecte jusqu'à leur recyclage ou élimination. Les prélèvements qu'il réalise permettent de vérifier le bon déroulement du traitement des déchets et de détecter toute anomalie. Il doit aussi être capable d'évaluer le coût d'un traitement.

Pour devenir technicien de traitement des déchets, vous devez être titulaire au minimum d'un bac + 2, tels les BTS et DUT des secteurs de la chimie, biochimie, biologie, électromécanique. On peut citer en particulier le BTS hygiène, propreté et environnement, le BTS métiers de l'eau, le DUT génie biologique, option génie de l'environnement, le DUT hygiène, sécurité et environnement.

Une année d'étude supplémentaire vous permet de compléter votre formation, par exemple en obtenant une licence pro production industrielle option ingénierie intégrée mention qualité (IUT de Mantes-la-Jolie) ou une licence pro protection de l'environnement, spécialité Gestion des services à l'environnement (université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines).

Les collectives locales, les usines de traitement et les sites d'enfouissement sont les principaux employeurs.

Voir la fiche détaillée.

Agent de tri / Agente de tri

Après la collecte des déchets, le trieur sépare avec discernement et rapidité les catégories de déchets, en vue de leur recyclage : cartons, bois, métaux, plastiques. Il assure la surveillance et la régulation du processus de tri qui a lieu sur une chaîne plus ou moins sophistiquée.

Pour cela, il doit faire preuve d'une grande vigilance et de concentration. Amené à participer à l'éducation à l'environnement des citoyens, l'agent de tri doit avoir un minimum de pédagogie.

Ce poste ne fait appel à aucune qualification particulière. Il peut s'exercer dans le cadre de la réinsertion professionnelle (associations d'insertion).

Vous pouvez néanmoins préparer, en 2 ans après la classe de 3e, un CAP opérateur des industries du recyclage qui facilitera votre insertion et vous permettra d'avoir plus rapidement des responsabilités.

Même si l'automatisation du tri s'est beaucoup développée, cet emploi reste d'actualité, notamment au sein des collectivités locales et des PME de récupération.

Préserver l'environnement

Les entreprises de propreté sont de plus en plus souvent amenées à fournir des prestations liées à l'environnement et sont soucieuses de notre santé.

Agent de la qualité de l'eau / Agente de la qualité de l'eau

Appelé aussi agent de station d'épuration, l'agent de la qualité de l'eau travaille dans une station d'épuration. Il veille au bon déroulement des opérations de nettoyage des eaux usées avant de les rejeter dans le milieu naturel. Il doit également traiter les boues contenues dans les eaux. Il règle la dose des produits utilisés, effectue des prélèvements nécessaires au contrôle de l'eau.

L'agent de la qualité de l'eau se déplace fréquemment entre les bassins d'eau et le poste de commandement, d'où il contrôle le bon fonctionnement des vannes. Il doit avoir des notions d'électromécanique, de biologie, de chimie.

Le CAP agent de la qualité de l'eau, qui se prépare en 2 ans après la classe de 3e, constitue votre premier point d'accès à cette profession.

Au niveau du bac, plusieurs filières vous sont proposées : le bac pro industries de procédés, le bac pro hygiène et environnement, le bac pro bio-industries de transformation ou encore le bac pro pilotage de système de production automatisée. Selon les cas, ces bacs se préparent en 3 ans après la 3e ou en 2 ans après le CAP.

Vous pouvez ensuite poursuivre vos études pendant 2 ans afin d'obtenir un BTSA gestion et maîtrise de l'eau option gestion des services d'eau et d'assainissement, un BTS hygiène propreté environnement, ou encore un BTS métiers de l'eau.

Par ailleurs, toujours après un bac pro, il peut être intéressant de décrocher une MC métiers de l'eau, après une année complémentaire de formation.

En France, on compte 1 500 agents. Ils sont embauchés par les collectivités locales, qui disposent de leur propre station d'épuration. Les postes sont alors accessibles sur concours de la fonction publique territoriale.

Les sociétés privées de traitement des eaux usées sont de plus en plus nombreuses et font également appel aux services d'agents de la qualité de l'eau.

Voir la fiche détaillée.

Agent technique de l'environnement / Agente technique de l'environnement

Grand connaisseur de la nature, il assure la protection des espaces dont il est en charge sur un territoire donné. Il collecte des données sur la faune et la flore, accueille et sensibilise le grand public à l'environnement. Il assure aussi la surveillance des lieux.

Pour se lancer dans cette profession, il faut maîtriser la législation sur l'environnement, avoir une bonne connaissance de la faune et de la flore, montrer des aptitudes relationnelles (les contacts sont quotidiens avec le public) et faire preuve d'une grande disponibilité (des astreintes en week-end ou le soir sont possibles).

L'agent technique de l'environnement (anciennement appelé garde pêche et garde chasse) est recruté par concours (catégorie C) et est affecté principalement au Conseil supérieur de la pêche, à l'Office national de la chasse et de la faune sauvage et dans les parcs nationaux (on parle alors d'agent technique des parcs nationaux).

Reçu au concours, vous aurez 1 an de formation à l'IFORE (Institut de formation de l'environnement) avant d'être titularisé.

Voir la fiche détaillée.

Chargé de sécurité, hygiène, environnement / Chargée de sécurité, hygiène, environnement

Ce professionnel participe à la définition de la politique de sécurité de l'entreprise, qu'il s'agisse de la sécurité des personnes et du matériel, des conditions de travail ou du respect de l'environnement. Secondé par des collaborateurs, il définit les actions de prévention dont il assure la mise en place, l'animation et le suivi.

Pour mener à bien sa mission, le chargé de sécurité, hygiène, environnement doit être vigilant et réactif et faire preuve de pédagogie.

Le niveau bac + 2 est le minimum requis si vous souhaitez exercer cette fonction dans l'entreprise.

Parmi les diplômes bac +2 les plus adaptés, on peut citer le DUT hygiène, sécurité, environnement, le BTS hygiène, propreté, environnement, le BTS métiers de l'eau, etc.

Après l'un de ces diplômes, vous pouvez affiner vos compétences grâce à différentes licences professionnelles : licence pro sécurité des biens et des personnes (Université Paris Descartes), licence pro traitement et analyse de l'eau et des déchets aqueux (IUT d'Orsay), etc.

Enfin, un diplôme d'ingénieur comportant une spécialisation, ainsi que de nombreux masters professionnels vous offrent un accès rapide à des postes à responsabilités. Ces diplômes donnent un niveau bac + 5. On peut citer le diplôme d'ingénieur spécialisé du CNAM, ainsi que le master management de l'environnement des collectivités et des entreprises (Université Paris Diderot).

La prise de conscience des risques a entraîné le développement de ce métier dans tous les secteurs et dans tous les types d'entreprises.

Dans l'administration et les collectivités locales, la prise en compte de la sécurité, de l'hygiène et du respect de l'environnement conduit à créer des postes de chargé de sécurité.

Voir la fiche détaillée.

Ecotoxicologue

Aussi appelé ingénieur sanitaire, ce spécialiste étudie les effets toxiques, sur les animaux, l'homme et les végétaux, des polluants naturels ou de synthèse. Il mesure la toxicité des produits industriels ou pharmaceutiques (par exemple), évalue les risques d'utilisation de différentes molécules dans de nouveaux produits, etc. Il mène des tests et analyse les effets possibles sur l'homme ou la nature en général.

Pour réaliser au quotidien ces recherches pointues dans un laboratoire, vous devez avoir suivi des études supérieures longues (bac + 5 minimum). Les études de pharmacie, d'ingénieur chimiste ou de biologie avec une spécialisation en toxicologie de l'environnement à l'université sont les parcours recommandés.

Les recruteurs sont avant tout des organismes publics : INERIS, CNRS, l'INRA et les agences de l'eau, pour les services du ministère (direction régionale de l'environnement ; direction régionale de l'industrie, de la recherche et de l'environnement). Il peut aussi s'agir de grands groupes chimiques ou pétroliers.

Ingénieur environnement

Responsable du développement durable, il est chargé au sein d'une entreprise ou d'une collectivité de gérer, d'analyser et de résoudre les problèmes liés à la protection de la nature, à l'environnement et à l'amélioration du cadre de vie (risques humains, élimination et recyclage des déchets, qualité de l'air et de l'eau, contrôle des nuisances et du bruit...). Il peut assurer une fonction préventive, corrective, de recherche ou de sensibilisation. Ses activités de contrôle sur le terrain concernent les cheminées, les égouts, les plans d'eau, etc.

L'utilisation de produits chimiques et toxiques est soumise au strict respect des consignes de sécurité et exige une parfaite connaissance du matériel de protection individuelle (masque à gaz, vêtement de protection, détecteur d'exposition...).
L'ingénieur environnement possède une très bonne connaissance des réglementations et du monde industriel.

Il est le plus souvent diplômé d'une école d'ingénieurs. Nombreuses sont celles qui proposent une spécialisation en environnement : ENGEES de Strasbourg, EME de Bruz (35), MinesParisTech à Paris, INSA de Lyon.

Vous pouvez aussi suivre un cursus universitaire (bac + 5) en biologie, géologie, chimie, physique, complété par une spécialisation liée à l'environnement. On peut citer le master professionnel toxicologie, environnement, santé de l'université Paris Diderot.

L'ingénieur environnement exerce généralement auprès des collectivités locales, des associations, des entreprises du secteur public ou privé.

Responsable de station d'épuration

Le responsable de station d'épuration est là pour gérer et conduire le processus de nettoyage. Il joue également un rôle préventif auprès des entreprises en leur apportant des solutions techniques pour éviter de polluer les eaux.

Rigueur et polyvalence sont les premières qualités requises pour superviser les activités d'une station d'épuration. Les évolutions en matière de pollution sont très rapides : le responsable de station doit également faire preuve de beaucoup de curiosité et suivre de près les recherches scientifiques et techniques dans le secteur de l'eau pour les mettre ensuite en pratique.

Pour des stations de petites tailles, vous pouvez être recruté à bac + 2  : BTS métiers de l'eau ou DUT génie électrique et informatique industrielle. Mais le plus souvent, ce sont des titulaires d'un bac + 5 qui occupent des postes à responsabilités dans le secteur.

Les concours des collectivités locales sont accessibles aux titulaires d'un diplôme d'ingénieur en biologie, en chimie ou en hydraulique ainsi qu'aux diplômés d'université : master pro sciences, technologie santé mention environnement spécialité pollutions chimiques et gestion environnementale (Paris Sud)), master recherche et master pro sciences, technologie, santé mention sciences et génie de l'environnement spécialité systèmes aquatiques et gestion de l'eau (Paris Diderot et Paris Est Créteil Val de Marne).

Deux mastères vous permettent une spécialisation en 1 an après un master ou un diplôme d'ingénieur: ingénierie et gestion de l'environnement (AgroParisTech) et Eco-conception et management environnemental (Arts et Métiers ParisTech).

De nombreuses entreprises privées de distribution et de traitement des eaux construisent des stations d'épuration à proximité de rivières ou de fleuves pour faciliter l'évacuation des eaux usées et en réduire le coût.

Voir la fiche détaillée.

Technicien de mesure en pollution / Technicienne de mesure en pollution

Aussi appelé technicien en qualité de l'air, le technicien de mesure en pollution veille au bon fonctionnement des appareils de mesure, recueille les données pour les transmettre à un ingénieur qui va les analyser. Il peut aussi réaliser lui-même des rapports ou des statistiques après les mesures.

Pour les relevés et la maintenance du matériel, le technicien se rend sur les différents points de surveillance de la ville. Il doit faire preuve de rigueur et de soin. Des connaissances en chimie atmosphérique et une maîtrise des outils informatiques sont également indispensables.

Un diplôme à bac + 2 vous permet de vous lancer dans la profession : le DUT mesures physiques ou le BTS contrôle industriel et régulation automatique.

En France, toutes les villes de plus de 100 000 habitants sont dotées de dispositifs de surveillance de la qualité de l'air. Cette surveillance est assurée par 26 associations agréées (telle Airparif en Ile-de-France) employant 430 experts. Les débouchés sont donc restreints.

Contacts utiles

FARE, pour l'emploi durable propreté et services associés

1 rue Jean Jaurès
94800 Villejuif
Tel : 01.49.58.11.30

http://www.fare.asso.fr/
FEP, fédération des entreprises de propreté et services associés

34, boulevard Maxime Gorki
94808 Villejuif Cedex
Tel : 01.46.77.68.60

http://www.proprete-services-associes.com
FNADE, Fédération nationale des activités de la dépollution et de l'environnement

33, rue de Naples
75008 Paris
Tel : 01.53.04.32.90

http://www.fnade.org
INHNI, Institut national de l'hygiène et du nettoyage industriel

34, boulevard Maxime Gorki
94808 Villejuif Cedex
Tel : 01.46.77.40.40

http://www.inhni.com
ORNE, Observatoire et réseau des métiers et emplois de l'environnement

5, route d'Olivet
BP 16105
45061 Orléans Cedex 2
Tel : 02.38.79.78.78

Liens utiles

Métiers et secteurs
Itinéraire propreté

Site d'information et d'orientation sur les métiers de la propreté et des services associés, créé par la fédération des métiers de la propreté et services associés en partenariat avec le ministère de l'Education nationale. Itinéraire propreté donne l'occasion de découvrir les métiers du secteur, des témoignages, et présente des formations et des établissements.

http://www.itineraire-proprete.com
Le cycle de l'eau en 32 métiers (dossier Les agences de l'eau)

Fruit du travail de l'observatoire et réseau des métiers et emplois de l'environnement, ce dossier publié sur le site des agences de l'eau propose de consulter 32 fiches métiers : foreur, agent technique de réseau d'eau potable, hydraulicien, préleveur d'eau, etc.

http://www.lesagencesdeleau.fr/32metiersdeleau/frameset.html
Les grandes fonctions du secteur de la Propreté

Publié par le Fare et Pôle emploi, ce document met en avant 7 fonctions clés de la filière propreté et décrit les parcours de formation adaptés.

http://www.fare.asso.fr/fiches/POLE-EMPLOI-PROPRETE-6-OrganigrammeFonctions.pdf
Les métiers du développement durable (Réseau TEE - Territoires, environnement et emplois)

Cette rubrique du site national du réseau "territoires environnement emplois" regroupe 26 fiches métiers en lien avec le développement durable.

http://www.reseau-tee.net/Forum/met/fich-met.htm
Choix de formations - orientation
CQP Propreté

Ce site présente les 6 CQP (certificats de qualification professionnelle) de la filière propreté : objectifs, durée de formation, publics visés, etc.

http://cqp.proprete.free.fr/OutilsCommunication/CqpEntreprisesPublic/
Les formations de la filière Propreté

Sur le site Itinéraire Propreté sont présentés tous les diplômes, du CAP au master, de la filière Propreté. Dans la sous-rubrique "M'orienter", un test vous aidera à trouver le métier qui vous convient.

http://www.itineraire-proprete.com/metiers-formations-environnement-formation-entretien
Ecoles - organismes de formation
CFA de l'institut de l'environnement urbain

Site du Campus Vélia, centre de formation spécialisé dans l'apprentissage des métiers de services à l'environnement (gestion de l'eau, des déchets, des transports).

http://www.ieu.tm.fr
CFA UPMC

Le CFA UPMC est le centre de formation en apprentissage de l'université Pierre et Marie Curie (Paris VI) qui propose des formations professionnalisées notamment dans le domaine de l'eau et des bio-industries.

http://www.cfa.upmc.fr/index.php?module=cms&action=get&id=48
INHNI, Institut National Hygiène Nettoyage Industrie

L'Institut National Hygiène Nettoyage Industrie (INHNI) est un organisme de formation créé par de la fédération professionnelle de propreté (FEP). Il propose de nombreuses formations en alternance du CAP à bac + 5. Ces formations dans les domaines de l'hygiène, la propreté et l'environnement sont présentées de manière détaillée sur le site. En Ile-de-France, l'INHNI possède 2 centres de formation (CFA propreté) à Villejuif (94) et Gennevilliers (92).

http://www.inhni.com
Emploi et recrutement
Emploi Environnement

Site international de recherche d'emploi pour l'environnement dans l'industrie et les services.

http://www.emploi-environnement.com
Outils pédagogiques
Où est la propreté ?

Destinée aux collégiens, cette infographie permet de découvrir les nombreux champs d'intervention des professionnels de la propreté ainsi que les différents métiers de la filière et les formations adaptées.

http://www.itineraire-proprete.com/orientation-apres-3-eme-m-orienter-apres-le-college
Actualités spécialisées
ADEME, Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie

Site de l'agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie, association ayant pour but la protection de l'environnement et la maitrise de l'énergie. Vous y trouverez notamment des informations pratiques destinées aux particuliers.

http://www2.ademe.fr
Etudes et statistiques
La propreté en Ile-de-France

Ces chiffrés clés, publiés en 2012 par la FEP et le Fare, abordent le secteur francilien de la propreté sous différents angles : économie, emploi, formation, etc.

http://www.fare.asso.fr/fiches/pdf-regions/bat_chiffres_cles_idf__2012.pdf
L'emploi dans le secteur des déchets en Ile-de-France

Publiée en 2011 par l'Ordif, Observatoire des déchets en Ile-de-France, cette étude présente les effectifs de la fillière francilienne des déchets, la localisation des emplois, la répartition par activité, etc.

http://www.ordif.com/public/document.srv?id=15307
Les chiffres de la croissance verte

Publiée en mars 2012 par le ministre de l’Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement, cette étude chiffrée dresse le bilan social des éco-industries en France.

http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/CP-Eco_activites.pdf