Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

domaine

Les métiers de la fonction publique

Domaines : Défense publique - Sécurité, Droit, Enseignement - Recherche, Santé – Social - Soins esthétiques
Dernière mise à jour : 13/02/2014

Vous voulez devenir fonctionnaire ? Connaissez les conditions requises pour le devenir, les carrières possibles et les perspectives d'évolution.

Replier le dossier

Introduction

La fonction publique se réforme, se veut plus efficace. Elle a entamé depuis deux ans une baisse de ses effectifs par le non-remplacement des départs en retraite. Des recrutements se poursuivent cependant. Tout savoir sur les conditions requises pour devenir fonctionnaire, les carrières possibles et les perspectives d'évolution.

Un salon à découvrir

Le salon de l'emploi public est organisé chaque année, en mars, au Parc des expositions de la porte de Versailles (Paris). Il vous permettra de découvrir les métiers, carrières et concours de la fonction publique : http://salons.groupemoniteur.fr/salon_de_l_emploi_public

De l'ouvrier d'entretien et d'accueil des établissements scolaires au greffier, en passant par le chef de service de la police municipale, le contrôleur aérien ou le médecin hospitalier, la fonction publique regroupe plus de 500 métiers connus ou moins connus.

Il existe en France 3 grandes fonctions publiques : la fonction publique de l'Etat (ministères, etc.), la fonction publique territoriale (communes, conseils régionaux, etc.) et la fonction publique hospitalière (hôpitaux, établissements médico-sociaux, etc.). S'y ajoute la fonction publique européenne, qui concerne les fonctionnaires en poste dans les institutions européennes (commission européenne, cour de justice européenne, etc.)

Chaque fonction publique compte 3 catégories d'agents : 29,6 % des agents relèvent de la catégorie A (cadres), 23,3 % de la catégorie B (professions intermédiaires) et 47,1 % de la catégorie C (employés et ouvriers).

Près de 6 fonctionnaires sur 10 sont des femmes.

Pour devenir fonctionnaire, vous devez répondre à des conditions impératives : avoir la nationalité française (ou être membre de la communauté européenne pour certains postes), jouir de vos droits civiques (notamment le droit de vote), avoir un casier judiciaire vierge et remplir les conditions d'aptitude physique exigées en fonction de l'emploi.

Panorama

Les opportunités dans la fonction publique restent importantes du fait du nombre très élevé de départs à la retraite attendus d'ici 2015. On estime à 72 000 le nombre de postes à pourvoir en 2009 dans les 3 fonctions publiques.

La fonction publique a entamé depuis trois ans un régime amaigrissant. Pour devenir plus efficace, le Gouvernement français a décidé qu'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite ne serait pas remplacé. Au total 100 000 postes ont été supprimés sur la période 2007-2010. En 2011, 34 000 postes de fonctionnaires partant à la retraite ne seront pas remplacés.

Bien entendu, cette réforme qui vise à réduire le nombre de fonctionnaires n'entrave en aucune manière les recrutements pour la multiplicité de postes présents dans la fonction publique.

De l'ouvrier d'entretien et d'accueil des établissements scolaires au greffier, en passant par le chef de service de la police municipale, le contrôleur aérien ou le médecin hospitalier, la fonction publique regroupe plus de 500 métiers connus ou moins connus.

Il existe en France 3 grandes fonctions publiques : la fonction publique de l'Etat (ministères, etc.), la fonction publique territoriale (communes, conseils régionaux, etc.) et la fonction publique hospitalière (hôpitaux, établissements médico-sociaux, etc.). S'y ajoute la fonction publique européenne, qui concerne les fonctionnaires en poste dans les institutions européennes (commission européenne, cour de justice européenne, etc.)

Chaque fonction publique compte 3 catégories d'agents : 29,6 % des agents relèvent de la catégorie A (cadres), 23,3 % de la catégorie B (professions intermédiaires) et 47,1 % de la catégorie C (employés et ouvriers).

Près de 6 fonctionnaires sur 10 sont des femmes.

Pour devenir fonctionnaire, vous devez répondre à des conditions impératives : avoir la nationalité française (ou être membre de la communauté européenne pour certains postes), jouir de vos droits civiques (notamment le droit de vote), avoir un casier judiciaire vierge et remplir les conditions d'aptitude physique exigées en fonction de l'emploi.

Bon à savoir

Le montant du traitement (équivalent du salaire dans le secteur privé) de chaque fonctionnaire est fixé en fonction de son grade et de l'échelon auquel il est parvenu, ou de l'emploi auquel il a été nommé.
A titre indicatif, en 2007, le salaire net moyen des fonctionnaires s'élevait à 1 709 euros dans la fonction publique territoriale, 2 244 euros dans la fonction publique de l'Etat (hors enseignants) et 2 159 euros dans la fonction publique hospitalière (les chiffres 2008-2009 ne sont pas encore communiqués)

Perspectives d'emploi dans la fonction publique

Avec 5.2 millions d'agents, la fonction publique représente 21.3 % des emplois en France. La fonction publique de l'Etat arrive en tête (2.5 millions d'agents), suivie par la fonction publique territoriale (1,7 million d'agents) et la fonction publique hospitalière (1 million d'agents).

Si le recrutement par contrat est possible, le principal mode d'accès à la fonction publique reste le concours. Chaque année, environ 700 000 candidats s'inscrivent aux différents concours proposés. Il faut être titulaire d'un diplôme bac + 3 pour se présenter à un concours de catégorie A, d'un bac pour un concours de catégorie B, du diplôme national du brevet, d'un CAP ou d'un BEP pour un concours de catégorie C.

Afin de réduire la dette publique, le gouvernement prévoit de continuer à diminuer de façon importante le nombre de fonctionnaires dans les prochaines années. Sur 68 500 agents qui prendront leur retraite en 2010, 33 à 35 000 ne seront pas remplacés, soit environ la moitié.

Malgré tout, les opportunités dans la fonction publique restent importantes du fait du nombre très élevé de départs à la retraite attendus d'ici 2015. On estime à 72 000 le nombre de postes à pourvoir en 2009 dans les 3 fonctions publiques.

Ce sont les secteurs du social et de la petite enfance qui devraient être les plus créateurs d'emplois publics dans les années à venir. Le nombre d'enseignants pourrait stagner avec la stabilisation de la population scolarisée. L'emploi devrait baisser dans les fonctions administratives, l'informatisation de nombreuses tâches ayant réduit le besoin de fonctionnaires d'exécution.

La fonction publique d'Etat

Avec 2.5 millions d'agents, la fonction publique d'Etat représente près de la moitié de l'emploi public total. Les personnels de l'Etat sont en poste dans les ministères, les établissements scolaires, les musées, les prisons... 42 % des agents de l'Etat recrutés en catégorie A ont un bac + 4 et la moitié des personnes recrutées en catégorie B ont un bac + 2.

Administrateur civil / Administratrice civile

En poste dans les ministères ou les services de l'Etat en région, l'administrateur civil exerce de très hautes responsabilités. Il est chargé de faire appliquer la politique du gouvernement, soit en préparant des projets de loi, soit en gérant et en organisant les actions de l'Etat.

Esprit d'analyse et de synthèse, perspicacité, aptitude à communiquer et à manager une équipe sont autant de qualités nécessaires lorsqu'on exerce les fonctions d'administrateur.
Dans ce métier à haute dimension politique, il est indispensable également de faire preuve de réserve et de tact.

Seule l'ENA (Ecole nationale d'administration), à Paris et Strasbourg, permet d'accéder au poste d'administrateur civil.

Vous devez être titulaire au minimum d'une licence (bac + 3), ou d'un diplôme d'une école supérieure de commerce, d'une école d'ingénieurs, d'une école normale supérieure (ENS), d'un institut d'études politiques (IEP) pour vous présenter au concours de recrutement externe. Il n’y a plus de limite d’âge pour se présenter. Les places étant très convoitées, un master professionnel ou recherche est vivement conseillé.

Le concours est ouvert aux candidats de nationalité française ou ressortissants des Etats membres de la Communauté européenne.

Etant donnée la nature des épreuves de sélection, le droit et les sciences politiques avec les sciences économiques et la gestion sont les principales filières de recrutement. Il est exigé des candidats une très bonne culture générale.

Pour l'année 2012, le nombre d'inscrits au concours externe était de 1029 pour un total de 40 places offertes. La formation dure un peu plus de 2 ans et comprend des stages.

L'administrateur civil peut travailler dans n'importe quelle administration - notamment les ministères - puisqu'il a été formé dans le but d'être polyvalent.

Tous les services en région dépendant de l'Etat lui sont accessibles, à l'instar des préfectures.

Voir la fiche détaillée.

Agent, contrôleur, inspecteur des impôts / Agente, contrôleuse, inspectrice des impôts

Le travail des agents des impôts est très diversifié puisque la Direction générale des impôts est chargée de gérer de A à Z les recettes de l'Etat (impôts directs, TVA, etc.). Elle assure aussi le paiement des allocations d'aide à l'enfance, des pensions civiles, etc.

Un agent ou un contrôleur peut être affecté au calcul de l'impôt, à sa gestion ou à sa collecte. Au guichet, le personnel assure l'accueil du public venu payer un impôt, faire une réclamation, ou même souscrire une assurance vie ! L'inspecteur assure principalement des tâches d'encadrement de ses collaborateurs et de contrôle des dossiers des contribuables.

La moindre erreur sur les chiffres et les calculs peut être très lourde de conséquences : rigueur et attention soutenue sont nécessaires pour exercer cette profession. Lorsqu'il travail au contact du public, le personnel des impôts doit également s'armer de patience et agir avec diplomatie.

Le concours d'agent administratif (catégorie C) est ouvert aux titulaires du brevet des collèges. Mais un BEP ou un CAP augmente vos chances de réussite. Une fois admis, vous serez affecté en qualité de stagiaire dans un emploi correspondant au grade d'agent administratif des impôts durant une période probatoire de dix mois. Plusieurs cycles de formations sont prévus dans les centres régionaux de formation, sous couvert de l'Ecole nationale des impôts.

Le concours de contrôleur (catégorie B) est ouvert aux titulaires du bac ou d'une capacité en droit. Un fois reçu, vous suivez 1 an de formation rémunérée, dont 8 mois théoriques et 4 mois d'application, à l'Ecole nationale des impôts (Clermont-Ferrand ou Noisy-le-Grand) ou à l'Ecole nationale du cadastre (Toulouse) pour ceux qui choisissent les services du cadastre (spécialisés notamment dans les impôts locaux, taxes foncières, etc.).

Pour le concours d'inspecteur (catégorie A), il faut avoir au moins une licence (bac + 3) ou un diplôme équivalent. Les mentions de licence les plus adaptées sont : le droit, les sciences économiques, mais aussi les maths ou les statistiques pour ceux qui visent le cadastre. Une fois reçu, la formation dure 1 an : 8 mois de formation théorique à l'Ecole nationale des impôts (à Clermont-Ferrand ou Noisy-le-Grand) ou à l'Ecole nationale du cadastre, et 4 mois en stage dans les services de la Direction générale des impôts.

A noter : pour chacune des catégories de concours, il existe 2 concours nationaux : le concours national à affectation nationale et le concours national à affectation régionale. Les candidats doivent, lors de leur inscription, opter pour l'un d'entre eux. Ils se déroulent le même jour, sur le même site.

Les épreuves sont identiques pour les 2 types de concours et portent sur les mêmes sujets. Mais les lauréats du concours national à affectation régionale sont affectés en région Ile-de-France avec une durée minimale de 5 ans dans la direction de première affectation, dont 3 ans sur le 1er poste.

La direction générale des impôts dispose d'un effectif d'environ 79 180 personnes : 20 700 relèvent de la catégorie A, 24 780 de la catégorie B et 33 700 de la catégorie C.

En 2006, elle a recruté par concours externe 483 agents (de constatation ou d'assiette), 349 contrôleurs et 298 inspecteurs.

De façon générale, les postes à la Direction générale des impôts sont très convoités, notamment celui d'inspecteur des impôts, dont la sélection est sévère (moins de 15 % de réussite au concours).

Bon à savoir

Le Trésor public recrute également des agents, des contrôleurs et des inspecteurs dans des proportions comparables à la Direction générale des impôts.

Voir la fiche détaillée.

Attaché d'administration centrale / Attachée d'administration centrale

L'attaché d'administration centrale est chargé de faire appliquer les directives du gouvernement dans un service du ministère dont il dépend. Il assure ainsi le bon fonctionnement des services publics, comme les transports, les tribunaux, les hôpitaux ou encore la Sécurité sociale. Il peut également avoir des fonctions plus générales de gestion du personnel, de comptabilité, etc.

Rigoureux et doté d'une bonne plume, l'attaché d'administration sait rédiger des rapports ou des études à la fois clairs et concis, dans lesquels il analyse et synthétise toutes les données à sa disposition.

Ses missions sont très diverses, il doit posséder une bonne culture générale et actualiser sans cesse ses connaissances dans les domaines juridiques et administratifs.

Vous devez avoir au minimum une licence (bac + 3) ou mieux, un master ou un diplôme d'IEP, pour vous présenter au concours externe généraliste (catégorie A) des IRA, Instituts régionaux d'administration.

Le concours est ouvert aux candidats de nationalité française ou ressortissants des Etats membres de la Communauté européenne.

Au nombre de 5 (Bastia, Lille, Lyon, Nantes et Metz), les IRA assurent la formation des futurs attachés d'administration centrale. Celle-ci dure 1 an et elle est rémunérée.

Les candidats admis au concours de l'ENA, Ecole nationale d'administration, peuvent eux aussi devenir attachés d'administration centrale après avoir passé un oral. Ils doivent effectuer ensuite 1 an de stage.

350 à 370 attachés d'administration centrale sont recrutés chaque année par la voie du concours externe.

Les services centraux des ministères recrutent les attachés d'administration centrale dès leur sortie de formation. Son diplôme en poche, l'attaché est affecté à un poste en fonction des choix qu'il a émis et de son rang de classement dans la promotion.

Voir la fiche détaillée.

Gardien de la paix / Gardienne de la paix

Le gardien de la paix fait partie du corps de maîtrise et d'application de la Police nationale. Il est garant de l'ordre public et veille à la protection des personnes et des biens. Son emploi du temps peut être très fluctuant : il dépend des urgences de son service.

Le recrutement se fait par la voie, soit des concours nationaux (à affectation nationale ou à affectation régionale Ile de France), soit des concours déconcentrés en Outre-Mer.

Pour vous inscrire à l'un de ces concours, vous devez être  de nationalité française, avoir 17 ans au moins et 35 ans au plus, et être titulaire du bac (ou équivalent). Une bonne condition physique est exigée.

Les épreuves d'admissibilité comprennent l'étude d'un texte, un questionnaire portant sur des connaissances générales ou sur le programme du bac pro sécurité prévention, ainsi que des tests psychotechniques.

Pour l'admission, vous devez ensuite passer avec succès des épreuves orales (un entretien de motivation et un autre en langue étrangère) suivies d’épreuves physiques (parcours d'habilité motrice et test d'endurance).

Une fois ces épreuves réussies, vous vous engagez à rester 5 à 8 ans au service de l’Etat, suivent un an de formation rémunérée, alternant périodes dans l'une des écoles de la Police nationale et services actifs.

Votre titularisation interviendra à l'issue du stage.

Repère

Avec 1,1 million d'agents, l'Education nationale représente 45 % des effectifs de la fonction publique de l'Etat. Ce sont les métiers de professeur des écoles, professeur de l'enseignement secondaire (collège et lycée) et professeur de l'enseignement professionnel qui offrent les débouchés les plus importants (vor notre dossier Métiers de l'enseignement).

Voir la fiche détaillée.

Magistrat / Magistrate

Le magistrat du siège peut être juge des enfants, d'instance, d'instruction, des affaires familiales ou d'application des peines. Sa mission est d'appliquer la loi à travers les jugements qu'il prend.

Le procureur ou magistrat du parquet, lui, ne rend pas de jugement. Représentant la société, il est chargé de la défendre. Il réclame alors l'application d'une peine contre les accusés.

Le magistrat sait rester intègre en toutes circonstances : ce métier implique une grande indépendance d'esprit et une personnalité affirmée. Faire appliquer la loi demande aussi beaucoup de rigueur. Enfin, le magistrat doit être solide et équilibré car son quotidien est fait de drames, parfois sordides.

L'ENM, Ecole nationale de la magistrature, à Bordeaux (33), est un passage obligé pour le futur magistrat.

Pour pouvoir passer le concours externe ("1er concours"), vous devez être de nationalité française, âgé de 31 ans au plus et titulaire d’un diplôme de niveau bac + 4 (de préférence en droit), d’un diplôme d'IEP ou être un ancien élève d'une Ecole normale supérieure (ENS). Trois tentatives sont possibles.

Compte tenu du nombre de candidats et de la difficulté des épreuves, notamment celle de culture générale (dotée du plus fort coefficient), vous avez tout intérêt à décrocher un master professionnel ou de recherche (bac + 5) avant de vous présenter.
Quels que soient vos diplômes, une préparation préalable d'1an dans un IEJ, institut d'études judiciaires, est fortement conseillée.

La formation à l'ENM dure 31 mois et fait alterner des périodes d’enseignement et des stages. Tous les candidats reçus à l'ENM (Ecole nationale de magistrature) deviennent magistrats. De la position dans le classement de la promotion dépend la spécialité choisie.

C'est le ministère de la Justice qui décide du nombre de postes à pourvoir chaque année. En 2011, celui-ci a été fixé à 138.

Voir la fiche détaillée.

Surveillant d'établissement pénitentiaire / Surveillante d'établissement pénitentiaire

Le surveillant d'établissement pénitentiaire est chargé de la sécurité des prisons et de leur fonctionnement quotidien. Dans les maisons d'arrêt, où les détenus attendent leur jugement, il remplit des missions de contrôle et de garde.

Rigueur et stabilité, sens aigu de la communication et de l'autorité, aptitudes au travail de jour comme de nuit, sont autant de qualités que doivent posséder les personnels de surveillance. Le moindre fait ou geste inhabituel peut être annonciateur d'une situation grave (projet d'évasion, tentative de suicide ou mutinerie) : le surveillant d'établissement pénitentiaire doit aussi avoir le sens de l'observation.

Pour vous présenter au concours de recrutement de surveillant, vous devez posséder le diplôme national du brevet ("brevet des collèges"). De plus, vous devez respecter des conditions physiques, avoir entre 19 et 40 ans, posséder un casier judiciaire vierge et la nationalité française.

Du fait du grand nombre de candidats, la sélectivité est sévère et le niveau scolaire des candidats reçus élevé : 61% des lauréats de la session de mars 2012 possèdent au moins le baccalauréat et 17% un diplôme d'étude universitaire.

Une fois admis, vous bénéficiez d'une formation rémunérée de 8 moi à l'ENAP, Ecole nationale d'administration pénitentiaire d'Agen (47).

L'administration pénitentiaire recrute plus intensément depuis quelques années, suite au programme de rénovation et de modernisation des prisons lancé par le ministère de la Justice.

Au 1er janvier 2012, les effectifs de l'administration pénitentiaire étaient de 26 094 personnels de surveillance. Un ou 2 concours de recrutement sont organisés chaque année : chaque promotion compte environ 500 élèves.

Voir la fiche détaillée.

La fonction publique territoriale

Avec un peu plus de 1,6 million d'agents, la fonction publique représente 32 % de l'emploi public. Les 3/4 de ces emplois sont situés dans les collectivités territoriales (régions, départements, communes), le quart restant se trouve dans les offices HLM, les centres d'action sociale, etc.

Agente territoriale spécialisée des écoles maternelles

agent_territorial_specialise_des_ecoles_maternelles_383x209.jpgMieux connu sous son sigle ATSEM, l'agente territoriale spécialisée des écoles maternelles seconde les enseignants dans la classe. Par le soutien qu'elle apporte, l'ATSEM favorise le développement de l'autonomie des enfants. Dans 99 % des cas, les ATSEM sont des femmes !

L'ATSEM aide l'enseignant dans son action éducative mais ne peut en aucun cas le remplacer ni prendre l'initiative de réaliser une activité avec les enfants.

Dans la classe, l'ATSEM aide les enfants à retirer leur manteau, à s'habiller après la sieste, à apprendre à être propre, à prendre leur goûter, etc.
Mais elle est aussi en charge de la propreté de la classe et de la préparation du matériel utile à l'enseignant pour réaliser ses activités pédagogiques : elle prépare les activités manuelles du jour en fonction des consignes du professeur, range les jeux ou nettoie les locaux après une séance de peinture par exemple !
Elle participe parfois à la mise en place des repas à la cantine.

Le CAP petite enfance est obligatoire pour s'inscrire au concours d'ATSEM. Il se prépare en 2 ans, après une classe de 3e, au lycée professionnel ou en apprentissage.

Une fois le CAP obtenu, vous devez réussir les 2 épreuves du concours (un questionnaire à choix multiples sur les collectivités territoriales et sur l'hygiène et la sécurité puis un oral de motivation) pour figurer sur la liste d'aptitude.

Concours en poche, vous devez trouver vous-même votre employeur dans l'année suivant le concours pour devenir stagiaire et être ou non titularisé au bout d'un an.

Depuis 2010, les personnes sans qualification mais disposant d'une expérience professionnelle d'au moins quatre ans soit auprès de jeunes enfants, soit comme membre d'une assemblée élue d'une collectivité territoriale, soit en qualité de responsable d'association, peuvent également postuler. Ces candidats doivent passer un concours spécifique (dit "3e concours") composé d'un questionnaire à réponses courtes et d'un oral d'admission.

Voir la fiche détaillée.

Assistante de service social / Assistant de service social

L'assistante de service social aide les personnes ou les familles à surmonter des difficultés sociales. Elle peut aussi prendre part à des projets pour le développement social de quartiers défavorisés.

Quelles que soient les difficultés des familles (difficultés financières, problème de logement, perte d'emploi, etc.), l'assistante de service social est là pour aider sans porter de jugement.

L'assistante de service social doit souvent multiplier les contacts et les démarches pour trouver une solution. Ténacité et disponibilité sont alors nécessaires.

Certaines situations sont parfois dramatiques : violences familiales, très grande pauvreté, maladie grave, etc. Pour pouvoir y faire face, il faut être soi-même très équilibré.

Pour exercer la profession d'assistant de service social, vous devez être titulaire du DEASS, diplôme d'Etat d'assistant de service social. Aucune dérogation n'est possible.

Cette formation est ouverte aux titulaires du bac ou équivalent, mais aussi à des non bacheliers ayant réussi un examen « de niveau », organisé par la DRASS, Direction régionale des affaires sanitaires et sociales.

Il vous est également possible de préparer, en 2 ans, le DUT carrières sociales option assistance sociale, puis le DEASS, en 1 an.
Pour être admis en DUT, vous devez de préférence être titulaire d’un bac général ou bac ST2S.

Enfin, le DEIS, diplôme d'Etat d'ingénierie sociale, est destiné aux assistantes de service social qui exercent depuis 3 ans et souhaitent se tourner vers l'encadrement. Il se prépare en 3 ans en école spécialisée, hors Ile-de-France.

Les plus gros recruteurs d'assistantes de service social sont les collectivités locales : conseils régionaux ou généraux, municipalités, DDASS (directions départementales des affaires sanitaires et sociales).

L'Etat propose de nombreux postes au sein des ministères de l'Education nationale, des Affaires sociales ou de la Justice, par exemple.

Il ne faut pas oublier le secteur privé, le secteur associatif et les organismes de protection sociale comme la CAF (Caisse d'allocations familiales) ou bien l'Assurance Maladie (Sécurité sociale) où les assistantes de service social sont nombreuses.

Voir la fiche détaillée.

Auxiliaire de puériculture

Le travail de l'auxiliaire de puériculture varie en fonction de la structure qui l'emploie. En crèche ou halte garderie, l'auxiliaire accueille les enfants et participe à leur éveil tout au long de la journée. Changer les couches, consoler les enfants, les aider à manger, les coucher pour la sieste... Les activités sont multiples ! Dans un service de maternité, l'auxiliaire aura plus un rôle auprès de la mère, en l'accompagnant dans ses premiers pas de maman (biberon, allaitement, soins, etc.).

Prodiguer des soins aux tout-petits demande patience, attention et compréhension. La prise en charge de très jeunes enfants requiert aussi beaucoup de sérieux et de maturité, d'autant que les parents attendent souvent des conseils de la part de l'auxiliaire de puériculture.

Auxiliaire de puériculture est un métier largement ouvert puisque la formation est désormais accessible sans aucune condition de diplôme. Il est néanmoins conseillé de suivre une préparation spécialisée au concours.

Le DPAP, diplôme professionnel d'auxiliaire de puériculture, se prépare en 1 an après réussite du concours d'entrée. Ce dernier comprend des épreuves écrites d'admissibilité (1 épreuve de culture générale en lien avec le domaine sanitaire et social, 1 test d'attention et de logique) puis 1 épreuve orale d'admission (exposé sur un thème sanitaire et social et connaissance du métier).

Il faut être âgé de 17 ans au moins pour se présenter au concours.

Les titulaires d'un diplôme de niveau IV (bac) ou de niveau V (CAP) dans le secteur sanitaire et social (par exemple, le CAP petite enfance) sont dispensés de l'épreuve écrite de culture générale mais doivent se présenter à l'épreuve orale. Il en est même pour les étudiants ayant suivi une 1ere année d'école d'infirmier.

Après 3 années de pratique professionnelle, les titulaires du DPAP peuvent se présenter au concours d'infirmier ou à celui d'éducateur de jeunes enfants. L'entrée en formation se fait sur concours.

Les créneaux les plus porteurs pour les auxiliaires de puériculture sont les antennes de soins à domicile et les services de néonatologie des maternités. Les crèches et les haltes-garderies offrent de bonnes opportunités, mais la concurrence des assistantes maternelles est rude dans la course à l'emploi.

Voir la fiche détaillée.

Bibliothécaire

La vocation première du bibliothécaire est de transmettre son goût pour la lecture. Pour cela, il participe à l'achat des livres, magazines, cassettes audio, cédéroms. Il met ces documents à la disposition du public après les avoir enregistrés dans le catalogue de la bibliothèque puis classés.

Les tâches de classement impliquent un grand sens de l'organisation. Pour recommander les bons ouvrages sans se tromper, le bibliothécaire doit s'intéresser aux goûts et aux attentes des lecteurs, mais aussi avoir le sens du service. Curieux, il aime découvrir les nouveautés littéraires, tous styles confondus.

La plupart des postes de bibliothécaires, relevant de la fonction publique, sont accessibles sur concours. Une fois obtenu ce dernier, vous devez suivre une formation d'au moins 1 an à l'ENSSIB, Ecole nationale supérieure des sciences de l'information et des bibliothèques, près de Lyon.

A bac + 2, les titulaires du DUT Information-communication option métiers du livre et du patrimoine (MLP), du DEUST métiers des bibliothèques et de la documentation (Rennes II), ou du diplôme de bibliothécaire-documentaliste (EBD) de l'Institut catholique de Paris peuvent passer le concours de bibliothécaire adjoint spécialisé (fonction publique d'Etat) ou celui d'assistant qualifié de conservation (fonction publique territoriale).

Avec un niveau licence (bac + 3), vous pouvez vous inscrire aux concours suivants : bibliothécaire, bibliothécaire territorial, conservateur des bibliothèques et conservateur territorial de bibliothèques.

Quelques licences professionnelles permettent de préparer ces concours : licence pro métiers de l'édition et ressources documentaires (Paris Ouest Nanterre La Défense) et la licence pro métiers de l'édition, spécialité bibliothèques médiathèques (Paris Descartes).

A bac + 5, le master professionnel mention sciences de l'information et des bibliothèques, spécialité gestion et traitement de l'information spécialisée (ENSSIB & Lyon 1) et le master professionnel ingénierie de la formation, de la décision et de la connaissance, spécialité capital immatériel (Marne-la-Vallée) vous préparent à des fonctions en relation avec les nouvelles technologies.

Le cursus dure 2 ans après une licence (mention lettres, par exemple).

A signaler aussi : le master professionnel et recherche mention cultures de l'écrit et de l'image (ENSSIB et Lyon 2).

Enfin l'Ecole nationale des Chartes, à Paris, permet, après une formation de 3 ans, de se présenter au concours de conservateur des bibliothèques à l'ENSSIB (Lyon). La plupart des postes de bibliothécaires, relevant de la fonction publique, sont accessibles sur concours. Une fois le concours obtenu, il faut suivre une formation d'au moins 1 an à l'ENSSIB.

Les bibliothèques municipales, qui accueillent tous les publics, des plus jeunes aux plus âgés, constituent les principaux employeurs de bibliothécaires.

Les médiathèques, les bibliothèques universitaires et les bibliothèques nationales publiques offrent des débouchés plus limités.

Voir la fiche détaillée.

Cadre administratif territorial

Le cadre administratif territorial est un gestionnaire qui travaille auprès des collectivités locales. Il participe à la définition des politiques locales décidées par le maire, le conseil général ou régional et se charge de les mettre en oeuvre.

La diversité des tâches qui lui incombent, surtout dans les petites communes où il peut être amené à gérer l'ensemble des services à lui tout seul, demande de la polyvalence et une bonne capacité d'adaptation.

Comme dans tous les domaines qui ont trait à la politique et à sa mise en oeuvre, négociations, relations publiques et contact avec les administrés font partie du quotidien du cadre administratif : finesse et diplomatie sont indispensables !

Pour vous présenter au concours d'attaché territorial, vous devez avoir un diplôme de niveau bac + 3, de préférence une licence mention droit ou éventuellement mention administration économique et sociale.

Le concours est ouvert aux candidats de nationalité française ou aux ressortissants des Etats membres de la Communauté européenne.

Concours réussi, vous êtes inscrit sur une liste d'aptitude. Charge à vous alors de postuler sur les emplois déclarés vacants par les collectivités territoriales. Une fois engagé, vous êtes nommé stagiaire. Vous devez alors suivre une formation, éventuellement discontinue, d'une durée totale de 6 mois. Cette formation comprend des sessions théoriques d'une durée totale de 2 mois et des stages pratiques d'une durée totale de 4 mois (dont 1 mois accompli hors de la collectivité employeur). Vous êtes ensuite titularisé.

Le concours d'administrateur territorial est, lui aussi, accessible aux bac + 3, ainsi qu'aux titulaires d'un des diplômes exigés à l'entrée de l'ENA (Ecole nationale d'administration), les plus adaptés étant ceux obtenus en sciences politiques.

Une fois le concours réussi, la formation initiale d'application dure 18 mois et se déroule à l'Institut national des études territoriales, à Strasbourg. Elle s'achève par l'inscription des élèves-administrateurs sur une liste d'aptitude. Les administrateurs peuvent alors être recrutés par les collectivités territoriales en fonction des emplois déclarés vacants.

Les formations, concours et titularisations des attachés et administrateurs territoriaux sont gérés par le CNFPT, Centre national de la fonction publique territoriale.

Les débouchés sont importants dans les collectivités locales, puisque la France ne compte pas moins de 36 000 communes, 100 départements et 26 régions. De plus, 1 fonctionnaire sur 2 partira à la retraite d'ici 2015. Les collectivités locales recrutent sur concours dès qu'un poste est vacant.

Les OPHLM (offices publics d'habitation à loyer modéré), Paris Habitat (anciennement OPAC, office public d'aménagement et de construction) ou les caisses de crédit municipal recrutent également des cadres administratifs territoriaux pour gérer leurs services.

Voir la fiche détaillée.

Commissaire de police

Le commissaire de police est garant de l'ordre public. Il assure la sécurité des biens et des lieux publics. En police judiciaire, il est un spécialiste de la recherche criminelle et de la collecte des preuves.

Rigueur, perspicacité, sang-froid et réactivité sont des qualités communes à tous les commissaires de police. Le succès des missions dépend également de la capacité de chacun à bien organiser et manager ses équipes.

Le commissaire est en contact permanent avec le public et un grand nombre de personnalités, notamment des élus. Avoir le sens des relations publiques et être doté d'une
bonne culture générale
sont des atouts.

Pour vous présenter au concours de commissaire de police, vous devez posséder un diplôme de niveau bac + 5 (master 2). Vous devez être âgé de 35 ans au plus, avoir la nationalité française et remplir différentes conditions physiques.

Les épreuves du concours font la part belle au droit. Vous mettrez toutes les chances de votre côté en suivant des études universitaires dans ce domaine. De nombreux masters pro ou recherche mention droit offrent des spécialités en droit pénal. Il est possible de suivre une préparation au concours dans un institut d'études judiciaires (IEJ).

Une fois admis, vous suivez 2 ans de formation à l'ENSP, Ecole nationale supérieure de la police, près de Lyon.

A l'issue de la 1re année, vous êtes nommé commissaire de police stagiaire pour 1 an et partez sur le terrain dans différents services de police, avant d'être titularisés. A noter : pour être titularisé, il faudra justifier de l'obtention du permis de conduire (catégorie B).

La Police nationale compte environ 1 800 commissaires et haut fonctionnaires (chiffres 2008). Une trentaine de postes sont proposés chaque année par la voie du concours externe.

Voir la fiche détaillée.

Conseiller d'insertion et de probation / Conseillère d'insertion et de probation

Le conseiller d'insertion et de probation a pour mission de rétablir le dialogue entre une personne condamnée (encore emprisonnée ou déjà libre) et la société. Il lui facilite l'accès aux dispositifs sociaux, éducatifs et à l'emploi. Il lutte contre les problèmes d'argent, d'illettrisme ou de toxicomanie. Il s'assure aussi que les personnes condamnées à des peines restrictives de liberté respectent les décisions de justice et les aide à se réinsérer.

Le conseiller d'insertion et de probation n'est pas un juge. Impartial, il doit aider toutes les personnes, quelle que soit la gravité de la faute commise. Il cherche à comprendre la situation dans laquelle se trouvent ces personnes et répond à leurs questions ou à leurs angoisses le plus justement possible. Des qualités d'écoute sont indispensables.

Le métier de conseiller d'insertion et de probation nécessite persévérance et conviction. Les échecs sont nombreux et la volonté est nécessaire pour rebondir à chaque mauvaise expérience.

Les détenus et les personnes récemment libérées se trouvent souvent dans une profonde détresse. Le conseiller d'insertion et de probation doit savoir faire face à des situations difficiles. Le métier est déconseillé aux personnes fragiles psychologiquement.

Une seule école forme au métier de conseiller d'insertion et de probation : l'ENAP, Ecole nationale d'administration pénitentiaire, à Agen.

Pour passer le concours d'entrée, vous devez être titulaire d'un bac + 2 (BTS, DUT, L2) ou d'un diplôme d'assistant de service social ou d'éducateur spécialisé. Cependant, le niveau réel des candidats est beaucoup plus élevé: plus de 70 % des candidats reçus sont au moins titulaires d'une première année de master validée.

La formation, d'une durée de 2 ans, alterne cours théoriques et stages pratiques sur le terrain. Les élèves sont rémunérés.

La titularisation intervient à l'issue de la 2e année après avoir satisfait aux épreuves du certificat d'aptitude aux fonctions de conseiller d'insertion et de probation.

A bac + 3 (concours de catégorie A), la fonction de directeur d'insertion et de probation est accessible sur concours externe et interne (avec 4 ans d'ancienneté).

Les candidats admis au concours sont nommés directeurs stagiaires. Durant 1 an, ils suivent une formation à l'ENAP et effectuent des stages sur le terrain.

Il existe plus de 100 services d'insertion et de probation en France. Ce sont les premiers employeurs de conseillers d'insertion et de probation.

Le conseiller d'insertion et de probation peut aussi être affecté dans les directions régionales, à l'administration centrale ou à l'ENAP (Ecole nationale de l'administration pénitentiaire) en tant que conseiller-expert sur certains dossiers. Cette affectation lui permet de prendre du recul par rapport au travail de terrain.

Les métiers précédemment cités ne constituent que des exemples, choisis parmi les métiers offrant les débouchés les plus importants ou ne s'exerçant que dans la fonction publique.

Voir la fiche détaillée.

Moniteur-éducateur / Monitrice-éducatrice

Le moniteur-éducateur prend soin des personnes en difficulté placées dans des établissements spécialisés. Enfants ou adolescents, adultes handicapés ou personnes âgées, à chacun d'entre eux, il apporte assistance, accompagnement et soutien dans l'organisation de leur vie quotidienne. Il complète l'action de l'éducateur spécialisé au sein d'une équipe pluridisciplinaire.

Un concours, ouvert à tous, sélectionne les candidats à l'entrée en formation. Le CAFME se prépare en 2 années. Les titulaires d'un bac, du BEP carrières sanitaires et sociales, du certificat d'aptitude aux fonctions d'aide médico-psychologique ou du diplôme du technicien en intervention sociale et familiale sont dispensés de l'épreuve écrite.

Une fois votre CAFME en poche, il faut vous inscrire au concours sur titre de la fonction publique territoriale (catégorie B).

Si les principaux débouchés se trouvent dans les associations, les mairies, les départements ou les régions proposent également des postes aux moniteurs-éducateurs dans des structures d'accueil, des internats ou des centres de rééducation.

Pour envisager une évolution professionnelle vers le métier d'éducateur spécialisé ou de directeur d'établissements d'intervention sociale, il faudra ensuite passer d'autres concours.

Répertoire des métiers

Le CNFPT, centre national de la fonction publique territoriale a mis en place un répertoire des métiers de la fonction publique territoriale : il propose 35 familles professionnelles. A titre d'exemple : direction générale, affaires juridiques, ressources humaines, environnement, formation professionnelle, espaces verts, propreté et déchets, restauration collective, sports, etc.

En Ile-de-France, les collectivités territoriales (les communes, les départements, les régions mais aussi les offices HLM, les centres d'action sociale) comptent près de 340 000 agents territoriaux, soit 7 % de l'emploi total de la région. On peut aussi retenir que 3 agents sur 4 travaillent dans une commune.

32 % des effectifs franciliens travaillent dans des services relevant du domaine de l'enfance et la jeunesse et 27 % dans le secteur des prestations sociales et culturelles.

En Ile-de-France, 9 % des agents relèvent de la catégorie A, 14 % de la catégorie B et 77 % de la catégorie C. Les emplois non titulaires (c'est-à-dire non occupés par des fonctionnaires) représentent 38 % dans les postes d'encadrement, 27 % pour les emplois intermédiaires et 25 % pour les effectifs d'exécution.

Les concours de la fonction publique territoriale sont organisés soit par le CNFPT, soit par les centres de gestion départementaux, soit par les collectivités locales non affiliées à ces centres (grandes collectivités).

Tous les concours de catégorie C, tous les concours des filières sanitaire et sociale et animation sont organisés par les centres de gestions départementaux ou les grandes collectivités. Pour ces concours, il convient de se renseigner auprès de ces différents organismes.

Une fois le concours réussi, vous figurez sur la liste d'aptitude, valable un an et renouvelable 2 fois pour la même durée sur votre demande. Si au bout des 3 ans, vous n'avez pas trouvé de poste, le CNFPT peut vous en proposer un. Mais deux refus de votre part entraîneraient votre radiation de la liste d'aptitude !

Chaque collectivité territoriale publie, en fait, ses offres d'emploi : à vous de leur faire parvenir votre CV et une lettre de motivation une fois que vous êtes sur liste d'aptitude ou déjà en poste dans une autre collectivité. Vous êtes ainsi en concurrence avec d'autres lauréats du concours ou des fonctionnaires en poste, intéressés par ce même emploi.

Choisi par la collectivité, vous suivez alors une période de stage d'un an pour cette première affectation. Trois possibilités :
- vos compétences correspondent au poste : vous êtes alors embauché définitivement (et devenez donc fonctionnaire par titularisation) ;
- votre stage n'est pas complètement concluant et vous voyez votre période de stage prolonger ;
- vous ne correspondez pas au poste et vous êtes licencié.

Titularisé, vous pourrez au cours de votre carrière demander à avoir une promotion en interne ou postuler dans d'autres collectivités territoriales. Vous gardez toujours votre ancienneté d'un poste à l'autre.

La fonction publique hospitalière

Un peu plus d'un million d'agents travaillent dans la fonction publique hospitalière : 94 % dans les hôpitaux et 6 % dans les maisons de retraite. 70 % des effectifs sont des personnels soignants dont une majorité relève de la catégorie B.

Repère

Avec près de 77 % de femmes, la fonction publique hospitalière est la plus féminisée des 3 fonctions publiques.

Aide-soignant / Aide-soignante

L'aide-soignant aide les patients à faire leur toilette, à prendre leurs différents repas et à s'habiller. Il range les chambres, change les draps des lits et assiste le personnel infirmier. Il est chargé d'aider à changer les pansements, de distribuer des médicaments et de prendre la température ou la tension.

Moins impressionnant et plus présent que le personnel médical, l'aide-soignant est volontiers choisi par les malades comme confident. Mais le  contact avec la maladie et la mort demande une bonne résistance nerveuse et psychologique.

Pour exercer cette profession, il faut être titulaire du diplôme d'Etat d'aide-soignant. La formation menant à ce diplôme est accessible sans aucune condition de diplôme.

Le diplôme d'Etat d'aide-soignant (DEAS) se prépare en 1 an après réussite du concours d'entrée comprenant des épreuves écrites d'admissibilité puis un oral d'admission. Il faut être âgé de 17 ans au moins pour passer les épreuves de sélection.

Les titulaires d'un diplôme de niveau IV (bac), ou de niveau V dans le secteur sanitaire et social (par exemple le CAP petite enfance), sont dispensés des épreuves écrites. Il en est de même pour les étudiants ayant suivi une 1re année d'école d'infirmier.

Après 3 années d'exercice professionnel, un aide-soignant titulaire du DEAS, peut se présenter au concours d'infirmier.

Après quelques années d'expérience, les aides-soignants peuvent accéder à d'autres métiers : auxiliaire de puériculture, aide médico-psychologique, moniteur éducateur… Ils seront dispensés de plusieurs modules de formation.

Près de 70 % des aides-soignants officient à l'hôpital ou dans les cliniques. Les centres de soins pour personnes âgées se développent très vite, offrant de nombreux débouchés aux aides-soignants débutants. L'aide-soignant peut aussi intervenir dans le cadre des services de soins infirmiers à domicile (SSIAD) sous l'autorité d'un infirmier.

Voir la fiche détaillée.

Infirmier / Infirmière

Qu'il travaille en milieu hospitalier ou qu'il soit indépendant, l'infirmier est l'auxiliaire indispensable du médecin. Il est le garant de la qualité des soins apportés aux patients. L'infirmier travaille sur prescription médicale. Il distribue les médicaments, refait des pansements, pratique des injections ou des prises de sang, et pose des perfusions. Il règle et contrôle les appareils de mesure ou de surveillance.

Faire face à la douleur des malades est parfois difficile à vivre. Mieux vaut avoir les nerfs solides et un équilibre personnel. L'infirmier passe presque toutes ses journées debout. Ses horaires sont souvent irréguliers.

Le diplôme d'Etat d'infirmier, indispensable pour exercer, se prépare en 3 ans au sein d'un IFSI, Institut de formation en soins infirmiers. Ce diplôme confère désormais le grade de licence (reconnaissance à bac + 3). La formation est accessible sur concours aux candidats âgés de 17 ans minimum et titulaires du bac (de préférence un bac général ou ST2S).

A noter : les auxiliaires de puériculture et les aides-soignants justifiant d'une expérience professionnelle d'au moins 3 ans bénéficient d'une dispense de certaines unités d'enseignement sous réserve d'avoir réussi un examen d'admission. De même, les titulaires d'un diplôme d'Etat de masseur-kinésithérapeute, d'ergothérapeute, de pédicure-podologue, de manipulateur en électroradiologie médicale, ainsi que les étudiants en médecine admis en 2e année du 2e cycle des études médicales et les étudiants sages-femmes (1re année validée) bénéficient d'une dispense de la 1re année d'études d'infirmer sous réserve d'avoir passé avec succès une épreuve écrite.

Au cours de sa carrière, l'infirmier pourra se spécialiser et obtenir, en 2 ans, le diplôme d'Etat d'infirmier de bloc opératoire (DEIB) ou d'infirmier anesthésiste (DEIA) ou de puéricultrice (en 1 an).

L'infirmier, lorsqu'il est rattaché à la fonction publique, travaille dans les hôpitaux publics, les services scolaires ou encore la médecine du travail. Il peut également exercer en tant que salarié dans les cliniques privées, les entreprises ou encore pour des associations humanitaires, en France ou à l'étranger.

Les infirmiers libéraux se constituent une clientèle sans trop de difficulté. En revanche, il faut avoir cumulé 3 années d'exercice salarié avant de pouvoir s'installer à son compte. Les horaires sont souvent lourds et irréguliers : soirs et week-ends ne sont pas épargnés !

On dénombre près de 83 000 infirmiers en exercice en Ile-de-France dont 78 % en secteur hospitalier. D'après le rapport "Territorialité et offre de soins" du Conseil économique et social régional d'Ile-de-France (CESR), il faudrait recruter d'ici 5 ans 4 000 à 7 000 infirmiers par an pour compenser les prochains départs à la retraite, et 1 600 de plus pour que l'Ile-de-France rattrape la densité nationale, aujourd'hui 2 fois supérieure.

Voir la fiche détaillée.

Contacts utiles

Centre national de la fonction publique territoriale

10-12 rue d'Anjou
75381 Paris Cedex 08 Tel : 01.55.27.44.00

http://www.cnfpt.fr
Direction régionale des affaires sanitaires et sociales d'Ile-de-France

58-62 rue de Mouzaia
75935 Paris cedex 19 Tel : 01.44.84.22.22

http://www.ile-de-france.sante.gouv.fr
Centre de gestion de la FPT de Seine-et-Marne (77)

335, rue du bois Guyot
77350 Le Mée-sur-Seine Tel : 01.64.14.17.00

http://www.cdg77.fr
Centre interdépartemental de gestion de la grande couronne (78, 91, 95)

15, rue Boileau
BP 855
78000 Versailles cedex Tel : Tél : 01.39.49.63.00

http://www.cigversailles.fr
Centre interdépartemental de gestion de la petite couronne (92, 93, 94)

157, avenue Jean Lolive
93698 Pantin Cedex Tel : Tél. : 01.56.96.80.80

http://www.cig929394.fr

Liens utiles

Métiers et secteurs
Acteurs publics

Présentation générale du fonctionnement de chacune des fonctions publiques, base de données des concours et offres d'emploi.

http://www.acteurspublics.com
e-fonctionnaires

Ce site a pour objectif de guider les fonctionnaires et agents de la fonction publique sur Internet. Dans ce cadre, e-fonctionnaires.com répertorie de façon thématique les ressources d'autres sites.

http://www.e-fonctionnaires.com
L'hôpital a besoin de vous

Site internet de la campagne de promotion des métiers hospitaliers, organisée en 2008 par le ministère de la Santé et des sports. On y trouve notamment de très nombreuses informations sur les 150 métiers de l'hôpital avec toutes les précisions nécessaires (formations, compétences¿).

http://www.lhopitalabesoindevous.fr
CNFPT, centre national de la fonction publique territoriale

Site officiel entièrement consacré à la fonction publique territoriale. Les concours et les résultats, des dossiers thématiques ou encore le répertoire des métiers territoriaux sont quelques-unes des rubriques à consulter. Le site donne accès aux dates de concours,

http://www.cnfpt.fr
Ministère de la Fonction publique, de la Réforme de l'Etat et de l'Aménagement du territoire

Indispensable pour se familiariser avec le statut d'agent de l'Etat et découvrir les métiers de l'administration.

http://www.fonction-publique.gouv.fr
Emploi et recrutement
Bourse interministérielle de l'emploi public

Cette bourse à l'emploi s'adresse à l'ensemble des agents des 3 fonctions publiques, ainsi qu'aux personnes handicapées qui postulent pour un recrutement par contrat donnant vocation à titularisation. Certains postes sont également ouverts aux personnes souhaitant travailler sous contrat.

http://www.biep.gouv.fr/
Calendrier des concours de la fonction publique

Ce module vous permet d'obtenir les dates provisionnelles des concours après avoir indiqué différents critères (administration organisatrice, domaine, catégorie, etc.).

http://concours.fonction-publique.gouv.fr
Concours catégorie C de la fonction publique d'Etat.

Un document de présentation de l'ensemble des concours de catégorie C de la fonction publique d'Etat.

http://www.fonction-publique.gouv.fr/IMG/fp_concoursC.pdf
JD Fonction publique

Crée par l'AFIJ, Association pour l'insertion des jeunes diplômés, ce site présente les différentes fonctions publiques, les modes de recrutements, les préparations aux concours.

http://www.jd-fonctionpublique.info
AP-HP, Assistance publique des hôpitaux de Paris

Principal employeur de la fonction publique hospitalière en Ile-de-France, l'AP-HP regroupe 37 hôpitaux et 72 000 agents. Rendez-vous dans l'espace Recrutement pour tout savoir sur les concours d'accès aux écoles de puériculture, de soins infirmiers, d'aides-soignants ou de kinésithérapeutes. A consulter également : les dates et les procédures d'inscription aux concours de l'APHP.

http://www.aphp.fr
Fonction publique européenne

Site officiel donnant accès à la liste prévisionnelle des concours, à un document téléchargeable sur les carrières dans les institutions européennes, etc.

http://europa.eu/epso/index_fr.htm
Recrutement dans les institutions internationales

Dans la rubrique "emploi, stage et concours", vous trouverez des informations destinées à ceux qui souhaitent faire carrière au sein des institutions internationales.

http://www.diplomatie.gouv.fr
Carrières publiques

Si vous souhaitez faire carrière dans la fonction publique, vous trouverez sur ce site toutes les dates des concours, ainsi que leurs programmes. Autres rubriques à consulter : les fiches métiers et l'actualité de l'emploi dans le secteur.

http://www.carrieres-publiques.com
La gazette des communes

Site web de la publication du même nom avec un accès restreint pour la plupart des articles à consulter. La rubrique emploi est néamoins à visiter par tous ceux qui recherchent un emploi dans une collectivité locale. Les différents concours sont également présentés.

http://www.lagazettedescommunes.com
Emploi-collectivités

Le site Emploi-Collectivités vise à fournir des informations utiles sur les ressources humaines des organismes publics et plus particulièrement des collectivités territoriales (villes, communautés de communes, conseils généraux et régionaux, etc.)

Vous y trouverez notamment des offres d'emplois et de stages, une CVthèque, un agenda des salons spécialisés, un annuaire des collectivités, etc.

http://www.emploi-collectivites.fr
Jobfonctionnaire.com

Découvrez ce internet spécialisé dans la diffusion d' offres d'emplois pour fonctionnaires en partenariat avec Pôle emploi.

http://www.jobfonctionnaire.com/
Etudes et statistiques
Observatoire de l'emploi territorial

Rattaché au Centre national de la fonction publique territoriale, cet observatoire propose différentes enquêtes sur l'emploi dans la fonction publique territoriale, ainsi qu'un répertoire des métiers territoriaux, le tout consultable gratuitement en ligne.

http://www.observatoire.cnfpt.fr/pages_local/accueil.phtml