Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

domaine

Se former en apprentissage

Domaines : CAP ou équivalent, Bac ou équivalent, Bac + 2, Autres, Bac + 5, Autres
Mars 2015
Voir le dossier complet

Etre apprenti en Ile-de-France

L'Ile-de-France, où l'apprentissage est particulièrement développé, concentre 19 % de l’ensemble des apprentis de France.

L'Ile-de-France compte 163 CFA et 500 sites de formation préparant plus de 800 métiers différents (source : Conseil régional d'Ile-de-France). Vous n'avez donc que l'embarras du choix pour le diplôme à préparer et le lieu de votre formation.

L'apprenti francilien est typiquement un homme, habitant la grande couronne et suivant une formation de niveau V ou IV (du CAP au bac pro). Les jeunes femmes ne représentent que 40 % des apprentis (ce qui est cependant supérieur aux autres régions) et elles sont davantage présentes dans les formations de niveaux II et III, c'est-à-dire dans les études supérieures.

Y compris dans la région Ile-de-France, les entrées en apprentissage se font encore pour l'essentiel dans les niveaux V (CAP) et III (BTS). Néanmoins, ce sont les entrées dans les niveaux d'enseignement supérieurs qui se développent aujourd'hui le plus rapidement (+ 9 % sur un an).

A noter : la situation francilienne est assez singulière du reste de la France : si 45 % des effectifs franciliens préparent un diplôme de niveau CAP ou bac, ils sont 67 % au niveau national.

La loi du 5 mars 2014 a introduit trois éléments de sécurisation du parcours de l'apprenti :

- Elle confie aux CFA des missions d'accompagnement des jeunes, pour notamment prévenir les ruptures de contrats.
- Elle incite les branches professionnelles à négocier sur la formation des maîtres d'apprentissage.
- Elle crée la possibilité de conclure un contrat à durée indéterminée comportant une période d'apprentissage à l'issue de laquelle la relation contractuelle se poursuit naturellement.

La valorisation de l'alternance

Les apprentis sont mis en avant et la volonté de valoriser ce mode de formation, spécialement en Ile-de-France, conduit à la production de différents évènements comme ApprentiScènes.

Pour la 8e édition en 2014, 350 apprentis se sont succédés sur scène, par équipes, pour présenter plus de 100 sketchs qu'ils ont eux-mêmes imaginés et écrits, sur des thèmes qui leur sont proches : leurs métiers, leurs formations et leurs préoccupations. Objectif : valoriser le travail des apprentis et donner envie aux jeunes et à leur famille de s'engager dans cette voie. Le tout sur la scène de l'Espace Cardin à Paris, en public et devant un jury. Et à un rythme endiablé : pas plus de trois minutes par sketch !

Ainsi ApprentiScènes offre aux jeunes la possibilité de développer leurs compétences professionnelles de manière ludique et d'acquérir des savoirs qui seront autant d'atouts pour eux dans leur entreprise : expression orale, positionnement du corps et de la voix, travail en équipe, confiance en soi, autant de compétences qui ne s'improvisent pas et que les formations traditionnelles peinent parfois à enseigner.

Le budget de la Région Ile-de-France : en 2013, la Région a consacré 378 millions d'euros pour l'apprentissage, dont 206 millions pour le financement des CFA, 26 millions pour l'accompagnement de la politique de l'apprentissage, 109 millions pour la prime régionale versée aux employeurs d'apprentis et 37 millions au titre de l'investissement dans les CFA.

Vers une modernisation de l'apprentissage

En 2013, la région Ile-de-France a cofinancé la remise de tablettes numériques connectées à 4 133 apprentis, dans 28 CFA impliqués dans le projet. Par ce dispositif, elle souhaite accompagner les CFA à améliorer la qualité de l'alternance auprès des jeunes et de leurs entreprises.

L'utilisation des tablettes a pour objectif de faciliter la réussite des jeunes notamment en améliorant le lien avec leurs formateurs et leurs maîtres d'apprentissage.

Leur usage par les jeunes avec l'anticipation de leurs activités immédiates en entreprise (alternance « proactive » développée par les dispositifs qualité) engendre des améliorations décisives pour l'apprentissage : temps de formation réduits, métiers des formateurs qui évolue vers l'accompagnement, le conseil et la médiation, et entreprises plus impliquées.

Les nouvelles pratiques et postures induites par les tablettes chez les formateurs et chez les jeunes eux-mêmes ont aussi fait apparaître des économies financières et une amélioration de l'efficacité de la formation.

Forte de ce premier bilan positif et prometteur, la région envisage la généralisation des tablettes numériques connectées pour tous les apprentis franciliens.

Une évaluation sera lancée dès cette rentrée dont les résultats pourront confirmer la possibilité de généralisation de l'usage des tablettes numériques connectées pour les apprentis franciliens et leurs accompagnateurs.

Enfin, l'effet de levier des tablettes sur le changement pédagogique dans les CFA a aussi été confirmé par le récent projet  « Filme ton job » , un autre volet des dispositifs qualité alternance de la région Ile-de-France.

Sous la forme d'un concours, l'opération Filme ton Job incite les jeunes à déposer des vidéos professionnelles sur un site Internet via une application Androïd et à utiliser ces vidéos pour améliorer leurs pratiques et accélérer leurs apprentissages.

Ce dispositif leur permet de partager leurs expériences d'apprentis, positives ou négatives, et de se professionnaliser en postant sur www.filmetonjob.com des vidéos tournées en entreprise et présentant des erreurs à ne pas commettre suivies des activités réussies correspondantes.

Les services, gros consommateurs d'apprentis

En Ile-de-France, l'apprentissage permet aujourd'hui de réellement préparer des diplômes de tous niveaux.

Selon le dernier panorama de l'apprentissage en Ile-de-France publiée en 2014, 23 % des apprentis franciliens préparent un diplôme de niveau V (CAP).

En revanche, partout en France, les effectifs en bac pro ont fortement augmentés depuis réforme de la voie professionnelle (suppression des BEP au profit des bacs pros en 3 ans) : 22 % des apprentis franciliens préparent un bac professionnel.

Enfin les entrées en apprentissage dans le supérieur n'ont pas cessé de progresser, particulièrement en Ile-de-France où 21 % des apprentis préparent un diplôme de niveau III (BTS, DUT), 12 % un diplôme de niveau II (licence pro, master 1, etc.) et 22 % un diplôme de niveau I (master 2, diplôme d'ingénieur, etc.).

Par ailleurs, les apprentis, tous niveaux confondus, préparent pour plus de la moitié un métier dans les services (58 %). Les métiers les plus fréquents se situent dans :

  • le commerce et la vente ;
  • la coiffure, l'esthétique et autres services aux personnes ;
  • la comptabilité et la gestion ;
  • l'informatique et le traitement de l'information.

 Dans le secteur de la production (40 %), les métiers les plus fréquemment préparés se situent dans :

  • l'alimentation et l'agro-alimentaire ;
  • l'électricité et l'électronique ;
  • les moteurs et la mécanique auto ;
  • le bâtiment et les finitions.

L'Ile-de-France a le taux de féminisation de l'apprentissage (40 %) le plus élevé de France. C'est en partie lié à l'offre de formations importante dans les services.

Parmi les entrants en 1re année d'apprentissage, la majorité d'entre eux était en cursus scolaire l'année précédente.

L'insertion professionnelle des apprenti(e)s

En février 2013, 7 mois après la fin de leur formation, 70 % des sortants d'apprentissage sont en emploi (- 3 points par rapport à 2012). Pour comparaison, selon l'enquête Génération 2010 du Céreq, 69  % des jeunes sortant de formation, tout niveau et spécialité confondu, sont en emploi 7 mois après leur sortie.

Bon à savoir : les jeunes sortis sans diplôme ne sont que 41 % en emploi.

Parmi les apprentis diplômés, le niveau de formation continue d'avoir un rôle important dans l'insertion des jeunes puisque le taux d'emploi passe de 60 % pour les apprentis de niveau V (CAP) à 76 % pour les niveaux I et II (bac + 3 et bac + 5).

Par contre, l'insertion pro est équivalente entre les hommes et les femmes (70 %).

Zoom départemental : les jeunes résidents du Val-de-Marne et des Hauts-de-Seine sont ceux qui connaissent le taux d'emploi le plus élevé (75 %). A l'inverse, les jeunes de Seine-et-Marne, de la Seine-Saint-Denis et du Val-d'Oise sont ceux ayant le taux d'emploi le plus faible (entre 64 % et 69 %).

Côté contrat, 64 % des emplois occupés sont des CDI (chiffre en baisse par rapport à 2011) et 6 % bénéficient de contrats aidés.

Les entreprises privées regroupent 84 % des apprentis en emploi. 46 % des sortants d'apprentissage travaillent dans une entreprise de plus de 50 salariés. On observe que plus l'apprenti a un niveau supérieur de formation et plus il sera embauché dans une grande entreprise.

Les employeurs publics et la fonction publique n'absorbe que 14 % des anciens apprentis. Cette part est très en-deçà de la place qu'occupe la fonction publique dans l'ensemble des emplois de la région puisqu'un emploi francilien sur 5 est public. Cette sous-représentation des apprentis dans le public s'explique par le fait que de nombreux corps et métiers du secteur public ne sont accessibles que sur concours, que l'on sorte d'apprentissage ou non !

Bon à savoir : 49 % des jeunes ont déjà travaillé dans l'entreprise qui les a recrutés.

En cas d'échec à l'examen, votre contrat d'apprentissage peut être prolongé d'un an au plus chez le même employeur (prolongation du contrat initial) ou chez un autre employeur (conclusion d'un nouveau contrat). Vous devez pour cela obtenir l'autorisation du directeur de votre CFA.

Poursuivre sa formation à l'étranger

Pour l'heure, les apprentis qui se forment hors des frontières françaises ne représentent qu'1 % de l'ensemble des apprentis.

Il est vrai qu'organiser un échange entre 2 entreprises, 2 centres de formation et plusieurs organismes financeurs est complexe.

Grâce à l'incitation à la mobilité internationale des apprentis de la région Ile-de-France, vous pouvez cependant accéder de façon privilégiée à cette possibilité de mobilité.

Ne voyez que des avantages à une telle ouverture :

  • Ce sera l'occasion de vous perfectionner en langue ; c'est d'ailleurs pour cette raison que les pays anglophones sont les destinations préférées des jeunes mobiles ;
  • Vous découvrirez d'autres méthodes et organisations de travail, ce qui vous aidera à développer vos capacités d'adaptation et enrichira votre formation ;
  • Un séjour à l'étranger est un atout sur un CV au moment d'une recherche d'emploi. C'est une preuve d'ouverture et de curiosité ;
  • Sur le plan personnel, ce séjour peut vous donner des idées et vous ouvrir de nouvelles perspectives.

Pour le premier semestre 2015, la Région a voté un dispositif régional d'aide à la mobilité internationale des apprentis. Cette aide représente 92 subventions d'un montant total de plus de 2,25 millions d'euros : 4 865 apprentis des CFA franciliens vont pouvoir profiter d'une expérience unique à travers 2 possibilités : 

  • Des séjours collectifs à caractère professionnel et culturel à l'étranger de 5 à 14 jours. L'objectif : faire découvrir aux apprentis un environnement et des activités professionnelles différents liés à leur métier. Il est également possible de réaliser une partie de la formation des apprentis dans le cadre du séjour.
  • Des stages individuels, c'est-à-dire des stages ou des missions en entreprise à l'étranger d'une durée comprise entre 21 et 90 jours. Il s'agit d'une aide versée aux apprentis par l'intermédiaire du CFA, sur la base d'un projet présenté par un CFA pour toute formation comportant un stage professionnel ou une mission à effectuer obligatoirement dans une entreprise étrangère.

Au niveau européen, EuroApprentissage oeuvre pour une plus grande mobilité des apprentis à l'étranger. Avec l'accord de votre entreprise et de votre CFA, vous pouvez bénéficier d'un séjour dans un pays de l'union européenne. Le CFA prépare et organise le séjour qui peut se dérouler en centre de formation et en entreprise. La durée peut varier entre quelques jours et quelques semaines. http://www.euroapprentissage.fr/fr/accueil.html

Aller à la page précédente
Page :1234
Aller à la page suivante