Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

Tous les métiers et les formations initiales en île-de-France

domaine

Les études supérieures courtes

Domaines : Formations, Bac + 2, Bac + 3
Janvier 2011
Voir le dossier complet

Les diplômes

Du niveau bac + 1 à bac + 3, une quinzaine de formations professionnelles existent.

Si vous êtes attirés par les études supérieures courtes, sachez qu'il existe de nombreuses formations. Certaines sont communes à plusieurs niveaux d'études : formations complémentaires d'initiatives locales, diplômes universitaires, certificats de spécialisation, formations délivrées par des écoles spécialisées... Mais aussi des mentions complémentaires proposées en apprentissage, en CFA, des BTS,  très prisés par les employeurs, des licences professionnelles... Bref vous avez le choix.

Nous vous invitons à prendre connaissance de l'ensemble de ces formations présentées ci-dessous et veillez aux conditions d'inscription pour chacune des voies que vous aurez sélectionnées.

Des formations communes à plusieurs niveaux d'études
  • Les FCIL (formations complémentaires d'initiatives locales) durent un an maximum. Ces formations apportent un complément de spécialisation aux titulaires de diplômes professionnels, technologiques, voire généraux. Elles sont créées pour répondre aux besoins des entreprises locales à un moment donné. Elles peuvent être préparées à temps plein ou en alternance, le plus souvent en lycée professionnel. Dans le supérieur, il existe surtout des FCIL délivrant le niveau bac + 1 ou bac + 3. Peu sont proposées au niveau bac + 2. A noter : les FCIL existent aussi au niveau CAP/ BEP et au niveau bac.

 

  • Les DU (diplômes universitaires) sont délivrés par les universités. Ce ne sont pas des diplômes nationaux : les universités déterminent elles-mêmes les modalités d'admission, les contenus et la durée de la formation. Certains DU sont des compléments de formation dans des domaines très ciblés. Ils sont particulièrement nombreux dans les domaines médicaux et paramédicaux, en complément de formations médicales sanctionnées par des diplômes nationaux. La plupart du temps, la durée totale des DU peut être étalée, à raison de quelques heures par semaine, sur deux ou trois ans. Les DU peuvent être préparés à tout niveau d'études supérieures, du bac +1 au bac + 8 et plus.

 

  • Les CS (certificats de spécialisation) sont proposés par le ministère de l'Agriculture et de la pêche. Ces formations spécialisées en 1 an donnent un niveau de qualification bac + 1 ou bac + 3. Elles sont accessibles aux élèves ayant validé un diplôme de niveau IV comme un bac pro ou un brevet professionnel agricole, mais également aux titulaires de BTS agricoles.

 

  • Les formations d'écoles spécialisées représentent l'ensemble de l'offre des études proposées par des établissements publics, privés ou consulaires (c'est-à-dire dépendants des Chambres de commerce et d'industrie) dans des domaines variés comme l'art, le commerce, l'audiovisuel, le paramédical et social, le tourisme, etc. Ces formations permettent d'accéder à des diplômes d'Etat, ou à des certifications propres à l'école et diversement reconnues en fonction de son statut. Ces certifications vont de bac + 1 à bac + 7 et plus. Un grand nombre de formations donnent un niveau bac + 2 ou bac + 3.

Au niveau bac + 1

Très peu de formations existent à ce niveau. Outre quelques FCIL, DU et certificats de spécialisation du domaine agricole, on peut se tourner, après un bac pro, un BT (brevet de technicien), voire après un bac technologique ou général, vers une MC (mention complémentaire).

  • La MC est très souvent proposée en apprentissage, en CFA ou en lycée professionnel. Elle donne un complément de spécialisation dans des domaines aussi divers que la restauration, l'aéronautique, l'artisanat d'art, le transport, l'environnement, etc. La formation dure un an.

Ces formations sont reconnues à l'échelle nationale et facilitent l'insertion professionnelle grâce à l'expertise acquise dans des domaines très pointus.

Au niveau bac + 2

Ce niveau comporte de nombreuses formations professionnelles. Il est particulièrement recherché par les employeurs.

  • Le BTS (brevet de technicien supérieur) est un diplôme professionnalisant en deux ans (ou trois ans pour le BTS podo-orthésiste et prothésiste-orthésiste), accessible le plus souvent avec un bac ou un diplôme équivalent.

Il existe une centaine de spécialités dans des domaines très variés allant de l'administratif à l'industriel en passant par les arts appliqués et l'agriculture (BTSA).
Certains BTS, comme ceux des arts appliqués ou de l'hôtellerie, nécessitent parfois une année de mise à niveau.

Repère

L'accès est sélectif (sur dossier, et parfois entretiens), le plus souvent avec un bac technologique (57,5 % des effectifs) ou général (16 %). Les bacheliers professionnels (11,5 %) peuvent également poursuivre leurs études en BTS : des places dans une spécialité adaptée sont réservées aux élèves ayant obtenu une mention bien ou très bien au bac pro.

Le diplôme se prépare en formation initiale au lycée général et technologique en STS (section de techniciens supérieurs). Les conditions d'enseignement sont quasi similaires à celles de l'année de terminale générale ou technologique.

Environ 11 % des élèves préparant un BTS choisissent la voie de l'alternance, en CFA et dans une entreprise. Ils signent le plus souvent un contrat de professionnalisation ou d'apprentissage.

Les enseignements sont constitués de 2/3 d'enseignements professionnels et d'1/3 d'enseignements généraux. En lycée, les étudiants effectuent 8 à 12 semaines de stage en entreprise.

L'obtention du BTS se fait après satisfaction au contrôle final et donne le titre de « technicien supérieur ».
L'insertion professionnelle des titulaires de BTS est bonne car le diplôme propose une très bonne adéquation entre les enseignements et les besoins des entreprises.

  • Le DUT (diplôme universitaire de technologie) se prépare en quatre semestres après un bac ou équivalent. On y entre sur dossier (bulletins scolaires, lettre de motivation). Certains établissements font également passer des tests et/ou des entretiens. Les titulaires d'un bac technologique obtenu avec mention « bien » ou « très bien » sont admis de droit, dans une spécialité cohérente avec leur bac.

 

Repère

Le DUT est un diplôme dont la visée est l'insertion. Mais il se différencie du premier sur de nombreux points. Tout d'abord, les enseignements sont répartis équitablement entre les enseignements généraux et professionnels. Les bacheliers généraux sont donc plus représentés (65 %) que les bacheliers technologiques (32,2 %), tandis que les titulaires de bacs pro sont rares (1,6 %).

Il existe seulement 25 spécialités réparties dans les domaines des services et de l'industrie, dont certaines comportent plusieurs options.

Les enseignements sont assurés par les IUT (institut universitaires de technologie), qui sont rattachés aux universités. Le mode d'enseignement est donc plus proche de l'université que du lycée.
Il est possible de suivre ces formations à temps plein, en alternance, ou de mixer les deux modes (une année en formation initiale et la deuxième en alternance). Le nombre d'apprentis en DUT (4 %) est beaucoup plus faible qu'en BTS. En temps plein, 10 semaines sont consacrées aux stages en entreprise.

Le diplôme est délivré après satisfaction au contrôle continu sur les deux ans.

L'insertion professionnelle des DUT est bonne en particulier dans les secteurs du commerce et de l'industrie.


  • Le DEUST (diplôme d’études universitaires scientifiques et techniques) est une formation de moins en moins proposée depuis la réforme de l'université (système LMD). Actuellement, il existe une soixantaine de DEUST en France.

Ce diplôme forme en quatre semestres à l'université de futurs professionnels souvent dans des spécialités très pointues du domaine de la technique (informatique, environnement, biotechnologies, etc)
Il existe néanmoins des DEUST portant sur d'autres domaines (gestion, commerce, travail social) Les formations sont souvent implantées en fonction des besoins locaux.

Les enseignements portent sur les bases des connaissances générales universitaires, mais mettent également l'accent sur la professionnalisation et la réalisation de stages en entreprises. Certains DEUST peuvent se préparer en alternance.

L'admission est sélective (dossier, parfois entretien) et les débouchés sont, le plus souvent, l'insertion professionnelle immédiate.


  • Le BTMS (brevet technique des métiers supérieur) est un diplôme technique supérieur accessible en deux ans. La plupart des diplômés sont issus d’un BTM (brevet technique des métiers) ou d’un BP (brevet professionnel). L’admission se fait sur dossier et, parfois, avec un entretien de motivation. Le BTMS est une formation spécifique aux techniques artisanales.

Seules quelques spécialités existent : ébénisterie, métiers de la pierre, prothésiste dentaire, coiffure. Les rares établissements qui proposent ces BTMS organisent en général la formation par la voie de l'alternance.

Les enseignements portent non seulement sur la technicité mais également sur les compétences de gestion et d'organisation commerciale afin de pouvoir se mettre à son compte.

L'obtention du diplôme donne le titre de technicien supérieur et assure une expertise hautement reconnue.


  • Le DMA (diplôme des métiers des arts) destine les étudiants à exercer des métiers de l'artisanat d'art et à concevoir des réalisations à l'aide de techniques traditionnelles ou plus modernes. Ce diplôme se prépare en 2 ans après le bac, en écoles supérieures d'arts appliqués (ESAA).

Cette formation est très sélective. En plus de leur dossier scolaire, les candidats doivent souvent présenter des travaux personnels, voire effectuer un « test » (analyse d’un spectacle vu dans l’année, etc.). Les titulaires d’un bac STI arts appliqués, d’un BMA (brevet des métiers d'art), d’un BT (brevet de technicien) des arts appliqués sont avantagés. Les bacheliers des autres spécialités doivent passer par une année de mise à niveau (très sélective également).

Plus spécialisés que les BTS du domaine des arts appliqués, les DMA se déclinent en une vingtaine de spécialités allant de l'art du bijou et du joyau au cirque en passant par le décor architectural option matériaux de synthèse.
Les enseignements portent sur la spécialité professionnelle, mais comportent également une part d'enseignements généraux, la réalisation d'un projet, une formation à la création et la gestion d'entreprise. Jusqu'à 8 semaines de stage en entreprise sont aussi au programme.

Le DMA peut être préparé en alternance dans certaines spécialités.

L'insertion professionnelle se fait à des postes d'assistant de créateur ou de réalisateur concepteur dans des ateliers ou des agences de création.

Au niveau bac + 3

Ce niveau permet souvent une spécialisation post bac + 2. C'est aussi la durée d'un grand nombre de formations supérieures paramédicales et sociales.

  • La licence professionnelle est un diplôme de niveau II (bac + 3) qui permet une spécialisation professionnelle pointue pour des titulaires de diplômes de niveau bac + 2 (BTS, DUT, DEUST, L2, etc.)

 

Repère

La moitié des étudiants en licence pro proviennent d'un BTS, 30 % viennent de DUT et 5 % sont issus d’une licence généraliste (L2).

La licence professionnelle se prépare en deux semestres  et permet une insertion professionnelle intéressante, en particulier dans les domaines de la banque, des assurances, de la finance, du génie civil, de la mécanique et de l'électricité. Il existe plus de 1 800 spécialités de licences pro.

60 % des licences professionnelles sont préparées dans les IUT, mais des lycées et des universités proposent aussi ce cursus.

La licence pro peut être préparée à temps plein ou en alternance. Les enseignements se répartissent en cours magistraux, TD et TP, réalisation de projet tutoré et, pour les licences pro à temps plein, jusqu'à 22 semaines de stages en entreprise.

Les licences professionnelles répondent aux besoins du monde économique car elles sont créées en adéquation avec les branches des différents secteurs professionnels.

Cette année de spécialisation est un atout incontestable : les employeurs apprécient la maturité professionnelle des titulaires d’une licence pro, maturité qui fait parfois défaut aux diplômés bac + 2. Si la rémunération à l'embauche des premiers est équivalente à celle des seconds, les évolutions de carrière sont plus rapides pour les titulaires d’une licence pro.


  • Les diplômes d'Etat du secteur de la santé et du social se préparent généralement en trois ans après le bac. La sélection des candidats se fait, selon les cas, sur concours, examen, dossier et entretien, etc.

Les spécialités proposées dans le domaine de la santé sont le diplôme d'Etat d'infirmier, d'audioprothésiste, de manipulateur d'électroradiologie médicale, de masseur-kinésithérapeute, de pédicure-podologue, de psychomotricien, de technicien en analyses biomédicales, d'ergothérapeute. Il existe également, au même niveau, un certificat de capacité d'orthoptiste et un DTS (diplôme technique supérieur) en imagerie médicale et radiologie thérapeutique.

Bon à savoir

L'accès aux instituts régionaux des travailleurs sociaux (IRTS) est possible directement après le bac, mais aussi en 3e année après un BTS ou un DUT du secteur. Certaines filières sont également accessibles sans le bac aux travailleurs sociaux ayant plusieurs années d’expérience.

L'insertion des professionnels de la santé et du social ayant emprunté des voies d'études supérieures courtes est bonne.


  • Le DNAT (diplôme national d'arts et techniques) est accessible en trois ans après le bac sur concours.

Sa visée est exclusivement professionnelle, contrairement au DNAP (diplôme national d'arts plastiques) qui mène au diplôme national supérieur d'études plastiques (DNSEP, niveau bac + 5). La première année d'études est néanmoins commune aux deux diplômes.
Trois options peuvent être choisies : design d'espace, design de produit ou design graphique.
Le DNAT permet d'accéder à des postes de techniciens dans ces domaines spécifiques.

L'inscription en études supérieures courtes

Pour s’inscrire dans une formation supérieure courte directement accessible post-bac, plusieurs solutions existent en fonction du diplôme visé :


Les FCIL, DU, certificats de spécialisation et formations d'écoles spécialisées
sont accessibles à plusieurs niveaux : directement après le bac ou après un bac + 2. Dans tous les cas, il convient de s'adresser aux établissements concernés (lycées, CFA, universités, écoles, etc.) pour connaître les dates et modalités d'admission.


Les MC et BTMS
fonctionnent sur le même principe : il faut contacter le lycée ou CFA visé pour connaître les procédures d'inscription.

La plupart du temps, pour être admis dans l'une de ces formations, il est nécessaire de remplir un dossier d'inscription et de justifier de son parcours scolaire. Un entretien peut éventuellement être proposé.
Les établissements proposant des formations en alternance apprécieront que l'étudiant ait trouvé un employeur pour signer un contrat d'apprentissage ou de professionnalisation.

La validation de l'inscription dans ces formations est soumise au choix de l'établissement.

Un site à découvrir

Pour s'inscrire en BTS, BTSA, DUT, DEUST, et DMA, il est obligatoire de passer par le nouveau portail national d'inscription dans les études supérieures : www.admission-postbac.fr .
Cette procédure est mise en place pour tous les élèves de terminale ou titulaires d'un bac ou d'un diplôme équivalent qui souhaitent s'inscrire en première année de l'une de ces formations.
Un système de classement des voeux permettra de proposer le meilleur choix possible aux candidats, en fonction de leur dossier et des places disponibles dans les formations sélectionnées.

Attention ! Toutes ces formations professionnelles courtes sont sélectives, en raison notamment du nombre limité de places. Ainsi, certaines spécialités du DMA n'existent que dans un seul établissement au niveau national !

Outre la formulation, puis le classement des voeux sur le portail entre janvier et juin, il faut constituer un dossier papier pour chaque voeu formulé. Le contenu du dossier est variable selon les formations, mais il contient obligatoirement la fiche de voeu, la fiche pédagogique remplie par le lycée d'origine et éventuellement d'autres documents comme une lettre de motivation. Certains établissements peuvent convoquer les candidats pour des entretiens de motivation.

Les résultats d'admission sont connus entre le mois de juin et de juillet en fonction du classement des propositions qui seront faites aux candidats. Il faut ensuite aller s'inscrire dans l'établissement d'affectation.

Le concours d’accès à la préparation au DNAT comporte la plupart du temps une épreuve écrite portant sur le commentaire d'une oeuvre, une épreuve plastique, une épreuve en langue étrangère, ainsi qu’un entretien avec un jury composé d'enseignants sur le support du dossier ou « book » du candidat.


La licence professionnelle
est accessible après un bac + 2, le plus souvent en concordance avec la spécialité demandée. Il peut s'agir d'un BTS, DUT, ou d'une L2. Un dossier est à constituer et à renvoyer à l'IUT ou à l'université demandée. Un entretien peut également être organisé.
Attention aux dates de retrait et de renvoi des dossiers, variables en fonction des établissements et des spécialités.


Les formations du domaine paramédical
ont des modes d'accès divers.

Le certificat de capacité d'orthoptiste et le diplôme d'Etat d'audioprothésiste sont accessibles sur examen, particulièrement aux titulaires de bac S. Ces formations durent trois ans et se déroulent dans les UFR de médecine.

Le DTS imagerie médicale radiologique et thérapeutique est accessible sur dossier et entretien en lycée. Les demandes d'inscription sont à effectuer dès le mois de janvier de l'année de terminale.

Les autres formations (DE d'infirmier, d'ergothérapeute, de technicien en analyses biomédicales, de psychomotricien, de pédicure podologue, de masseur-kinésithérapeute, de manipulateur d'électroradiologie médicale) sont accessibles après le bac sur concours.

En fonction de la spécialité, le programme du concours peut varier (biologie, maths, sciences physiques). Certaines formations ont un numérus clausus, c'est-à-dire un nombre limité de places à pourvoir chaque année. Les bacheliers généraux, en particulier S, mais également les bacheliers STL ou ST2S, ont plus de chances de réussir.

A noter : certains instituts de formation en masso-kinésithérapie exigent que leurs étudiants aient validé une L1 santé (anciennement PCEM1, première année d'études de médecine).

Il faut se renseigner sur les épreuves et les possibilités de préparation (utiles notamment pour préparer le concours du DE de masseur-kinésithérapeute), mais également être très vigilant sur les dates de candidatures qui peuvent survenir tôt dans l'année (décembre/janvier).


Les diplômes d'Etat du domaine social
(diplôme d'Etat d'assistant de service social, de conseiller en économie sociale et familiale, d'éducateur de jeunes enfants, d'éducateur spécialisé) sont accessibles directement post bac sur concours ou dossier et entretien. Les bacs privilégiés sont les bacs généraux, ST2S et STG.

Autre possibilité pour les diplômes d'Etat d'assistant du service social et d'éducateur spécialisé : s'inscrire en DUT carrières sociales option assistance sociale ou éducation spécialisée, puis se présenter aux tests d'entrée en 3e année d’école de travailleurs sociaux.

Le diplôme d'Etat de conseiller en économie sociale et familiale est, lui, accessible uniquement après avoir obtenu un BTS économie sociale et familiale.

Attention aux dates de candidatures qui sont très tôt dans l'année scolaire, parfois dès le mois de septembre !

Insertion et poursuites d'études

Si les études supérieures courtes sont résolument tournées vers l’emploi, la poursuite d’études reste possible, en particulier pour les titulaires d’un DUT ou d’un BTS.

Huit titulaires de DUT sur dix font le choix de compléter leur formation. Les enseignements en IUT, assez généralistes, sont en effet propices à la poursuite d'études. Un étudiant sur trois se dirige vers une licence professionnelle. Les autres se tournent vers l'université ou bien intègrent une école de commerce ou d'ingénieurs, via les admissions parallèles, dans le but de décrocher un diplôme de niveau bac + 5.

Environ 1/3 des étudiants de BTS choisissent de poursuivre leurs études. Ils se dirigent le plus souvent vers la licence professionnelle (bac + 3). Plus rarement, ils s'orientent vers l'université (en L2 ou L3) ou intègrent une école d'ingénieurs ou de commerce.

Dans les autres filières, la poursuite d’études reste un phénomène marginal. Il est possible, par exemple après un BMA, de préparer un DSAA (diplôme supérieur des arts appliqués) en 2 ans afin d'exercer des postes à responsabilité dans les agences de création. Mais le nombre de places est faible et la sélection redoutablement sévère.

De même, l’objectif principal de la licence professionnelle est l'insertion dans l'emploi, mais la poursuite d'études peut également être envisagée, en master ou en école spécialisée.

Aller à la page précédente
Page :123