Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

domaine

Les métiers autour des livres

Domaines : Art – Culture - Audiovisuel, Information - Communication, Lettres – Langues - Sciences humaines, Métiers
Dernière mise à jour : 09/04/2014

Les métiers du livre s'exercent dans plusieurs secteurs professionnels et recrutent à tous les niveaux d'études. Aussi passionnant qu'impitoyable, cet univers n'accueille que les plus motivés.

Replier le dossier

Introduction

Les métiers du livre se répartissent entre plusieurs secteurs professionnels et recrutent à tous les niveaux d'études. Malgré les bas salaires et les contrats précaires, l'univers du livre suscite toujours de très nombreuses vocations et attire des professionnels de plus en plus qualifiés.

Un observatoire francilien

Le Motif, observatoire du livre et de l’écrit en Ile-de-France, permet d'avoir une vision des métiers du livre sur le territoire à travers ses études, ses chiffres clés et les rencontres qu'il organise. Les guides qu'il publie aideront les futurs professionnels du secteur à trouver la formation adéquate, une aide financière ou encore à faire leurs premières démarches pro.
http://www.lemotif.fr/

Le secteur du livre est la première industrie de produits culturels en France, devant les jeux vidéo. Il représente 52 % du marché. Cette industrie est largement ancrée sur le territoire francilien. Malgré le contexte économique morose, le volume des ventes reste stable. Ce sont les romans et les livres pour la jeunesse qui réalisent les plus grosses ventes (en nombre d'exemplaires), malgré un chiffre d'affaires associé en baisse.

Panorama du secteur

Le secteur du livre peut être découpé en 4 branches : l’édition, l’imprimerie, la reliure et la librairie. On y associe parfois les activités de pré-presse également.

Selon les derniers chiffres clés publiés par le ministère de la Culture, en 2011-2012, les ventes se sont faites pour 23 % dans les librairies, 23 % dans les grandes surfaces culturelles, 19 % dans les rayons livres des supermarchés (20 %) et 17 % sur internet.

Bon à savoir
En 4 ans, la part d'internet est passée de 9 % des ventes à 17 % au détriment principalement de la vente par correspondance traditionnelle et des clubs de livres.

D’après le ministère de la Culture, la France compte environ 8 000 entreprises ayant une activité d’édition (dont 4 000 pour lesquelles il s’agit de l’activité principale).

De grandes maisons d'édition côtoient des centaines d'éditeurs de taille modeste. Selon le SNE, Syndicat national de l'édition, à l’échelle nationale, seuls 20 éditeurs ont plus de 5 000 titres à leur catalogue chacun dont 18 maisons franciliennes ! Près d’un éditeur sur deux a moins de 100 titres à son catalogue.

Côté imprimeurs, 1/4 des professionnels travaillent tout ou partie pour l'édition, ce qui représente 8 % du chiffre d'affaires de la production d'imprimés. Cela concerne plus de 300 sociétés de plus de 10 salariés.

Au total, ce sont plus de 80 000 personnes en France qui ont un emploi en relation avec le livre dont 13 000 dans l'édition et 12 500 dans le commerce de détail de livres en magasins spécialisés (données 2010 - Pôle emploi).

Le secteur est fortement féminisé avec 2/3 des emplois occupés par des femmes.

L'Ile-de-France est la région emblématique pour toute la chaîne du livre : elle assure la moitié de la production de livres en France, réalise les 2/3 du chiffre d’affaires national, et emploie la majorité des effectifs salariés.

Concevoir

Les métiers de la conception des livres se retrouvent surtout dans les maisons d'édition et concernent l'élaboration de l'ouvrage, de son écriture jusqu'à la copie finalisée destinée à l'impression. Certaines maisons d'édition possèdent leurs propres services de promotion et de distribution des publications.

 

Pour rester compétitifs, les éditeurs limitent les recrutements  et gèlent les salaires. Malgré tout, les candidats sont bien plus nombreux que les sociétés d'édition ne peuvent en accueillir : seuls les plus qualifiés peuvent aujourd'hui espérer décrocher un poste de secrétaire d'édition ou d'éditeur. L'émergence du numérique fait apparaître de nouveaux profils chez les éditeurs : chef de projet, développeur informatique, etc.

Fabriquer

Les métiers de la fabrication s'exercent principalement au sein des imprimeries et, dans une moindre mesure, chez les éditeurs. Ce sont des métiers qui exigent de bonnes compétences techniques. Il est aujourd'hui indispensable de passer par une formation pour débuter. Les besoins de main d'oeuvre concernent surtout les conducteurs de machines. Mais pour gérer la production, il faut également des professionnels qui organisent le travail des ateliers et coordonnent le circuit d'impression.

 

Les entreprises artisanales et les petites entreprises ont quasiment disparu. Le marché de l'imprimerie est désormais aux mains de groupes internationaux qui intègrent toute la chaîne de fabrication. Si le livre numérique peine encore à trouver ses marques sur le marché du livre, l'imprimerie numérique, elle, est une réalité depuis plusieurs années : les spécialistes en la matière sont très appréciés par les recruteurs.

Diffuser, vendre

Les métiers de la diffusion et de la vente regroupent 2 catégories de professionnels : ceux qui vendent les livres et ceux qui les rendent accessibles au public. Les premiers sont employés par les maisons d'édition ou les sociétés de diffusion ; les seconds travaillent au sein des bibliothèques ou des centres de documentation. Le libraire se situe entre les deux, car il vend au public.

On dénombre quelque 6 000 points de vente de livres en France, indépendants ou rattachés à des chaînes. Actuellement, les profils commerciaux s'insèrent facilement sur le marché du travail. Certains éditeurs éprouvent même des difficultés à combler leurs besoins.

Quant aux métiers des bibliothèques, ils relèvent principalement de la fonction publique. De nombreux départs à la retraite sont programmés d'ici 2015 : les recrutements devraient se poursuivre à un bon rythme dans les années à venir.

Bon à savoir
A Paris, le Labo de l'Edition est un incubateur permettant à des entreprises nouvellement créées dans l'édition de se faire une place dans le secteur (depuis fin 2011) : http://www.labodeledition.com/

Les métiers de la conception

Si les ventes stagnent, le nombre de livres édités et commercialisés continue sa progression : + 17.9 % entre 2006 et 2008. Pour éditer les 69 658 titres parus en 2008, les maisons d'édition n'ont pas augmenté le nombre de collaborateurs. La charge de travail des salariés de l'édition s'est donc considérablement accrue.

Auteur

Un auteur écrit des livres. Il peut rédiger des romans, des bandes dessinées, des essais, des guides de voyage, des publications techniques ou scientifiques, etc. On l'appelle écrivain lorsqu'il compose des oeuvres littéraires, scénariste-dessinateur s'il conçoit à la fois le scénario et les dessins de sa BD, ou encore rédacteur quand il rédige des ouvrages pratiques.

Après le travail d'écriture, il faut trouver un éditeur qui soit prêt à engager des frais pour publier le livre. Les maisons d'édition reçoivent beaucoup plus de manuscrits qu'elles ne peuvent publier !

Il est très difficile de vivre exclusivement de sa plume. En effet, la plupart des auteurs occupent un autre emploi en parallèle. A de rares exceptions près, l'auteur n'est pas payé pour écrire : les droits d'auteur ne lui sont versés que lorsque son livre se vend. Ce pourcentage sur le prix de vente varie en moyenne de 2 à 8 %. Cependant, l'auteur signe souvent un "à-valoir", qui lui permet de recevoir une avance sur les droits que lui rapportera la vente de son ouvrage.

Un auteur doit avoir de l'imagination et du talent pour écrire (ou dessiner). Il doit être rigoureux pour rendre son travail à temps lorsqu'il s'agit d'une commande. Certains auteurs expérimentés se tournent vers les métiers de l'édition en créant leur propre entreprise, ou en acceptant des postes comme directeur éditorial ou responsable de collection chez un éditeur.

Aucun diplôme n'est nécessaire pour exercer cette profession. Toutefois, des études en lettres ou sciences humaines à l'université vous permettront de perfectionner votre maîtrise du français, d'améliorer votre orthographe et d'enrichir vos connaissances en matière de littérature et d'écriture.

Editeur / Editrice

En charge d'une ou plusieurs collections, l'éditeur reçoit et sélectionne les manuscrits d'auteurs connus ou inconnus qu'il souhaite publier. Il peut également commander des ouvrages à différents auteurs, en fonction de la ligne éditoriale qu'il a définie. Selon les maisons d'édition, il se charge également du suivi de la fabrication des livres et participe à la promotion des nouveautés en préparant des argumentaires de vente ou en organisant des séances de dédicaces.

Curieux, l'éditeur est ouvert à la nouveauté et suit de près l'actualité (littéraire, mais pas uniquement). Intuitif, il sait détecter les talents et prévoir les succès.

Réalisation d'un planning, négociation avec un imprimeur, rendez-vous avec un auteur... L'éditeur remplit quotidiennement des tâches très variées : cette fonction demande une grande polyvalence.

A bac + 2, le DUT information communication option métiers du livre et du patrimoine vous permet d'accéder au monde de l'édition. Une poursuite d'étude est toutefois vivement conseillée.

De même, le BTS édition prépare en 2 ans au métier d'éditeur mais aussi à celui de technicien de fabrication, qui assure la réalisation matérielle du livre.

Après un bac + 2, vous pouvez préparer une licence professionnelle. On peut citer la licence pro métiers de l'édition spécialité métiers des bibliothèques, de l’édition et du commerce du livre (Paris Descartes).

A bac + 5, les universités proposent des formations spécialisées en édition. On peut citer le master pro culture et communication mention édition spécialité commercialisation du livre (Vincennes-Saint-Denis) ou le master mention information-communication, spécialité lettres modernes appliquées aux techniques éditoriales et à la rédaction professionnelle (Sorbonne Nouvelle)…

Enfin, les diplômés des grandes écoles de commerce ou de Sciences Po sont de plus en plus nombreux parmi les éditeurs.

Le centre de formation ASFORED et l’ESCP Europe proposent un mastère spécialisé (MS) en management de l'édition de niveau bac + 6 lequel permet de devenir rapidement responsable d'édition.

Les grands groupes et les maisons d'édition indépendantes offrent des débouchés dans le secteur de la littérature ou de l'édition spécialisée.

Certaines agences de communication et les services communication de grands groupes recrutent également des éditeurs.

Voir la fiche détaillée.

Directeur artistique / Directrice artistique

Le directeur artistique, également appelé DA, est responsable de l'identité graphique d'une maison d'édition, d'une collection, d'un livre. Il supervise une équipe de maquettistes, dessinateurs et illustrateurs (salariés ou indépendants) qui travaillent sur les images et la mise en page des ouvrages. Il choisit les illustrations, propose des idées de couverture, fait des choix typographiques, etc. Il peut également avoir un budget à gérer. Il doit faire respecter le planning des réalisations graphiques en collaboration avec l'éditeur.

Etre inventif, trouver de nouvelles idées, tels sont les défis que se lance chaque jour le directeur artistique. Créatif avant tout, ce professionnel doit aussi savoir brider son imagination pour satisfaire les contraintes ou les demandes des éditeurs.

Cette profession exige un bon coup de crayon, ainsi qu'une grande curiosité car il faut sans cesse être à l'affût des nouvelles tendances culturelles. Cinéma, peinture, mode, vidéo, etc. Le directeur artistique se nourrit de tout !

Il n'existe pas de formation spécifique au métier de directeur artistique. Cependant, la plupart des directeurs artistiques en poste dans l'édition sont passés par une grande école d'art : ENSAD (Arts déco), Beaux-Arts de Paris ou de Strasbourg, ESAG Penninghen (école privée), école de l'image Gobelins CCIP (école consulaire), etc. Pour intégrer ces établissements, vous devez en général réussir un concours très sélectif.

Vous pouvez également passer par la filière des arts appliqués, en préparant un BTS communication visuelle option graphisme édition publicité. Pour le décrocher, vous devez suivre 2 ou 3 années d'études après le nouveau bac techno STD2A (« sciences et technologies du design et des arts appliqués) qui remplace remplace le bac STI arts appliqués ou un bac d'une autre série complété par une année de mise à niveau.

Après le BTS, les écoles supérieures d'arts appliqués (ESAA) proposent une poursuite d'études en DSAA (bac + 4) : DSAA art et technique de la communication, DSAA créateur concepteur option communication visuelle, ou encore DSAA art et technique de la communication option création typographique.

Les débouchés sont très limités car il n'y a souvent qu'un directeur artistique par maison d'édition (un peu plus chez les grands éditeurs).

En dehors de ces structures, les directeurs artistiques peuvent travailler dans les studios graphiques, les agences de design, etc.

 

Pour aller plus loin

On trouve également des "DA" dans le secteur de la publicité. Cependant, leur rôle est très différent de celui des directeurs artistiques de l'édition : travaillant en binôme avec des concepteurs rédacteurs, ils traduisent en images le ou les messages qu'un annonceur veut faire passer dans le cadre d'une campagne publicitaire.

Voir la fiche détaillée.

Maquettiste

Le maquettiste conçoit la mise en page de tout type de supports, qu'il s'agisse de journaux, de magazines, de plaquettes publicitaires, de livres, de brochures, de sites internet ou de cédéroms. Il organise le contenu des pages, c'est-à-dire des textes et images, de manière à les rendre attrayantes et claires pour les lecteurs.

Bien que le travail soit encadré, notamment avec l'obligation de respecter une charte graphique, il faut être suffisamment imaginatif et curieux des tendances pour proposer une nouvelle maquette ou faire évoluer une maquette existante.

Le maquettiste travaille souvent dans l'urgence. On attend de lui beaucoup de réactivité.

Le BTS design graphique option communication et médias imprimés ou option communication et médias numériques (ex BTS communication visuelle option graphisme édition publicité ou option multimédia) vous prépare au métier de maquettiste.
  Vous pouvez l'envisager en 2 ans après le BT dessinateur maquettiste option arts graphiques (niveau bac), le bac techno STD2A ou un bac d'une autre série suivi d'une année de mise à niveau (MANAA).
L'entrée pour la remise à niveau est très sélective.

Après le BTS, les écoles supérieures d'arts appliqués (ESAA) proposent une poursuite d'études en DSAA (bac + 4) : DSAA art et technique de la communication, DSAA créateur concepteur option communication visuelle, ou encore DSAA art et technique de la communication option création typographique.

Les écoles nationales supérieures d'art (Beaux-Arts ou ENSBA, ENSAD...) délivrent leurs propres diplômes d'un niveau bac + 5.
La référence dans le domaine des arts appliqués est l'ENSAD (Arts déco) qui forme aux nouvelles technologies.

Les écoles des beaux-arts (une cinquantaine en France) proposent un cycle court (bac + 3) menant au DNAT option design graphique et un cycle long (bac + 5) débouchant sur le DNSEP option communication ou option design graphique.

De nombreuses écoles privées (ESAG...), dont la réputation auprès des professionnels est inégale, proposent également des formations de durée variable.

Les agences de communication, tout comme les agences spécialisées dans la réalisation de journaux d'entreprise, constituent un important débouché pour les jeunes maquettistes.

La presse traditionnelle et les maisons d'édition ouvrent aussi leurs portes aux jeunes diplômés.

Voir la fiche détaillée.

Illustrateur / Illustratrice

L'illustrateur met en images des histoires et des situations et leur donne une ambiance particulière. Il peut s'agir d'illustrer des livres d'art, des livres pour enfants, des articles de presse ou des publicités.

Activité artistique avant tout, l'illustration exige beaucoup d'imagination et d'invention de la part de l'illustrateur. Illustrer des articles de presse demande, en plus, une bonne culture générale.

L'illustrateur est souvent en concurrence directe avec d'autres indépendants. A lui de trouver un style bien à lui, qui lui permet de se faire remarquer par les directeurs artistiques qu'il démarche régulièrement.

Les plus doués en dessin peuvent tenter de se lancer sans aucun diplôme. Mais un bac + 2 dans le domaine des arts plastiques ou arts graphiques constitue un atout.

Après un bac STD2A, 2 diplômes de niveau bac + 2  vous préparent à la profession : le BTS design graphique option communication et médias imprimés (ex BTS communication visuelle) et le DMA arts graphiques option illustration.

Si vous êtes titulaire d'un autre bac, vous devez suivre obligatoirement une année de mise à niveau en arts appliqués (MANAA) pour être accepté dans l'une de ces formations. Attention : les places en MANAA sont rares et sélectives.

Au niveau bac + 4, il existe un diplôme spécialisé dans l’illustration médicale et scientifique : le DSAA design d’illustration scientifique qui se prépare en 2 ans à l’école Estienne à Paris après le BTS ou le DMA.

Enfin, plusieurs diplômes d’écoles vous permettent d’acquérir une solide formation en illustration après le bac : par exemple, le diplôme de concepteur-créateur en arts décoratifs  se prépare en 5 ans à l’Ensad (Ecole nationale supérieure des arts décoratifs)  et  le DNSEP option communication mention illustration se prépare en 5 ans, uniquement à l'Ecole supérieure des arts décoratifs de Strasbourg. Il peut s’obtenir en 2 ans, après un DNAP option communication (également hors Ile-de-France).

L'édition fait travailler beaucoup d'illustrateurs, essentiellement dans le domaine des livres pour enfants. Cependant, les éditeurs d'ouvrages pour adultes, comme les encyclopédies, font aussi appel à leurs services.
La presse, qu'elle soit généraliste ou spécialisée, emploie régulièrement des illustrateurs.

Les agences de publicité ou de communication ont recours aux illustrateurs le temps d'une campagne ou d'un événement.

Voir la fiche détaillée.

Traducteur / Traductrice

Le traducteur transpose un texte d'une langue vers une autre. Il doit à la fois respecter la forme et le sens des textes qui lui sont confiés. Il peut se spécialiser dans la traduction de textes à caractère scientifique et technique ou, au contraire, ne traduire que des oeuvres littéraires.

Le métier de traducteur exige rigueur et précision car il faut sans cesse trouver les tournures les plus proches de la pensée de l'auteur.

Qu'il s'agisse de rapports, d'études ou de romans, les documents à traduire sont parfois longs et complexes. La traduction est un travail de longue haleine demande une certaine endurance.

En France, la profession de traducteur n'est pas réglementée et souffre d'un manque de reconnaissance. Le niveau de formation exigé est élevé (bac + 5) et, parallèlement aux études, vous devez avoir effectué plusieurs séjours à l'étranger pour vous imprégner d'au moins 2 langues étrangères, dont l'anglais. Vous devez aussi savoir bien rédiger et maîtriser parfaitement le français.

Vous avez la possibilité de vous tourner vers les sections orientales, européennes ou internationales au collège et au lycée.

L'université vous offre la possibilité de suivre un cursus complet en 5 ans. A bac + 3, vous pouvez valider une licence mention LLCE (langues littératures et civilisations étrangères) ou une licence mention LEA (langues étrangères appliquées). La première permet d'étudier une langue étrangère en profondeur ; la seconde est tournée vers l'étude de 2 langues étangères et d'une discipline type droit, commerce international, etc.

Une poursuite d'études vers un master professionnel ou recherche (bac + 5) vous permet de vous spécialiser notamment dans le domaine de la traduction. Les doubles compétences sont appréciées (langue et droit, environnement, électronique, etc.).

On peut citer les masters professionnels suivants : master pro spécialité industries de la langue et traduction spécialisée (Paris Diderot) ; master pro spécialité traduction anglaise spécialisée (Paris Ouest Nanterre) ; master pro mention langues étrangères appliquées, spécialité traduction juridique et financière (Sorbonne Nouvelle).

Par ailleurs, différentes écoles de traduction, privées ou publiques, peuvent vous mener vers métier de traducteur.

Deux écoles sont particulièrement renommées : l'ESIT, Ecole supérieure d'interprètes et de traducteurs et l'ISIT, Institut supérieur d'interprétation et de traduction. L'entrée, sur concours, y est très sélective et nécessite la maîtrise de 3 langues vivantes (dont le français).

Rattachée à l'université Sorbonne Nouvelle, l'ESIT recrute à bac + 3. Elle délivre un master pro traduction éditoriale, économique et technique (2 ans), ainsi qu'un master recherche en traductologie (1 an). Elle propose également un DU traducteur – interprète judiciaire.

L'ISIT propose quant à lui différents programmes et spécialisations accessibles à bac, bac + 1, bac + 2 ou bac + 3 : management, communication, traduction ; communication interculturelle et traduction ; master européen en traduction spécialisée, etc.

Enfin, toujours dans le domaine des la traduction, on peut citer l'INALCO, Institut national des langues et des civilisations orientales à Paris, plus connu sous le nom de ''Langues O'', ainsi que l'ITIRI, Institut de traducteurs, d'interprètes et de relations internationales, rattaché à l'université Strasbourg 2.

Les maisons d'édition font régulièrement appel à des traducteurs littéraires, le plus souvent indépendants.

Mais ce sont les agences spécialisées en traduction qui constituent le premier débouché des débutants. Cependant, elles recrutent peu de salariés, préférant faire appel à des traducteurs indépendants.

Par ailleurs, des grands groupes multinationaux ont besoin de traducteurs techniques, notamment ceux qui évoluent dans des secteurs tels que l'électronique, le multimédia, les télécommunications ou encore la santé.

Les organisations internationales et certains ministères disposent également d'équipes de traducteurs. L'entrée se fait généralement par le biais de concours.

Pour aller plus loin

- le correcteur : les maisons d'édition lui confient la vérification des textes avant impression. Aucune faute d'orthographe, de syntaxe ou de typographie ne doit rester sur la copie ;

- le lecteur : certains éditeurs emploient des personnes pour lire les manuscrits qu'ils reçoivent et émettre une opinion sur la qualité de l'oeuvre.

Voir la fiche détaillée.

Les métiers de la fabrication

Les industries graphiques (sociétés de photogravure, imprimeries, entreprises de finition) regroupent environ 86 000 professionnels et 5 000 entreprises en France. La région Ile-de-France concentre à elle seule 21,5 % des emplois du secteur. De l'opérateur à l'ingénieur, les besoins portent sur tous les niveaux de qualification.

Chef d'atelier des industries graphiques

Le chef d'atelier des industries graphiques est responsable de l'impression de documents, comme des journaux, des magazines, des brochures publicitaires, etc. Il supervise la production et organise le travail d'une équipe d'opérateurs et d'agents de maîtrise.

Ce métier, peu accessible aux débutants, demande une grande polyvalence, avec des connaissances aussi bien techniques qu'en management.

Responsable de la qualité des documents imprimés, le chef d'atelier doit quotidiennement faire preuve de rigueur et perfectionnisme.

Après la classe de 3e, vous pouvez opter pour une première année de bac pro industries graphiques, qui vous conduira en 3 ans vers 2 spécialités : bac pro production graphique ou bac pro production imprimée.

Vous pouvez également envisager de préparer un bac pro artisanat et métiers d'art option communication graphique (qui sera remplacé par le bac pro artisanat et métiers d'art option communication visuelle plurimédia à compter de 2014) ou un bac pro façonnage de produits imprimés, routage (1ère session en 2014).

Cependant, c'est le BTS communication et industries graphiques (option A : étude et réalisation de produits graphiques ; option B : étude et réalisation de produits imprimés) qui vous donnera véritablement accès au métier de chef d'atelier. Il se prépare en 2 ans en lycée d'enseignement général et technologique, généralement après un bac STI2D ou S, éventuellement après le bac pro production graphique ou production imprimée.

Les autres bacheliers peuvent bénéficier d'une mise à niveau en arts graphiques d'un an pour y accéder.

Les imprimeries de presse, desquelles sortent journaux et magazines, constituent un vivier d'emplois pour démarrer dans la profession.

Il est aussi possible d'être recruté par les imprimeries hors presse, c'est-à-dire celles qui produisent des affiches, des imprimés ou des catalogues publicitaires.

Voir la fiche détaillée.

Conducteur de machine de finition / Conductrice de machine de finition

Le conducteur de machine de finition supervise le fonctionnement d'une machine réalisant les différentes opérations de finition de documents imprimés : découpe des feuilles, pliage, assemblage ou encore couture. Il programme la machine, puis contrôle la qualité des documents en cours de fabrication.

Polyvalent, le conducteur de machine de finition maîtrise à la fois les techniques traditionnelles et le façonnage réalisé par des installations automatisées à commande numérique.

Son travail exige beaucoup de soin, d'habileté et de précision. Comme n'importe quel conducteur de machine industrielle, ce professionnel doit aussi être très réactif et intervenir dès qu'un problème survient au cours d'une opération pour ne pas retarder les livraisons.

L'automatisation des machines entraînant une hausse du niveau de recrutement, le bac vous sera demandé pour exercer ce métier.

Le bac pro production graphique, le bac pro production imprimée ainsi que le nouveau bac pro façonnage de produits imprimés, routage (1ère session en 2014) sont particulièrement adaptés.

Les jeunes conducteurs de machine de finition sont en majorité employés dans les entreprises spécialisées dans le façonnage.

Les imprimeries hors presse, qui réalisent des affiches, des catalogues ou des imprimés publicitaires, recrutent également ce type de profil.

Voir la fiche détaillée.

Conducteur de machines à imprimer offset / Conductrice de machines à imprimer offset

Le conducteur de machines à imprimer offset participe à la production de documents imprimés, qu'il s'agisse de journaux ou de magazines, de livres ou d'affiches. Il règle la machine à imprimer et surveille la fabrication des documents, intervenant en cas d'incident.

L'offset est le procédé d'imprimerie le plus répondu. Il est basé sur la répulsion de 2 produits antagonistes : l'eau et la graisse.

 

Réservée aux personnes ayant une bonne perception des couleurs, cette activité exige beaucoup de soin et précision, notamment lors du réglage des machines.

Pour devenir conducteur de machines à imprimer offset, il faut aussi une certaine force physique car on doit transporter de lourds rouleaux de papier.

Enfin, le conducteur de machines à imprimer offset doit avoir de bons réflexes pour intervenir rapidement quand la production n'est pas satisfaisante.

Vous pouvez débuter dans ce métier avec un bac pro production imprimée qui se prépare en 3 ans après la 3e. Ce diplôme vous permet d'accéder à des emplois de techniciens conduisant des machines complexes.

Le BTS communication et industries graphiques option B : étude et réalisation de produits imprimés se prépare en 2 ans après un bac S ou un bac pro production imprimée, ou éventuellement après un bac pro artisanat et métiers d'art option communication visuelle plurimédia ou un bac pro production graphique. Il vous permet de gérer des équipes.

Les imprimeries de presse, où sont fabriqués journaux et magazines, tout comme les imprimeries de livres, constituent les débouchés traditionnels pour les conducteurs de machines débutants.

L'imprimerie hors presse, c'est-à-dire celle qui concerne les affiches et les documents publicitaires, propose aussi des postes aux débutants.

Voir la fiche détaillée.

Opérateur de système texte-image / Opératrice de système texte-image

L'opérateur de système texte-image est un professionnel de l'imprimerie. Travaillant sur ordinateur, il prépare les documents en vue de leur impression, qu'il s'agisse de photos, de dessins, de textes, de schémas. Il les organise en fonction des directives du maquettiste, effectue des retouches (corrections d'orthographe, traitement scanner des images fournies), procède à la mise en page, puis au flashage.

Bon à savoir

Le flashage consiste à produire, à partir de fichiers numériques, les films nécessaires à la fabrication documents imprimés.


Du soin qu'apporte l'opérateur de système texte-image à la préparation de ses documents, à leur numérisation et au flashage des films, dépend la qualité de l'impression.

Ce métier implique d'avoir une très bonne acuité visuelle, notamment une bonne appréhension des couleurs.

L'opérateur de système texte-image assure des tâches très techniques. Cependant, sa sensibilité artistique est aussi sollicitée au quotidien.

La modernisation du secteur a entraîné la création de postes qualifiés : les bacs pro sont actuellement les profils les plus recherchés.

Après la classe de 3e, vous pouvez opter pour une première année de bac pro industries graphiques, qui vous conduira en 3 ans vers 2 spécialités : bac pro production graphique ou bac pro production imprimée.

En 2 ans après le bac (bac STI, bac pro production graphique ou le bac pro production imprimée), vous pouvez préparer un BTS communication et industries graphiques option étude et réalisation de produits imprimés. Ce diplôme vous permet d'accéder à des emplois plus qualifiés de la chaîne d'impression ou de progresser plus rapidement dans l'entreprise.

L'école de l'image Gobelins CCIP propose une formation d'opérateur texte image en contrat de professionnalisation. Elle dure 9 mois et s'adresse aux étudiants issus d'une formation en arts graphiques.

La majorité des emplois se trouvent chez les imprimeurs, qu'ils soient spécialisés dans la presse, le livre ou fabriquent des supports commerciaux comme les affiches, les cartons, les brochures ou les dépliants.

Les éditeurs recrutent également des opérateurs de système texte-image pour leurs studios de flashage.

Certaines entreprises se sont spécialisées dans les opérations de prépresse, par exemple dans la photogravure pour le flashage, et embauchent des opérateurs.

Voir la fiche détaillée.

Directeur de production des industries graphiques / Directrice de production des industries graphiques

Le directeur de production des industries graphiques organise la production de l'imprimerie afin de respecter les délais et les coûts prévus, en gérant aussi bien l'utilisation des machines que l'emploi du temps de son équipe.

Dynamique, le directeur de production des industries graphiques sait motiver son équipe et la faire avancer vers les objectifs qui ont été fixés. Polyvalent, il connaît dans le détail l'ensemble de la chaîne graphique.

L'une des missions essentielles du directeur de production des industries graphiques consiste à détecter les technologies à venir qui permettront d'être plus efficace et plus productif. A ce poste, la curiosité est un atout !

Le BTS communication et industries graphiques (option A : étude et réalisation de produits graphiques et option B : étude et réalisation de produits imprimés) correspond à ce poste puisqu'il vours permet de débuter et d'évoluer dans le secteur de l'imprimerie.

Il se prépare en 2 ans en lycée d'enseignement général et technologique, généralement après un bac S, éventuellement après un bac pro production graphique ou production imprimée.

Pour accéder rapidement à plus de responsabilités, vous devrez par exemple obtenir un diplôme d'ingénieur des industries graphiques qui se prépare en 3 ans après un bac + 2 (BTS ou classes prépa) à l'Ecole française de papeterie et des industries graphiques (Grenoble).

Les imprimeries de presse, desquelles sortent journaux et magazines, recrutent des directeurs de production des industries graphiques.

Les imprimeries hors presse, c'est-à-dire celles qui produisent des affiches, des imprimés ou des catalogues publicitaires, offrent aussi des opportunités.

Voir la fiche détaillée.

Technicien de fabrication des industries graphiques / Technicienne de fabrication des industries graphiques

Le technicien de fabrication des industries graphiques est un intermédiaire entre le service commercial et l'atelier d'impression. Il établit des devis à destination des clients qui souhaitent, par exemple, imprimer des journaux, des magazines, des packagings ou des dépliants publicitaires. Puis il suit la fabrication des commandes.

Pour exercer ce métier, il faut avoir un bon sens relationnel : le technicien de fabrication est en permanence au contact de la clientèle, mais aussi des maquettistes, des éditeurs, des illustrateurs, des commerciaux, des opérateurs techniques, etc.

Réactif, il surmonte rapidement les imprévus de livraison et les avaries techniques. La commande doit être livrée quoi qu'il arrive ! 

Seul un diplôme de niveau bac + 2 vous permettra d'accéder directement au poste de technicien de fabrication des industries graphiques. Toutefois, avec de l'expérience, des opérateurs ou des conducteurs de machines titulaires d'un bac pro peuvent envisager d'accéder à ce poste par promotion interne.

Le BTS communication et industries graphiques (option A étude et réalisation de produits graphiques et option B étude et réalisation de produits imprimés) ou  le BTS édition se préparent en 2 ans après un bac STD2A, STI2D, un bac S ou éventuellement un bac pro des industries graphiques.

La majorité des emplois proposés au technicien de fabrication des industries graphiques se trouvent chez les imprimeurs, qu'ils soient spécialisés dans la presse, les journaux, les magazines, ou dans des supports commerciaux (affiches, cartons, autocollants, etc.)

Les éditeurs de livres, revues et autres documents imprimés recrutent également des techniciens de fabrication.

Pour aller plus loin

- le restaurateur d'oeuvres d'art : sa mission est de donner un aspect neuf à un livre très ancien, en analysant les causes du dommage et en appliquant les techniques de restauration appropriées.

- le photograveur : il fabrique des films à partir des fichiers informatiques destinés à l'impression. Ce métier tend à disparaître, ou du moins, se diversifier avec l'arrivée des machines telles les scanners. On fait appel à lui pour la publication de beaux livres.

Voir la fiche détaillée.

Relieur doreur / Relieuse doreuse

Le relieur doreur protège les ouvrages, augmentant ainsi leur durée de vie. Il relie les feuilles d'un livre ensemble et les embellit en les dorant avec de fines feuilles d'or. Il répare aussi les livres abîmés et restaure les livres anciens.

Une feuille d'or est très légère et très fine, la moindre erreur ne se rattrape pas : le relieur doreur doit être méticuleux et extrêmement précis dans ses gestes. Son travail, très appliqué, nécessite aussi une grande concentration.

Le CAP arts de la reliure est le diplôme de base du métier. Il se prépare en 2 ans après une classe de 3e.

Il est possible également de préparer le CAP doreur à la feuille ornemaniste. Ce CAP mène à une insertion directe sur le marché du travail.

Toutefois, une formation complémentaire vous est recommandée si vous souhaitez réaliser des travaux plus complexes sur les ouvrages anciens et de valeur.

Le BMA arts de la reliure et de la dorure vous donne un niveau bac. Il s'effectue en 2 ans après le CAP arts de la reliure.

Le DMA arts graphiques option reliure dorure est une formation dispensée en 2 ans après le BMA. Ce diplôme équivaut à un bac + 2.

Les organismes d'Etat comme les bibliothèques, les centres culturels, les archives nationales ou régionales embauchent des relieurs doreurs.

Quelques librairies anciennes ou modernes de livres rares ou des ateliers privés de reliure d'art embauchent des débutants. Des collectionneurs privés et des bibliophiles font aussi appel aux relieurs doreurs.

L'installation à son compte se fait après quelques années d'expérience dans un atelier ou un organisme d'Etat.

Voir la fiche détaillée.

Les métiers de la diffusion et de la vente

Une fois le livre publié, il faut le rendre accessible au public. Les archivistes, bibliothécaires et documentalistes gèrent le prêt au public. Quant aux libraires, ils s'approvisionnent auprès des commerciaux, salariés d'une maison d'édition ou travaillant pour une entreprise de diffusion d'ouvrages.

Archiviste

L'archiviste collecte et classe les archives d'une collectivité, d'une institution ou d'une entreprise. Il peut s'agir de documents papier, mais aussi de documents sonores ou de films. L'archiviste rend également ces documents accessibles à un public donné.

Un bon archiviste doit être organisé et faire preuve d'une grande rigueur dans son travail.

Une bonne capacité d'écoute et une grande ouverture d'esprit sont indispensables pour répondre aux attentes des personnes qui viennent consulter les documents.

Les technologies de l'information ne cessant d'offrir des outils nouveaux, l'archiviste doit faire preuve de curiosité, s'intéressant à leur utilisation et à leurs évolutions.

A bac + 2, le DUT information-communication, options métiers du livre et du patrimoine (MLP) ; gestion de l’information et document pour les organisations (hors Ile-de-France), ainsi que le DEUST métiers des bibliothèques et de la documentation (Lille 3, Rennes 2) vous permettent d'accéder à certains concours externes de la fonction publique ou d’exercer dans le privé.

Après un bac + 2, une licence professionnelle, en 1 an, vous offre la possibilité de vous spécialiser ou d'acquérir une double compétence. Par exemple, la licence pro métiers des bibliothèques, de l’édition et du commerce du livre (Paris Descartes) ou la licence pro arts, lettres, langues ressources documentaires et bases de données spécialité bibliothèque (Paris Ouest Nanterre La Défense).

Des licences générales, comme la licence arts, lettres langues mention médiation culturelle (Sorbonne Nouvelle), vous donnent accès aux masters professionnels (bac + 5), fort appréciés des recruteurs. Parmi ceux-ci, on peut citer le master pro histoire culturelle et sociale spécialité métiers de la culture, archives (Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) ; spécialité métiers des archives et technologies appliquées (université de Picardie) ; spécialité métiers des archives (Lyon 3).

La prestigieuse Ecole nationale des Chartes (Paris) forme des archivistes-paléographes (soutenance d'une thèse en 4e année) qui se destinent à des missions de recherche. En 1re année, la formation est accessible sur concours, ouvert aux élèves après 2 ans de classe préparatoire (une vingtaine de places par an). Le latin et/ou le grec sont demandés.

A partir de la 3e année, la majorité des chartistes complètent leur formation, pendant 18 mois, à l'Institut National du Patrimoine, pour devenir conservateurs du patrimoine (le concours externe, spécialité archives, leur est réservé), ou à l'ENSSIB (Ecole Nationale Supérieure des Sciences de l'Information et des Bibliothèques) s'ils visent la fonction de conservateurs des bibliothèques (concours).

Selon l'Association des archivistes français, ce sont les archives et les services de documentation des entreprises de plus de 1 000 salariés qui offrent les meilleures opportunités aux débutants.

L'Etat, les collectivités territoriales et les grandes institutions publiques recrutent régulièrement de nouveaux archivistes, par le biais de concours.

Voir la fiche détaillée.

Bibliothécaire

La vocation première du bibliothécaire est de transmettre son goût pour la lecture. Pour cela, il participe à l'achat des livres, magazines, cassettes audio, cédéroms. Il met ces documents à la disposition du public après les avoir enregistrés dans le catalogue de la bibliothèque puis classés.

Les tâches de classement impliquent un grand sens de l'organisation. Pour recommander les bons ouvrages sans se tromper, le bibliothécaire doit s'intéresser aux goûts et aux attentes des lecteurs, mais aussi avoir le sens du service. Curieux, il aime découvrir les nouveautés littéraires, tous styles confondus.

La plupart des postes de bibliothécaires, relevant de la fonction publique, sont accessibles sur concours. Une fois obtenu ce dernier, vous devez suivre une formation d'au moins 1 an à l'ENSSIB, Ecole nationale supérieure des sciences de l'information et des bibliothèques, près de Lyon.

A bac + 2, les titulaires du DUT Information-communication option métiers du livre et du patrimoine (MLP), du DEUST métiers des bibliothèques et de la documentation (Rennes II), ou du diplôme de bibliothécaire-documentaliste (EBD) de l'Institut catholique de Paris peuvent passer le concours de bibliothécaire adjoint spécialisé (fonction publique d'Etat) ou celui d'assistant qualifié de conservation (fonction publique territoriale).

Avec un niveau licence (bac + 3), vous pouvez vous inscrire aux concours suivants : bibliothécaire, bibliothécaire territorial, conservateur des bibliothèques et conservateur territorial de bibliothèques.

Quelques licences professionnelles permettent de préparer ces concours : licence pro métiers de l'édition et ressources documentaires (Paris Ouest Nanterre La Défense) et la licence pro métiers de l'édition, spécialité bibliothèques médiathèques (Paris Descartes).

A bac + 5, le master professionnel mention sciences de l'information et des bibliothèques, spécialité gestion et traitement de l'information spécialisée (ENSSIB & Lyon 1) et le master professionnel ingénierie de la formation, de la décision et de la connaissance, spécialité capital immatériel (Marne-la-Vallée) vous préparent à des fonctions en relation avec les nouvelles technologies.

Le cursus dure 2 ans après une licence (mention lettres, par exemple).

A signaler aussi : le master professionnel et recherche mention cultures de l'écrit et de l'image (ENSSIB & Lyon 2).

Enfin, l'Ecole nationale des Chartes, à Paris, permet, après une formation de 3 ans, de se présenter au concours de conservateur des bibliothèques à l'ENSSIB (Lyon). La plupart des postes de bibliothécaires, relevant de la fonction publique, sont accessibles sur concours. Une fois le concours obtenu, il faut suivre une formation d'au moins 1 an à l'ENSSIB.

Les bibliothèques municipales, qui accueillent tous les publics, des plus jeunes aux plus âgés, constituent les principaux employeurs de bibliothécaires.

Les médiathèques, les bibliothèques universitaires et les bibliothèques nationales publiques offrent des débouchés plus limités.

Voir la fiche détaillée.

Documentaliste

Le documentaliste recense, organise et classe des informations sous toutes leurs formes : documents écrits, sonores, filmés ou numériques. Il répond aux demandes des utilisateurs, leur communiquant les documents les plus à même de satisfaire leurs attentes.

La méthode et les capacités d'organisation constituent des qualités indissociables pour exercer le métier de documentaliste. Le documentaliste doit prendre soin également d'écouter et de comprendre les demandes des utilisateurs pour pouvoir y répondre au mieux.

De niveau bac + 2, le DUT Information-communication option gestion de l'information et du document dans les organisations (GIDO) vous donne un premier niveau d'accès au métier de documentaliste. Cette option de DUT n'est pas proposée en Ile-de-France.

Vous pouvez également envisager de préparer en 2 ans après le bac le DEUST métiers des bibliothèques et de la documentation (hors Ile-de-France).

Après un diplôme de niveau bac + 2 (BTS, DUT ou L2), vous pouvez vous spéciliser en préparant en 1 an une licence professionnelle en documentation, par exemple la licence pro gestionnaire de contenus en ligne, documentaliste multi supports multimédia (Paris 13 Nord).

Après une licence, notamment mention information et communication, une poursuite d'études vers un master professionnel ou recherche (bac + 5) des secteurs de l'information et de la documentation est souhaitable,  par exemple le master pro spécialité gestion de l'information et du document (Paris 8).

Des écoles spécialisées vous proposent des formations diplômantes dans le domaine des techniques documentaires.
L'INTD, Institut national des techniques de la documentation, rattaché au CNAM, prépare un diplôme de documentaliste option entreprises ou collectivités territoriales (bac + 2),  une licence professionnelle métiers de la documentation audiovisuelle ou documentaliste d’entreprise et métiers de l’infodoc (bac + 3) et le titre professionnel chef de projet en ingénierie documentaire (bac + 5).

L'ENSSIB, Ecole nationale supérieure des sciences de l'information et des bibliothèques, propose des masters dont le master politique des bibliothèques et de la documentation.

De son côté, l'EBD, Ecole des bibliothécaires et documentalistes, dépend de l'Institut catholique de Paris. Elle délivre un diplôme de gestionnaire de l'information de niveau II (bac + 4). L'admission se fait sur concours, après un bac + 2 minimum.

Enfin, pour exercer en tant que professeur documentaliste en établissement scolaire, vous devez passer le CAPES de documentation. Pour vous inscrire à ces concours, vous devez être titulaire d'un master. A la session 2013 du concours, 200 postes sont à pourvoir.

Au travers de ses centres de documentation, dans les administrations, les collèges, les lycées ou les universités, les organismes de recherche, la fonction publique offre de nombreuses opportunités aux débutants, par le biais de concours.

Les entreprises privées, notamment dans les secteurs de l'industrie et des services, recrutent également des documentalistes.

Voir la fiche détaillée.

Libraire

Bandes dessinées, romans, livres pour enfants, livres d'art, d'histoire ou de géographie, etc. Le libraire est entouré d'ouvrages en tous genres. Il les vend et conseille sa clientèle dans ses choix. Son activité peut aussi s'étendre à la vente d'articles de papeterie et de journaux de presse.

Des auteurs aux illustrateurs, le libraire se doit d'être un fin connaisseur de toutes les littératures. Il est cultivé, aime lire et s'imprégner des mots.

Curieux, il est toujours à la recherche d'informations et de documentation. Articles, interviews, émissions radio ou télé. Rien de ce qui constitue l'actualité des livres et de l'édition ne lui échappe.

Dynamique et créatif, il déborde d'idées pour attirer la clientèle : vitrines thématiques, séances de dédicaces, participation à des festivals, etc.

Attention, le libraire passe environ 50 % de son temps à déplacer et à ranger des cartons ou des livres : il faut une bonne résistance physique pour exercer ce métier.

Côté formation, il existe un CAP employé de vente spécialisé option D librairie - papeterie, accessible après la classe de 3e. La formation dure 2 ans.

Après le CAP, vous pouvez préparer le BP libraire (2 ans de formation), qui est apprécié des recruteurs.

Accessible en 2 ans près le bac, le DUT information communication, option métiers du livre et du patrimoine (bac + 2) est conseillé si vous envisagez de fonder votre propre librairie ou devenir responsable de rayon.

En 1 an après le DUT, plusieurs licences pro (bac + 3) vous permettent de vous spécialiser dans les métiers de la librairie : licence pro spécialité métiers de l’édition, des bibliothèques et du commerce du livre (Paris Descartes) ; la licence pro spécialité librairie (Paris Ouest Nanterre La Défense), etc.

A bac + 5, quelques masters tournés vers le commerce du livre vous sont également proposés, tel le master pro commercialisation du livre (Paris 13 Nord).

Les librairies indépendantes, les maisons de la presse et les librairies-papeteries emploient généralement 1 ou 2 vendeurs. Elles font régulièrement appel à des personnes extérieures, notamment au moment des vacances, de la rentrée ou des fêtes de fin d'année.

Les réseaux de distribution et les grandes surfaces spécialisées, les supermarchés et les hypermarchés ont besoin de véritables équipes de vendeurs, de chefs de rayon et de directeurs.

Voir la fiche détaillée.

Commercial dans l'édition / Commerciale dans l'édition

Le commercial dans l'édition est aussi appelé attaché commercial, représentant ou encore technico-commercial. Son rôle est de contacter les libraires, leur rendre visite, les conseiller et leur présenter les nouvelles parutions.

Sans ambition et une belle dose d'énergie, pas de salut possible dans ce métier, dont les maîtres mots sont rentabilité, compétition et chiffre d'affaires ! Le commercial doit croire en ce qu'il vend, s'exprimer aisément et toujours trouver l'argument qui saura convaincre les libraires indécis.

Pour travailler dans l'édition, il faut aimer les livres et avoir une bonne culture générale.

Vous pouvez débuter avec un bac pro vente, mais les employeurs recherchent de plus en plus des diplômés de niveau bac + 2.

A bac + 2, le BTS management des unités commerciales, le BTS négociation-relation client ou le DUT techniques de commercialisation ouvrent les portes de ce métier.

A bac + 3, il existe des licences pro commerce (plusieurs options) ou des diplômes spécialisés comme celui de chargé de mission commerciale ou de technicien supérieur en vente et négociation.

A bac + 5, les grandes écoles de commerce recrutent après une prépa commerciale ou scientifique et forment des commerciaux de haut niveau.

Les éditeurs et les entreprises de diffusion sont les principaux employeurs de commerciaux spécialisés dans l'édition.

Pour aller plus loin :

- l'attaché de presse : en relation permanente avec les médias, il présente aux journalistes les nouveautés de sa maison d'édition ;

- le responsable marketing : chargé de définir la stratégie commerciale d'une entreprise, il étudie la concurrence, ainsi que les besoins et attentes de son public.

Contacts utiles

Centre de documentation sur les métiers du livre

15 bis rue Buffon
75005 Paris Tel : 01.55.43.25.15

http://mailto:cdml@paris.fr
CNL, Centre national du livre

Hôtel d'Avejan
53, rue de Verneuil,
75343 Paris Cedex 07 Tel : 01.49.54.68.68

GMI, Groupement des métiers de l'imprimerie

21-23, rue saint Maur
75011 Paris Tel : 01.55.25.67.57

http://www.infl.fr

Liens utiles

Métiers et secteurs
Blog métiers du livre

Lieu de rencontre entre étudiants et acteurs du secteur, ce forum a été créé par des étudiants de première année de l'université d'Aix-Marseille.

http://metiersdulivre.forumculture.net/
Graphisearch, l'annuaire des arts graphiques

Le 1er annuaire des arts graphiques met à votre disposition une base de données de plus de 45 000 entreprises classées par spécialités. Pratique pour trouver un stage ou un premier job.

http://www.imprimeur.com
Association des archivistes français

Actualité, informations pratiques, archives de la revue professionnelle, offres de formation continue... Un site très riche, également doté d'une rubrique emploi.

http://www.archivistes.org
ABF, Association des bibliothécaires français

Des informations sur les bibliothèques, la profession, les carrières, les concours et les formations.

http://www.abf.asso.fr
BIEF, Bureau international de l'édition française

Un annuaire d'éditeurs en ligne, classés par ordre alphabétique et par thèmes : art, bande dessinée, fiction, etc.

http://bief.org/
FFCB, Fédération française pour la coopération des bibliothèques, des métiers du livre et de la documentation

Une liste des structures régionales pour le livre, ainsi qu'un guide des aides pour les librairies.

http://www.ffcb.org
GMI, Groupement des métiers de l'imprimerie

Quelques informations sur le secteur, une rubrique actualité et la possibilité de déposer une demande d'emploi sur le site.

http://www.gmi.fr
La maison des écrivains

Un lieu de réflexion et d'échanges pour écrivains.

http://www.m-e-l.fr
La maison des illustrateurs

Des travaux d'illustration en ligne et vente de cartes postales originales.

http://www.lamaisondesillustrateurs.com/
Profession traducteur

Ce site spécialisé vous dévoile la diversité des métiers de la traduction : traducteur littéraire, technique, localisateur, terminologue, etc. Il présente les activités, les marchés, la déontologie, etc. A noter : un répertoire national très complet des formations aux différents métiers de la traduction.

http://www.profession-traducteur.net
SNE, Syndicat national de l'édition

Un site à feuilleter pour mieux connaître le monde de l'édition française. A ne pas manquer, les rubriques formations et emploi. Elles proposent des informations très pratiques sur les métiers de l'édition, la publication et la diffusion des livres, ainsi que des documents à télécharger, par exemple la convention collective ou le code des usages en matière d'illustration photographique.

http://www.sne.fr
Société des gens de lettres

A visiter afin d'en savoir plus sur la protection des oeuvres, la couverture sociale des auteurs et les informations juridiques.

http://www.sgdl.org
Ricochet

Portail européen de la littérature jeunesse : sélection d'ouvrages, biographies d'auteurs et d'illustrateurs, prix, salons, etc.

http://www.ricochet-jeunes.org/
Choix de formations - orientation
DUT information-communication option métiers du livre et du patrimoine

Présentation du DUT information-communication option métiers du livre et du patrimoine de l'IUT Paris V - René Descartes.

http://www.iut.univ-paris5.fr/spip.php?article96
ASFORED, Centre de formation du Syndicat national du livre

Informations sur les formations initiales, les métiers et des offres d'emploi. Possibilité de déposer son CV.

http://www.asfored.org
Licence lettres parcours métiers du livre

Présentation de la licence lettres parcours métiers du livre de l'Université Paris VII - Denis Diderot.

http://www.sigu7.jussieu.fr/formation/Parcours.php?NP=66
CNL, Centre national du livre

Les coordonnées détaillées des écoles, des associations et des organisations professionnelles du secteur.

http://www.centrenationaldulivre.fr
Ecoles - organismes de formation
ENSAD, Ecole nationale supérieure des arts décoratifs

Les "Arts déco" possèdent une section image imprimée par laquelle sont passés de nombreux illustrateurs. La rubrique ''Etudes'' détaille les conditions d'admission et la pédagogie de l'école. Quelques travaux d'élèves sont également mis en ligne. Il est possible de télécharger les notices d'admission .

http://www.ensad.fr
ENSSIB, Ecole nationale supérieure des sciences de l'information et des bibliothèques

Pour tout connaître sur les concours pour devenir bibliothécaire : inscription, dates, libellés des sujets, liste d'admis¿

http://www.enssib.fr
INFL, Institut national de formation à la librairie

L'INFL forme aux 2 diplômes de la profession de libraire, le CAP employé de vente spécialisé librairie papeterie presse et le BP (brevet professionnel) libraire.

http://www.infl.fr
Université Paris X - Nanterre

Basé à Saint-Cloud (92), le pôle métiers du livre de l'université Paris10 propose une dizaine de formations initiales et continues.

http://www.u-paris10.fr/34243499/0/fiche___pagelibre
Emploi et recrutement
Cellule de veille technologique de l'Ecole française de papeterie et des industries graphiques (Cerig)

Une bourse de l'emploi pour les métiers de l'industrie graphique pour les personnes inscrites sur le site.

http://cerig.efpg.inpg.fr/accueil.htm
Electre

Les offres d'emploi parues dans Livres Hebdo en ligne.

http://www.electre.com
ADBS, Association des professionnels de l'information et documentation

Les adhérents peuvent s'abonner à une liste de diffusion pour recevoir des offres d'emploi et des informations. A télécharger, également, une enquête sur le marché de l'emploi des professionnels de l'information et de la documentation.

http://www.adbs.fr
Actualités spécialisées
Caractère

Site des professionnels de l'imprimé : informations professionnelles, interviews, actualités¿

http://www.caractere.net
SFT, Société française des traducteurs

La SFT est le syndicat national des traducteurs professionnels en France. Elle assiste les traducteurs dans les divers aspects liés à l'exercice de leur profession. Vous trouverez des informations relatives à l'exercice du métier de traducteur : statuts juridiques possibles, pratiques tarifaires, etc. A noter : de nombreux contacts de traducteurs dans l'annuaire.

http://www.sft.fr
Lire

Pour les passionnés de littérature. Toute l'actualité du livre, plus de 7 000 titres chroniqués en archives et des extraits de parutions récentes, histoire de vous mettre l'eau à la bouche !

http://www.langueauchat.com/daniel/potins/lire.html
Magazine littéraire

Chaque mois, une sélection de livres et de rendez-vous grand public. Des biographies d'écrivains sont également disponibles, ainsi qu'un répertoire de liens.

http://www.magazine-litteraire.com
Etudes et statistiques
Le marché du livre (Etude, SNE - Syndicat national de l'édition, 2009)

Synthèse d'une étude sur les tendances du marché du livre 2008-2009, réalisée par le Syndicat national de l'édition (à télécharger).

http://www.sne.fr/pdf/Tendances_activite_editoriale2008-2009.pdf
Bodoï

Site entièrement consacré à l'actualité de la bande dessinée et des mangas.

http://www.bodoi.info/