Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

domaine

Les métiers de la fonction publique

Domaines : Défense publique - Sécurité, Droit, Enseignement - Recherche, Santé – Social - Soins esthétiques
Janvier 2013
Voir le dossier complet

La fonction publique d'Etat

Avec 2.5 millions d'agents, la fonction publique d'Etat représente près de la moitié de l'emploi public total. Les personnels de l'Etat sont en poste dans les ministères, les établissements scolaires, les musées, les prisons... 42 % des agents de l'Etat recrutés en catégorie A ont un bac + 4 et la moitié des personnes recrutées en catégorie B ont un bac + 2.

Administrateur civil / Administratrice civile

En poste dans les ministères ou les services de l'Etat en région, l'administrateur civil exerce de très hautes responsabilités. Il est chargé de faire appliquer la politique du gouvernement, soit en préparant des projets de loi, soit en gérant et en organisant les actions de l'Etat.

Esprit d'analyse et de synthèse, perspicacité, aptitude à communiquer et à manager une équipe sont autant de qualités nécessaires lorsqu'on exerce les fonctions d'administrateur.
Dans ce métier à haute dimension politique, il est indispensable également de faire preuve de réserve et de tact.

Seule l'ENA (Ecole nationale d'administration), à Paris et Strasbourg, permet d'accéder au poste d'administrateur civil.

Vous devez être titulaire au minimum d'une licence (bac + 3), ou d'un diplôme d'une école supérieure de commerce, d'une école d'ingénieurs, d'une école normale supérieure (ENS), d'un institut d'études politiques (IEP) pour vous présenter au concours de recrutement externe. Il n’y a plus de limite d’âge pour se présenter. Les places étant très convoitées, un master professionnel ou recherche est vivement conseillé.

Le concours est ouvert aux candidats de nationalité française ou ressortissants des Etats membres de la Communauté européenne.

Etant donnée la nature des épreuves de sélection, le droit et les sciences politiques avec les sciences économiques et la gestion sont les principales filières de recrutement. Il est exigé des candidats une très bonne culture générale.

Pour l'année 2012, le nombre d'inscrits au concours externe était de 1029 pour un total de 40 places offertes. La formation dure un peu plus de 2 ans et comprend des stages.

L'administrateur civil peut travailler dans n'importe quelle administration - notamment les ministères - puisqu'il a été formé dans le but d'être polyvalent.

Tous les services en région dépendant de l'Etat lui sont accessibles, à l'instar des préfectures.

Voir la fiche détaillée.

Agent, contrôleur, inspecteur des impôts / Agente, contrôleuse, inspectrice des impôts

Le travail des agents des impôts est très diversifié puisque la Direction générale des impôts est chargée de gérer de A à Z les recettes de l'Etat (impôts directs, TVA, etc.). Elle assure aussi le paiement des allocations d'aide à l'enfance, des pensions civiles, etc.

Un agent ou un contrôleur peut être affecté au calcul de l'impôt, à sa gestion ou à sa collecte. Au guichet, le personnel assure l'accueil du public venu payer un impôt, faire une réclamation, ou même souscrire une assurance vie ! L'inspecteur assure principalement des tâches d'encadrement de ses collaborateurs et de contrôle des dossiers des contribuables.

La moindre erreur sur les chiffres et les calculs peut être très lourde de conséquences : rigueur et attention soutenue sont nécessaires pour exercer cette profession. Lorsqu'il travail au contact du public, le personnel des impôts doit également s'armer de patience et agir avec diplomatie.

Le concours d'agent administratif (catégorie C) est ouvert aux titulaires du brevet des collèges. Mais un BEP ou un CAP augmente vos chances de réussite. Une fois admis, vous serez affecté en qualité de stagiaire dans un emploi correspondant au grade d'agent administratif des impôts durant une période probatoire de dix mois. Plusieurs cycles de formations sont prévus dans les centres régionaux de formation, sous couvert de l'Ecole nationale des impôts.

Le concours de contrôleur (catégorie B) est ouvert aux titulaires du bac ou d'une capacité en droit. Un fois reçu, vous suivez 1 an de formation rémunérée, dont 8 mois théoriques et 4 mois d'application, à l'Ecole nationale des impôts (Clermont-Ferrand ou Noisy-le-Grand) ou à l'Ecole nationale du cadastre (Toulouse) pour ceux qui choisissent les services du cadastre (spécialisés notamment dans les impôts locaux, taxes foncières, etc.).

Pour le concours d'inspecteur (catégorie A), il faut avoir au moins une licence (bac + 3) ou un diplôme équivalent. Les mentions de licence les plus adaptées sont : le droit, les sciences économiques, mais aussi les maths ou les statistiques pour ceux qui visent le cadastre. Une fois reçu, la formation dure 1 an : 8 mois de formation théorique à l'Ecole nationale des impôts (à Clermont-Ferrand ou Noisy-le-Grand) ou à l'Ecole nationale du cadastre, et 4 mois en stage dans les services de la Direction générale des impôts.

A noter : pour chacune des catégories de concours, il existe 2 concours nationaux : le concours national à affectation nationale et le concours national à affectation régionale. Les candidats doivent, lors de leur inscription, opter pour l'un d'entre eux. Ils se déroulent le même jour, sur le même site.

Les épreuves sont identiques pour les 2 types de concours et portent sur les mêmes sujets. Mais les lauréats du concours national à affectation régionale sont affectés en région Ile-de-France avec une durée minimale de 5 ans dans la direction de première affectation, dont 3 ans sur le 1er poste.

La direction générale des impôts dispose d'un effectif d'environ 79 180 personnes : 20 700 relèvent de la catégorie A, 24 780 de la catégorie B et 33 700 de la catégorie C.

En 2006, elle a recruté par concours externe 483 agents (de constatation ou d'assiette), 349 contrôleurs et 298 inspecteurs.

De façon générale, les postes à la Direction générale des impôts sont très convoités, notamment celui d'inspecteur des impôts, dont la sélection est sévère (moins de 15 % de réussite au concours).

Bon à savoir

Le Trésor public recrute également des agents, des contrôleurs et des inspecteurs dans des proportions comparables à la Direction générale des impôts.

Voir la fiche détaillée.

Attaché d'administration centrale / Attachée d'administration centrale

L'attaché d'administration centrale est chargé de faire appliquer les directives du gouvernement dans un service du ministère dont il dépend. Il assure ainsi le bon fonctionnement des services publics, comme les transports, les tribunaux, les hôpitaux ou encore la Sécurité sociale. Il peut également avoir des fonctions plus générales de gestion du personnel, de comptabilité, etc.

Rigoureux et doté d'une bonne plume, l'attaché d'administration sait rédiger des rapports ou des études à la fois clairs et concis, dans lesquels il analyse et synthétise toutes les données à sa disposition.

Ses missions sont très diverses, il doit posséder une bonne culture générale et actualiser sans cesse ses connaissances dans les domaines juridiques et administratifs.

Vous devez avoir au minimum une licence (bac + 3) ou mieux, un master ou un diplôme d'IEP, pour vous présenter au concours externe généraliste (catégorie A) des IRA, Instituts régionaux d'administration.

Le concours est ouvert aux candidats de nationalité française ou ressortissants des Etats membres de la Communauté européenne.

Au nombre de 5 (Bastia, Lille, Lyon, Nantes et Metz), les IRA assurent la formation des futurs attachés d'administration centrale. Celle-ci dure 1 an et elle est rémunérée.

Les candidats admis au concours de l'ENA, Ecole nationale d'administration, peuvent eux aussi devenir attachés d'administration centrale après avoir passé un oral. Ils doivent effectuer ensuite 1 an de stage.

350 à 370 attachés d'administration centrale sont recrutés chaque année par la voie du concours externe.

Les services centraux des ministères recrutent les attachés d'administration centrale dès leur sortie de formation. Son diplôme en poche, l'attaché est affecté à un poste en fonction des choix qu'il a émis et de son rang de classement dans la promotion.

Voir la fiche détaillée.

Gardien de la paix / Gardienne de la paix

Le gardien de la paix fait partie du corps de maîtrise et d'application de la Police nationale. Il est garant de l'ordre public et veille à la protection des personnes et des biens. Son emploi du temps peut être très fluctuant : il dépend des urgences de son service.

Le recrutement se fait par la voie, soit des concours nationaux (à affectation nationale ou à affectation régionale Ile de France), soit des concours déconcentrés en Outre-Mer.

Pour vous inscrire à l'un de ces concours, vous devez être  de nationalité française, avoir 17 ans au moins et 35 ans au plus, et être titulaire du bac (ou équivalent). Une bonne condition physique est exigée.

Les épreuves d'admissibilité comprennent l'étude d'un texte, un questionnaire portant sur des connaissances générales ou sur le programme du bac pro sécurité prévention, ainsi que des tests psychotechniques.

Pour l'admission, vous devez ensuite passer avec succès des épreuves orales (un entretien de motivation et un autre en langue étrangère) suivies d’épreuves physiques (parcours d'habilité motrice et test d'endurance).

Une fois ces épreuves réussies, vous vous engagez à rester 5 à 8 ans au service de l’Etat, suivent un an de formation rémunérée, alternant périodes dans l'une des écoles de la Police nationale et services actifs.

Votre titularisation interviendra à l'issue du stage.

Repère

Avec 1,1 million d'agents, l'Education nationale représente 45 % des effectifs de la fonction publique de l'Etat. Ce sont les métiers de professeur des écoles, professeur de l'enseignement secondaire (collège et lycée) et professeur de l'enseignement professionnel qui offrent les débouchés les plus importants (vor notre dossier Métiers de l'enseignement).

Voir la fiche détaillée.

Magistrat / Magistrate

Le magistrat du siège peut être juge des enfants, d'instance, d'instruction, des affaires familiales ou d'application des peines. Sa mission est d'appliquer la loi à travers les jugements qu'il prend.

Le procureur ou magistrat du parquet, lui, ne rend pas de jugement. Représentant la société, il est chargé de la défendre. Il réclame alors l'application d'une peine contre les accusés.

Le magistrat sait rester intègre en toutes circonstances : ce métier implique une grande indépendance d'esprit et une personnalité affirmée. Faire appliquer la loi demande aussi beaucoup de rigueur. Enfin, le magistrat doit être solide et équilibré car son quotidien est fait de drames, parfois sordides.

L'ENM, Ecole nationale de la magistrature, à Bordeaux (33), est un passage obligé pour le futur magistrat.

Pour pouvoir passer le concours externe ("1er concours"), vous devez être de nationalité française, âgé de 31 ans au plus et titulaire d’un diplôme de niveau bac + 4 (de préférence en droit), d’un diplôme d'IEP ou être un ancien élève d'une Ecole normale supérieure (ENS). Trois tentatives sont possibles.

Compte tenu du nombre de candidats et de la difficulté des épreuves, notamment celle de culture générale (dotée du plus fort coefficient), vous avez tout intérêt à décrocher un master professionnel ou de recherche (bac + 5) avant de vous présenter.
Quels que soient vos diplômes, une préparation préalable d'1an dans un IEJ, institut d'études judiciaires, est fortement conseillée.

La formation à l'ENM dure 31 mois et fait alterner des périodes d’enseignement et des stages. Tous les candidats reçus à l'ENM (Ecole nationale de magistrature) deviennent magistrats. De la position dans le classement de la promotion dépend la spécialité choisie.

C'est le ministère de la Justice qui décide du nombre de postes à pourvoir chaque année. En 2011, celui-ci a été fixé à 138.

Voir la fiche détaillée.

Surveillant d'établissement pénitentiaire / Surveillante d'établissement pénitentiaire

Le surveillant d'établissement pénitentiaire est chargé de la sécurité des prisons et de leur fonctionnement quotidien. Dans les maisons d'arrêt, où les détenus attendent leur jugement, il remplit des missions de contrôle et de garde.

Rigueur et stabilité, sens aigu de la communication et de l'autorité, aptitudes au travail de jour comme de nuit, sont autant de qualités que doivent posséder les personnels de surveillance. Le moindre fait ou geste inhabituel peut être annonciateur d'une situation grave (projet d'évasion, tentative de suicide ou mutinerie) : le surveillant d'établissement pénitentiaire doit aussi avoir le sens de l'observation.

Pour vous présenter au concours de recrutement de surveillant, vous devez posséder le diplôme national du brevet ("brevet des collèges"). De plus, vous devez respecter des conditions physiques, avoir entre 19 et 40 ans, posséder un casier judiciaire vierge et la nationalité française.

Du fait du grand nombre de candidats, la sélectivité est sévère et le niveau scolaire des candidats reçus élevé : 61% des lauréats de la session de mars 2012 possèdent au moins le baccalauréat et 17% un diplôme d'étude universitaire.

Une fois admis, vous bénéficiez d'une formation rémunérée de 8 moi à l'ENAP, Ecole nationale d'administration pénitentiaire d'Agen (47).

L'administration pénitentiaire recrute plus intensément depuis quelques années, suite au programme de rénovation et de modernisation des prisons lancé par le ministère de la Justice.

Au 1er janvier 2012, les effectifs de l'administration pénitentiaire étaient de 26 094 personnels de surveillance. Un ou 2 concours de recrutement sont organisés chaque année : chaque promotion compte environ 500 élèves.

Voir la fiche détaillée.

Aller à la page précédente
Page :12345
Aller à la page suivante