Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Arnaud Brouchet

Etudiant en BEP métiers de l'hôtellerie et de la restauration, Meaux (77)
Date de l'interview : 01/12/2005

Etre cuisinier favorise l’initiative, la curiosité, l’esprit d’équipe, la rapidité d’action et donne accès à un vaste choix de carrières.

Après un passage quelque peu difficile en lycée général, Arnaud Brouchet a trouvé sa voie : celle de la cuisine qui devrait le mener dans quelques années à la création de son propre restaurant à l'étranger...

Quel élève étiez-vous au collège et au lycée ?

J'étais un mauvais élève au collège, et de pire en pire au lycée en ratant mes deux années de seconde ! J'envisageais d'entrer dans la restauration après un bac général mais sans en être sûr. Il fallait donc que je puisse avoir le choix en restant en voie générale. Je me suis rendu compte un peu tard que c'est une voie qui me dépasse et je me suis mis alors à la recherche d'un lycée hôtelier.

Pourquoi avez-vous choisi finalement le domaine de la restauration ?

J'ai choisi la restauration avant tout pour la cuisine qui est un domaine qui me plait depuis de nombreuses années. J'apprécie aussi les qualités demandées comme l'initiative, la curiosité, l'esprit d'équipe, la rapidité d'action, etc.
Aujourd'hui je prépare un BEP métiers de l'hôtellerie et de la restauration, c'est-à-dire une formation en cuisine et en salle. J'apprends ce qui ce fait de mieux dans le métier sachant que chaque établissement a son "style". En un mot, il faut être polyvalent dans ces domaines.
Je suis ces études à temps plein (et non en apprentissage) parce que je n'ai pas vraiment eu le choix entre les temps... l'importance absolue étant de trouver une place !

Qu'aimez-vous dans le métier de cuisinier ?

Ce que j'aime dans ce métier en plus des qualités demandées, c'est l'ambiance et la satisfaction qu'apporte ce métier en plus d'un choix très varié de carrières que l'on peut effectuer.
Un autre bon coté, c'est que les offres d'emploi ne manquent pas dans ce secteur et donc le problème du chômage ne plane pas encore sur moi et sans doute pour longtemps.

Qu'apprenez-vous en cours ?

J'ai presque autant de cours d'enseignement général que de pratique (restaurant, cuisine, technologie professionnelle et sciences appliquées). La moyenne dans ces matières est vitale pour avoir le diplôme.
Concernant les cours pratiques, j'apprends par exemple, les différents termes professionnels, en cuisine comme en salle. De plus, en salle, j'apprends ce qui se fait de mieux, comme le "service au guéridon" qui ne se fait que dans très peu d'établissements. Les compétences développées sont surtout dans la tenue, les découpages, les techniques de mise en place et débarrassage d'une table. En cuisine, on développe essentiellement les bases de la cuisine. Pour la théorie par exemple, on évoque l'importance de l'hygiène. On travaille sur le "pourquoi du comment" des cuissons, des découpages, taillages, de ce qu'est un roux, un mirepoix, une julienne mais aussi sur le principe de fonctionnement des fours ou de tout autre instrument.
En dehors de ces deux matières, nous avons des cours d'économie, concernant, par exemple, les différents impôts à payer. En sciences appliquées, sorte de SVT dans la restauration, nous apprenons les différents microbes et leur voie de contamination, ainsi que les intoxications alimentaires possibles.
Les cours de langue sont également orientés vers la pratique du métier : ainsi en anglais, nous montons des petites scènes comme au théâtre pour "jouer" l'accueil et le service d'un couple de clients en anglais. Nous apprenons aussi à passer les commandes. De manière plus générale, tous les cours sont toujours en relation avec l'hôtellerie.

Faites-vous aussi des stages ?

Je prépare deux stages en entreprise cette année : le premier de deux semaines et le second d'un mois. Les lieux stages sont choisis par notre lycée en fonction de notre profil.

Que comptez-vous faire après votre BEP ?

Je compte soit m'orienter en bac professionnel ou technologique pour ensuite continuer vers un BTS mais comme je le dis souvent, tout peut arriver ! Pour ce qui est de mon avenir professionnel, je vois le BEP comme une simple formation personnelle. Je ne compte pas m'arrêter là et je préfèrerais faire carrière dans mon propre établissement, si possible à l'étranger, car la cuisine française étant réputée dans le monde entier, je compte m'en servir à mon avantage.