Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Ismaël Camara

Apprenti en bac pro mécanicien de système cellule, Meudon (92)
Date de l'interview : 01/02/2006

Mon activité principale consiste à fabriquer des carénages et des nacelles en carbone qui s'adapteront sur l'Airbus A380.

Passionné par le monde des avions, Ismaël Camara a trouvé sa voie dans la maintenance aéronautique...

Quel élève étiez-vous au lycée ?

Au lycée, j'étais un élève comme les autres. Cependant, j'étais meilleur dans les matières scientifiques car je suis titulaire d'un bac STI génie électrotechnique.

Quels métiers vous faisaient alors rêver ?

Comme de nombreux "petits garçons" je pense, je rêvais d'être pilote afin de pouvoir approcher toute sorte d'aéronefs au quotidien. Aujourd'hui, je souhaite toujours exercer un métier qui s'associe à ma passion pour les avions.

Comment avez-vous choisi le secteur de l'aérien ?

J'étais en terminale STI et je cherchais une filière secondaire adaptée à mon profil. Mon père a découvert le site web officiel de l' AFMAE, association pour la formation des métiers de l'aérien. Je suis donc allé à la journée portes ouvertes pour voir cette école. A ma grande stupéfaction, j'y ai découvert un domaine immense avec des arbres et un lac qui donne une ambiance propice au travail. Les "anciens" ont partagé avec moi leurs anecdotes sur la caravelle, le Boeing 707, le T33, le T6... et là, j'ai eu comme un déclic. Je me suis dit : "c'est ici que j'irai l'année prochaine".

Qu'est ce qui vous attirait dans le secteur ou dans un métier en particulier ?

Il est parfois bon dans la vie de suivre un but. Le mien est de travailler sur avion pour réaliser un rêve d'enfant.

Quelle formation suivez-vous actuellement ?

Actuellement je suis une formation de bac pro MSC (mécanicien de système cellule) en un an au CFA de l'aérien à Massy.

Quels étaient les critères ou les épreuves de sélection à l'entrée ?

Pour entrer dans ce centre de formation d'apprentis, il faut passer une épreuve de sélection qui se base en deux phases sur les aptitudes logiques des candidats. La première phase consiste à passer une épreuve écrite d'anglais, de mathématiques, de raisonnement spatial, de français et de mécanique. Ensuite, les candidats ayant obtenu les minima requis sont convoqués à passer la seconde épreuve. Cette fois-ci, c'est un entretien de motivation avec un psychologue et un professionnel d'une entreprise.

Qu'apprenez-vous en cours ? La pratique d'une langue étrangère est-elle indispensable ?

La pratique de l'anglais technique est primordiale dans la maintenance aéronautique. Les différentes matières enseignées sont la technologie des matériaux, la technologie des propulseurs mais également l'hydraulique, l'électricité en passant par l'aérodynamique ainsi que des TP et travaux de base. Sans oublier les matières générales comme les mathématiques, la physique... qui constituent un tronc commun.

Comment avez-vous trouvé votre employeur pour cette formation en apprentissage ?

J'ai été reçu aux épreuves d'entrée du centre de formation, ensuite j'ai recherché par mes propres moyens mon employeur. J'ai décroché mon contrat dans la société Aircelle qui justement se situe dans la ville où je réside. Elle est spécialisée dans le secteur du composite.

Quelles sont les activités que ce dernier vous confie ?

Mon activité principale consiste à fabriquer des carénages Air pads (inverseur de poussée) ou encore des nacelles en carbone qui s'adapteront sur l'Airbus A380.

Que comptez-vous faire à la fin de cette formation ?

A la fin de l'année scolaire, j'espère obtenir mon diplôme de mécanicien en système cellule. Ensuite, j'aurai le choix entre exercer mon métier chez Aircelle ou poursuivre mes études en préparant le BTS MEMA (maintenance et exploitation des matériaux aéronautiques). Pour le moment, j'hésite encore un peu, mais j'espère trouver bientôt une réponse à cette question.

Quels sont les aspects qui vous attirent dans votre futur métier ?

Ce qui m'attire dans mon futur métier, c'est le fait de participer à l'élaboration d'équipements aéronautiques qui s'adapteront sur des Airbus comme l'A380. De plus, ce domaine technique me fascine car il représente le summum de la technologie humaine. Je trouve cela assez valorisant sur le plan personnel.