Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

domaine

Les métiers du bâtiment

Domaines : BTP - Architecture, Environnement - Aménagement - Propreté
Décembre 2015
Voir le dossier complet

Les métiers de l'aménagement et des finitions

Une fois le gros oeuvre achevé, différents corps de métiers - peintres et spécialistes des revêtements du sol en tête - se relaient pour apporter au bâtiment sa touche finale.

Agenceur de cuisines et de salles de bain / Agenceuse de cuisines et de salles de bain

agenceur_sdb_cuisine_383x209.jpgCe professionnel est un menuisier spécialisé dans la construction sur mesure ou standard des éléments de rangement et des plans de travail, exclusivement pour aménager des cuisines et des salles de bain.

L’agenceur de cuisine et de salles de bains voit son métier évoluer avec les nouveaux enjeux environnementaux. Il doit se tenir informé sur les nouvelles normes et technologies, relatives notamment à l'efficacité énergétique du bâti. Il peut être également amené à travailler avec des éco-matériaux.

Ce métier s'adresse aux personnes habiles et minutieuses. La curiosité est un plus : s'informer en permanence sur les modes et les innovations permet de coller aux envies des clients.

Le CAP menuisier, fabricant de menuiserie, mobilier et agencement ou le CAP menuisier installateur peuvent constituer la première étape de votre parcours. Ces diplômes se préparent en 2 ans, dès la fin de la classe de 3e, en lycée pro ou en CFA.

Le bac professionnel se prépare en 3 ans après la classe de 3e (ou en 2 ans après un CAP). Plusieurs bacs pro sont adaptés au métier d'agenceur de cuisines et de salles de bain : le bac pro technicien constructeur bois, le bac pro technicien de fabrication bois et matériaux associés et le bac pro technicien menuisier-agenceur.

Niveau bac, vous pouvez également préparer le BP menuisier ou le BT agencement (hors Ile-de-France) en 2 ans après la classe de 2nde ou 1 an après un CAP ou une classe de première.

Les entreprises artisanales sont majoritaires en matière d'agencement. Elles recrutent des agenceurs qui travaillent généralement sur un projet dans sa totalité, de la création à la pose.

Les agenceurs de renom sous-traitent dans toute la France, et même depuis différents pays européens, auprès de petits ateliers traditionnels qui construisent pour eux des éléments préfabriqués aux mesures demandées.

La grande distribution propose également des services d'agencement de cuisines et de salles de bain. Ils possèdent plusieurs modèles préfabriqués de portes ou de menuiseries, que des techniciens viennent monter chez le client.

Voir la fiche détaillée.

Carreleur-mosaïste / Carreleuse-mosaïste

Ce professionnel installe différents carrelages et revêtements sous forme de dalles ou de carreaux en grès, porcelaine, marbre, pierre, ardoise, plastique, faïence, asphalte, pâte de verre, etc. Son travail consiste à décorer des intérieurs, voire du mobilier (table, cadre de miroir). Il lui arrive également de réaliser ou de restaurer des fresques.

Le carreleur-mosaïste participe à l'isolation thermique et acoustique des bâtiments. Lors de l’installation, en particulier sur des constructions neuves, il doit veiller à ne pas endommager l’étanchéité à l’air et l’isolation thermique du bâti. Il doit également  privilégier les produits respectueux de l'environnement et collaborer à la valorisation et au recyclage de ses déchets de chantiers.

Cette activité, par nature créative, demande une sensibilité et des aptitudes artistiques, mais aussi beaucoup de minutie et de patience.

Le CAP carreleur mosaïste est le diplôme de base de la profession. Il se prépare en 2 ans dès la fin de la classe de 3e. Vous pouvez ensuite poursuivre par un BP carrelage mosaïque (hors Ile-de-France).

Suite à la réforme de la voie professionnelle, le BEP des techniques du gros oeuvre du bâtiment n'est plus proposé depuis la rentrée 2009.
A la place, vous pouvez préparer un bac professionnel en 3 ans après la classe de 3e (ou en 2 ans après le CAP). Les bacs pro technicien du bâtiment (étude et économie ou organisation et réalisation du gros ¿uvre) et le bac pro aménagement et finition du bâtiment permettent d'exercer rapidement des fonctions d'encadrement sur les chantiers.

Les entreprises de construction artisanale de petite taille qui réalisent des réhabilitations d'appartements ou de maisons individuelles anciennes ou qui construisent des maisons neuves font appel aux compétences du carreleur-mosaïste.

Les grosses entreprises de construction réalisant des projets de grande envergure (locaux industriels, laboratoires, locaux commerciaux, aéroports, équipements sportifs) recrutent en permanence des carreleurs-mosaïstes.

Les entreprises d'installation de piscines embauchent également ce type de profil, mais très peu en Ile-de-France.

Enfin, les particuliers et les bureaux d'architectes peuvent faire appel à des mosaïstes dans le cadre de réalisations originales, notamment pour décorer salles de bain et cuisines.

Voir la fiche détaillée.

Couvreur / Couvreuse

Une fois la charpente terminée, le couvreur pose des revêtements pour réaliser des toitures neuves ou réparer des toits endommagés.

Le couvreur doit tenir compte de nouvelles pratiques liées aux enjeux environnementaux. Il participe à la performance énergétique des bâtiment en faisant appel à de nouvelles techniques d'isolation. Il peut également poser sur les toitures des capteurs solaires, thermiques ou photovoltaïques.

Polyvalent, le couvreur maîtrise parfaitement différentes techniques et divers matériaux : bois, plâtre, ciment, chaux, sable, acier, aluminium, plastique, plomb, etc. Par ailleurs, souplesse, équilibre et bons réflexes sont des qualités indispensables pour exercer ce métier périlleux.

Pour exercer le métier de couvreur, il est indispensable d’être titulaire au minimum d’un CAP. Ce diplôme se prépare en 2 ans après la 3e, en lycée professionnel ou en CFA. On peut citer le CAP couvreur et le CAP étancheur du bâtiment et des travaux publics.

A l’issue du CAP, vous pouvez vous spécialiser en préparant, en 1 an, la MC (mention complémentaire) zinguerie.

Le titulaire du CAP peut également préparer, en 2 ans, un BP couvreur ou un BP étanchéité du bâtiment et des travaux publics, qui l’autorise alors à créer sa propre entreprise.

Un diplôme bac +2 permet quant à lui de devenir technicien de chantier en couverture-zinguerie ou d’intégrer une entreprise de restauration de monuments anciens.

Pour les titulaires d’un bac STI2D spécialité « architecture et construction », bac pro du secteur du bâtiment (avec mention B ou TB) ou bac S, une poursuite d’études est envisageable notamment vers le BTS enveloppe du bâtiment : façades étanchéité ou BTS charpente-couverture (hors Ile-de-France).

Les entreprises artisanales de couverture, de charpente ou de plomberie représentent la majeure partie des employeurs.

Les grandes entreprises du BTP (bâtiment et travaux publics) emploient aussi des couvreurs pour la réalisation de bâtiments importants, mais les techniques sont alors moins traditionnelles.

Les entreprises de restauration et les monuments historiques emploient des ouvriers connaissant les techniques traditionnelles.

Voir la fiche détaillée.

Menuisier / Menuisière

Sur un chantier ou dans un atelier, le menuisier réalise aussi bien les menuiseries intérieures qu'extérieures d'un édifice : portes, escaliers, parquets, volets, placards, etc.

Le travail du menuisier est affecté par les nouvelles normes et réglementations environnementales, en particulier celles portant sur l'étanchéité  et l'isolation des bâtiments. Il doit maîtriser de nouvelles compétences, comme prendre en compte les échanges thermiques dans les bâtiments, concevoir des menuiseries performantes, utiliser des matériaux plus respectueux de l'environnement (marque PEFC pour le bois) ou veiller à diminuer l'impact de ses déchets de chantiers.

Les compétences demandées à un menuisier sont multiples : il doit avoir des bases de maçonnerie, d'électricité et même d'étanchéité car il est de plus en plus sollicité lors de travaux d'isolation ou d'insonorisation.

Minutieux, le menuisier doit effectuer un travail soigné et précis. La découpe et l'assemblage des pièces ne laissent aucun droit à l'approximation ! L'utilisation des machines (scies, etc.) peut s'avérer très dangereuse : une grande concentration est également indispensable.

Dispensée en lycée professionnel ou en CFA, la formation au métier de menuisier est accessible, en 2 ans après la 3e, via le CAP menuisier installateur, le CAP menuisier aluminium-verre ou le CAP menuisier fabriquant de menuiserie, mobilier et agencement.

Ces formations peuvent être complétées  par un autre CAP : CAP ébéniste ou CAP arts du bois.
Le CAP offre la possibilité de poursuivre ses études, en 1 an, par une mention complémentaire, par exemple la MC parqueteur (hors Ile-de-France).

Vous pouvez préparer le bac pro technicien menuisier agenceur, le bac pro technicien de fabrication bois et matériaux associés, le bac pro menuiserie aluminium-verre ou le bac pro technicien constructeur bois, en 3 ans après la 3e. Ces bacs pro sont aussi accessibles, en 2 ans, à des titulaires de CAP avec de très bons résultats. Ils permettent de se voir confier plus rapidement des responsabilités.

De même,  vous pouvez accéder au BP menuisier ou au BP menuisier aluminium-verre en 2 ans après un CAP de la même spécialité. Ces formations permettent d’approfondir ses connaissances professionnelles, notamment en gestion, pour pouvoir créer sa propre entreprise.

90 % des embauches de jeunes diplômés s'effectuent dans les entreprises traditionnelles artisanales. Celles-ci réalisent la majorité de leurs travaux dans les domaines de la réhabilitation, de la rénovation et de l'agencement.

Les entreprises fabriquant des portes ou aménagements en bois en série pour la grande distribution constituent une autre voie de recrutement, mais pour un personnel plus expérimenté.

Voir la fiche détaillée.

Métallier/ Métallière

Le métallier façonne toutes les sortes de métaux comme le fer, le bronze, l'étain, le cuivre ou encore l'aluminium. Il crée des objets décoratifs ou des éléments d'aménagement pour le bâtiment. Il fabrique aussi bien des parties de charpente métallique que des clés ! 

A noter : sur un chantier de construction ou de rénovation, le métallier contribue à la performance énergétique et acoustique du bâtiment, notamment lors de ses travaux sur les ouvertures (fenêtres/ vérandas).

Le métallier dessine les pièces qu'il réalise. Sa créativité lui permet d'imaginer des formes nouvelles répondant au désir de ses clients. Il manipule beaucoup d'outils coupants ou chauffants, qui présentent des risques : il se doit d'être méticuleux et de faire preuve d'adresse et d'attention.

Le CAP serrurier-métallier, le CAP réalisation en chaudronnerie industrielle et le CAP outillages en outils à découper et à emboutir sont les 3 diplômes de base donnant accès à la profession.

Pour réaliser des objets en fer forgé ou des serrureries décoratives, les titulaires de ces diplômes peuvent se perfectionner en préparant une MC (mention complémentaire) soudage en 1 an, ou un BP (brevet professionnel) serrurerie-métallerie en 2 ans.

Accessibles en 3 ans après la classe de 3e, ou en 2 ans après un CAP du secteur, plusieurs bacs pro préparent à exercer les fonctions de métallier : le bac pro ouvrage du bâtiment : métallerie ; le bac pro menuiserie aluminium-verre ; le bac pro technicien en chaudronnerie industrielle ou encore le bac pro technicien outilleur.

Etre titulaire du baccalauréat permet d’évoluer et donne accès au BTS constructions métalliques, diplôme avec lequel vous pouvez devenir chef d’équipe très rapidement. Deux années après le bac sont nécessaires pour l'obtenir.

Les petites entreprises du bâtiment sont celles qui ont le plus besoin des services des métalliers.

La ferronnerie d'art et la décoration recherchent aussi des métalliers pour la réalisation de pièces uniques et décoratives.

L'industrie automobile reste un secteur envisageable pour les métalliers, même si les tôles de voiture sont peu à peu remplacées par des fibres.

Voir la fiche détaillée.

Miroitier / Miroitière

Qu'il s'agisse de décoration ou d'isolation, le miroitier utilise le verre pour fabriquer des fenêtres, des vitrines, des portes automatiques ou encore des vérandas. Il réalise également des encadrements de miroir.

Il peut être amené à utiliser des matériaux ou des produits écologiques. Il veille par ailleurs à la valorisation et au recyclage de ses déchets de chantiers.

Le miroitier doit être extrêmement précis et méticuleux lors de la découpe : il applique les mesures et les formes au millimètre près et travaille très proprement. Rigoureux et bien organisé, il sait tenir compte de nombreux paramètres : respect des délais de fabrication et des budgets, gestion des relations avec des clients, etc.

Le CAP menuisier aluminium-verre, qui se prépare en 2 ans après la 3e, est le diplôme de base de la profession de miroitier.

Un bac pro menuiserie aluminium-verre, en 3 ans après la 3ème ou en 2 ans après le CAP, peut également être envisagé. Il permet de se voir confier des responsabilités en matière d’organisation et d’animation d’équipes.

Niveau bac toujours, le BP menuisier aluminium-verre, accessible aussi après un CAP, permet de créer sa propre entreprise.

Les entreprises spécialisées dans le travail du verre sont soit des transporteurs négociants, soit des entrepreneurs installateurs. Les premières créent des vitrages élaborés, comme les verres trempés ou les verres isolants, les secondes réalisent des produits plus courants, comme les fenêtres, les vérandas ou les devantures de magasin. Toutes embauchent des miroitiers.

Les PME du bâtiment embauchent souvent des miroitiers, mais seulement pour des missions de courte durée.

Voir la fiche détaillée.

Peintre en bâtiment

Le peintre en bâtiment est un ouvrier de la construction qui assure les travaux de peinture et de finition des murs, des plafonds et des façades de maisons, d'immeubles ou de monuments.

De nouvelles pratiques, plus respectueuses de l’environnement, s’imposent de plus en plus au peintre en bâtiment. Il doit maîtriser l'utilisation de produits (peinture, protection du bois) ayant un meilleur impact sur l’environnement et la santé. Il doit également veiller au traitement de ses eaux usées et au recyclage de ses produits de chantier.

Le peintre en bâtiment doit être habile, précis et soigneux. Manipulant des produits toxiques, travaillant en hauteur sur des échafaudages ou en extérieur, il doit avoir une solide constitution physique.

La formation au métier de peintre en bâtiment s'effectue en 2 ans après la classe de 3e, via le CAP peintre-applicateur de revêtements.

Le bac pro aménagement et finition du bâtiment se prépare en 3 ans après la 3e ou en 2 ans après le CAP. Il permet d’avoir des responsabilités plus importantes lors de la préparation du chantier, puis pendant le chantier.

Niveau bac, le BP peinture revêtements, qui s’obtient en 2 ans après le CAP, donne à son titulaire le droit d'exercer en indépendant.

La MC peinture décoration (niveau bac), qui se prépare en 1 an après le BP ou le bac pro pendant (CFA de la peinture - Créteil), permet de se spécialiser.

Enfin, après le bac pro ou le BP, une poursuite d’études jusqu’au BTS aménagement finition (bac + 2) donne rapidement accès à des postes de chefs d'équipe.

Les peintres en bâtiment réalisent des travaux pour des entreprises de la construction neuve et des entreprises de la rénovation.

Les entreprises de décoration font appel aux peintres pour la réalisation de faux marbres, d'imitations de bois ou de pierre, de trompe-l'oeil.

Voir la fiche détaillée.

Plâtrier / Plâtrière

Le plâtrier intervient lorsque les travaux de gros oeuvre ont été réalisés. Il pose les cloisons en plâtre et applique tous les enduits intérieurs et extérieurs. Il réalise également des travaux de décoration, telles les moulures en plâtre.

Le plâtrier participe à l’efficacité énergétique des bâtiments. Il doit connaître les normes environnementales et les nouveaux matériaux d'isolation thermique. Il doit également maîtriser la gestion de l'étanchéité de l'air.

Les qualités requises pour exercer cette profession sont l'habileté manuelle, la minutie et la rapidité. Une bonne résistance physique est indispensable également car le plâtrier travaille dans la poussière, parfois sur des échafaudages en plein air, les mains dans l'eau froide toute la journée.

La formation au métier de plâtrier est envisageable en 2 ans, après la classe de 3e, avec le CAP plâtrier-plaquiste ou le CAP staffeur ornemaniste.
Après le CAP, vous pouvez préparer en 1 an la mention complémentaire (MC) plaquiste.

Le bac pro aménagement et finition du bâtiment, accessible en 3 ans après la 3e ou 2 ans après le CAP, permet d’avoir des responsabilités plus importantes lors de la préparation des chantiers, puis pendant les chantiers.

Niveau bac, le BMA volumes : staff et matériaux associés et le BP plâtrerie et plaques (hors Ile-de-France) se préparent également en 2 ans après un CAP. Le 1er permet d’approfondir son savoir-faire technique, le 2nd donne accès plus rapidement aux fonctions de chef d'entreprise.

Enfin, à bac + 2, le BTS aménagement-finition donne vite accès à des postes d'encadrement d'équipes. Il est accessible en 2 ans après un bac STI2D spécialité architecture et construction, un BP ou un bac pro (avec un bon dossier scolaire).

Les entreprises du BTP (bâtiment et travaux publics) proposent aujourd'hui la pose de produits préfabriqués, de cloisons sèches et de faux plafonds. Les plâtriers titulaires d'une spécialisation en plâtrerie plaquiste, plâtrerie carrelage ou plâtrerie peinture ont la préférence des employeurs.

Les entreprises de restauration et de décors emploient des plâtriers staffeurs ou des plâtriers stucateurs.

Voir la fiche détaillée.

Plombier / Plombière

Le plombier installe, répare et entretient les canalisations d'eau, de gaz et d'air comprimé. Il alimente ainsi bureaux, immeubles, maisons particulières ou lieux publics en eau, en air climatisé ou en chauffage.

Le métier de plombier évolue avec les enjeux de la transition énergétique. De plus en plus, ce professionnel doit savoir proposer à sa clientèle des solutions plus économes en énergie, tels les chauffe-eau solaires individuels. Il doit également veiller lors de ses interventions à ne pas dégrader la performance thermique des bâtiments.

Pour devenir plombier, il est préférable d'être habile de ses mains et très autonome. Les positions de travail sont inconfortables et les éléments sont lourds à déplacer : une bonne forme physique est indispensable également.

Dispensée en lycée professionnel ou en CFA, la formation au métier de plombier est accessible après la 3e, en 2 ans, via le CAP installateur sanitaire.
Les titulaires du CAP peuvent préparer en 1 an une MC zinguerie ou une MC maintenance en équipement thermique individuel. Cela leur apporte une double spécialisation.

Le BP équipements sanitaires, le BP métiers de la piscine et le BP monteur en installation de génie climatique complètent également le CAP. Ils vous permettent de vous spécialiser et d'apprendre la gestion d'entreprises.

Niveau bac, deux séries peuvent vous conduire à exercer le métier de plombier : le bac pro technicien en installation des systèmes énergétiques et climatiques et le bac pro technicien en maintenance des systèmes énergétiques et climatiques. Ces bacs sont accessibles en 3 ans après la 3e ou en 2 ans après le CAP.

Enfin, les titulaires d'un bac pro ou du bac techno STI2D spécialité énergies et environnement peuvent poursuivre leurs études en BTS fluides, énergies environnements, option génie sanitaire et thermique. Le diplôme s'obtient en 2 ans et vous donne accès à des fonctions à responsabilité.

C'est sur les chantiers du bâtiment que les plombiers oeuvrent le plus. Mais ils participent aussi aux chantiers d'équipements collectifs (piscines, etc.), à la protection incendie ou à l'installation de systèmes d'arrosage automatiques.

De plus en plus, les entreprises de plomberie se spécialisent dans les systèmes de génie climatique, qu'elles installent aussi bien chez les particuliers que dans les grandes entreprises.

Les bureaux d'études des architectes ont parfois besoin des connaissances des plombiers pour leurs études de faisabilité.

Voir la fiche détaillée.

Solier-moquettiste / Solière-moquettiste

Ce professionnel est le spécialiste de la pose de revêtements de sols et muraux, comme les moquettes, les linoléums, les tapisseries et les papiers peints. Il joue également un rôle de conseiller auprès de ses clients.

Le solier-moquettiste participe à l'isolation thermique et acoustique des bâtiments. Il peut également être amené à travailler avec des matériaux et des produits respectueux de l'environnement. Enfin, il doit veiller à la gestion et à la valorisation de ses déchets de chantiers.

Ce métier, assez physique, demande une bonne résistance, ainsi qu'une grande mobilité car les déplacements sont quotidiens. Pour conseiller au mieux ses clients, le solier-moquettiste doit également être sensible à l'harmonie des couleurs, des motifs, des matières...

Le CAP solier-moquettiste, qui se prépare en 2 ans après la classe de 3e, vous permet d'exercer avec le statut d'ouvrier.

En 2 ans après le CAP, vous pouvez compléter votre formation par un BP peinture, revêtements ou par un bac pro aménagement et finition du bâtiment (en 3 ans après la classe de 3e).

Suite à la réforme de la voie professionnelle, le BEP finition dominante sols et moquettes est supprimé depuis la rentrée 2009. Il est remplacé par le bac pro aménagement et finition du bâtiment, qui se prépare en 3 ans après la classe de 3e.

Si vous êtes titulaire d'un CAP avec un très bon dossier, vous avez aussi la possibilité de poursuivre vers le bac pro aménagement et finition du bâtiment.

Bac ou BP en poche, vous pouvez poursuivre encore pendant 2 années et décrocher un BTS aménagement finition. Ce diplôme mène à des fonctions polyvalentes, aussi bien en bureau d'études que sur les chantiers.

Le solier-moquettiste est recruté majoritairement par des entreprises indépendantes et spécialisées en pose de revêtements.

De plus en plus d'entreprises spécialisées en matériaux anti-feu, antistatiques ou en sols de salles de sport voient le jour. Elles recrutent aussi des soliers-moquettistes.

Voir la fiche détaillée.

Aller à la page précédente
Page :123456