Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Claire Barré

Scénariste, Paris (75)
Date de l'interview : 01/05/2009

Ecrire des scénarios pour la télé demande une forte personnalité car il faut s’imposer face à la vive concurrence et défendre ses projets.

Diplômée en 2007 du CEEA (Conservatoire européen d'écriture audiovisuelle), Claire Barré écrit ou coécrit différentes séries pour TF1 et Arte.

Quel est votre parcours après le bac ?

J'ai commencé des études de langues, puis je suis allée au cours Simon car je voulais devenir comédienne. J'avais aussi envie d'écrire depuis toujours. J'ai écrit un premier spectacle qui a été joué au Point Virgule, à Paris. Un producteur a vu le spectacle et m'a proposé d'écrire des dialogues pour les Minikeums, sortes de Guignols de l'info pour enfants autrefois diffusés sur France 3. J'ai ensuite écrit pour Ford Boyard, pour la chaîne Téva, pour Pink TV... J'ai aussi coécrit un projet plus personnel, "Féries, les fées folles", pour lequel nous avons obtenu le Fonds d'Aide à l'Innovation Audiovisuelle du CNC.

Votre carrière d'auteur semblait lancée. Pourquoi avoir choisi d'entrer au CEEA ?

Je voulais vraiment devenir scénariste, pas seulement être auteur de dialogues ou de sketches. Scénariste est un vrai métier, avec ses règles et ses codes. Les producteurs font davantage confiance aux scénaristes qui ont suivi une formation car ils savent que ces derniers maîtrisent les codes de la profession. A ce titre, le CEEA est vraiment une clé d'entrée.

Comment se déroule la formation au CEEA ?

Le CEEA accueille 10 à 12 personnes par an, c'est presque du cours particulier. La formation dure 2 ans. On suit quelques cours classiques, par exemple sur la dramaturgie. Surtout, il y a plein d'ateliers d'écriture encadrés par des scénaristes professionnels. On apprend à écrire vite et pour tous les formats. On en ressort avec des techniques, mais aussi avec de nombreux projets à proposer aux producteurs. Ces projets ne verront pas forcement tous le jour, mais ils permettent aux producteurs de voir ce qu'on sait faire, quel est notre univers.

Justement, comment s'est passée votre (re)insertion professionnelle après le CEEA ?

Pendant la formation, des producteurs sont venus nous présenter la série R.I.S, Police scientifique, diffusée sur TF1. J'ai passé des tests et j'ai été retenue pour écrire 3 épisodes. J'ai aussi été contactée pour écrire 2 épisodes de la série Xanadu d'Arte. Arte a également pris notre projet "Féries, les fées folles" et nous a commandé 6 épisodes.

Vous travaillez en solitaire ?

Non, en scénario, on coécrit beaucoup. Et c'est très bien de ne pas se retrouver seule face à sa copie, de pouvoir débattre et échanger avec d'autres scénaristes. L'écriture de scenario demande beaucoup de temps et d'énergie : lorsqu'on travaille à plusieurs, on s'entraide, on se soutient, c'est plus facile.

Quelles relations avez-vous avec les producteurs ?

Elles sont plutôt bonnes, même s'il y a des conflits autour des contrats car chacun veut tirer la couverture à soi... En ce qui concerne l'écriture proprement dite, ce n'est pas du tout la même chose de travailler pour TF1 ou pour Arte. Avec Arte, on est très libre, on peut vraiment imposer son univers. Chez TF1, l'audience complique beaucoup le travail.

Quelles sont les qualités d'un bon scénariste ?

Il faut des qualités imaginatives, bien sûr. Il faut être très adaptable, écouter les envies et les critiques du producteur et être capable d'y répondre rapidement. Il faut aussi être un grand travailleur. Enfin, c'est important d'avoir une forte personnalité pour s'imposer et défendre ses projets.

Et quel est le plus difficile dans ce métier ?

C'est ce sentiment d'être facilement éjectable. Il y a beaucoup de scénaristes de télévision, ce n'est pas facile de durer. L'autre difficulté est liée au temps : les délais qu'on nous laisse sont souvent très courts par rapport au travail demandé. A la télévision, il faut que ça avance vite.

Le cinéma vous tente-t-il ?

Oui, dans l'absolu, mais j'aime beaucoup la télévision, en particulier le principe de la série avec des personnages qu'on retrouve et qui évoluent dans le temps. Je pense également essayer de me tourner vers le roman...