Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

domaine

Les métiers autour des livres

Domaines : Art – Culture - Audiovisuel, Information - Communication, Lettres – Langues - Sciences humaines, Métiers
Août 2013
Voir le dossier complet

Les métiers de la fabrication

Les industries graphiques (sociétés de photogravure, imprimeries, entreprises de finition) regroupent environ 86 000 professionnels et 5 000 entreprises en France. La région Ile-de-France concentre à elle seule 21,5 % des emplois du secteur. De l'opérateur à l'ingénieur, les besoins portent sur tous les niveaux de qualification.

Chef d'atelier des industries graphiques

Le chef d'atelier des industries graphiques est responsable de l'impression de documents, comme des journaux, des magazines, des brochures publicitaires, etc. Il supervise la production et organise le travail d'une équipe d'opérateurs et d'agents de maîtrise.

Ce métier, peu accessible aux débutants, demande une grande polyvalence, avec des connaissances aussi bien techniques qu'en management.

Responsable de la qualité des documents imprimés, le chef d'atelier doit quotidiennement faire preuve de rigueur et perfectionnisme.

Après la classe de 3e, vous pouvez opter pour une première année de bac pro industries graphiques, qui vous conduira en 3 ans vers 2 spécialités : bac pro production graphique ou bac pro production imprimée.

Vous pouvez également envisager de préparer un bac pro artisanat et métiers d'art option communication graphique (qui sera remplacé par le bac pro artisanat et métiers d'art option communication visuelle plurimédia à compter de 2014) ou un bac pro façonnage de produits imprimés, routage (1ère session en 2014).

Cependant, c'est le BTS communication et industries graphiques (option A : étude et réalisation de produits graphiques ; option B : étude et réalisation de produits imprimés) qui vous donnera véritablement accès au métier de chef d'atelier. Il se prépare en 2 ans en lycée d'enseignement général et technologique, généralement après un bac STI2D ou S, éventuellement après le bac pro production graphique ou production imprimée.

Les autres bacheliers peuvent bénéficier d'une mise à niveau en arts graphiques d'un an pour y accéder.

Les imprimeries de presse, desquelles sortent journaux et magazines, constituent un vivier d'emplois pour démarrer dans la profession.

Il est aussi possible d'être recruté par les imprimeries hors presse, c'est-à-dire celles qui produisent des affiches, des imprimés ou des catalogues publicitaires.

Voir la fiche détaillée.

Conducteur de machine de finition / Conductrice de machine de finition

Le conducteur de machine de finition supervise le fonctionnement d'une machine réalisant les différentes opérations de finition de documents imprimés : découpe des feuilles, pliage, assemblage ou encore couture. Il programme la machine, puis contrôle la qualité des documents en cours de fabrication.

Polyvalent, le conducteur de machine de finition maîtrise à la fois les techniques traditionnelles et le façonnage réalisé par des installations automatisées à commande numérique.

Son travail exige beaucoup de soin, d'habileté et de précision. Comme n'importe quel conducteur de machine industrielle, ce professionnel doit aussi être très réactif et intervenir dès qu'un problème survient au cours d'une opération pour ne pas retarder les livraisons.

L'automatisation des machines entraînant une hausse du niveau de recrutement, le bac vous sera demandé pour exercer ce métier.

Le bac pro production graphique, le bac pro production imprimée ainsi que le nouveau bac pro façonnage de produits imprimés, routage (1ère session en 2014) sont particulièrement adaptés.

Les jeunes conducteurs de machine de finition sont en majorité employés dans les entreprises spécialisées dans le façonnage.

Les imprimeries hors presse, qui réalisent des affiches, des catalogues ou des imprimés publicitaires, recrutent également ce type de profil.

Voir la fiche détaillée.

Conducteur de machines à imprimer offset / Conductrice de machines à imprimer offset

Le conducteur de machines à imprimer offset participe à la production de documents imprimés, qu'il s'agisse de journaux ou de magazines, de livres ou d'affiches. Il règle la machine à imprimer et surveille la fabrication des documents, intervenant en cas d'incident.

L'offset est le procédé d'imprimerie le plus répondu. Il est basé sur la répulsion de 2 produits antagonistes : l'eau et la graisse.

 

Réservée aux personnes ayant une bonne perception des couleurs, cette activité exige beaucoup de soin et précision, notamment lors du réglage des machines.

Pour devenir conducteur de machines à imprimer offset, il faut aussi une certaine force physique car on doit transporter de lourds rouleaux de papier.

Enfin, le conducteur de machines à imprimer offset doit avoir de bons réflexes pour intervenir rapidement quand la production n'est pas satisfaisante.

Vous pouvez débuter dans ce métier avec un bac pro production imprimée qui se prépare en 3 ans après la 3e. Ce diplôme vous permet d'accéder à des emplois de techniciens conduisant des machines complexes.

Le BTS communication et industries graphiques option B : étude et réalisation de produits imprimés se prépare en 2 ans après un bac S ou un bac pro production imprimée, ou éventuellement après un bac pro artisanat et métiers d'art option communication visuelle plurimédia ou un bac pro production graphique. Il vous permet de gérer des équipes.

Les imprimeries de presse, où sont fabriqués journaux et magazines, tout comme les imprimeries de livres, constituent les débouchés traditionnels pour les conducteurs de machines débutants.

L'imprimerie hors presse, c'est-à-dire celle qui concerne les affiches et les documents publicitaires, propose aussi des postes aux débutants.

Voir la fiche détaillée.

Opérateur de système texte-image / Opératrice de système texte-image

L'opérateur de système texte-image est un professionnel de l'imprimerie. Travaillant sur ordinateur, il prépare les documents en vue de leur impression, qu'il s'agisse de photos, de dessins, de textes, de schémas. Il les organise en fonction des directives du maquettiste, effectue des retouches (corrections d'orthographe, traitement scanner des images fournies), procède à la mise en page, puis au flashage.

Bon à savoir

Le flashage consiste à produire, à partir de fichiers numériques, les films nécessaires à la fabrication documents imprimés.


Du soin qu'apporte l'opérateur de système texte-image à la préparation de ses documents, à leur numérisation et au flashage des films, dépend la qualité de l'impression.

Ce métier implique d'avoir une très bonne acuité visuelle, notamment une bonne appréhension des couleurs.

L'opérateur de système texte-image assure des tâches très techniques. Cependant, sa sensibilité artistique est aussi sollicitée au quotidien.

La modernisation du secteur a entraîné la création de postes qualifiés : les bacs pro sont actuellement les profils les plus recherchés.

Après la classe de 3e, vous pouvez opter pour une première année de bac pro industries graphiques, qui vous conduira en 3 ans vers 2 spécialités : bac pro production graphique ou bac pro production imprimée.

En 2 ans après le bac (bac STI, bac pro production graphique ou le bac pro production imprimée), vous pouvez préparer un BTS communication et industries graphiques option étude et réalisation de produits imprimés. Ce diplôme vous permet d'accéder à des emplois plus qualifiés de la chaîne d'impression ou de progresser plus rapidement dans l'entreprise.

L'école de l'image Gobelins CCIP propose une formation d'opérateur texte image en contrat de professionnalisation. Elle dure 9 mois et s'adresse aux étudiants issus d'une formation en arts graphiques.

La majorité des emplois se trouvent chez les imprimeurs, qu'ils soient spécialisés dans la presse, le livre ou fabriquent des supports commerciaux comme les affiches, les cartons, les brochures ou les dépliants.

Les éditeurs recrutent également des opérateurs de système texte-image pour leurs studios de flashage.

Certaines entreprises se sont spécialisées dans les opérations de prépresse, par exemple dans la photogravure pour le flashage, et embauchent des opérateurs.

Voir la fiche détaillée.

Directeur de production des industries graphiques / Directrice de production des industries graphiques

Le directeur de production des industries graphiques organise la production de l'imprimerie afin de respecter les délais et les coûts prévus, en gérant aussi bien l'utilisation des machines que l'emploi du temps de son équipe.

Dynamique, le directeur de production des industries graphiques sait motiver son équipe et la faire avancer vers les objectifs qui ont été fixés. Polyvalent, il connaît dans le détail l'ensemble de la chaîne graphique.

L'une des missions essentielles du directeur de production des industries graphiques consiste à détecter les technologies à venir qui permettront d'être plus efficace et plus productif. A ce poste, la curiosité est un atout !

Le BTS communication et industries graphiques (option A : étude et réalisation de produits graphiques et option B : étude et réalisation de produits imprimés) correspond à ce poste puisqu'il vours permet de débuter et d'évoluer dans le secteur de l'imprimerie.

Il se prépare en 2 ans en lycée d'enseignement général et technologique, généralement après un bac S, éventuellement après un bac pro production graphique ou production imprimée.

Pour accéder rapidement à plus de responsabilités, vous devrez par exemple obtenir un diplôme d'ingénieur des industries graphiques qui se prépare en 3 ans après un bac + 2 (BTS ou classes prépa) à l'Ecole française de papeterie et des industries graphiques (Grenoble).

Les imprimeries de presse, desquelles sortent journaux et magazines, recrutent des directeurs de production des industries graphiques.

Les imprimeries hors presse, c'est-à-dire celles qui produisent des affiches, des imprimés ou des catalogues publicitaires, offrent aussi des opportunités.

Voir la fiche détaillée.

Technicien de fabrication des industries graphiques / Technicienne de fabrication des industries graphiques

Le technicien de fabrication des industries graphiques est un intermédiaire entre le service commercial et l'atelier d'impression. Il établit des devis à destination des clients qui souhaitent, par exemple, imprimer des journaux, des magazines, des packagings ou des dépliants publicitaires. Puis il suit la fabrication des commandes.

Pour exercer ce métier, il faut avoir un bon sens relationnel : le technicien de fabrication est en permanence au contact de la clientèle, mais aussi des maquettistes, des éditeurs, des illustrateurs, des commerciaux, des opérateurs techniques, etc.

Réactif, il surmonte rapidement les imprévus de livraison et les avaries techniques. La commande doit être livrée quoi qu'il arrive ! 

Seul un diplôme de niveau bac + 2 vous permettra d'accéder directement au poste de technicien de fabrication des industries graphiques. Toutefois, avec de l'expérience, des opérateurs ou des conducteurs de machines titulaires d'un bac pro peuvent envisager d'accéder à ce poste par promotion interne.

Le BTS communication et industries graphiques (option A étude et réalisation de produits graphiques et option B étude et réalisation de produits imprimés) ou  le BTS édition se préparent en 2 ans après un bac STD2A, STI2D, un bac S ou éventuellement un bac pro des industries graphiques.

La majorité des emplois proposés au technicien de fabrication des industries graphiques se trouvent chez les imprimeurs, qu'ils soient spécialisés dans la presse, les journaux, les magazines, ou dans des supports commerciaux (affiches, cartons, autocollants, etc.)

Les éditeurs de livres, revues et autres documents imprimés recrutent également des techniciens de fabrication.

Pour aller plus loin

- le restaurateur d'oeuvres d'art : sa mission est de donner un aspect neuf à un livre très ancien, en analysant les causes du dommage et en appliquant les techniques de restauration appropriées.

- le photograveur : il fabrique des films à partir des fichiers informatiques destinés à l'impression. Ce métier tend à disparaître, ou du moins, se diversifier avec l'arrivée des machines telles les scanners. On fait appel à lui pour la publication de beaux livres.

Voir la fiche détaillée.

Relieur doreur / Relieuse doreuse

Le relieur doreur protège les ouvrages, augmentant ainsi leur durée de vie. Il relie les feuilles d'un livre ensemble et les embellit en les dorant avec de fines feuilles d'or. Il répare aussi les livres abîmés et restaure les livres anciens.

Une feuille d'or est très légère et très fine, la moindre erreur ne se rattrape pas : le relieur doreur doit être méticuleux et extrêmement précis dans ses gestes. Son travail, très appliqué, nécessite aussi une grande concentration.

Le CAP arts de la reliure est le diplôme de base du métier. Il se prépare en 2 ans après une classe de 3e.

Il est possible également de préparer le CAP doreur à la feuille ornemaniste. Ce CAP mène à une insertion directe sur le marché du travail.

Toutefois, une formation complémentaire vous est recommandée si vous souhaitez réaliser des travaux plus complexes sur les ouvrages anciens et de valeur.

Le BMA arts de la reliure et de la dorure vous donne un niveau bac. Il s'effectue en 2 ans après le CAP arts de la reliure.

Le DMA arts graphiques option reliure dorure est une formation dispensée en 2 ans après le BMA. Ce diplôme équivaut à un bac + 2.

Les organismes d'Etat comme les bibliothèques, les centres culturels, les archives nationales ou régionales embauchent des relieurs doreurs.

Quelques librairies anciennes ou modernes de livres rares ou des ateliers privés de reliure d'art embauchent des débutants. Des collectionneurs privés et des bibliophiles font aussi appel aux relieurs doreurs.

L'installation à son compte se fait après quelques années d'expérience dans un atelier ou un organisme d'Etat.

Voir la fiche détaillée.

Aller à la page précédente
Page :12345
Aller à la page suivante