Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Anne Van der Weide

Assistante de direction, membre de la FFMAS, Paris (75)
Date de l'interview : 01/04/2005

Les missions confiées aujourd’hui aux assistantes de direction ont évolué tant en intérêt qu’en responsabilité.

Assistante de direction, Anne Van der Weide contribue à une meilleure visibilité des métiers du secrétariat à travers ses actions au sein de la Fédération française des métiers de l'assistanat et du secrétariat...

Quel est le rôle de la FFMAS, Fédération française des métiers de l'assistanat et du secrétariat ?

La Fédération a été créée pour combler un manque que ressent notre branche professionnelle, dite transverse, d'être représentée par un organisme officiel. Cette fédération regroupe des secrétaires, des assistantes bénévoles, en exercice ou ayant exercé, qui souhaitent faire changer les mentalités, face aux difficultés spécifiques de la profession : manque de reconnaissance, d'accès aux formations, difficultés d'évolution de carrière, manque d'informations sur la profession, conventions collectives désuètes, image dévalorisée. Il s'agit pour la FFMAS de s'attaquer de front à ces problèmes afin de mieux préparer l'avenir. La Fédération se veut le porte-parole des assistantes auprès des différents acteurs de la vie économique : patronat, ministères, syndicats, presse...

En quoi la Fédération peut-elle aider les jeunes diplômées ?

La FFMAS est un organe au service de toutes les professionnelles quels que soient leur niveau, leur expérience, leur spécialisation, leur localisation, leur branche d'activité. Elle leur permet de s'exprimer valablement sur leurs préoccupations, leurs interrogations afin de les faire prendre en compte dans les différentes démarches qui sont en place ou qui se mettront en place. Ceci veut dire entre autres, qu'une commission "emploi" sera créée au sein de l'association qui pourra procurer des informations sur l'état du marché de l'emploi, de la formation, de la VAE, ce qui devrait intéresser en particulièrement les jeunes diplômées.

Quelles sont les évolutions majeures du métier de secrétaire depuis 10 ans ?

Le développement des nouvelles technologies de l'information et de la communication - qui, à un certain point, a fait craindre la disparition de ce métier - a au contraire conféré à l'assistante un statut nouveau au sein de l'entreprise. La représentation traditionnelle de la secrétaire, assistante d'un seul cadre, chargée essentiellement des tâches de sténographie et de dactylographie, n'est plus d'actualité. Grâce à l'informatique, l'assistante peut aujourd'hui assister plusieurs cadres. Sa position d'interface entre le service et l'extérieur favorise son rôle de coordination et d'organisation au sein de l'équipe. Ceci est encore plus vrai depuis l'arrivée d'Internet à l'aube du XXIe siècle et des messageries électroniques.
Face à l'évolution de leur travail, les assistantes ont fait preuve de capacités d'adaptation, ce qui les a conduites à prendre davantage d'initiatives et à se rapprocher des spécialités de l'entreprise. Leurs patrons étant devenus plus autonomes avec l'informatique, elles ont dû réinventer une partie de leur poste et lui donner plus de valeur ajoutée. Par conséquent, les missions confiées aux assistantes ont évolué en intérêt et en responsabilité.

Quelle différence existe-t-il entre une secrétaire et une assistante ?

La question revient régulièrement à l'ordre du jour. On peut jouer sur les mots ; d'une entreprise à l'autre, une secrétaire peut avoir un rôle d'assistante avec un titre de secrétaire, et vice versa. On évoque le terme d'assistante, plus valorisant que secrétaire, un peu comme quand on distingue le "cadre" du "non cadre". Mais dans les faits, il s'agit surtout de raisonner en termes d'autonomie et de prise de responsabilités. On pourrait en simplifiant dire que la secrétaire est une exécutante, une assistante prenant toutes initiatives lui permettant de tenir son poste. C'est souvent l'expérience, la séniorité, qui différentie, dans son travail, une assistante par rapport à une autre.

Quels sont les profils les plus convoités ?

Les titulaires d'un bac + 2, avec minimum anglais bilingue ("mother tongue" souvent demandé). Une langue "rare" (arabe, chinois, russe) est un vrai plus, bien sûr.
Il est question de faire évoluer la formation vers un diplôme type licence. Cela deviendra certainement le standard, pour les patrons, dans la décennie à venir. Au niveau des qualités, du savoir-être, notons toujours la pro activité, la disponibilité. Pour les postes de haut niveau, on demande un bon niveau de culture générale.
On peut le déplorer, mais souvent le look et l'âge sont des critères assez déterminants.