Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

domaine

Les métiers du bâtiment

Domaines : BTP - Architecture, Environnement - Aménagement - Propreté
Décembre 2015
Voir le dossier complet

Les métiers de l'équipement technique

Ouvriers qualifiés ou techniciens, les spécialistes de l'électricité, des réseaux d'eau, du chauffage ou de la climatisation ont pour mission de réaliser des installations sûres, fonctionnelles et s'insérant le plus discrètement possible dans la structure du bâtiment.

Chef de chantier en installations électriques

Le chef de chantier en installations électriques prépare le travail sur les chantiers, en définissant le matériel nécessaire et en répartissant le travail entre les monteurs électriciens. Le chantier en cours, il contrôle la qualité du travail jusqu'à son achèvement.

Le chef de chantier en installations électriques doit connaitre les nouvelles normes et réglementations qui s'appliquent à la construction et à la rénovation, notamment en termes d'économie d'énergie et d'isolation thermique. Son travail de coordination et de garantie de la qualité de la réalisation est rendu encore plus indispensable par les enjeux d'efficacité énergétique. Il doit également avoir un rôle de conseil auprès de ses clients pour les aider dans la maîtrise de leur consommation énergétique.

Pour mener à bien ses différentes missions, le chef de chantier en installations électriques doit être organisé et polyvalent. Il fait preuve également d'une solide énergie pour animer son équipe.

Pour exercer en tant que chef de chantier en installations électriques, un diplôme est rarement suffisant. Il faut généralement compter plusieurs années d'expérience professionnelle sur les chantiers avant d'occuper un tel poste.

Le bac pro ELEEC (électrotechnique, énergie, équipements communicants), accessible en 3 ans après une classe de 3e, ou en 2 ans après un CAP, constitue le 1er niveau d’entrée dans la profession.

Mais un diplôme de niveau bac +2 se révèle indispensable pour encadrer une équipe de travail. Les titulaires d’un bac techno STI2D ou bac pro ELEEC (obtenu avec mention « bien » ou « très bien »), peuvent compléter leur formation en préparant le BTS électrotechnique.

Enfin, pour accéder au DUT génie électrique et informatique industrielle, un bac S ou bac STI2D spécialité « énergies et environnement » ou spécialité « systèmes d’information et numérique » est nécessaire.

Les entreprises d'équipements électriques du bâtiment constituent les premiers employeurs potentiels des futurs chefs de chantier.

Il est aussi possible de postuler auprès des entreprises d'ingénierie électrique, spécialisées dans l'installation d'unités industrielles de production : alimentation électrique, distribution de courant...

Voir la fiche détaillée.

Domoticien / Domoticienne

Le domoticien est un technicien de haut niveau chargé d'intégrer des matériels automatiques dans des habitations ou des bureaux. Il joue un rôle de conseiller en matière d'énergie, de communication, de système de sécurité et d'appareillage améliorant le confort.

Le domoticien participe à la performance énergétique des bâtiments et à l'utilisation d'énergies renouvelables. Il peut notamment proposer à ses clients des équipements permettant de réaliser des économies d'énergie. Lors de l'installation, il veille également à respecter l'étanchéité de l'air et l'isolation du bâtiment.

Le technicien en domotique possède des qualités d'écoute et d'analyse pour cerner les besoins des clients et proposer des solutions adaptées. Son savoir-faire technique (l'informatique et l'électrotechnique sont ses principaux outils) se double de compétences commerciales lorsqu'il doit réaliser des études de marché ou répondre aux appels d'offres.

Les titulaires d'un bac STI2D ou bac S ou éventuellement d’un bac pro système électroniques numériques (obtenu avec mention « bien » ou « très bien ») peuvent préparer, en 2 ans, le BTS fluides, énergies, domotique option domotique et bâtiments communicants. Ce diplôme permet d'entrer directement dans la vie active.

Dans une moindre mesure, le BTS électrotechnique mène aussi au métier de domoticien.

Après un diplôme bac + 2, une poursuite d’études vers la licence professionnelle (bac + 3) permet de se spécialiser. On peut citer, par exemple, la licence pro spécialité ingénierie de l’efficacité énergétique des bâtiments (IUT Mantes en Yvelines) ; spécialité domotique et immotique (Rouen) ; spécialité domotique la technologie au service du confort et de la sécurité des personnes (IUT d’Alençon), etc.

Les titulaires de licences mention EEA (électronique, électrotechnique et automatique) ou mention sciences pour l’ingénieur peuvent par la suite intégrer un master dans ce domaine, par exemple, le master spécialité automatique et traitement du signal et des images (Paris Sud) ou le master spécialité domotique immotique et réseaux intérieurs (Rennes 1).

On peut également s'orienter, en deux ans après un bac+3, vers un master génie civil, parcours bâtiment intelligent, efficacité énergétique (Université de Cergy Pontoise) ou vers un diplôme d’ingénieur technologies de l'information option technologies de l'information et de communication pour le bâtiment (Rennes 1).

Les installateurs et les constructeurs négociants embauchent des domoticiens titulaires de BTS pour superviser les installations délicates.

Les bureaux de contrôle embauchent ingénieurs et techniciens pour les installations, la recherche et la commercialisation de leurs systèmes.

Voir la fiche détaillée.

Electricien d'équipement / Electricienne d'équipement

L'électricien d'équipement est un ouvrier spécialisé dans les installations électriques des logements, des bureaux, des commerces, des hôpitaux ou encore des entreprises industrielles. De plus en plus, il installe des réseaux de communication et des équipements à commande automatique de domotique.

Il doit également maîtriser les nouvelles technologies de production et d'utilisation d'énergies renouvelables (panneaux photovoltaïques notamment), ainsi que les systèmes permettant la gestion de dispositifs de régulation thermique.

Les différentes activités de l'électricien d'équipement exigent habileté manuelle, esprit d'initiative et sens des responsabilités (le moindre disfonctionnement électrique peut être très dangereux !).

Le CAP préparation et réalisation d'ouvrages électriques est le diplôme de base de cette profession. Il se prépare en 2 ans après la 3e.

Après le CAP, vous pouvez préparer, en 2 ans, un BP installations et équipements électriques (niveau bac).

Par ailleurs, 2 bacs vous permettront de développer vos compétences en électricité : le bac pro électrotechnique, énergie, équipements communicants et le bac pro maintenance des équipements industriels. Ils se préparent en 3 ans après la 3e ou en 2 ans après le CAP préparation et réalisation d'ouvrages électriques.

A bac + 2, les BTS électrotechnique et BTS fluides, énergies, domotique option domotique et bâtiments communicants vous permettent d'accéder rapidement à des fonctions d'encadrement.

Les entreprises de type artisanal sont une source importante d'emplois pour les monteurs-électriciens.

Les PME prenant en charge des chantiers de bureaux et de logements collectifs offrent aussi du travail aux électriciens d'équipement.

Pour réaliser des projets d'ampleur importante, des entreprises mettent en place leurs propres équipes d'électriciens.

Voir la fiche détaillée.

Monteur en installations thermiques / Monteuse en installations thermiques

Le monteur en installations thermiques est un ouvrier qualifié qui installe les systèmes de chauffage et de climatisation. Il effectue également la maintenance de ces installations.

Dans un contexte renforcé de recherche d’économies d’énergie et de développement des énergies renouvelables, le métier de monteur en installations thermiques est amené à se rénover entièrement. Ce professionnel doit désormais maîtriser les nouvelles normes et réglementations thermiques et pouvoir intervenir sur de nouvelles technologies et de nouveaux équipements, tels que les pompes à chaleur géothermiques ou les chaudières biomasse.

Les différentes activités du monteur en installations thermiques exigent méthode et autonomie. Il faut aimer le changement et les déplacements pour apprécier ce métier car les horaires sont variables et les lieux d'exercice changent chaque jour ou presque.

Le CAP installateur thermique est le 1er niveau d'accès à la profession.

Ce diplôme en poche, vous pouvez vous spécialiser en 1 an en préparant la MC maintenance en équipement thermique individuel.

Par ailleurs, deux baccalauréats peuvent vous conduire au métier de monteur en installations thermiques : le bac pro technicien en installation des systèmes énergétiques et climatiques et le bac pro technicien de maintenance des systèmes énergétiques et climatiques. Tous deux se préparent en 3 ans après la 3e ou en 2 ans après un CAP du domaine.

Au niveau du bac toujours, il existe également le BP monteur en installations du génie climatique et sanitaire et le BP installateur, dépanneur en froid et conditionnement d'air, qui se préparent en 2 ans après le CAP.

Les débouchés, pour le monteur en installations thermiques, se trouvent principalement dans les PME d'installation en génie climatique ou de maintenance.

Les grandes entreprises du BTP font parfois appel au monteur en installations thermiques.

Voir la fiche détaillée.

Technicien en génie climatique / Technicienne en génie climatique

Le technicien en génie climatique est chargé d'installer, de régler et de réparer les systèmes de chauffage et de climatisation dans les immeubles ou les bureaux. Ses fonctions sont variées et diffèrent selon l'endroit où il travaille. Il peut effectuer des études de faisabilité, organiser et suivre un chantier, réaliser des essais et mettre en service le matériel ou encore négocier des contrats.

Le technicien en génie climatique participe aux économies d'énergie du bâtiment en veillant à ce que ses installations de chauffage ou de climatisation ne soient pas surdimensionnées. Il doit également maîtriser les nouvelles technologies performantes ou utilisant des énergies renouvelables, telles que les pompes à chaleur ou les chaudières à condensation.

Cette profession demande à faire preuve de polyvalence et d'autonomie. Les installations et les réparations à effectuer étant toutes très différentes, le technicien en génie climatique doit aussi faire preuve d'une certaine adaptabilité.

Deux bacs pro constituent un premier niveau d'accès à cette profession : le bac pro technicien en installation des systèmes énergétiques et climatiques et bac pro technicien de maintenance des systèmes énergétiques et climatiques. Ils se préparent en 3 ans après la 3e ou en 2 ans après un CAP du domaine.

Niveau bac toujours, il existe un BP monteur en installations du génie climatique et sanitaire qui s'obtient en 2 ans notamment dans le prolongement d'un CAP.

Les titulaires d'un bac pro ou d'un bac S ou STI2D peuvent poursuivre en préparant, en 2 ans, un BTS fluides, énergies, environnements (EEE). Il existe également un DUT génie civil construction durable option génie climatique et équipement du bâtiment.

On peut compléter sa formation par une licence pro « ingénierie de l’efficacité énergétique des bâtiments » (Versailles Saint-Quentin en Yvelines) ; « bâtiment à basse consommation énergétique » (Paris-Est Marne-la-Vallée) ; etc.

La plupart des techniciens en génie climatique exercent dans le secteur du BTP (bâtiment et travaux publics). Ils travaillent pour le compte d'entreprises d'installation ou de maintenance en génie climatique.

Les bureaux d'études embauchent des techniciens pour réaliser des études de faisabilité et les dessins des plans techniques.

Voir la fiche détaillée.

Aller à la page précédente
Page :123456
Aller à la page suivante