Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

domaine

Se former tout au long de la vie

Domaines : Formations, Autres formations
Janvier 2011
Voir le dossier complet

Vous êtes demandeur d’emploi

Si elle est en phase avec les besoins du marché et des entreprises, une formation peut vous aider à retrouver un emploi. Différentes structures vous aident à mener à bien votre projet de formation. La priorité est donnée aux formations qui garantissent un retour rapide vers l’emploi.

Pour accéder à une formation en tant que demandeur d’emploi, vous devez bien entendu être inscrit au Pôle emploi.

Pôle emploi est votre principal interlocuteur, pour la recherche d’un emploi comme d’une formation. Pôle emploi met à votre disposition des outils pour connaître le marché du travail dans votre région. Il vous aide à trouver la formation la plus pertinente en fonction de votre projet professionnel et du marché du travail.

Tout demandeur d'emploi inscrit à Pôle emploi doit participer à l'élaboration et à l'actualisation de son Projet Personnalisé d'Accès à l'Emploi (PPAE), sous la conduite d’un conseiller. Le PPAE détermine notamment les actions que le demandeur d’emploi doit réaliser : évaluation des compétences, formation, recherche d'emploi, etc.

Pour aller plus loin

Le bilan de compétences vous permet de faire le point sur vos compétences, aptitudes et motivations professionnelles et personnelles. Réalisée par un prestataire spécialisé, cette démarche « participative » exige un investissement important, à la fois en temps (en moyenne 18 heures étalées sur 4 à 8 semaines) et en réflexion. A l’issue du bilan, une synthèse vous est remise, qui vous aidera à élaborer votre projet de formation.

En marge de Pôle emploi, vous pouvez aussi solliciter les compétences de structures tout public d’accueil, d’information et d’orientation sur la formation professionnelle : CIDJ, Maisons de l’emploi et de la formation, etc. (voir la rubrique « Vous former ; pour quoi, comment ? » de ce dossier).

Le financement de la formation et votre rémunération

En théorie, c’est au demandeur d’emploi de financer sa formation. Toutefois, selon le type de formation et en fonction de votre statut, les frais de formation peuvent être pris en charge par différentes instances, notamment Pôle emploi, le Conseil régional, le Conseil général, une mairie. Pôle emploi et le Conseil régional d’Ile-de-France peuvent aussi vous aider à financer une opération de VAE (Validation des acquis de l’expérience).

Parmi les dispositifs mobilisés par Pôle emploi, on peut citer : l’action de formation conventionnée (AFC), qui permet d’acquérir un savoir-faire ou un diplôme ; l’action de formation préalable au recrutement (AFPR), qui vous donne la possibilité de postuler un emploi pour lequel il vous manque encore quelques compétences ; le contrat de professionnalisation, qui vous apporte une qualification professionnelle doublée d’une expérience significative en entreprise ; la convention de reclassement personnalisée (CRP), applicable après un licenciement économique.

C’est votre conseiller Pôle emploi qui vous orientera vers les formations qui faciliteront votre insertion « durable » dans le monde du travail. Il vous prescrira toujours un parcours de formation dont le coût pédagogique sera pris en charge.

Si vous suivez une action de formation financée par la Région ou Pôle emploi, vous pouvez bénéficier, en plus, d’une aide aux frais associés à la formation (AFAF), en dédommagement des dépenses (transport, hébergement, repas, etc.) occasionnées.

La Région Ile-de-France propose aussi ses propres dispositifs d’accompagnement et de formation : la validation des acquis de l'expérience (VAE), le Programme Régional Qualifiant « Compétences » (formations certifiantes ou menant vers des emplois de 1er niveau de qualification), Dynamicadre (pour les cadres et les techniciens supérieurs), etc.

Bon à savoir

Si vous repérez une formation qui vous intéresse, avant de signer quoi que ce soit, renseignez-vous auprès de votre conseiller Pôle emploi pour savoir si cette formation sera prise en charge. Ne prenez pas le risque de vous lancer dans une formation que vous ne pourriez pas payer !

Quant à votre rémunération, elle dépend de votre situation : si vous êtes indemnisé par l’assurance chômage au titre de l’Aide au retour à l’emploi (ARE), vous pouvez percevoir l'allocation d’aide au retour à l’emploi formation (AREF), dans la limite de vos droits d’indemnisation. Si vous n’êtes pas indemnisé, une rémunération versée par l’Etat ou la Région peut vous être accordée sous certaines conditions.

Si votre formation se poursuit au-delà de votre période d’indemnisation, vous pouvez faire une demande d’allocation spécifique de solidarité (ASS).

A noter, le Conseil général, la Ville, la Caisse d’allocation familiales ou encore votre caisse de retraite peuvent aussi vous aider à financer votre formation. Renseignez-vous directement auprès d’eux.

Bon à savoir

Le contrat de professionnalisation s’adresse aux jeunes âgés de 16 à 25 ans, aux adultes demandeurs d’emploi et aux bénéficiaires de certaines allocations ou contrats. D’une durée de 6 à 24 mois, il permet l’acquisition d’une qualification professionnelle et d’une expérience significative en entreprise. Dans le cadre de ce contrat, il est possible de préparer tous les diplômes du CAP au diplôme d’ingénieur, ainsi que des certificats de qualification professionnelle (CQP) dans plus de 500 métiers. Pour plus d'informations, consultez le site de la Fédération de la formation professionnelle.

Vous avez entre 16 et 25 ans

Plusieurs dispositifs spécifiques ont pour objectif de favoriser l’insertion professionnelle des jeunes de 16 à 25 ans sans emploi, en particulier les moins qualifiés.

Les contrats aidés permettent aux entreprises qui recrutent des jeunes d’avoir un allègement de charges sociales. En contrepartie, vous bénéficiez (le plus souvent) d’un accompagnement sur mesure et d’une formation. Parmi les contrats aidés destinés aux jeunes, on peut citer le CIVIS (contrat d’insertion dans la vie sociale), le CJE (contrat jeunes entreprise), le contrat d’avenir, le CAE passerelle (contrat d’accompagnement dans l’emploi), le contrat de professionnalisation (voir plus haut).

Qu'est-ce que le CIVIS ?

Le CIVIS
(contrat d’insertion dans la vie sociale) est un contrat conclu avec les missions locales ou les permanences d’accueil, d’information et d’orientation (PAIO), pour une durée d’un an renouvelable. Pendant cette durée, vous êtes accompagné par un référent qui vous aide à définir votre projet d’insertion professionnelle, à trouver une formation, à répondre aux offres d’emplois, etc. Si vous êtes âgé d’au moins 18 ans et titulaire d’un CIVIS, vous pouvez bénéficier d’un soutien de l’Etat sous la forme d’une allocation versée pendant les périodes durant lesquelles vous ne touchez ni revenu, ni allocation.

Le PACTE (Parcours d’accès aux carrières de la fonction publique territoriale, hospitalière et d’État) est un mode de recrutement spécifique des agents de catégorie C dans les 3 fonctions publiques. Il permet d’intégrer la fonction publique sans passer de concours. Ce contrat de droit public, d’une durée de 1 à 2 ans, alterne formation et stage. Votre rémunération est comprise dans une fourchette allant de 55 à 70 % du minimum de traitement dans la fonction publique. Vous êtes titularisé au terme du contrat après vérification de vos aptitudes.

L’alphabétisation et la lutte contre l’illettrisme s’inscrivent également dans les dispositifs de la formation professionnelle continue : lorsqu’on ne maîtrise pas les savoirs et compétences de base (lecture, écriture, calcul…), l’accès à l’emploi et l’autonomie dans la vie sociale sont plus difficiles et les possibilités d’évolution professionnelle sont réduites.
Des organismes de formation continue, tel le Greta, organisent des formations autour de l’apprentissage de la lecture et de l’écriture.
La région Ile-de-France met en œuvre différents dispositifs favorisant l’accès aux savoirs de base : les ateliers de pédagogie personnalisée, les chantiers école, AVENIR Jeunes, les plateformes linguistiques, etc.

Connaissez-vous les missions locales ?

Ces espaces d'information, d’orientation et d’accompagnement apportent un appui aux jeunes de 16-25 ans, en particulier dans le domaine de l’emploi et de la formation. Quels que soient votre niveau, vos besoins, vos difficultés, votre conseiller en insertion professionnelle vous aide dans vos démarches pour que votre projet aboutisse.
http://www.mission-locale.fr/

Vous êtes en situation de handicap

Quel que soit votre handicap, vous bénéficiez exactement des mêmes droits à la formation que les autres demandeurs d’emploi. De leur côté, les organismes de formation et les formateurs sont tenus d’adapter les modalités de la formation aux besoins liés à votre handicap.

Si vous êtes reconnu travailleur handicapé, vous pouvez, en plus, profiter d’actions de formation spécifiques et bénéficier de dispositions particulières, notamment en matière de rémunération.

Les principales actions de formation destinées aux demandeurs d’emploi handicapés sont :

  • Les stages de préorientation, d'une durée de 8 à 12 semaines, pour définir le projet professionnel ou de formation adapté à vos attentes et à vos aptitudes ;
  • les stages de rééducation professionnelle, formations qualifiantes de longue durée dispensées en milieu adapté, dans des centres de rééducation professionnelle (CRP) ;
  • le contrat de rééducation professionnelle, pour vous permettre, après la survenue du handicap, de vous réadapter à votre profession ou d’apprendre un nouveau métier.

Pensez également aux contrats de travail en alternance (contrat de professionnalisation ou contrat d’apprentissage), pour lesquels il existe des dispositions particulières pour les travailleurs reconnus handicapés.

Bon à savoir

L’Association de Gestion du Fonds pour l’Insertion des Personnes (Agefiph) accorde aux demandeurs d’emploi handicapés qui souhaitent réaliser un bilan de compétences des aides financières identiques à celles qu’elle propose aux salariés handicapés. Ces subventions, dont le montant varie selon le destinataire, s’ajoutent aux financements de droit commun (Pôle emploi, Région, etc.).

Par ailleurs, le Programme Régional Qualifiant « Compétences » de la région Ile-de-France concerne également les demandeurs d’emploi handicapés. Il permet l'accès à un emploi de premier niveau de qualification, par l'acquisition d'un premier niveau de compétences professionnelles (formation certifiante de niveau V : CAP, etc.).

Vous êtes bénéficiaire des minimas sociaux

A compter du 1er janvier 2010, le contrat d’insertion – revenu minimum d’activité (CI-RMA) et le contrat d'Avenir sont remplacés par le contrat unique d’insertion (CUI).

Le CUI s’adresse aux personnes sans emploi rencontrant des difficultés sociales et professionnelles d’accès à l’emploi, notamment les bénéficiaire du RSA (revenu de solidarité active), de l’ASS (allocation de solidarité spécifique), de l’API (allocation de parent isolé) ou de l’AAH (Allocation adulte handicapé).

Le CUI peut prendre la forme d’un contrat initiative emploi (CIE) pour le secteur marchand, ou d’un contrat d’accompagnement dans l’emploi (CAE), pour le secteur non marchand. Il inclut des actions de formation ou de validation des acquis de l’expérience (VAE).

Maîtrisez-vous les « compétences clés » ?

Aptitude à communiquer en français et, éventuellement, en anglais, maîtrise de l’outil informatique, possession d’une culture de base en sciences et technologies, disposition à apprendre… Autant de savoirs et compétences de base qui favorisent l’insertion professionnelle. Mises en place par l’Etat et destinées en priorité aux personnes pas ou peu qualifiées (niveau CAP au maximum), les actions « compétences clés » vous permettent de combler certains manques à travers des parcours de formation à la carte, dont la durée varie de 20 à 400 heures. Renseignez-vous auprès de votre conseiller Pôle emploi, de votre Mission locale, etc.

Aller à la page précédente
Page :123456789
Aller à la page suivante