Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Annie Bellier-Delienne

Directrice du master gestion des instruments financiers, Cergy (95)
Date de l'interview : 01/06/2007

Sans être un génie des maths, il faut posséder de bonnes capacités d'analyse et de logique pour se lancer dans la finance.

Annie Bellier-Delienne présente cette formation en finance proposée en alternance et menant à des postes de cadres financiers pour les banques, les entreprises industrielles et commerciales et les compagnies d'assurance.

Quelle est la spécificité de ce master ?

Le master 2 professionnel gestion des instruments financiers (GIF) met l'accent sur l'utilisation des outils informatiques et des nouvelles technologies. Il apporte des connaissances théoriques particulièrement développées en fonction des exigences nouvelles des métiers de la finance.
La bonne connaissance des instruments financiers et la gestion des risques sont, en effet, devenues indispensables dans un environnement économique mondial plus instable. Et la demande de cadres aux capacités d'adaptation rapide, aux connaissances théoriques solides et qualifiés dans l'utilisation des outils et des techniques informatiques s'est accrue.

Comment s'est faite l'ouverture de ce master à l'alternance ?

Créé en 1999, le master GIF a été ouvert à l'apprentissage dès la rentrée 2000, devenant à ma connaissance, le 1er diplôme à bac + 5 en finance ouvert en alternance. Avant cette date, les banques ne prenaient pas d'apprentis à ce niveau et nous avions commencé par démarcher la BNP pour leur proposer des étudiants. Les banques ont finalement été très réceptives.
Nous avons ouvert une 2de option en alternance à la rentrée 2005 pour couvrir un autre type de métiers. L'option 1 Marchés et gestion de capitaux en partenariat avec l'ESCIA (Ecole supérieure de gestion et de finance) de la CCI Versailles-Val d'Oise-Yvelines, est plutôt orientée vers les marchés financiers, tandis que l'option 2 Gestion des risques bancaires, en lien avec le CFA Banques Région Ile-de-France, est tournée vers le contrôle des risques et l'analyse financière.

Pouvez-vous nous parler de la sélection à l'entrée ?

Nous recrutons environ une cinquantaine d'étudiants par an et recevons jusqu'à 800 dossiers.
Le nombre de candidatures, avec la réforme LMD, devrait néanmoins diminuer, car les étudiants peuvent entrer en apprentissage dans le parcours Finance dès le master 1. Un programme cohérent entre le M1 Finance et le M2 GIF a été conçu en ce sens.
Le recrutement se fait d'abord sur dossier (dépôt avant le 8 juin 2007). Les candidats sélectionnés sont convoqués à un entretien (du 25 juin au 5 juillet). Les résultats définitifs sont publiés dès le 6 juillet sur le site de l'université. Les étudiants retenus sont "pris en main" pour rechercher leur entreprise d'accueil, mais certains étudiants ont déjà pratiquement trouvé leur contrat (généralement là où ils étaient en stage).

Quel est le profil des candidats ?

Les étudiants viennent principalement de l'université : master 1 (ex-maîtrises) d'IUP finance, monnaie/finance, banque-finance-assurance, management financier, économétrie, économie, gestion de l'entreprise, MSG, mais aussi d'écoles de commerce.
Pour les étudiants qui viennent d'IUT et qui souhaitent continuer en master finance, je leur conseille vivement de faire une licence (L3) dans l'une des spécialités citées plus haut et, en aucun cas, une licence pro, car la différence de niveau est trop importante ensuite à l'entrée en master 1.

Comment se passe le placement en entreprise des apprentis ?

Il n'y a pas de problème particulier dans le placement des apprentis car le secteur de la banque recrute in fine et pratique l'apprentissage depuis plusieurs années maintenant. Une fois sélectionnés, les étudiants de l'option 1 bénéficient du service de placement et d'accompagnement de l'ESCIA (réunions d'information, présentation à des entreprises préalablement sensibilisées au master, suivi personnalisé des compétences...). Nous avons des partenaires bancaires qui prennent des apprentis chaque année.
Concernant l'option 2, le CFA Banques transmet les postes à pouvoir, fournis par les grandes banques à réseaux, aux étudiants sélectionnés qui passent des entretiens ensuite.

Quel est le mode d'alternance proposé ?

Les apprentis sont dans leur entreprise d'accueil le lundi/mardi/mercredi et en formation le jeudi/vendredi. Le contrat dure 12 mois (du 1er octobre au 30 septembre). En dehors du tuteur dans l'entreprise, l'étudiant a également un coach désigné au CFA. Le rythme est très soutenu et les étudiants sont souvent fatigués vers le mois de janvier. Mieux vaut avoir une bonne santé !

A quels métiers prépare plus particulièrement chaque option ?

Les métiers ciblés par l'option 1 sont principalement : gestionnaire back office, chargé middle office, assistant trader.
Avec l'option 2, les diplômés peuvent viser les métiers de l'audit dans le secteur bancaire (auditeur interne ou en cabinet), de contrôle de gestion dans les organismes financiers ou des relations clientèle : analyste risques crédits, assistant risques, conseiller clientèle entreprises, directeur d'agence...

Quelle est l'insertion professionnelle des diplômés ?

Aujourd'hui, la banque est le 2e recruteur privé après l'informatique. Les étudiants sont donc embauchés très rapidement (en moins de 3 mois) avec un salaire moyen annuel de 33.000 euros. Les apprentis se voient d'ailleurs le plus souvent proposer un poste dans leur entreprise d'accueil.

Quels conseils donneriez-vous à des jeunes souhaitant se tourner vers ce master ?

Sans être un génie des mathématiques, il faut néanmoins posséder de bonnes capacités d'analyse et de logique : difficile de faire de la finance sans apprécier les chiffres ! Il faut également avoir un bon contact avec les clients et un être un bon négociateur.
Enfin avant d'entrer en master, je leur conseille vivement d'être autonome en anglais car pour certains métiers, l'anglais est indispensable... mais aussi de maîtriser les outils bureautiques (Excel en particulier) et de savoir programmer en VBA (visual basic for applications).