Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Patrick Sudre

Développeur de l'apprentissage au CFA de l'équipement électrique, Paris (75)
Date de l'interview : 01/01/2006

Quitter le collège à 16 ans n'est pas une fin, mais un début : un jeune qui a de la volonté et de la motivation a son avenir tout tracé dans le bâtiment !

Chargé du développement de l'apprentissage au sein du centre de formation d'apprentis de l'équipement électrique, Patrick Sudre évoque les formations préparées et les débouchés...

Quelles sont les formations proposées au CFA de l'équipement électrique ?

Nous proposons une classe de CPA (1 an) à des élèves de niveau 4e souhaitant découvrir le métier d'électricien dans ses aspects pratiques, pour choisir au mieux leur filière et pour une bonne entrée en apprentissage.
Le CAP préparation et réalisation d'ouvrages électriques (2 ans) s'adresse à des élèves de 3e souhaitant à terme intervenir dans les secteurs du transport de la distribution des équipements et installations utilisant de l'énergie électrique.
Nous préparons également le BEP des métiers de l'électrotechnique (en 1 an ou en 2 ans) permettant de devenir monteur électricien.
Au niveau IV (bac), le BP installations et équipements électriques (2 ans) et le bac pro électrotechnique énergie équipements communicants (2 ans) donnent la possibilité aux jeunes de s'ouvrir sur les techniques de pointe de la gestion technique d'un bâtiment.
Diplômés, les jeunes occupent des postes de monteur pour les CAP et BEP, et de technicien de chantier pour les bacs et BP.

Combien de candidatures recevez-vous chaque année ? Pour combien de places ?

Nous inscrivons 750 jeunes pour 250 places. Nous avons des tests de positionnement en vue de leur orientation en CAP ou BEP et un entretien de motivation. Et pour le niveau IV, nous organisons un test écrit (sous forme de "concours") et un entretien de motivation.

Comptez-vous des femmes parmi vos apprentis ?

Nous avons malheureusement peu de femmes dans notre CFA. Nous comptons 4 jeunes femmes (2 en BEP, 1 en première et 1 en deuxième année bac pro).

Aidez-vous les jeunes à trouver un employeur ?

Nous aidons tous les jeunes à trouver une entreprise pour ceux, bien sûr, qui n'en ont pas. Nous avons une liste d'offres et mettons en relation les jeunes avec les entreprises. J'effectue un suivi des rendez-vous jusqu'à la signature du contrat d'apprentissage.

Quel est le rythme de formation proposée aux apprentis ?

Nous avons comme rythme d'alternance 1 semaine au CFA et 1 semaine en entreprises pour tous les apprentis et CPA. Les apprentis en niveau V et IV suivent 35 h de cours par semaine ; les élèves de CPA ont 30 h.

Que deviennent vos jeunes diplômés à la sortie de leur formation ?

Après un CAP ou un BEP, 61 % font le choix de continuer les études et 30 % trouvent un emploi directement à la sortie, 9 % sont à la recherche d'un emploi.
Après le BP ou le bac pro, 71 % entrent directement dans la vie active, 25 % continuent leur apprentissage et moins de 3 % sont à la recherche d'un emploi.

Quels arguments pourriez-vous mettre en avant pour donner à un jeune l'envie de se lancer dans le secteur du bâtiment ?

Quitter le collège à 16 ans n'est pas une fin mais un début ! Pour les jeunes qui veulent gravir les échelons dans le BTP, cela ne dépend pas de leurs entreprises mais d'eux.
Enfin, tout jeune qui a de la volonté et de la motivation a son avenir tout tracé dans le bâtiment !