Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Florent Pervez

Messager du tri, Essonne (91)
Date de l'interview : 01/03/2005

Etre messager du tri peut être un bon tremplin avant de se présenter à un concours de la fonction publique.

Son goût pour la communication de proximité et son attrait pour l'environnement ont mené Florent Pervez dans des fonctions d'animation et de sensibilisation au tri sélectif...

Qu'est ce qu'un messager du tri ?

Au service d'une commune ou d'un syndicat intercommunal, un messager du tri assure 3 grandes missions : animation et sensibilisation à l'environnement auprès des enfants, porte-à-porte pour informer le grand public sur le tri sélectif, interventions sur des salons, foires, rencontres.

Comment êtes-vous devenu messager du tri ?

Après un bac économique, je me suis tourné vers l'université pour préparer un DEUG d'histoire. J'avais en vue les concours des écoles de journalisme ouverts aux titulaires d'un bac + 2. Et puis les aléas de la vie m'ont fait quitter la fac sans avoir obtenu mon DEUG. J'ai alors enchaîné les petits boulots (restauration, BTP, responsable des partenariats pour un festival de cinéma). Après 1 an de contrats courts, j'ai cherché un travail plus stable.

J'ai répondu à une offre d'emploi de messager du tri sous statut d'emploi-jeune : la communication de proximité m'intéressait, j'aimais aller vers les autres et les questions environnementales ne me laissaient pas indifférent... ma candidature a été retenue !

Quelles sont les animations que vous faites auprès des enfants ?

Sur demande des communes, des écoles, d'associations, nous intervenons (toujours par deux) auprès de groupes d'enfants. L'objectif est de sensibiliser les plus jeunes aux problèmes de l'environnement et au tri des déchets. Les animations se déroulent sur une demi-journée pendant laquelle nous proposons plusieurs activités. On peut aussi bien animer une classe de maternelle qu'une de primaire ou de collège.
Nous avons, en fait, suivi une formation en interne et avec des intervenants extérieurs pour maîtriser différents supports ludo-éducatifs, nous familiariser à la pratique du conte, et apprendre à adapter notre discours à l'âge des enfants.

En quoi consiste le porte-à-porte dans votre métier ?

Lors de la phase de lancement du tri sélectif dans les communes de l'Essonne, nous avons sillonné l'ensemble des villes et villages pour aller à la rencontre des habitants. Pendant près de 2 ans, nous étions une équipe de 8 messagers. On faisait du porte-à-porte pour distribuer des guides informant sur le tri sélectif des ordures ménagères, pour expliquer les consignes à suivre, pour sensibiliser les personnes à la nécessité du tri... pour discuter et convaincre du bienfait de ce tri pour l'environnement et le futur !
Actuellement, nous sommes entrés dans une phase de suivi de la qualité du tri (nous ne sommes plus que 4 messagers) : si nous constatons que les résultats d'une commune ne sont pas satisfaisants, nous faisons de "l'assistance à maîtrise d'ouvrage", c'est-à-dire que nous aidons les communes à mieux communiquer sur l'environnement, nous leur donnons des arguments, des conseils pour rédiger des articles sur le sujet dans les journaux communaux, par exemple.

Quelles qualités ce métier demande-t-il ?

Il faut être à l'aise avec tout type de public - des zones rurales comme des quartiers sensibles, du cadre au chômeur, de l'enfant de 4 ans à la personne âgée. Et surtout il faut avoir un intérêt prononcé pour les problématiques environnementales liées aux déchets car les questions pointues sur les réglementations en termes d'environnement, la fiscalité locale, le coût du tri ne manquent pas !
Cela demande un bon sens du relationnel couplé à un goût prononcé pour la cause environnementale. Il faut aussi toujours s'informer sur les politiques menées, l'évolution des pratiques, etc. Il est aussi important de ne pas se limiter à l'environnement mais de toujours re-situer dans un contexte plus large.

Quels sont les aspects les moins plaisants du métier ?

Dans le suivi de la qualité du tri, nous sommes parfois amenés à travailler juste avant que le camion des éboueurs ne passe pour ramasser les poubelles. Pour constater si le tri est effectif ou non, il faut donc précéder le ramassage... et ainsi être opérationnels à 4 h du matin, dehors, souvent en plein froid !
Par ailleurs, être confronté à la mauvaise humeur, la mauvaise foi ou à l'agressivité demande de rester zen en toute circonstance.

Quelles sont les évolutions de carrière possibles ?

Travailler avec les communes permet de mieux connaître les différentes carrières possibles au sein d'une collectivité territoriale. Etre messager du tri peut ainsi être un bon tremplin avant de se présenter à un concours de la fonction publique. Pour ma part, je viens de tenter le concours de rédacteur territorial pour, à terme, trouver un poste dans un service de communication.
Après plusieurs années d'expérience, il est aussi tout à fait envisageable d'évoluer en interne et de devenir responsable de collecte ou responsable de l'environnement dans un syndicat intercommunal ou directement dans une mairie.