Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

domaine

Les métiers de la communication visuelle

Domaines : Art – Culture - Audiovisuel, Information - Communication
Octobre 2013
Voir le dossier complet

Les métiers de l'image imprimée

Pour créer une affiche, un emballage ou une page de magazine, on fait appel à différents professionnels de l'image. Qu'ils dessinent, mettent en page ou conçoivent des motifs visuels, tous mettent leur créativité au service d'un message ou d'une idée.

Graphiste

Une entreprise fait appel à un graphiste pour créer des logos, du papier à en-tête, des cartes de visite, mais aussi pour habiller un site Internet, un cédérom, un jeu vidéo, etc. Le graphiste est ainsi chargé de donner, en images, une identité à un produit ou à une marque.

Maniant aussi bien le crayon que la souris, le graphiste possède en plus une grande faculté d'imagination. Curieux, il s'intéresse à toutes les formes de culture et de création. Il est capable de se réapproprier idées et tendances sans les copier.

Lorsque ses créations ne plaisent pas au client ou au directeur artistique, il sait faire preuve de souplesse : il met son amour propre de côté et retravaille jusqu'à ce que ses propositions soient validées.

A bac + 2, plusieurs diplômes vous permettent de vous spécialiser dans le graphisme : le BTS design graphique (option communication et médias imprimés ou communication et médias numériques) qui remplace le BTS communication visuelle, le BTS expression visuelle option espaces de communication (dernière session en 2009, ensuite il sera remplacé par le BTS design de communication espace et volume), le DMA arts graphiques option illustration ou typographie.

Pour accéder à ces formations, la sélection s'effectue sur dossier après le nouveau bac techno STD2A (« sciences et technologies du design et des arts appliqués) qui remplace le bac STI arts appliqués, un brevet des métiers d'arts (BMA) ou un brevet de technicien (BT). Si vous avez un bac d'une autre série, vous devez suivre une année de mise à niveau (MANAA), également très sélective.

Après un BTS ou un DMA, une poursuite d'études dans une école supérieure d'arts appliqués (Estienne, Olivier de Serres, etc.) vous mènera aux DSAA arts et technique de la communication option création typographique, DSAA art et technique de la communication, DSAA créateur concepteur option communication visuelle (bac + 4).

Les écoles nationales supérieures d'art (Beaux-Arts, ENSAD...) délivrent leurs propres diplômes d'un niveau bac + 5. La référence en matière d'arts appliqués est l'ENSAD (Arts Déco) qui permet de se spécialiser dans le design graphique et le multimédia.

Les écoles des beaux-arts (une cinquantaine en France) proposent un cycle court (bac + 3) menant au DNAT et un cycle long (bac + 5) débouchant sur le DNSEP option communication graphique.

Parmi les autres cursus réputés, on peut citer ceux de l'Ecole de l'image Gobelins CCIP (établissement consulaire) et le diplôme de l'ESAG Penninghen (établissement privé).

A l'université, il existe des licences professionnelles (bac + 3) axées sur la communication visuelle. Par ailleurs, les licences (bac + 3) et masters (bac + 5) arts plastiques offrent un enseignement théorique mais peu de technique.

Les agences de communication et de design graphique, l'édition et la presse constituent les premiers viviers d'emploi pour les jeunes graphistes.

Les services communication des grosses entreprises ou certaines collectivités locales recrutent également des graphistes diplômés.

Le plus souvent, les jeunes diplômés débutent en free-lance, avec toutes les incertitudes que ce statut implique.

Voir la fiche détaillée.

Illustrateur / illustratrice

L'illustrateur met en images des histoires et des situations et leur donne une ambiance particulière. Il peut s'agir d'illustrer des livres d'art, des livres pour enfants, des articles de presse ou des publicités.

Activité artistique avant tout, l'illustration exige beaucoup d'imagination et d'invention de la part de l'illustrateur. Illustrer des articles de presse demande, en plus, une bonne culture générale.

L'illustrateur est souvent en concurrence directe avec d'autres indépendants. A lui de trouver un style bien à lui, qui lui permet de se faire remarquer par les directeurs artistiques qu'il démarche régulièrement.

Les plus doués en dessin peuvent tenter de se lancer sans aucun diplôme. Mais un bac + 2 dans le domaine des arts plastiques ou arts graphiques constitue un atout.

Après un bac STD2A, 2 diplômes de niveau bac + 2  vous préparent à la profession : le BTS design graphique option communication et médias imprimés (ex BTS communication visuelle) et le DMA arts graphiques option illustration.

Si vous êtes titulaire d'un autre bac, vous devez suivre obligatoirement une année de mise à niveau en arts appliqués (MANAA) pour être accepté dans l'une de ces formations. Attention : les places en MANAA sont rares et sélectives.

Au niveau bac + 4, il existe un diplôme spécialisé dans l’illustration médicale et scientifique : le DSAA design d’illustration scientifique qui se prépare en 2 ans à l’école Estienne à Paris après le BTS ou le DMA.

Enfin, plusieurs diplômes d’écoles vous permettent d’acquérir une solide formation en illustration après le bac : par exemple, le diplôme de concepteur-créateur en arts décoratifs se prépare en 5 ans à l’Ensad (Ecole nationale supérieure des arts décoratifs) et le DNSEP option communication mention illustration se prépare en 5 ans, uniquement à l'Ecole supérieure des arts décoratifs de Strasbourg. Il peut s’obtenir en 2 ans, après un DNAP option communication (également hors Ile-de-France).

L'édition fait travailler beaucoup d'illustrateurs, essentiellement dans le domaine des livres pour enfants. Cependant, les éditeurs d'ouvrages pour adultes, comme les encyclopédies, font aussi appel à leurs services.

La presse, qu'elle soit généraliste ou spécialisée, emploie régulièrement des illustrateurs.

Les agences de publicité ou de communication ont recours aux illustrateurs le temps d'une campagne ou d'un événement.

Pour aller plus loin

Contrairement aux illustrateurs, les artistes peintres (comme les sculpteurs) peuvent laisser libre court à leur imagination et leur sensibilité. Mais, même quand on s'appelle Ben ou Daniel Buren, participer à des appels d'offres et répondre à des commandes est indispensable. Certains artistes font des décors de spectacle ou de cinéma, d'autres réalisent des fresques sur des façades, décorent des appartements ou des restaurants, aménagent des espaces urbains...

Voir la fiche détaillée.

Maquettiste

Le maquettiste conçoit la mise en page de tous types de supports, qu'il s'agisse de journaux, de magazines, de plaquettes publicitaires, de livres, de brochures, de sites internet ou de cédéroms. Il organise le contenu des pages, c'est-à-dire des textes et images, de manière à les rendre attrayantes et claires pour les lecteurs.

Bien que le travail soit encadré, notamment avec l'obligation de respecter une charte graphique, il faut être suffisamment imaginatif et curieux des tendances pour proposer une nouvelle maquette ou faire évoluer une maquette existante.

Le maquettiste travaille souvent dans l'urgence. On attend de lui beaucoup de réactivité.

Le BTS design graphique option communication et médias imprimés ou option communication et médias numériques (ex BTS communication visuelle option graphisme édition publicité ou option multimédia) vous prépare au métier de maquettiste.
  Vous pouvez l'envisager en 2 ans après le BT dessinateur maquettiste option arts graphiques (niveau bac), le bac techno STD2A ou un bac d'une autre série suivi d'une année de mise à niveau (MANAA).
L'entrée pour la remise à niveau est très sélective.

Après le BTS, les écoles supérieures d'arts appliqués (ESAA) proposent une poursuite d'études en DSAA (bac + 4) : DSAA art et technique de la communication, DSAA créateur concepteur option communication visuelle, ou encore DSAA art et technique de la communication option création typographique.

Les écoles nationales supérieures d'art (Beaux-Arts ou ENSBA, ENSAD...) délivrent leurs propres diplômes d'un niveau bac + 5.
La référence dans le domaine des arts appliqués est l'ENSAD (Arts déco) qui forme aux nouvelles technologies.

Les écoles des beaux-arts (une cinquantaine en France) proposent un cycle court (bac + 3) menant au DNAT option design graphique et un cycle long (bac + 5) débouchant sur le DNSEP option communication ou option design graphique.

De nombreuses écoles privées (ESAG...), dont la réputation auprès des professionnels est inégale, proposent également des formations de durée variable.

Les agences de communication, tout comme les agences spécialisées dans la réalisation de journaux d'entreprise, constituent un important débouché pour les jeunes maquettistes.

La presse traditionnelle et les maisons d'édition ouvrent aussi leurs portes aux jeunes diplômés.

Voir la fiche détaillée.

Directeur artistique / Directrice artistique

Le directeur artistique, également appelé DA, traduit en images le ou les messages qu'un annonceur veut faire passer dans le cadre d'une campagne publicitaire. Il travaille toujours en binôme (ou "team") avec un concepteur-rédacteur qui s'occupe principalement du texte.

Il n'y a pas de formation spécifique au métier de directeur artistique. La qualité de votre book primera sur vos diplômes. Néanmoins, un bon niveau de culture générale et une formation en arts graphiques sont recommandés.

Le BTS design graphique option communication et médias imprimés ou communication et médias numériques (anciennement BTS communication visuelle option graphisme édition publicité ou multimédia), le DMA arts graphiques, le DNAT design graphique et le DNAP option communication vous permettent d'accéder à des fonctions créatives dans une agence.
Le BTS se prépare en 2 ans, le DNAT et le DNAP en 2 ou 3 ans après le bac.

Pour un accès direct en BTS et en DMA, le bac STD2A (sciences et technologies du design et des arts appliqués, anciennement bac STI arts appliqués) est exigé. A défaut, vous devrez passer par une année de mise à niveau (MANAA) très sélective.

Le BTS design graphique permet une poursuite d'études en 2 ans en DSAA créateur concepteur option communication visuelle, niveau bac + 4 (Ecole Olivier de Serres) ou en DSAA art et technique de la communication (Ecole Estienne).

Le DNAP design graphique vous permet quant à lui de préparer en 2 ans un DNSEP option communication. Ce diplôme bac + 5 est un plus pour intégrer les grandes agences de publicité.

L'école nationale des arts décoratifs (ENSAD) est l'une des écoles les plus côtées. Son diplôme « concepteur-créateur en arts décoratifs » (bac + 5) constitue un bon passeport pour un accès direct à un poste de directeur artistique junior.

Parmi les formations privées, on peut citer celles de l'école de l'image Gobelins CCIP et le diplôme de concepteur graphique de l'ESAG Penninghen.

A l'université, vous pouvez préparer la licence pro activités culturelles et artistiques spécialité communication visuelle, proposée uniquement à Tours (bac + 3).
Après une licence mention arts plastiques, une poursuite d'études est envisageable vers un master pro, par exemple, mention arts et technologies de l'image spécialité arts et technologies de l'image virtuelle (Paris 8).

Les créatifs, et parmi eux les directeurs artistiques, représentent 20 % des effectifs des plus prestigieuses agences de conseil en communication ou de publicité. Elles recherchent régulièrement des assistants et des DA juniors.

Quelques grandes entreprises, comme des constructeurs automobiles ou des entreprises de fabrication d'emballages, recrutent leurs propres directeurs artistiques, mais elles sont rares.

 

Pour aller plus loin

Dans le secteur de l'édition et de la presse, le métier de directeur artistique renvoie à une réalité différente. Responsable de l'identité visuelle de chaque livre ou magazine publié, le directeur artistique coordonne les activités des graphistes et des maquettistes, sélectionne illustrateurs et photographes, encadre leur travail, propose des solutions visuelles pour chaque projet. C'est un poste hautement stratégique.

Voir la fiche détaillée.

Designer industriel

le nouveau bac techno STD2A (« sciences et technologies du design et des arts appliqués) qui remplace le bac STI arts appliqués.

Le designer industriel imagine la forme d'objets du quotidien, qu'il s'agisse de téléphones, d'automobiles, d'emballages de produits ménagers ou d'appareils électroménagers. Il doit ensuite suivre la conception de ces nouveaux produits, de leur naissance jusqu'à leur réalisation.

Avoir du flair, détecter les tendances, est indispensable pour imaginer les formes et les couleurs qui séduiront demain les consommateurs.

Pragmatique, le designer industriel doit aussi être capable de concilier sa créativité avec les objectifs commerciaux et avec les impératifs liés à la production en grande série.

Avant de vous lancer dans des études de designer industriel, vous devez obtenir un bac STD2A, un bac STI2D  ou un bac S.
Ensuite, plusieurs parcours sont possibles.

Au niveau bac + 2, le BTS design de produits ou le BTS conception de produits industriels vous offre un premier niveau d'accès.

A bac + 3, le DNAT option design de produit permet également d'être recruté en tant qu'assistant designer industriel (hors Ile-de-France). Après le DNAT, une poursuite d’études vers  le DNSEP option design est envisageable (hors Ile-de-France).

L’université propose des licences pro, par exemple, la licence pro innovation et développement industriel (université UPMC).

Au niveau bac + 4 et bac + 5, on trouve les diplômes très côtés de plusieurs écoles :

- le DSAA créateur concepteur option création industrielle se prépare en 2 ans à l'ENSAAMA (Olivier de Serres Paris), après un BTS ou un DMA et permet d'envisager des postes de responsable en agence ou bureaux de création d'entreprise. Il donne un niveau bac + 4.

- le diplôme de l'ENSAD (Ecole nationale supérieure des arts décoratifs) propose une spécialisation en design industriel (bac + 5) ;

- le diplôme de création industrielle de l'ENSCI (Ecole nationale supérieure de création industrielle, dite les Ateliers) (bac + 5) ;

- master recherche spécialité conception, industrialisation, innovation de l'ENSAM (Arts et Métiers ParisTech) de Paris (bac + 5).

Par ailleurs, certaines écoles d'architecture proposent des options design industriel. Quant aux écoles d'ingénieurs, elles peuvent intégrer dans leurs diplômes des modules de design industriel ou proposer des spécialisations dans ce domaine en master pro, master recherche ou mastère spécialisés.

Il existe enfin de nombreuses écoles privées, comme Créapôle (Paris) ou le Strate Collège designers (Sèvres). Mieux vaut vous renseigner sur les diplômes obtenus et leur reconnaissance par la profession.

Pour les débutants, les débouchés se situent avant tout dans les agences de design.

Dans les grandes entreprises industrielles, des départements design plus ou moins importants peuvent aussi offrir des opportunités de carrière.

Voir la fiche détaillée.

Aller à la page précédente
Page :12345
Aller à la page suivante