Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Bertrand Assailly

Greffier, Versailles (78)
Date de l'interview : 01/01/2005

Même si l'ensemble du territoire français est couvert, on constate une forte concentration des postes de greffier en Ile-de-France.

C'est en gravissant les échelons en interne que Bertrand Assailly est devenu greffier et assure aujourd'hui une mission de formation informatique au service administratif régional (SAR) de la cour d'appel de Versailles...

Quelles études avez-vous suivies avant de devenir greffier ?

J'ai obtenu un bac général scientifique (maths et biologie à l'époque), et ai choisi de suivre des études de pharmacie. Après une année, j'ai changé de voie : j'ai obtenu en 3 ans une licence d'économétrie. Ne trouvant pas d'emploi dans ma branche à la sortie de mes études, j'ai eu une opportunité de contrat de vacataire au tribunal de grande instance de Versailles. Cette expérience a été un déclic.

Qu'est ce qui vous a attiré dans les métiers du droit ?

Comme tout vacataire, j'avais un contrat de 120 h par mois. Attiré par la procédure pendant cette 1re expérience, j'ai tenté différents concours dans le secteur de la justice et j'ai obtenu le concours d'adjoint administratif (catégorie C). J'ai ensuite pu bénéficier de formation interne pour préparer le concours de greffier. La diversité des emplois possibles lorsque l'on est greffier m'a plu également : les procédures, les lieux d'exercice, etc.

En quoi consiste le concours d'entrée à l'école nationale des greffes ?

Le concours se déroule en deux étapes.
La 1re partie, avec les épreuves d'admissibilité, comporte 2 épreuves écrites : culture générale et droit. Un classement est établi et les premiers passent la 2e partie, à savoir les épreuves d'admission composées de 3 épreuves orales : droit, organisation judiciaire et administrative, un grand oral. Pour cette dernière épreuve, c'est une épreuve de culture générale pour les candidats du concours externe, et pour les candidats au concours interne (comme moi), il s'agit d'une conversation avec le jury ou l'on se présente et parle de son parcours professionnel.

Quel était le contenu de la formation de greffier ?

La formation se déroulait sur 12 mois, avec 2 mois à l'école nationale des greffes à Dijon pour la partie théorique où l'on abordait les procédures dans les différentes juridictions. On enchaînait avec environ 8 mois et demi de stage dans ces différentes juridictions : cour d'appel, tribunal de grande instance, tribunal d'instance, conseil de prud'hommes. Aujourd'hui, les greffiers suivent une formation de 18 mois.

Comment se déroulent les affectations ?

La 1re affectation se fait en fonction du rang de classement à la sortie du concours dans une liste de postes dont le nombre correspond au nombre de candidats reçus. Même si l'ensemble du territoire français est couvert, on constate une forte concentration des postes en Ile-de-France. Ensuite, deux fois par an, des commissions concernant les mutations sont mises en place : elles proposent alors la liste de postes vacants. Quand à l'avancement pour passer de greffier 2e grade à greffier 1er grade, il faut réussir un examen professionnel. Et pour devenir greffier en chef de catégorie A, le concours, en interne ou en externe, est incontournable.

Quelle différence dans le travail entre un greffier de cour d'assises, un greffier d'instruction et un greffier de tribunal pour enfants ?

Le travail d'un greffier de cour d'assises est lié à la préparation de l'audience. Celui du greffier du tribunal pour enfant ou du greffier d'instruction (qui travaillent en binôme avec un juge) va plus être lié à la préparation des auditions qui se déroulent dans le cabinet du juge.

A quoi ressemble le quotidien d'un greffier ?

Le greffier a des journées de 7h30 de travail. Pour les dossiers des audiences à venir, il vérifie que les accusés de réception des convocations sont bien rentrés. Il vérifie qu'il n'y a pas de demande de renvoi dans un dossier, un désistement d'appel, si les parties dans l'affaire se sont bien communiqué les pièces de la procédure.
Pour les audiences terminées, le greffier devra vérifier l'exactitude de la procédure mentionnée dans le jugement. C'est un travail de relecture. Après avoir signé ses jugements, il en assure la notification.
Quotidiennement, les justiciables appellent pour obtenir des renseignements concernant leur dossier notamment pour savoir si il a été mis à une audience et plus souvent après les audiences pour en connaître le délibéré. Les jours d'audience, un greffier peut être amené à finir plus tard (notamment les audiences de la cour d'assises ou du tribunal correctionnel).

Quel est votre poste actuel ?

Je suis aujourd'hui formateur en informatique dans le service administratif régional de la cour d'appel de Versailles. Je forme toutes les personnes du ressort de la cour d'appel de Versailles, à savoir les magistrats, les fonctionnaires (greffiers en chef, greffiers, agents et adjoints administratifs) et les agents contractuels sur des applications bureautiques mais également sur des applications métiers spécifiques à la justice. Cela demande de connaître les différentes procédures. La partie administrative m'amène à gérer une base de données des différentes interventions techniques effectuées sur le matériel, sachant qu'il y a 5 techniciens pour un parc informatique d'environ 4500 machines (PC, imprimantes, portables, etc.).

Quels sont vos souhaits d'évolution professionnelle ?

Dans les années à venir, je pense demander une mutation pour un poste en juridiction et également passer le concours de greffier en chef.