Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

domaine

Les métiers de la beauté et du bien-être

Domaine : Santé – Social - Soins esthétiques
Octobre 2012
Voir le dossier complet

Panorama du secteur

Le marché de la beauté et du bien-être est un secteur porteur et lucratif. D'où la nécessité pour une entreprise de s'entourer de personnels compétents en matière de marketing, de conseils et de vente de produits.

L'industrie des cosmétiques mise sur l'innovation

L'industrie des cosmétiques englobe tous les produits qui s'appliquent sur le corps pour le laver, le parfumer, l'embellir : parfums, produits de toilette, produits capillaires, maquillage, autobronzants, etc.

Le secteur est composé à 80 % de PME, réparties dans toute la France. Il emploie 45 000 personnes, sans compter les salariés des sous-traitants et des distributeurs.

Comme l'industrie chimique, dont elle fait partie, l'industrie des cosmétiques emploie une grande part de profils scientifiques, ingénieurs et techniciens, ainsi que des spécialistes du marketing et de la vente.

Le niveau de qualification et de spécialisation requis à l'embauche progresse d'année en année. Le secteur doit en effet répondre à des critères toujours plus stricts en matière de sécurité, d'hygiène et de développement durable. L'intégration de profils hautement qualifiés constitue également une garantie dans un secteur où l'innovation est vitale tant dans le domaine de la fabrication des produits que pour leur commercialisation.

Les instituts de beauté sont de plus en plus nombreux

Si les marques de cosmétiques multiplient l'offre de soins, de coloration, de produits d'épilation à utiliser à domicile, les prestations proposées en salons et en instituts ne cessent aussi de se développer pour attirer une clientèle, qui se fait davantage désirer avec la crise...

Les établissements de beauté se spécialisent, offrant un service varié et de pointe dans le secteur choisi : minceur, anti-âge, modelage, sauna, hammam, bronzage artificiel, épilation, onglerie, blanchiment des dents, etc.

Les salons d'esthétique classiques disparaissent peu à peu, au profit de lieux davantage tournés vers le bien-être et la relaxation, dans un décor souvent zen, cocooning et exotique.

La France compte environ 8 000 instituts de beauté qui emploient  rarement plus de plus de 2 salariés. Un tiers de ces instituts sont franchisés et il existe plus d'une centaine de réseaux. Si quelques enseignes leaders dominent le marché, de nombreux petits réseaux parviennent à émerger en misant sur des offres différentes (concept "tout en un", low cost, abonnement, remise en forme...).

La démocratisation des soins esthétiques, la multiplication des gammes de produits bio et ethniques, de même que l'intérêt croissant des hommes et des seniors pour les soins du corps en institut laissent présager un bel avenir pour les professionnels du secteur dans les années à venir.

L'emploi dans les salons et instituts de beauté est féminin à 98 %. Actuellement, les diplômées en esthétique s'insèrent facilement à leur sortie de formation : le secteur compte plus d'offres d'emploi que de candidatures !

La coiffure est dynamisée par la franchise

Côté coiffure, on dénombre 160 000 professionnels (dont 110 000 salariés) répartis dans 60 000 salons. Les créateurs de salon sont le plus souvent d'anciens salariés ayant plus de 10 ans d'expérience. Chaque salon emploie en moyenne moins de 3 personnes.

En dépit d'une forte concurrence, le nombre d'entreprises de coiffure continue à progresser.

La crise engendre cependant une baisse de fréquentation de la clientèle et du CA de la profession. La rentabilité et la pérennité des activités sont également fragilisées par une clientèle plus exigeante et zappeuse. Dans ce contexte, la situation géographique, la disponibilité, la qualité, les tarifs, le concept marketing et l'innovation font la différence...

Les activités de coiffure à domicile (11 000 professionnels) progressent rapidement en ciblant les personnes très actives et celles dépendantes, de plus en plus nombreuses.

Avec 8 862 salons et 22 138 professionnels (soit 20 % des effectifs nationaux de la coiffure), l'Ile-de-France est la première région d'implantation des salons de coiffure et le premier bassin d'emploi du secteur.

Les salons franchisés représentent 10 % du secteur. Les grandes enseignes doivent désormais cohabiter avec des réseaux plus modestes et proposant des services différents, notamment low-cost.

Cinq profils professionnels sont principalement recherchés : manager, coiffeur, coloriste, apprenti et hôtesse d'accueil.

Créatif, le secteur cherche toujours à susciter de nouvelles envies parmi la clientèle, comme en témoigne la vogue des extensions.

Cherchant à élargir leurs champs d'activité, les professionnels de la coiffure se préoccupent, eux aussi, de plus en plus du bien-être de leurs clients. Les salons s'enrichissent d'espaces beauté, proposant différents soins du corps réalisés par des diplômés en esthétique.

La santé du cheveu, avec l'utilisation de traitements doux et naturels, sont largement mis en avant. Le monde de la coiffure se dote également d'une nouvelle éthique en matière d'environnement, avec une volonté affichée de lutter contre le gaspillage. Autant de nouvelles préoccupations que le personnel des salons doit intégrer dans les conseils qu'il dispense chaque jour à la clientèle.

Aller à la page précédente
Page :12345
Aller à la page suivante