Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Dominique Duris

Orthophoniste, Cergy (95)
Date de l'interview : 01/09/2005

Rendre possible la communication entre un individu et son entourage est la plus belle satisfaction d’une orthophoniste.

Rendre la communication possible entre un individu et son entourage a toujours attiré Dominique Duris, qui en a fait son métier. Elle évoque ses motivations, son quotidien et sa profession d'orthophoniste...

Quel a été votre parcours d'études ?

Au lycée, j'étais une élève très studieuse car je souhaitais obtenir mon bac, étape indispensable pour présenter l'examen d'entrée en formation d'orthophonie. Bac scientifique en poche, j'ai donc tenté et réussi le concours d'entrée à l'institut de formation d'orthophonie de Paris Pitié-Salpêtrière. A la fin de ce cursus, j'ai ainsi décroché mon CCO, certificat de capacité d'orthophoniste.

Qu'est-ce qui vous attirait dans le métier d'orthophoniste ?

Le métier d'orthophoniste m'attirait depuis mon enfance : aider les autres, leur permettre de surpasser leur pathologie afin d'améliorer leur quotidien, les aider à pouvoir communiquer correctement tout ceci était pour moi un objectif de métier passionnant.
Un orthophoniste est un professionnel de santé, auxiliaire médical, qui assume la responsabilité de la prévention de l'évaluation, du traitement et de l'étude scientifique des déficiences et des troubles de la communication humaine et de ses troubles associés. L'orthophoniste s'occupe de la rééducation de la voix, de la parole et des troubles du langage oral et écrit. Il intervient dans le domaine curatif et préventif, auprès d'enfants, d'adolescents, d'adultes et de personnes âgées, en difficulté dans leur communication orale et/ou écrite.

Quelles sont les qualités attendues chez une orthophoniste ?

Un orthophoniste doit maîtriser parfaitement le langage oral et le langage écrit et être habile dans la communication. Il doit être patient. Il doit également connaître les pathologies médicales qu'il sera amené à rencontrer, l'anatomie-pathologie de la sphère ORL, l'acquisition du langage...

A quoi ressemble une journée type d'une orthophoniste ?

La journée de travail d'une orthophoniste est en général pré-établie par la prise des rendez-vous qui peuvent avoir lieu également au domicile du malade. Je reçois entre 10 et 15 patients par jour. Certains patients ne pouvant pas venir en journée, je termine mes consultations certains soirs vers 20 h 30 / 21 h.
Mais la journée de travail ne se limite pas seulement au temps de rééducation.
Il y a également le temps de préparation des séances, le temps rédactionnel des comptes-rendus de bilans ou de suite de rééducation, le temps d'entretiens téléphoniques (avec d'autres professionnels de la santé qui suivent le même patient, l'équipe enseignante ou la famille d'un patient). Il peut y avoir également des réunions sur écoles ou lieux de vie de certains patients.
En libéral, il faut aussi s'occuper de sa comptabilité.

Quels sont les troubles du langage que vous traitez le plus souvent ?

Ils sont nombreux : des retards de parole et de langage, des pathologies du langage écrit (dyslexie*-dysorthographie**), des troubles d'articulation, des troubles de la déglutition, des prises en charge d'enfants présentant un handicap (comme des enfants trisomiques), des enfants présentant des troubles sévères du langage, également des adultes présentant des troubles de la voix (troubles organiques ou fonctionnels) ou des adultes ayant un trouble neurologique.

Travaillez-vous seule ou en équipe ?

En exercice libéral, je travaille dans un cabinet regroupant 4 orthophonistes. En structure de soins, et donc en exercice salarié, il s'agit toujours d'un travail d'équipe.

A quels revenus peut-on prétendre en tant qu'orthophoniste ?

En exercice libéral, les revenus nets moyens annuels tournent autour de 25.000 euros en fonction du temps de travail. Les honoraires sont les mêmes que nous soyons débutants ou avec des années d'expérience.
En exercice salarié, les grilles de salaires débutent dans la fonction hospitalière à 1363 euros bruts mensuels et se terminent à 2105 euros.

Quelles sont les évolutions de carrière possibles ?

Après 5 années d'exercice de la profession d'orthophoniste, le professionnel peut présenter le concours d'entrée à l'école de cadre de santé. Dans la fonction hospitalière les grilles de salaires des cadres de santé débutent à 1741 euros bruts mensuels, et en fin de carrière un cadre de santé peut obtenir un salaire brut de 2732 euros.

Qu'est-ce qui est le plus difficile au quotidien ?

Le plus difficile reste les prises en charge de patients atteints de maladies évolutives (cancer, maladies neurologiques dégénératives...) avec lesquels nous faisons un travail passionnant mais certaines issues fatales sont douloureuses pour tout le monde.

Finalement, qu'appréciez-vous le plus dans votre métier ?

Le bonheur de rendre possible la communication entre un individu et son entourage. Faire accéder au langage oral un enfant handicapé, permettre à un enfant de comprendre les mécanismes de la lecture, ôter un trouble articulatoire, pouvoir faire retrouver la voix à une personne dysphonique ou permettre à un adulte ayant eu un AVP (accident de la voie publique) ou un AVC (accident vasculaire cérébral) de reprendre le chemin du langage... tout ceci ensoleille nos journées de travail qui nous demandent une grande disponibilité, de grandes capacités d'écoute et d'aide.

* Dyslexie : trouble de la capacité de lire, ou difficulté à reconnaître et à reproduire le langage écrit.
** Dysorthographie : trouble dans l'acquisition et la maîtrise des règles de l'orthographe (en l'absence de déficience intellectuelle).