Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

domaine

Les métiers du droit

Domaines : Défense publique - Sécurité, Droit
Mai 2013
Voir le dossier complet

Les auxiliaires de justice

On regroupe sous ce terme l'ensemble des professionnels concourant au fonctionnement de la justice sans être rémunérés par une autorité publique. Ces métiers demandent de poursuivre des études supérieures de droit avant de se présenter à un concours ou de se lancer dans la vie active.

Avocat / Avocate

Divorces, successions, vols, crimes... Autant de cas pour lesquels l'avocat est chargé d'assurer la défense de ses clients devant les tribunaux. Professionnel du droit, il peut aussi apporter des conseils juridiques aux entreprises, fonction qui se développe. Avec l'apparition de lois nouvelles et complexes, les spécialisations se multiplient : droit du travail, droit fiscal, droit de la propriété intellectuelle, etc.

Le succès d'une plaidoirie tient non seulement à la force des arguments exposés mais aussi au talent d'orateur de l'avocat. Pour bien comprendre les difficultés de ses clients, l'avocat doit également avoir le sens de l'écoute et de l'observation. Enfin, face à des situations difficiles et à des affaires parfois délicates, ce professionnel doit faire preuve d'une grande force psychologique.

Vous ne pourrez exercer la profession d'avocat qu'une fois obtenu le CAPA (certificat d'aptitude à la profession d'avocat). Ce diplôme se prépare dans l'un des CRFPA (Centres Régionaux de Formation Professionnelle d'Avocats) après réussite à un examen d'entrée.

Cette formation est ouverte aux titulaires d'un master 1 en droit (bac + 4) ou d'un diplôme admis en équivalence. Beaucoup de candidats possèdent en réalité un niveau supérieur (master 2 et même doctorat en droit). L’examen d’entrée, très sélectif, se prépare dans un Institut d'Etudes Judiciaires (IEJ) rattaché à la faculté de droit.

La formation d'avocat au sein des CRFPA se décompose en 3 périodes de 6 mois chacune : une formation théorique; un projet pédagogique individuel et un stage chez un avocat. A l'issue de ces 18 mois, vous passerez un examen de sortie : le CAPA. Dès son obtention, vous pourrez solliciter votre inscription au sein du barreau de votre choix.

Le nombre de cabinets n'est pas limité : tout jeune avocat peut s'installer où il veut. Le barreau de Paris regroupe à lui seul 40 % des 45 000 avocats français.

Les entreprises embauchent de plus en plus d'avocats, notamment quand ils sont spécialisés dans le droit des affaires, pour gérer leurs contrats et leurs litiges.

Un avocat sur 2 est une avocate.

Voir la fiche détaillée.

Avoué / Avouée

Officier ministériel, l'avoué réalise tous les actes nécessaires à une procédure, mais il ne plaide pas.

Travaillant exclusivement pour une cour d'appel, l'avoué connaît parfaitement les usages locaux, les jurisprudences de sa cour et les magistrats qui y exercent. Comme l'avocat, il a un code déontologique à respecter : secret professionnel, devoir de confidentialité, etc.

Pour entamer une carrière d'avoué, vous devez d'abord obtenir un master 1 en droit ou un diplôme admis en équivalence. Puis vous devez suivre un stage de 2 ans avant de passer l'examen professionnel. Vous devez réaliser au moins la moitié de la durée du stage auprès d'un avoué, le reste du temps pouvant être accompli dans un cabinet d'avocats, un service juridique, une administration publique, etc.

L'examen d'aptitude professionnelle aux fonctions d'avoué comporte des épreuves écrites puis des oraux portant sur le droit civil, le droit commercial, la procédure civile, la déontologie.

Une fois l'examen réussi, vous devez acheter votre charge ou vous associer au sein d'une société civile professionnelle.

En France, on dénombre seulement 445 avoués. Les débouchés sont donc très limités. Cette profession est d'ailleurs en sursis : un projet de loi prévoit de supprimer les avoués à compter du 1er janvier 2011.

Notaire

Le notaire est un professionnel du droit. Il rédige certains types de contrats et intervient pour garantir l'authenticité d'actes juridiques passés devant lui. Il joue également le rôle de conseiller auprès des familles et des entreprises.

De grandes qualités d'écoute, de la psychologie et une extrême rigueur sont indispensables pour exercer ce métier. Le notaire doit également faire preuve d'une parfaite discrétion (il est d'ailleurs tenu au secret professionnel) et savoir négocier pour arriver à accorder les intérêts des différentes parties.

Pour préparer le diplôme de notaire, ivous devez déjà avoir validé un master 1 en droit (bac + 4).

Deux voies vous permettent alors d'accéder en 3 ans au diplôme de notaire : la voie universitaire et la voie professionnelle (bac + 7). Elles sont coordonnées par le Centre national de l'enseignement professionnel notarial (CNEPN).

A l'université, la 1re année est consacrée au M2, c'est-à-dire à un master professionnel (bac + 5) en droit notarial, qui constitue la première étape vers l'obtention du diplôme supérieur du notariat et l'accès aux fonctions de notaire. On peut citer les masters pro spécialité droit notarial proposés dans un grand nombre d’universités franciliennes : Dauphine, Panthéon-Sorbonne, Panthéon Assas, Paris-Descartes, Paris Ouest Nanterre La Défense, Paris Sud, Paris-Est Créteil Val-de-Marne).

Les 2e et 3e années consistent en un stage professionnel rémunéré complété d'un enseignement, dispensé par un centre régional de formation professionnelle notariale et par une université (ayant passé convention avec le CNEPN).
A la fin du stage, la soutenance d'un mémoire permet d'obtenir le diplôme supérieur de notariat (DSN).

De son côté, la voie professionnelle vous permet - toujours après un master 1 en droit - d'entrer sur concours dans un centre régional de formation professionnelle notariale.

La 1re année, on prépare le DAFN, diplôme d'aptitude aux fonctions de notaire.

Les 2e et 3e années, il faut suivre un stage professionnel rémunéré dans un office notarial.

Seuls le DSN ou le DAFN obligatoirement complété par le certificat de stage, autorisent à présenter une requête à la Chancellerie pour une nomination.

Les jeunes diplômés sont le plus souvent recrutés à l'issue du stage qu'ils doivent effectuer dans une étude pendant leur formation.

La France compte aujourd'hui près de 8 400 notaires en exercice. Quatre cents jeunes diplômés sortent chaque année de formation pour renouveler la profession.

Voir la fiche détaillée.

Clerc de notaire

Collaborateur direct du notaire, le clerc de notaire lui prépare ses dossiers, rassemble les pièces administratives nécessaires et peut même être amené à faire du conseil auprès de la clientèle.

Le clerc de notaire est un technicien du droit. Les actes dont il s'occupe sont d'une extrême diversité et souvent très techniques. De fait, il peut être amené à se spécialiser en droit fiscal, en droit des affaires ou encore en droit des sociétés.

Rigueur et méthode sont 2 qualités indispensables pour devenir clerc de notaire. En contact permanent avec la clientèle de l'étude, ce professionnel doit aussi avoir le sens de l'accueil.

Pour vous former au métier, il vous faudra préparer le BTS notariat, qui donne un niveau bac + 2. Ce diplôme est préparé au sein des 18 instituts des métiers du notariat ainsi que dans des lycées publics et privés sous contrat. Les titulaires du BTS s'insèrent sur des postes de secrétaires et d'assistants.

Si vous souhaitez poursuivre vos études il vous est possible de préparer une licence professionnelle métiers du notariat également préparée par les instituts des métiers du notariat et des universités. La licence pro permet d'accéder à des fonctions de rédacteurs d'actes.

Titulaires d'une 2e année de licence LMD (L2) en droit, vous pouvez aussi vous inscrire en licence pro.

A noter : sans le bac, il est possible d'envisager des études universitaires en droit après avoir validé une capacité en droit dont la préparation dure 2 ans.

Enfin, il est possible de terminer par une 4e année d'études, organisée en alternance et aboutissant au diplôme professionnel de l'institut des métiers du notariat.

Les études notariales recrutent de moins en moins de clercs de notaire : les fonctions de clerc sont en fait fréquemment occupées par des notaires assistants ou stagiaires, qui passent par cette étape avant de s'installer.

Voir la fiche détaillée.

Huissier de justice

L'huissier de justice détient le monopole pour faire appliquer les décisions de justice et les actes juridiques rédigés par les notaires, si nécessaire avec le recours de la police. En cas de litige, notamment pour le remboursement de dettes, il joue aussi un rôle de conseiller juridique auprès des entreprises.

L'huissier intervient en amont et en aval d'une décision de justice : assignation au tribunal, mise en demeure de rembourser une dette, signification d'une décision de justice, mais aussi saisies mobilières ou sur salaires, expulsions d'appartement, etc. Il peut être sollicité par des particuliers ou des magistrats pour constater des infractions, un adultère, des dégâts matériels ou l'état des lieux d'un appartement par exemple. On peut aussi lui demander d'assurer le recouvrement à l'amiable de toutes sortes de dettes : loyers, factures, pensions alimentaires etc. Enfin, on fait de plus en plus appel à lui pour des consultations juridiques.

Pour exercer cette profession, il faut être diplomate, psychologue mais également ferme face aux personnes qui tentent de vous apitoyer ou de résister.

Pour accéder au stage professionnel requis, vous devez déjà être titulaire d'un master 1 en droit ou d'un diplôme reconnu comme équivalent (bac + 4).

Un stage rémunéré de 2 ans dans une étude d'huissier de justice et le suivi d'une formation sont ensuite exigés avant de se présenter à l'examen professionnel.

Pendant les 2 ans de stage professionnel, les futurs huissiers doivent suivre en parallèle : l'enseignement obligatoire du département formation stagiaire (DFS) de la Chambre départementale des huissiers de justice, mais aussi de préférence l'enseignement complémentaire de l’École nationale de procédure établissement paritaire privé (ENPEPP) à Paris. Il s'agit d'un établissement privé.

A l'issue du stage et de ces enseignements, il faut réussir les épreuves très sélectives de l'examen professionnel d'huissier de justice (seulement 35 % de réussite).

L'huissier de justice travaille uniquement au sein d'études et ne peut pas s'installer où il veut : pour exercer, il doit racheter une étude existante. Le prix des études, dont le nombre est fixé par l'Etat, est très élevé.

On dénombre actuellement 2 015 études et 3 300 huissiers (dont 750 femmes).

L'huissier peut également s'associer à d'autres huissiers au sein d'une SCP (société civile professionnelle), ce qui permet le partage des frais de fonctionnement.

L'âge moyen des huissiers en exercice est élevé (47 ans !). La profession devra donc recruter de manière importante dans les prochaines années.

Voir la fiche détaillée.

Clerc d'huissier

Le clerc d'huissier prépare les actes, assure la correspondance courante et procède à la signification des actes.

Même si, en théorie, aucun diplôme n'est exigé, les titulaires du diplôme de l'école nationale de procédure, d'un diplôme sanctionnant 3 années universitaires de droit, ou encore d'un DUT carrières juridiques, sont mieux armés pour se lancer dans la profession.

Pour pouvoir être assermenté à établir des constats, vous devrez avoir travaillé au moins 5 ans au sein d'une étude d'huissier.

Chaque étude d'huissier recrute en fonction de ses besoins. On dénombre environ 10 000 clercs et employés d'études.

Expert judiciaire / Experte judiciaire

L'expertise judiciaire n'est pas une profession à part entière mais une fonction exercée périodiquement par des professionnels de différents métiers : médecins, architectes, etc. Les juges ordonnent le recours d'un expert pour avoir un avis sur des faits nécessitant des connaissances techniques et des investigations complexes. Les conclusions de l'expert ont pour rôle d'éclairer le tribunal ou la cour.

Pour devenir expert, vous devez d'abord suivre le parcours d'études du métier qui vous intéresse (études de médecine après un bac scientifique, etc.) puis acquérir de l'expérience.

Vous devez ensuite vous inscrire sur la liste nationale des experts judiciaires. Pour connaître les pièces justificatives à fournir à votre dossier, renseignez-vous auprès du tribunal de grande instance proche de votre domicile.

Aller à la page précédente
Page :1234567
Aller à la page suivante