Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Anne-Marie Guerrero

Régisseuse générale, Ile-de-France
Date de l'interview : 01/12/2006

Régisseuse, j'ai choisi ce métier pour le plaisir de créer, d'échanger, de donner et surtout par amour du théâtre !

Véritable touche-à-tout, elle n'est pas devenue régisseuse générale par hasard. Outre son amour pour le théâtre, elle a exercé divers métiers tout au long de sa carrière, parmi lesquels électricienne, machiniste, régisseur lumière, régisseur plateau...

Pouvez-vous nous décrire votre métier ?

La régie générale consiste à faire qu'un spectacle se joue impérativement. Donc je dois faire en sorte que chacun se sente bien et puisse assurer son poste dans les meilleures conditions : comédien, régie lumière, régie son, régie plateau... Je prépare en amont les dates de tournées, en prenant contact avec les lieux d'accueil du spectacle et en étudiant les plans pour faire la meilleure adaptation technique. Je gère également l'équipe technique. Je travaille en équipe et je côtoie les techniciens, les directeurs de salle, le metteur en scène, l'habilleuse, le constructeur de scénarios, etc.

Où travaillez-vous actuellement ?

Je suis sur plusieurs projets en ce moment : un spectacle de textes de Rimbaud, joué par deux comédiens et aussi un spectacle de dialogue entre deux clowns. J'assure la régie générale pour une saison au Théâtre des quartiers d'Ivry et d'un spectacle en co-production : "Willy Protagoras enfermé dans les toilettes" de Wajdi Mouawad, mis en scène par Magali Leris.

Comment êtes-vous devenue régisseuse générale ?

Mon parcours professionnel s'est fait essentiellement en apprentissage sur le tas, avec des constructeurs et des régisseurs expérimentés. J'ai été constructrice de décors, accessoiriste, électricienne, machiniste, régisseur lumière, régisseur plateau, régisseur général, éclairagiste. Je ne considère pas le fait d'être aujourd'hui régisseuse générale comme une évolution car je peux très bien faire de la régie lumière ou construire des décors demain avec le même plaisir.

Pourquoi avez-vous choisi de faire ce métier ?

J'ai choisi ce métier par le plaisir de créer, d'échanger, de donner et aussi pour la diversité des rencontres humaines. Mais c'était surtout par amour du théâtre ! J'ai suivi une formation au Centre de formation professionnelle aux techniques du spectacle, le CFPTS, pour acquérir les bases en électricité. Puis, j'ai décroché mon premier poste par le bouche à oreille auprès des gens qui avaient envie de travailler avec moi.

Un régisseur qui travaille dans le spectacle vivant peut-il travailler dans l'audiovisuel ? Est-ce que les techniques sont différentes ?

La technique pour le spectacle vivant est différente de l'audiovisuel mais les bases sont sensiblement les mêmes. Pour la lumière, on ne se sert pas de la même façon de la couleur, par exemple, et l'approche du son diffère également car dans le spectacle vivant on le travail se concentre plutôt sur la diffusion des sons alors que dans l'audiovisuel on fait plutôt de la captation, c'est-à-dire l'enregistrement d'un dialogue, d'une musique, etc. Si le professionnel est conscient de ces particularités, il peut tout à fait passer de l'un à l'autre sans difficultés.

Avez-vous des projets pour la suite ?

Mes projets futurs sont du théâtre, et encore du théâtre !

Quel est le dernier spectacle auquel vous avez assisté ?

"Bête de Style" au Studio Casanova du Théâtre des quartiers d'Ivry.