Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

domaine

Les métiers de l'automobile

Domaines : Industries, Transport - Logistique
Janvier 2011
Voir le dossier complet

Panorama du secteur

Alors que le secteur de la construction automobile peine à sortir de la crise économique mondiale, celui des services automobiles - entretien, dépannage, contrôles techniques, location - se développe et recrute des bacheliers.

Secteur vital pour l'économie française, l'industrie automobile induit, au sens large, 2,5 millions d'emplois en France. Un contraste assez fort existe entre les 2 branches du secteur : la construction automobile et les services de l'automobile.

Tous emplois confondus dans l'automobile, les femmes représentent 21 % des effectifs. Toutefois, la part des femmes dans les ateliers n'est estimée qu'à 1 %. Les métiers de la mécanique et de la réparation restent encore très masculinisés !

La construction automobile en panne

La construction automobile rassemble la construction de véhicules automobiles et la fabrication d'équipements pour automobiles. Elle s'articule autour de 2 grands constructeurs, Renault et PSA (Peugeot Citroën), qui couvrent 2/3 du marché national, de plus de 200 équipementiers, et d'un réseau très important de sous-traitants. Selon le CCFA, Comité des constructeurs français d'automobiles, la construction automobile emploie de façon directe 275 000 personnes en France.

L'automobile est, avec l'immobilier, l'un des secteurs les plus touchés par la crise économique mondiale. Moindre recours aux travailleurs intérimaires, chômage partiel, licenciements, fermetures d'usines, etc. De nombreuses mesures ont été prises pour limiter les pertes financières, souvent au détriment des salariés les moins qualifiés. Mais les cadres ne sont pas épargnés: l'APEC, Agence pour l'emploi des cadres, prévoit moins de 700 recrutements cadres en 2009, contre 2 350 en 2007.

Le domaine des équipements à fort contenu technologique, employant une main d'oeuvre hautement qualifiée (utilisées dans les véhicules de haut de gamme) ou nécessitant une qualité exceptionnelle (pièces de sécurité), résiste mieux.

Après une année 2008 catastrophique, la production semble néanmoins repartir en 2009, dopée par la prime à la casse et l'arrivée sur le marché de nouveaux modèles. Les départs massifs à la retraite attendus dans les prochaines années devraient également libérer des postes aussi bien de cadres, de chefs d'entreprises que d'ouvriers qualifiés.

L'Ile-de-France compte 3 grandes usines automobiles (à Aulnay, Flins et Poissy) et une myriade de PME sous-traitantes. Elle totalise plus de 20 % des effectifs de l'industrie automobile française.

Les salariés franciliens travaillent dans les sièges sociaux des constructeurs, les centres de recherche et développement, les plates-formes logistiques, les sites de production et d'assemblage, les centres de formation, etc.

Les fonctions recherche et développement sont au coeur des activités des constructeurs et équipementiers franciliens. La région compte en effet 4 sites Recherche et développement majeurs de Renault et PSA, employant quelque 25 000 personnes.

L'essor des services de l'automobile

Comparativement, la branche des services de l'automobile semble moins souffrir du mauvais contexte économique. Actuellement, ce sont les activités proches des clients finaux (entretien et dépannage des véhicules, contrôle technique, location, etc.) qui se développent le plus rapidement.

Selon l'ANFA, Association nationale pour la formation automobile, les services à l'automobile concernent 91 600 entreprises et 480 000 salariés en France. 75 % des emplois concernent la vente et la réparation automobile.

Au cours des dernières années, le secteur a connu de profondes mutations technologiques : généralisation des systèmes électroniques et informatiques sur les véhicules, complexification de la phase de diagnostic nécessitant l'usage d'outils informatiques, législation plus exigeante induisant un recentrage des activités sur l'entretien (sécurité, environnement)...

Conséquence de ces évolutions, le niveau minimum de qualification requis par les employeurs progresse. En 2009, 1/3 des jeunes en formation dans le domaine des services de l'automobile prépare un diplôme équivalent ou supérieur au bac, contre seulement 1/4 il y a 7 ans. C'est la maintenance et la réparation qui attire le plus de candidats.

Repère

On dénombre plus de 40 formations spécifiques aux services de l'automobile, du CAP à la licence pro en passant par les certificats de qualification professionnelle.

L'Ile-de-France regroupe 14,5 % des entreprises et 17 % des salariés des services de l'automobile. Les plus "grosses" entreprises (10 salariés et plus) se trouvent principalement à Paris, dans les Yvelines, le Val d'Oise et la Seine-Saint-Denis.

Aller à la page précédente
Page :123456
Aller à la page suivante