Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Aurore Briand

Conseillère environnement à CCI de Versailles Val-d'Oise Yvelines, Versailles (78)
Date de l'interview : 01/03/2005

J’aime communiquer, argumenter et trouver les solutions pour que l'environnement soit pris en compte par tous les acteurs de la société.

Ingénieur spécialisée dans l'environnement, Aurore Briand estime que les débouchés sont encore rares, en dehors du secteur industriel, malgré les besoins. Zoom sur son parcours et son expérience...

Quel a été votre parcours de formation ?

J'ai obtenu un bac S, option sciences de la vie et de la terre en 1995. J'ai ensuite préparé un DUT biologie appliquée, option agronomie car je voulais une formation plus pratique que théorique. J'avais choisi l'agronomie car la nature m'intéressait particulièrement. Dans l'optique d'accumuler les expériences sur le terrain, j'ai prolongé ma formation d'1 an en IUT pour décrocher un diplôme d'ingénieur -technologue.
Lors des différents stages, je me suis aperçue que la fonction de technicien ne répondrait pas à toutes mes attentes en termes de responsabilités ou d'autonomie. Je me suis alors tournée vers une école d'ingénieur privée : l'ISAB, institut supérieur agricole de Beauvais. J'ai été directement intégrée en 3e année sur dossier.

Comment avez-vous décroché votre premier emploi ?

En juin 2001, je me suis retrouvée sur le marché de l'emploi à une période où les postes dans l'environnement étaient en stagnation. Je recherchais dans les domaines de l'agriculture et de l'environnement. J'ai alors découvert une offre d'emploi de la chambre de commerce et de l'industrie (CCI) de Versailles pour un poste de chargé de mission en management de l'environnement dans le tourisme. Après un entretien, j'ai été recrutée sous statut "emploi-jeunes". Actuellement, j'occupe toujours ce poste.

En quoi consiste le métier de conseiller environnement ?

La mission d'un conseiller environnement (autre intitulé de mon poste) est d'accompagner les entreprises dans la mise en place d'une démarche environnementale adaptée à leur taille et à leurs contraintes. Cela passe par des actions de sensibilisation et d'information des entreprises, la réalisation d'un pré-diagnostic environnemental, l'accompagnement dans la mise en œuvre des solutions préconisées, et enfin la promotion des actions menées. Bien souvent, les débouchés se trouvent dans le domaine industriel. Mon poste est donc plutôt atypique puisque je concentre mes actions sur des PME.

A quoi ressemble votre quotidien ?

Je gère la problématique environnementale auprès des entreprises touristiques, les cafés, les restaurants et les hôtels d'Ile-de-France.
Pour sensibiliser ces entreprises, souvent de petite taille, je commence par l'envoi de courriers et de plaquettes leur permettant de comprendre les enjeux, les règlements, etc. J'écris aussi des articles dans le journal de la CCI qui leur est envoyé pour les tenir informées.
Avec le temps, j'ai aussi noué des partenariats, par exemple, avec des parcs naturels régionaux qui sont des relais très efficaces.
Pour un pré-diagnostic puis un accompagnement, je me rends dans l'entreprise afin d'évaluer son positionnement vis-à-vis de l'environnement (eau, air, bruit, déchets, énergie, intégration paysagère, produits dangereux et sécurité). J'établis alors un compte-rendu écrit proposant un plan d'action à partir des "non-conformités" détectées.
Arrive enfin la phase d'accompagnement, où je monte, par exemple, le dossier de demande de subvention pour l'entreprise, où je gère la recherche des prestataires. L'entreprise met ainsi plus facilement en oeuvre plusieurs des actions proposées. Je suis là pour faciliter la mise en place de la gestion des déchets et leur recyclage, etc.

Quelles sont les qualités demandées dans un poste aussi polyvalent ?

Etre organisé, avoir un bon relationnel, être vendeur de son projet, être autonome... Tout cela participe à la bonne gestion de la mission qui est confiée aux conseillers environnement. Il faut aimer communiquer, argumenter et trouver les solutions pour que l'environnement soit enfin pris en compte par tous les acteurs de la société.

Qu'est-ce qui est le plus difficile dans votre métier ?

L'absence de pérennité des actions ! Hélas, l'environnement qui devrait préoccuper tout le monde, est souvent le premier poste budgétaire à disparaître en cas de difficulté financière dans une entreprise. Sensibiliser les entreprises est un travail de longue haleine... et je manque parfois de temps pour que chacun prenne conscience du rôle qu'il a à tenir en matière d'environnement.